Agadir : Le centre culturel «Les Étoiles du Souss» assure l’épanouissement des jeunes


par Nadia Ouiddar – lematin.ma – 09/04/2021

Le centre culturel «Les Étoiles du Souss» assure l’épanouissement des jeunes

À Hay Farah dans la ville d’Agadir, les espaces culturels étaient inexistants. Un centre est venu à la rescousse des jeunes à la recherche d’espace pour s’épanouir. Le Centre culturel Les Étoiles du Souss propose depuis deux ans une multitude d’activités artistiques, pédagogiques et de divertissement. Petits et grands gadiris y ont trouvé l’accompagnement professionnel approprié pour dévoiler leurs talents. «Ce nouveau quartier était vide de toute infrastructure culturelle. Les jeunes étaient livrés à eux-mêmes. Le Centre les Étoiles est une vraie bénédiction», affirme un habitant de Hay Farah. Pour les jeunes bénéficiaires du centre, cette infrastructure leur a permis de réaliser leur rêve de faire de la musique, du théâtre, de l’art plastique… «Grâce au Centre Les Étoiles, l’art n’est plus un simple hobby, mais un choix de carrière», nous confie l’un d’eux. En ce Centre culturel a marqué un grand changement dans la vie du quartier Hay Farah et de ses habitants. On y voit désormais, des jeunes capables de présenter des spectacles dignes des vrais talents.
À l’occasion du deuxième anniversaire de leur établissement, les bénéficiaires se sont produits avec prouesse devant les responsables de la ville et «Les Étoiles du Souss». «Nous avons assisté à un spectacle de groupe d’improvisation théâtrale qui nous a époustouflés. Nous avons vu des vidéos d’enfants heureux, des jeunes qui excellent dans le hip-hop et bien d’autres disciplines artistiques», affirme l’artiste Mahi Binebine, vice-président de la Fondation Ali Zaoua.
«L’anniversaire du centre est une occasion pour nous de célébrer les adhérents et les bénéficiaires du centre qui vont exposer leur savoir-faire et leur talent devant un public externe. C’est également une opportunité pour rappeler et consolider notre mission qui est celle de promouvoir les arts et la culture dans les petits quartiers et en faire un outil d’apprentissage et un levier de développement pour la population locale», explique Nabil Ayouch, fondateur et président de la Fondation Ali Zaoua.
Les Étoiles du Souss assure l’épanouissement des jeunes du quartier de Hay El Farah à travers la mise en place de programmes d’initiation et de formation aux arts et à la pratique culturelle. 


Une programmation défiant la crise sanitaire

Malgré les contraintes imposées par la situation pandémique due à la Covid-19 au cours de l’année 2020, le Centre Les Étoiles du Souss n’a pas cessé de faire en sorte que la culture et les arts fassent partie de la vie des jeunes de la ville. Il a mis à leur disposition un programme de cours et d’activités en distanciel tout au long de la période du confinement.
Le Centre Les Étoiles du Souss a renforcé son programme pédagogique en présentiel, tout en instaurant les normes sanitaires, au profit d’un plus large public. L’objectif étant de diversifier le contenu pédagogique d’une part, mais également de contribuer au renforcement des compétences et des capacités des jeunes talents de la région d’autre part, afin de les accompagner dans leur projet d’insertion académique et professionnelle. 


Plusieurs centres, un seul engagement

Le Centre culturel Les Étoiles du Souss a vu le jour au printemps 2019 au cœur du quartier de Hay El Farah, zone en plein chantier urbanistique et social de la ville d’Agadir. Ce projet est né d’un partenariat entre la Fondation Ali Zaoua, la wilaya d’Agadir et l’INDH, bénéficiant également du soutien de mécènes locaux, qui ont vivement contribué à la réalisation de ce nouvel espace de créativité et de partage dans la région du Souss.
La Fondation Ali Zaoua a également inauguré d’autres centres culturels à Casablanca (2014), Tanger (2017), Agadir (2019), Fès (2020) et Marrakech (2021). 
Créée en 2009 par le réalisateur Nabil Ayouch, la Fondation est née d’une volonté de reconnecter les habitants de quartiers défavorisés des grandes métropoles, avec le reste de la population. Une volonté partagée également par l’artiste-peintre et romancier Mahi Binebine, lui aussi issu des vieux quartiers de la médina de Marrakech, qui rejoindra le projet en recherche de repères.


Exposition

Le deuxième anniversaire du Centre culturel Les Étoiles du Souss était l’occasion de présenter l’exposition «Des couleurs et des lettres» de Abdeslam Rihani. L’artiste utilise la calligraphie arabe et le tifinagh pour transmettre des messages de paix et de solidarité aux générations futures.

————-

Activités du centre

• «Les Étoiles du Souss» est un lieu d’apprentissage des arts.
• Il propose des cours de langues étrangères.
• C’est un lieu  de rencontre avec les cultures du monde.
• Il est ouvert aux artistes de la région.


Questions à Mahi  Binebine, vice-président de la Fondation Ali Zaoua

«Chaque centre de la Fondation Ali Zaoua nécessite un budget de fonctionnement d’environ 1,5 à 2 millions de dirhams»

Le Centre culturel Les Étoiles du Souss vient de fêter son deuxième anniversaire. Est ce qu’on peut dire qu’il a atteint ses objectifs ?
Cette année, on ne peut pas parler d’objectifs, car le Centre était la plupart du temps fermé à cause de la Covid-19. Grâce à l’accompagnement du wali de la région de Souss-Massa, du gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, les responsables de la région et de la direction régionale de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), nous avons un Centre qui fonctionne à plein régime avec toutes les mesures de protection nécessaires et en respectant les consignes sanitaires.

Vous avez signé une convention avec la direction régionale de l’INDH à Agadir. Quel sera son apport pour le Centre ?
L’accord avec l’INDH apportera au Centre Les Étoiles du Souss un soutien financier de 500.000 dirhams par an. Ce montant sera greffé au budget de fonctionnement. Chaque centre de la Fondation Ali Zaoua nécessite un budget d’environ 1,5 à 2 millions de dirhams. Si nous n’avons pas cette somme, il faut se serrer la ceinture, mais avec un Centre comme celui de Sidi Moumen à Casablanca qui bénéficie à 1.000 personnes, on ne peut pas se serrer la ceinture ni offrir un service minimum.

Quelles sont vos sources financières à part l’INDH ?
Les Centres Les Étoiles existent depuis 7 ans. L’État commence à peine à nous faire confiance. Avant, on se débrouillait tout seul. On a l’aide de fondations étrangères et de mécènes marocains. Nous avons actuellement 4 Centres ouverts dans différentes villes et le cinquième commencera en septembre. 

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :