Tata : le minaret “Lalla Bayto-Allah”, un patrimoine architectural authentique


mapexpress.ma – 06/05/2021

Lalla Bayto-Allah de Tata: Un patrimoine architectural authentique

La mosquée de “Lalla Bayto-Allah” constitue un patrimoine architectural authentique du Sud-Est du Royaume.

Restauré en 2012, ce minaret se situant à Sidi Abdellah Ben Mbarek dans l’une des luxuriantes palmeraies d’Akka, est connu chez la population locale par le nom “Oum Hassan”, car l’édifice ressemble étrangement à la fameuse “Tour Hassan” de Rabat.

D’une hauteur de 9 mètres, ce monument religieux, porte également, le nom d’”Agadir Amghar” qui signifie “grenier du chef”. Sa base est carrée et ses quatre côtés possèdent des motifs en losange.

Fabriquée avec des briques de terre cuite d’une couleur jaune-ocre, la moitié non détruite du minaret reflète l’architecture ancienne grandiose.

Les travaux de restauration de la mosquée ont démontré que l’édifice relève de l’ère de la dynastie saadienne, étant donné la grande ressemblance avec la Tour Hassan, a indiqué à la MAP, Boujemâa Tadoumant, chercheur en archéologie.

La population de la commune de Sidi Abdellah Ben Mbarek est consciente de la nécessité de préserver ce site historique qui permettra de renforcer le tourisme culturel et même oasien puisque le minaret est entouré de dix sources d’eau douce, a-t-il ajouté.

Dans ce sens, le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports-Département de la culture-, place la protection du patrimoine immatériel au centre de son programme d’action.

En effet, la Loi n° 22-80 relative à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité interdit, sans y avoir été autorisé, d’entreprendre des fouilles, recherches terrestres ou marines dans le but de mettre au jour des monuments ou des objets mobiliers qui présentent pour le Maroc un intérêt historique, archéologique, anthropologique ou intéressant les sciences du passé et les sciences humaines en général.

Si, au cours d’un travail quelconque, une fouille entreprise dans un but non archéologique met au jours des monuments, monnaies ou objets d’art et d’antiquité, la personne qui exécute ou fait exécuter cette fouille doit aviser immédiatement de sa découverte l’autorité communale compétente.

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :