Archives de avril 28th, 2021

Légère baisse des cas de covid-19 au Maroc

par Elimane Sembene – maroc-hebdo.press.ma – 28/04/2021

Le Maroc a enregistré une légère baisse des cas de Covid-19 ces deux dernières semaines. Les cas critiques sont aussi en recul. C’est ce que révèle le bilan mensuel du ministère de la Santé sur la situation épidémiologique du Royaume.

Après sept semaines de hausse consécutive, la courbe épidémiologique redescend graduellement. Les nouveaux cas d’infection ont diminué de 4,2% durant les quinze derniers jours au Maroc, selon Abdelkrim Meziane Bellefquih, chef de la division des maladies transmissibles au ministère de la Santé. Il a fait cette annonce mardi 27 avril 2021, lors de la présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique dans le Royaume.

Ces données révèlent que cette baisse a été observée dans huit régions, en l’occurrence Fès-Meknès (-60%), Guelmim-Oued Noun (-50%), Beni Mellal-Khénifra (-35,5%), Tanger- Tétouan-Al Hoceima (-31,5%), Marrakech- Safi (-11%), Souss-Massa (-11%), Rabat-Salé-Kenitra (-8,3%) et Casablanca-Settat (-6,5%). Cette courbe baissière contraste avec les importantes hausses notées dans les régions de Dakhla-Oued Eddahab (+135%), Darâa Tafilalet (+61,5%), Laâyoune-Sakia El Hamra (+44%), et dans l’Oriental (+25%).

Vers une amélioration des indicateurs
D’après M. Bellefquih, le taux d’incidence du virus a aussi légèrement diminué en passant de 10,8 cas pour 100.000 habitants à 9,8 au cours des deux dernières semaines. Même constat pour le taux de reproduction du virus qui a enregistré «une baisse significative » pour se situer à 0,95, après avoir atteint 1% ces dernières semaines. Des nouvelles peu rassurantes par contre sur le nombre de décès, qui a connu une hausse de 4,4%, ainsi que le nombre de cas actifs, qui est passé de 4.736 cas durant les deux dernières semaines à 5.109 cas jusqu’à lundi 25 avril 2021, soit une hausse de 8%. Le constat positif tout de même, c’est la baisse des cas critiques ou sévères admis aux unités de soins intensifs, qui ont diminué de 12,2% à cette date, en passant de 444 cas à 390 cas.

A en croire le chef de la division des maladies transmissibles, les statistiques sur la situation épidémiologique du Maroc laissent présager une amélioration des indicateurs de la pandémie. D’où la nécessité, selon lui, de préserver ces acquis, en étant plus vigilant et en respectant les mesures de prévention. Pour rappel, 507 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés dans le Royaume le mardi 27 avril, dont 334 cas dans la région Casablanca-Settat, 6 décès et 623 guérisons.

La région de Souss-Massa prévoit d’allouer 32 MMDH pour le développement de son agriculture.

agrimaroc.ma – 28/04/2021

Maroc des jeunes font pousser les tomates cerises dans le désert

De beaux jours attendent le secteur agricole de la région de Souss-Massa. Celle-ci vient de présenter son nouveau plan agricole régional, lors d’une réunion tenue récemment, à distance. Et le moins qu’on puisse dire est que le programme est bien chargé.

La région de Souss-Massa, principale zone de production de fruits et légumes au Maroc, compte bien renforcer son secteur agricole, via l’élaboration de nouveaux projets de grande envergure. En effet, son plan agricole régional « porte sur 233 projets pour un montant global de 32 milliards de dirhams (MMDH) », rapporte la MAP.

Ces projets, qui toucheront aux différentes chaînes de production dans la région, ainsi que des axes relatifs à l’irrigation, l’énergie, les marchés et les boucheries, devraient profiter à plus de 300.000 agriculteurs.

Le nouveau plan prévoit aussi, toujours d’après la MAP, des projets liés à la protection sociale, l’assurance agricole; le développement des terres collectives et l’appui aux jeunes et aux coopératives de la région. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole « Génération Green 2020-2030« , qui accorde une place importante au volet social.

Par ailleurs, il est prévu après l’approbation du nouveau plan régional agricole de Souss-Massa, la signature d’un contrat- programme relatif à chacune des chaînes de production.

De biens beaux projets pour la région et ses agriculteurs.

Réanimation Covid : Baisse des admissions et de la moyenne d’âge grâce à la vaccination

medias24.com – 28/04/2021

La vaccination anti-covid a permis de réduire les admissions en réanimation et de protéger les sujets âgés de plus de 60 ans et souffrant de comorbidités, assurent des réanimateurs. Les malades admis ce mois d’avril en réanimation sont âgés de moins de 60 ans, une catégorie qui n’a pas encore reçu de vaccin.

les effets de la vaccination sont là. C’est ce que s’accordent à dire des médecins anesthésistes-réanimateurs, dans différentes régions du Maroc, joints par Médias 24.

L’effet de la vaccination est constaté par les réanimateurs

« Selon nos constats, la vaccination a en effet permis de réduire les admissions en réanimation » nous confie Dr. Ikhlasse Saleh, anesthésiste et réanimateur au Centre hospitalier provincial Moulay Abdellah de Salé.

« On a eu des cas Covid, ayant effectué la première dose du vaccin, avec 70% d’atteinte pulmonaire, mais dont les symptômes sont très légers. Normalement, ce sont des cas très graves, qui nécessitent l’intubation notamment ». «La vaccination a donc réduit le nombre de cas graves et sévères », nous assure-t-il.

Un constat confirmé par Pr. Housni Brahim, chef de service d’anesthésie-réanimation au CHU Mohammed VI d’Oujda, qui accueille tous les patients de l’Oriental et Dr. Jamal Eddine El Kohen, président de la Fédération nationale des anesthésistes et réanimateurs (FNAR).

« On a constaté une diminution du nombre de patients en réanimation » grâce à la vaccination, nous fait savoir Dr. Brahim.

« A Oujda, nous avons eu deux vagues » au service réanimation. « La première a eu lieu en septembre-octobre-novembre 2020, où l’on a compté en moyenne 50 patients en réanimation Covid par jour. C’est énorme. Et la seconde a eu lieu en février et mars 2021, où l’on comptait 25 cas en réanimation par jour en moyenne. C’était en majorité des jeunes, sans comorbidités ».

« Depuis début avril, il y a une diminution des nombres de cas en réanimation. Actuellement le service au CHU Mohammed VI d’Oujda compte environ 8 à 12 patients par jour ».

Dr. Kohen confirme: « on a remarqué une baisse significative des admissions en réanimation au niveau national. Il y a eu une petite flambée à Oujda et Agadir », fin mars, « en rapport avec l’entrée des Marocains de l’étranger, mais les choses se sont stabilisées et améliorées depuis, en particulier après la fermeture des frontières ».

Notre interlocuteur ajoute toutefois qu’à côté de la vaccination, « environ 25 à 35% de la population qui ont eu la Covid sont immunisés, ce qui constitue une barrière au virus ». La fermeture des frontières et les mesures barrières collectives jouent également un rôle en terme de contamination.

Baisse de la moyenne d’âge des cas en réanimation

Cela dit, malgré cette baisse constatée par les médecins, le nombre officiel de cas en réanimation, communiqué par le ministère de la Santé, reste relativement stable depuis février, soit un mois après le début de la campagne de vaccination.

Source: Médias 24

Selon les chiffres officiels du ministère, les cas sévères et critiques s’élèvent à 360 cas au mercredi 28 avril, dont 15 sont sous intubation et 196 sous ventilation non invasive. Le taux d’occupation des lits de ranimation Covid reste également stable, et s’établit à 11,3% mercredi.

En fait, la vaccination a évité à de nombreuses personnes la réanimation. Ce qui signifie que le chiffre des cas sévères ou critiques aurait pu être plus important sans la vaccination. La moyenne de 400 personnes en réanimation, constatée depuis deux mois maintenant, est d’ailleurs constituée principalement de patients qui n’ont pas encore été couverts par la campagne de vaccination.

« Sur les dernières admissions, on a vu une baisse de l’âge moyen des malades », nous explique le président de la FNAR. «Ce sont les plus jeunes qui arrivent actuellement en réanimation, âgés de moins 60 ans. La catégorie auparavant concernée par les formes graves de la maladie est désormais protégée».

En effet, « plus de 4,2 millions de personnes ont reçu les deux doses du vaccin. Il s’agit particulièrement des personnes de plus de 60 ans et des porteurs de maladies chroniques, qui sont les candidats susceptibles d’être admis en réanimation, et qui représentent un risque de mortalité ».

Pr. Brahim nous indique quant à lui que son service à Oujda accueille également une minorité « de patients qui ont eu la première dose du vaccin, puisque celle-ci n’est pas suffisante, et d’autres qui ont eu les deux doses du vaccin, mais qui n’ont pas encore complété quatre semaines après l’administration des deux doses pour développer l’immunité maximale ». Selon lui, «le vaccin n’est efficace qu’après 4 semaines d’administration des deux doses ».

Dr. Kohen estime qu’à présent, « il faut aller dans une cadence plus appuyée, pour atteindre les personnes âgées de 50 ans et plus. Si on arrive à vacciner cette catégorie, nous pourrions réfléchir à une certaine ouverture socio-économique, et à un retour à une vie pseudo-normale ».

Rappelons que le ministère de la Santé a décidé d’élargir la cible de vaccination aux personnes âgées de 55 à 60 ans, à partir du mardi 27 avril. Une population de 1,78 million de personnes est ciblée.

Handball : Le Championnat d’Afrique annulé

elwatan.com – 28/04/2021

Afficher l’image source

La 37e édition du Championnat d’Afrique de handball (seniors) des clubs vainqueurs de coupe (hommes et dames) prévue du 20 au 29 mai dans la ville d’Agadir (Maroc) n’aura pas lieu.

La décision de son annulation a été prise par la Confédération africaine de handball (CAHB) conjointement avec les autorités marocaines après les développements liés à la pandémie de la Covid-19. Pour rappel, la CAHB avait attribué cette 37e édition au Maroc après le désistement de l’Algérie pour les mêmes raisons sanitaires.

Le Groupement Sportif des Pétroliers chez les hommes et chez les dames était engagé à l’occasion de cette compétition continentale.

Souss-Massa : Examen du plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique

lematin.ma – 27/04/2021

Afficher l’image source

Une réunion a été tenue, récemment à Agadir, dédiée à l’examen et le suivi de l’état d’avancement du plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique, au niveau de la région de Souss-Massa. Tenue en présence, notamment, du président de la région de Souss-Massa, Brahim Hafidi, et des responsables chargés des secteurs de l’environnement et de l’agriculture, cette réunion a été marquée par la présentation de deux exposés sur «L’environnement et le développement durable» et «Système de mesure, signal et de vérification», indique le Conseil de la région dans un communiqué.  Le premier exposé a passé en revue le plan territorial de lutte contre le réchauffement climatique, Souss-Massa étant la seule région dotée d’un programme de ce genre qui a permis l’élaboration d’une feuille de route pour la gestion des changements climatiques d’une manière proactive et scientifique.  La deuxième présentation, relative au «Système de mesure, signal et de vérification», s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des conclusions du plan territorial, qui a été instauré avec l’appui et l’accompagnement de «l’initiative pour la transparence de l’action climatique». 

Un plan de redynamisation dans le Souss-Massa

lematin.ma – 27/04/2021

Selon la SDR, le secteur de la restauration de la ville est confronté, depuis quelques années,  à des difficultés financières, de gestion et de commercialisation.
Selon la SDR, le secteur de la restauration de la ville est confronté, depuis quelques années, à des difficultés financières, de gestion et de commercialisation.

La Société de développement touristique du Souss-Massa (SDR) est sur un projet de stratégie de redynamisation du secteur de la restauration à vocation touristique. L’institution a mandaté le cabinet Protourism Consulting pour mener l’étude de ce projet. Celle-ci devra proposer un plan/mécanisme d’accompagnement et de mise à niveau des restaurants à vocation touristique implantés dans le secteur touristique et balnéaire de la ville d’Agadir : zone allant de l’Avenue Hassan II (des deux rives) à l’est jusqu’à la corniche à l’ouest, la Marina au Nord et quartier Founty au Sud. Le plan d’accompagnement aura pour objectifs de rehausser la qualité des prestations des restaurants à vocation touristique et améliorer leur niveau de compétitivité. Il s’agit également de proposer de nouveaux systèmes de restauration répondant aux attentes et demandes de la clientèle nationale et internationale de la station touristique d’Agadir et mettre en place un système d’accompagnement et de mise à niveau de ces établissements. Selon la SDR, le secteur de la restauration de la ville est confronté, depuis quelques années, à des difficultés d’ordre financier, de gestion et de commercialisation. 
Ce qui a engendré des redressements et liquidations judiciaires, des cessations d’activités et des fermetures de certains établissements. «Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette crise, notamment la gestion inappropriée, la dégradation du produit et la concurrence du système de l’All Inclusive appliqué par plusieurs unités d’hébergement», constate la SDR. La restauration est l’une des activités qui renforce l’attractivité touristique de la destination grâce à la richesse de l’art culinaire et du patrimoine gastronomique du pays en général et de la région en particulier, qui est connue par la diversité et la particularité de ses produits de terroir. 

Descente de gendarmerie dans une maison près d’Agadir

lesiteinfo.com – 27/04/2021

Des éléments de la Gendarmerie royale d’Agadir ont effectué une descente, lundi 26 avril, dans une maison « suspecte », après avoir été informés de ce s’y passait.

Selon une source de Le Site info, une jeune fille et deux jeunes hommes ont été interpellés à l’issue de cette opération. Celle-ci a permis la saisie d’une quantité de stupéfiants en possession de la mise en cause, ainsi que celle d’armes blanches.

La jeune fille s’est avérée avoir de nombreux antécédents judiciaires concernant le trafic de drogues. Comme elle est soupçonnée d’être la tête d’un réseau criminel de dealers qui revendent des stupéfiants à Agadir et à ses environs, a précisé notre source.

Il est prévu que le parquet général compétent diligente une enquête approfondie avec les trois personnes interpellées afin d’avoir plus de détails sur ce trafic de drogues et sur la présence d’armes blanches en leur possession, avant de les présenter devant la justice.

COUVRE-FEU NOCTURNE: DANS LA BANLIEUE D’AGADIR, LA TRAQUE AUX RÉCALCITRANTS

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 28/04/2021

Dans la banlieue d’Agadir, les autorités locales et les agents de la Gendarmerie royale sont sur tous les fronts pour faire respecter le couvre-feu nocturne en vigueur pendant ce Ramadan de 20 heures au lendemain à 6 heures. Reportage dans la commune de Drarga.

Cover_Vidéo: سلطات الدراركة ضواحي أكادير تطارد خارقي حظر التنقل الليلي

Drarga est une commune située sur la route nationale N°8 reliant Agadir et Marrakech et à 17 kilomètres de la capitale du Souss. Avec ses plus de 70.000 habitants, entre milieux urbain et rural, les autorités locales et la Gendarmerie royale se mobilisent pour faire respecter l’état d’urgence sanitaire en général, et tout particulièrement le couvre-feu nocturne, en vigueur pendant ce ramadan de 20 heures à 6 heures.

Sur les routes, des barrages ont été installés pour contrôler les autorisations exceptionnelles de déplacement. Automobilistes, motocyclistes et autres camionneurs sont tenus de justifier de documents valables, sinon ce sont des PV avec amendes, voire, selon les cas, une arrestation et un déferrement devant le Parquet.

Dans les quartiers de la commune, et dès que la nuit tombe, des patrouilles se déploient pour veiller à ce que chacun reste chez soi et ne mette pas le nez dehors, sauf pour une raison valable.

Ici à Drarga, selon des témoignages recueillis par Le360, le problème se pose surtout avec des adolescents et des jeunes qui se mettent en tête de vagabonder dans les rues. Pour se dégourdir les jambes, arguent-ils. Mais l’argument ne tient pas la route. Au meilleur des cas, ils sont priés de rentrer chez eux. Pour les «durs», c’est le fourgon des Forces auxiliaires et direction le caïdat pour une bonne explication entre quatre yeux…

Agadir : 27 MDH pour l’aménagement de Bab Al Marsa

par Yassine Saber – leseco.ma – 28/04/2021

Prévu sur 1,3 hectare, le projet de Bab Al Marsa Agadir sera marqué par la réalisation d’un nouveau marché de poisson et de restaurants en R+1. Au total, le projet comprendra 117 unités de restauration, avec une grande terrasse dédiée à la grillade ainsi qu’un espace de lecture.

Nouveau marché de poisson, restaurants neufs, espace de lecture, terrasse de grillade… L’entrée de l’ancien port de pêche d’Agadir, qui est marquée par des restaurants délabrés, fera peau neuve dans le cadre du Programme de développement urbain (PDU) d’Agadir 2020-2024. Dans ce cadre, les restaurants existants seront démolis pour laisser place à de nouveaux établissements modernes, auxquels s’ajouteront d’autres composantes. Le projet de Bab Al Marsa Agadir fait partie du sixième axe du PDU lié au renforcement des équipements sociaux de base et l’amélioration du cadre de vie à travers la réalisation/rénovation d’un ensemble de souks et marchés. Après le lancement des études techniques et le suivi des travaux en novembre 2020, la Société de développement local (SDL) Agadir Souss-Massa Aménagement qui fait partie des mécanismes de mise en œuvre du PDU vient de lancer l’appel d’offre ouvert (n°24/2021/S2A) afférent aux travaux de réalisation du marché de poisson et des restaurants à Bab Al Marsa Agadir.

Le coût des prestations a été estimée par le maître d’ouvrage, qui est la SDL Agadir Souss-Massa Aménagement, à plus de 27,4 MDH toutes taxes comprises. L’ouverture des plis de ce marché est, elle, prévue le mardi 18 mai 2021. Selon le cahier des prescriptions spéciales, la consistance des travaux prévus dans ce marché portent, entre autres, sur les gros œuvres, l’étanchéité, la réalisation d’une charpente métallique et toiles tendues, le revêtement du site, la réalisation des aménagements extérieurs et les équipements y afférents… Au total, les travaux devront être achevés dans un délai de 12 mois, y compris le délai de préparation et d’installation de chantier. Sur une assiette d’1,3 hectare, le projet Bab Al Marsa Agadir sera marqué par la réalisation d’un nouveau marché de poisson et des restaurants en R+1.

Restauration : une future zone d’attraction
Dans sa globalité, le projet sera composé de 78 unités de restauration avec terrasses au rez-de-chaussée en plus de 39 unités de restauration avec terrasses à l’étage. Cette future zone d’attraction sur le plan de la restauration verra aussi la réalisation d’un marché de poisson avec une halle aux poissons et des espaces de préparation, en plus d’une grande terrasse dédiée à la grillade et un espace de lecture à proximité de cette zone. Ce projet sera aussi doté d’un système de vidéosurveillance, destiné à contrôler, superviser et enregistrer les flux des populations, notamment les fonctionnaires, les visiteurs et les sous-traitants accédant au marché. Par ailleurs, le tracé de la première ligne du bus à haut niveau de service d’Agadir (Trambus Amalway) prend son départ au terminus du port d’Agadir, situé à proximité de la future zone d’attraction. Est également prévue la réalisation du pôle d’échange «Port de pêche» dans le cadre du BHNS, dont les travaux de la première section ont été déjà lancés (port-giratoire Kamra) au niveau du boulevard Mohammed V. Il sagit de la création d’une ligne prioritaire de BHNS d’environ 15,5 km de site propre, qui devra parcourir son territoire selon un axe Nord-Sud-Est. Elle reliera ainsi le port de pêche aux quartiers d’habitation en développement et desservira de nombreux pôles générateurs : le centre-ville commerçant et administratif, le souk, l’université, etc.

Kasbah d’Agadir : la réhabilitation en cours
Dans cette même zone jouxtant l’ancien port d’Agadir, d’autres projets ont été déjà lancés, notamment la mise en valeur de la kasbah d’Agadir et ses environs dans le cadre de la promotion culturelle, du patrimoine et des lieux de culte. Actuellement, le site, surtout le mur Est, a retrouvé son blanc d’origine. Ce travail est le résultat de la mobilisation d’une équipe pluridisciplinaire composée d’archéologues, d’historiens, d’architectes d’anthropologues et d’ingénieurs sous la houlette de Salima Naji. Pour restaurer la façade du mur Est, il a en effet fallu reconstruire les murs tels qu’ils étaient au moyen de matériaux locaux et de techniques ancestrales, sur des linéaments vérifiés par les archéologues selon leur état en 1960. Les fouilles menées dans le cadre de cette réhabilitation de la kasbah d’Agadir et ses abords ont permis découvrir l’entrée principale de la kasbah, ainsi que les restes de la muraille datant de la dynastie saadienne, un «mihrab» de la mosquée locale, une partie des installations réservées aux ablutions du même lieu de culte et une grande meule à grain, datant également du XVI siècle. Le projet sera marqué aussi par l’aménagement et l’éclairage de l’emblème national prévu à partir de cette année 2021.

%d blogueurs aiment cette page :