Archives de avril 21st, 2021

Inhumation de Raphaël Sauldubois

Je vous ai informé très récemment du décès de Raphaël Sauldubois.

Je viens d’apprendre que l’inhumation aura lieu demain jeudi à 14 heures au cimetière européen d’Agadir.

Qu’il repose en paix !

Décès de Coco Polizzi

Je reçois à l’instant un message de Martine Rebecchini qui m’informe du décès de Coco Polizzi, une figure très connue à Agadir, créateur de la Medina qui porte son nom.

A toute sa famille, et en particulier à son épouse et à ses filles Claudia et Paola, nous présentons nos très sincères condoléances.

Une cagnotte à été ouverte par Manuela Sebastiao au Restaurant La Tour d’Or.

Des médias français titillent Rabat

fr.hespress.com – 20/04/2021

Des médias français titillent Rabat

Selon une source bien confirmée, les autorités marocaines ont manifesté leur mécontentement à l’ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal.
Il paraît qu’elles n’ont pas du tout apprécié que certains médias français de la presse écrite ou audiovisuelle fassent leurs choux gras sur la situation des droits de l’Homme au Maroc.

Ces supports médiatiques ont en effet réalisé plusieurs articles et reportages qui traitent principalement des cas de quatre marocains poursuivis ou détenus. Il s’agit en l’occurrence de l’historien et ressortissant français Maâti Monjib ainsi que des journalistes Omar Radi, Souleimane Raïssouni et Taoufiq Bouachrine.

Pour rappel, poursuivi pour «atteinte à la sécurité de l’Etat» et «blanchiment de capitaux», Maâti Monjib, est en liberté provisoire depuis le 23 mars, après avoir été emprisonné pendant près de trois mois.
Quant aux journalistes, poursuivis principalement pour des affaires de mœurs (viols et agressions sexuelles), ils purgent encore leur peine.

Langue amazighe: Le chef du gouvernement appelle à accélérer les projets stratégiques prioritaires

fr.hespress.com – 21/04/2021

Langue amazighe: Le chef du gouvernement appelle à accélérer les projets stratégiques prioritaires

Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a appelé à intensifier les efforts et à mobiliser toutes les énergies susceptibles de favoriser l’application des dispositions de la loi organique 26-16 relative à la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue amazighe et à l’accélération des projets stratégiques prioritaires qu’elle stipule, notamment l’inventaire des différents textes législatifs et juridiques qui doivent être adaptés aux dispositions de ladite loi, outre le dossier d’intégration de l’amazighe dans le système d’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Saad Dine El Otmani qui présidait , mardi à Rabat, la première réunion de la Commission ministérielle permanente chargée d’assurer le suivi et l’évaluation de la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue amazighe, a indiqué que cet important chantier sera confié à la commission juridique qui sera constituée auprès de la commission ministérielle, appelant les membres de cette dernière à enrichir les documents préparés par le secrétariat permanent avec leurs observations, remarques et suggestions qui seront prises en considération dans l’élaboration d’un tableau de bord complet du plan gouvernemental intégré.

Il a expliqué que ce tableau de bord définira les obligations que les parties se doivent d’adopter dans le processus d’accompagnement, de suivi et de coordination, qui sont les principales tâches de la Commission, appelant le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique et l’Institut Royal de la Culture Amazighe à soutenir les efforts de l’ensemble des départements gouvernementaux et à apporter l’expérience acquise, chacun dans son domaine respectif.

Le chef du gouvernement a salué le travail préparatoire accompli par le secrétariat permanent du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, et remercié l’ensemble des départements gouvernementaux et institutions constitutionnelles qui ont réalisé leurs plans sectoriels en application de la circulaire du chef du gouvernement publiée en Décembre 2019, qui a veillé à impliquer les organes de la société civile, chacun dans son domaine de compétence.

Il a passé en revue, dans ce contexte, certaines réalisations du gouvernement, notamment l’enseignement de la langue amazighe dans cinq instituts supérieurs en application de la circulaire du chef du gouvernement datée du 28 juin 2017, ainsi que l’amendement du décret portant création du Prix du Maroc du Livre, le 14 mars 2018, élargissant ses catégories pour inclure, pour la première fois, le Prix du Maroc d’encouragement à la création littéraire amazighe et le Prix du Maroc d’encouragement aux études dans le domaine de la culture amazighe.

Au début de son allocution, Saad Dine El Otmani a évoqué certaines références majeures qui dessinent la place de la langue amazighe au sein de la mosaïque culturelle et linguistique du Maroc, notamment la Constitution marocaine dans son cinquième chapitre et le discours royal d’Ajdir en 2001, en vertu duquel a été créé l’Institut royal de la culture amazighe, ainsi que les références juridiques, notamment la loi organique n°26.16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique.

Le chef du gouvernement a également évoqué la loi cadre n° 51.17, qui stipule le développement de la langue amazighe à l’école, en tant que langue officielle et un patrimoine commun de l’ensemble des Marocains sans exception aucune, dans un cadre national clair conforme aux dispositions de la Constitution, ainsi que le programme gouvernemental 2017-2021, qui a appelé à la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue tamazighe, afin de remplir sa fonction, en tant que langue officielle.

Pour sa part, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, a affirmé que l’intégration de l’enseignement de la langue amazighe a commencé immédiatement après le discours royal d’Ajdir et la création de l’Institut royal de la culture amazighe, ajoutant que les cours de la langue amazighe ont été inclus dans les programmes du primaire depuis la rentrée scolaire 2003.

Il a ajouté que, dans le cadre de la formation continue et en coopération avec l’Institut royal de la culture amazighe, le ministère a assuré la formation d’environ 9000 cadres éducatifs et élaboré les manuels et les guides couvrant les six années du cursus du primaire, ajoutant qu’environ un demi million d’élèves bénéficient annuellement des cours de langue amazighe.

Le ministre a noté que l’obstacle le plus important devant la généralisation horizontale et verticale de l’enseignement de la langue amazighe réside dans le manque de ressources humaines stables, ajoutant qu’immédiatement après l’approbation de la loi organique définissant les grandes orientations, notamment l’adoption du tifinagh dans l’écriture et la lecture de la langue amazighe, les services du ministère ont préparé un plan décennal qui intègre les obligations du secteur et les délais fixés pour leur exécution.

Said Amzazi a expliqué que les lignes directrices de base pour le plan décennal 2021-2030 et le programme de travail transitoire 2021-2023 s’articulent autour de trois axes principaux, à savoir la méthodologie d’enseignement, la formation des enseignants et des encadrants, et l’évaluation et examens, outre un axe interdisciplinaire relatif à la création de structures d’encadrement, de suivi et d’accompagnement.

La Commission ministérielle permanente a approuvé, lors de sa première réunion, le plan gouvernemental intégré visant la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue amazighe, en tenant compte des observations et des recommandations des membres de ladite commission.

Il a également convenu de créer quatre commissions thématiques spécialisées, à savoir la commission de suivi, la commission des questions juridiques, la commission des affaires administratives et financières et la commission du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique.

Akhannouch : 8 millions de têtes d’ovins et de caprins seront identifiées pour Aïd Al Adha

h24info.ma – 20/04/2021

Huit millions de têtes d’ovins et de caprins devront être identifiées pour la célébration de Aïd Al Adha, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

En réponse à deux questions orales à la chambre des représentants relatives aux programmes d’action du ministère pour les secteur de l’agriculture et de la pêche maritime et à la saison agricole de 2020/2021, M. Akhannouch a relevé que le ministère veille à l’équipement de 30 souks temporaires pour l’Aid Al Adha, mettant en exergue la publication d’une périodique conjointe avec le ministère de l’intérieur pour le lancement du processus d’enregistrement des unités d’évaluation et d’immatriculation des ovins et caprins destinés à l’abattage.

Le ministre a relevé que l’évolution de l’état des céréales d’automne aura un impact positif sur le secteur de l’élevage, qui connaîtra une croissance de 3%, soulignant que le cheptel national de près de 31 millions de têtes n’a pas connu de changement significatif, malgré deux saisons agricoles successives marquées par un manque de précipitations.

Cette situation revient au soutien apporté aux éleveurs via le plan de sauvetage du cheptel déployé par le ministère, estime le responsable gouvernemental.

Maroc : l’examen national unifié du baccalauréat entre les 8 et 12 juin

libe.ma – 20/04/2021

Les épreuves de l’examen national unifié du baccalauréat 2020-2021 auront lieu du 8 au 12 juin prochain, annonce, lundi, le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ajoutant que l’examen régional unifié (1ère année bac) se déroulera du 27 mai au 1er juin. Les épreuves des branches scientifiques, techniques et professionnelles de l’examen national sont programmées entre le 8 et le 10 juin, tandis que celles des filières littéraires et de l’enseignement originel auront lieu les 11 et 12 du même mois, précise-t-on de même source.

Le rucher traditionnel d’Inzerki : Un grand trésor centenaire !

par Rikka.S – fr.le7tv.ma – 20/04/2021

À Inzerki, un petit village sur la célèbre « route du miel » dans la région d’Agadir, il y a le plus grand rucher traditionnel du monde !

Le rucher traditionnel d’Inzerki ou aussi appelé le «taddart» d’Inzerki est fait de boue, de pierre et de bois et il est considéré comme le plus grand rucher traditionnel et le plus ancien du monde.

Depuis sa construction en 1850, ce lieu a été restauré à plusieurs reprises. Malgré les inondations dévastatrices de 1990 et 1996 qui ont détruit les trésors de ce pays, Le rucher domine toujours le paysage et il est maintenant progressivement restauré.

Grâce au fort soutien d’organisations telles que l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la ferme d’abeilles Inzerki a été restaurée à plusieurs reprises dans le cadre du développement du tourisme rural. Un endroit inoubliable à découvrir ainsi qu’un espace impressionnant qui vaut vraiment le détour !

Institut français du Maroc : Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»

aujourdhui.ma – 20/04/2021

Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines  africaines»

Les Nuits du Ramadan de retour cette année.

Organisée dans le cadre de la saison culturelle de l’Institut français du Maroc depuis 2012, cette manifestation est organisée sur Facebook du 15 avril au 13 mai 2021. Durant 5 semaines, les Nuits du Ramadan offrent, selon les organisateurs, une programmation éclectique aux sonorités soul, blues amazigh malienne, africaine et marocaine. Les concerts sont diffusés en ligne sur les pages Facebook des 12 Instituts français au Maroc (Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Agadir, Tanger et Tétouan), tous les jeudis à 22h depuis le 15 avril. Mettant à l’honneur les racines africaines, le Festival invitera le public à découvrir des artistes du continent africain, de renommée internationale et nationale, et de jeunes artistes émergents du Royaume.

Depuis 3 ans, les Nuits du Ramadan font partie du label Zone Franche (le réseau des musiques du monde) car elles visent à promouvoir la diversité dans la «world music» en respectant la charte de l’organisation dont l’Institut français du Maroc est membre.

Le plus grand pont du Maroc, situé à Laâyoune, sera achevé en 2022

par Romuald Ngueyap – agenceecofin.com – 20/04/2021

Le plus grand pont du Maroc, situé à Laâyoune, sera achevé en 2022

En novembre 2015, le roi Mohammed VI lançait les travaux de construction de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla. Ce projet titanesque qui comprend le pont de Laâyoune s’imbrique dans un projet plus large d’une voie transcontinentale devant relier le Maroc à l’Afrique subsaharienne.

Projet titanesque cher au roi Mohammed VI, la construction de la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla, dans le sud du Maroc, avance sereinement, a rassuré le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara. A l’en croire, l’évolution normale des travaux augure une livraison du chantier à la date d’échéance, d’ici un an.

En début de mois, Abdelkader Amara a effectué une visite d’inspection du pont de Laâyoune dans le Sahara Occidental. Satisfait de l’avancée des travaux, il a laissé entendre que cette infrastructure de 123 millions de dollars entrera en service d’ici 2022.

Le pont de Laâyoune, une fois achevé, deviendra le plus grand du Maroc avec ses 1 650 mètres de long, ravissant ainsi la vedette au point Mohammed VI de Rabat, qui mesure 950 mètres de long.

Bientôt le plus grand pont du Maroc à Laâyoune
Photo bladi.net

Pour rappel, la voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla, dont la construction a été lancée à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche verte, s’étendra sur 1 055 kilomètres une fois terminée. Le coût total du projet est estimé à 10 milliards de dirhams (1 milliard de dollars). En plus de réduire le temps et les coûts de transport à travers le Sahara occidental, cet axe facilitera le transport des marchandises entre les villes du sud du Maroc et les principaux centres de production et de distribution du centre et du nord du pays.

Lancement d’une large opération de commercialisation des produits de l’artisanat dans 12 centres commerciaux au Maroc

consonews.ma – 20/04/2021

Dans le cadre de ses efforts visant l’accompagnement des acteurs de l’artisanat et le développement de leur activité, le Ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien, et de l’Economie Sociale, en partenariat avec le Groupe Aradei Capital (Sela park Agadir- Labelvie), la Maison de l’Artisan et l’Office de Développement de la Coopération, lance, sous le thème « L’artisanat pour tous »,  une opération de grande envergure visant la commercialisation des produits de l’artisanat dans 12 centres commerciaux, apparentant Groupe Aradei Capital , répartis sur 10 villes du Royaume.

Cette opération pilote, qui sera dupliquée et généralisée durant les mois à venir, vise à offrir une opportunité aux artisans pour améliorer leurs revenus afin d’atténuer l’impact de la crise sanitaire qui a particulièrement touché le secteur de l’Artisanat. Elle permettra également de mieux préparer et outiller les opérateurs de l’artisanat pour accéder aux marchés, notamment à travers les opportunités offertes par les grandes et moyennes surfaces de distribution.

Cette première opération a ciblé une centaine d’artisans individuels, coopératives et autoentrepreneurs, sélectionnés suite à un appel à Manifestation d’intérêt. Elle leur permet ainsi de promouvoir et de commercialiser leurs produits, dans 12 centres commerciaux répartis entre Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès, Meknès, Tanger, Agadir, El Jadida, Safi et Témara, et ce, en leur offrant des espaces dédiés pour exposer leurs produits à une clientèle à la recherche de ces articles, spécialement pendant le mois sacré de Ramadan. 

Les exposants bénéficieront de services dédiés pour mieux valoriser leurs produits et faciliter les interactions avec la clientèle, notamment un service de packaging et des caisses centralisées par site. Des animateurs de ventes ont également été mobilisés pour accompagner les artisans. 

Par ailleurs, une campagne de communication digitale est aussi lancée pour mettre en valeur les artisans, leurs savoir-faire et leurs produits. Elle cible de larges franges de consommateurs potentiels sur les réseaux sociaux et vient également capitaliser sur la campagne # Art_Is_Ana, lancée récemment et suivie par des milliers de marocains, qui vise à inciter les différentes catégories de clientèle à consommer les produits de l’artisanat marocain.

Covid-19/Maroc: 720 nouveaux cas de contamination dont 53 cas sévères

lematin.ma – 20/04/2021

Covid-19/Maroc: 720 nouveaux cas de contamination dont 53 cas sévères

Le ministère de la Santé a annoncé ce mardi 720 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées au cours des dernières 24 heures. Ce bilan porte à 506.669 le nombre total des cas d’infection enregistrés dans le Royaume depuis l’apparition du premier cas en mars dernier, soit un taux d’incidence cumulée de 1393,1 pour 100.000 habitants (2 pour 100.000 habitants durant les dernières 24 heures).

Le département a également fait savoir que, depuis le lancement de la campagne nationale le 29 janvier dernier, la première dose du vaccin a été administrée à 4.684.557 personnes alors que 4.193.888 citoyens ont reçu la 2e dose.

Dans le classement par régions en nombre d’infections enregistrées au cours des dernières 24 heures, Casablanca-Settat occupe la tête du Top 5 avec 544 cas, suivie de Rabat-Salé-Kénitra avec 71 nouveaux cas. Marrakech-Safi et Dakhla-Oued Eddahab occupent la 3e et 4e position avec respectivement 32 et 19 nouveaux cas alors que la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ferme le Top 5 avec 17 nouvelles infections.

Dans le classement journalier par villes, le Top 5 est composé de Casablanca (404 cas), Nouaceur (45 cas), Berrechid (35 cas), Salé (28 cas) et Mohammedia (27 cas).

Le ministère a également dénombré 625 patients déclarés complètement rétablis au cours des dernières 24 heures, soit un taux de rémission de 97,2%. A ce titre, le nombre total des rémissions a atteint à ce jour 492.959 cas.

Dans le même intervalle, 7 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19, ce qui porte le bilan total des décès à 8.959 cas, alors que le taux de létalité s’établit à 1,8%.

Ces décès sont survenus dans les villes suivantes : Laâyoune (2), Casablanca (1), Skhirat-Temara (1), Marrakech (1), Berkane (1) et Errachidia (1).

Par ailleurs, le nombre des tests réalisés durant les dernières 24 heures a atteint 8.468 portant ainsi à 5.669.591 le total des tests effectués à ce jour dans le Royaume.

Pour sa part, le nombre des cas actifs s’est établi à 4.985 personnes, dont 376 cas sévères ou critiques (soit 53 cas recensés durant les dernières 24 heures), parmi lesquels 53 sont placés sous intubation.

Voici dans le détail la répartition géographique des 720 nouveaux cas par régions et provinces

544 cas à Casablanca-Settat : 404 à Casablanca, 45 à Nouaceur, 35 à Berrechid, 27 à Mohammedia, 21 à El Jadida, 7 à Settat, 4 à Mediouna et 1 à Benslimane.
71 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 28 à Salé, 21 à Kénitra, 11 à Skhirat-Témara, 6 à Rabat, 2 à Sidi Kacem, 2 à Sidi Slimane et 1 à Khémisset.
32 cas à Marrakech-Safi : 27 à Marrakech, 3 à Youssoufia, 1 à Chichaoua et 1 à El Kelaâ des Sraghna.
19 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La totalité à Oued Eddahab.
17 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 12 à Laâyoune et 5 à Boujdour.
19 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 9 à Tanger-Asilah et 1 à Tétouan.
8 cas dans L’Oriental : 4 à Nador, 2 à Oujda-Angad et 2 à Driouch.
5 cas à Beni Mellal-Khénifra : 2 à Khénifra, 1 à Khouribga, 1 à Beni Mellal et 1 à Azilal.
8 cas à Souss-Massa : 4 à Inzegane-Aït Melloul, 2 à Taroudant,
1 à Agadir-Ida Outanane et 1 à Tiznit.
3 cas à Drâa-Tafilalet : La totalité à Tinghir.
2 cas à Guelmim-Oued Noun : La totalité à Guelmim.
1 cas à Fès-Meknès : à Fès.

Pour obtenir la certification MSC : Agadir Haliopole Cluster forme les entreprises exportatrices des produits de la pêche

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 20/04/2021

Pour obtenir la certification MSC : Agadir Haliopole Cluster forme les entreprises exportatrices des produits de la pêche

Agadir Haliopole Cluster (AHP) a organisé récemment un atelier de formation au profit des entreprises exportatrices des produits de la pêche pour l’obtention de la certification MSC.

Les consommateurs sont de plus en plus intéressés par les produits provenant de pêcheries responsables. La certification MSC pour la chaîne d’approvisionnement est le seul écolabel qui garantit la responsabilité de toute la chaîne d’approvisionnement (du bateau au dernier revendeur). Il constitue ainsi une réelle valeur ajoutée aux produits de la mer.
Dans le but de préparer les industries de la pêche désirant développer de nouveaux marchés soucieux de l’aspect environnemental, Haliopole Cluster a organisé récemment un atelier de formation à la cité d’innovation Souss-Massa sur l’Ecolabel CGO du MSC qui constitue un outil de communication particulièrement important et contribue de façon significative à leur positionnement marketing.
«Le thème choisi est pertinent et opportun, il est en adéquation stratégique avec le département de pêche maritime , qui accorde une grande importance à la durabilité du secteur à travers le lancement du processus de certification des pêcheries de petits pélagiques, à ce titre. Le programme FIP qui vise l’amélioration des pêcheries susceptibles d’être certifiées MSC est en cours de finalisation permettant ainsi aux pêcheries notamment de la sardine, d’entrer dans la phase d’évaluation complète MSC qui s’étalera sur une durée avoisinant les 18 mois permettant à l’industrie halieutique de satisfaire la demande croissante en produits de la mer durables et traçables et lui offrant, par conséquent, de nouvelles opportunités commerciales», souligne Touria Benrabah directrice d’Agadir Haliopole Cluster.
L’objectif principal d’AHP derrière l’organisation de cette formation est de contribuer à l’amélioration de la compétitivité des entreprises exportatrices des produits de la pêche en se basant sur le respect des exigences réglementaires internationales pour la protection de l’environnement. Elle vient également diffuser les connaissances et les meilleures pratiques afin d’accroître le niveau d’expertise des cadres d’entreprises en matière de maîtrise des exigences de ce référentiel et surtout son intégration dans leur système de management.
Pour rappel, MSC est une organisation non gouvernementale qui a créé un label identifiant les produits de la mer issus de pêcheries durables, en vue d’apporter une solution au problème de la surpêche. Cette organisation opère auprès de pêcheries sur tous les continents. Son souci majeur c’est de permettre le maintien de la structure, de la productivité, de la fonction et de la diversité de l’écosystème dont la pêcherie dépend.
Pour l’obtention de la certification MSC chaque entreprise doit respecter une série de conditions liée à l’état des stocks de poisson, l’impact sur le milieu marin et au système de gestion de la pêcherie.

Agadir : Lancement d’une chaîne universitaire numérique “Kollia TV”

mapexpress.ma – 20/04/2021

Agadir – La chaîne universitaire numérique “Kollia TV”, vient d’être lancée à l’initiative de la faculté des lettres et des sciences humaines d’Agadir.

La mise en place de cette chaîne répond aux demandes des étudiants et s’inscrit en parfaite symbiose avec le projet de la faculté visant à faire connaître ses activités et ses services.

Cette plateforme numérique s’inscrit également, dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la loi cadre 51-17, notamment son volet relatif au renforcement du système d’information global et intégré d’éducation et de recherche scientifique.

Cette chaîne permettra aux étudiants de poursuivre leurs cours dans les différentes filières et être informés de l’ensemble des nouveautés et des activités à venir.

De même, elle permettra aux internautes un accès exclusif au contenu de la médiathèque de la faculté, à savoir les interventions de personnalités nationales et étrangères, ainsi que les informations nécessaires sur les projets développés par la faculté.

La chaîne est accessible via les réseaux sociaux et les comptes de la faculté des lettres et des sciences humaines d’Agadir, ainsi que son portail officiel.

Agadir : la SDR du tourisme au chevet de la restauration

par Yassine Saber – leseco.ma – 20/04/2021

La Société de développement régional du tourisme se prépare à commanditer une étude détaillée sur le secteur de la restauration dans la perspective de proposer un plan/mécanisme d’accompagnement et de mise à niveau des restaurants à vocation touristique.

Après le mécanisme de rénovation des établissements d’hébergement touristique y compris rural, l’appui aux traiteurs et métiers de l’événementiel, la Société de développement régional (SDR) du tourisme prévoit la mise en place d’un mécanisme d’accompagnement et de mise à niveau des restaurants à vocation touristique implantés dans le Secteur touristique et balnéaire (STB) de la ville d’Agadir. Dans cette zone, plus de 120 restaurants à vocation touristique subissent des contraintes financières avec l’amplification du phénomène des fermetures du fait des conflits sociaux, de l’inadéquation de l’offre ou encore de la mauvaise qualité de service. Aujourd’hui, en l’absence d’un baromètre annuel censé suivre l’évolution de cette activité, la SDR envisage de commanditer une étude détaillée de ce secteur afin de proposer un plan/mécanisme d’accompagnement et de mise à niveau de ces restaurants à vocation touristique. Il va sans dire qu’avec le Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir 2020-2024, la mise à niveau urbaine tant attendue de la destination Agadir a été lancée. Il reste actuellement l’épineuse question de la mise à niveau du produit touristique hétérogène, notamment le parc hôtelier et les activités complémentaires, comme la restauration.

Les résultats attendus
La liste des établissements qui feront l’objet de cette étude sera arrêtée en commun accord entre la SDR Tourisme et la Délégation régionale du tourisme (restaurants classés) et essentiellement ceux autorisés. Selon le cahier des charges de ladite étude, l’objectif est de rehausser la qualité des prestations des restaurants à vocation touristique en améliorant leur niveau et leur compétitivité tout en proposant de nouveaux systèmes de restauration répondant aux attentes et demandes de la clientèle nationale et internationale de la station touristique d’Agadir. A cela s’ajoute, la mise en place d’un système d’accompagnement et de mise à niveau de ces établissements en vue de contribuer à l’animation dans la zone balnéaire d’Agadir. Concrètement, les résultats de l’étude attendus tablent sur l’établissement d’un diagnostic détaillé de la situation actuelle du secteur de la restauration touristique de la zone d’étude et l’élaboration d’un diagnostic spécifique à chaque établissement dans la perspective d’établir une liste des restaurants nécessitant un accompagnement et une mise à niveau. L’étude en question permettra d’inventorier et formuler des recommandations, et d’élaborer une feuille de route et un programme d’accompagnement et de mise à niveau des restaurants. La durée globale de l’étude a été fixée à quatre mois.

%d blogueurs aiment cette page :