L’écotourisme, un potentiel sous exploité


par Elimane SEMBENE – maroc-hebdo.press.ma – 12/05/2021

Dunes de sables, montagnes, parcs nationaux, vallées et cours d’eau, côtes atlantiques… De sublimes richesses dont dispose le Maroc et qui ne demandent qu’à être vulgarisées pour encourager le tourisme interne.

L’écotourisme constitue une belle niche pour faire du Royaume une destination de rêve, pour les Marocains. La plupart d’entre eux qui préféraient élire domicile dans d’autres pays vont sûrement revoir leurs plans et trouver d’autres alternatives pour changer un peu d’air dans ce contexte d’asphyxie sanitaire.

Quoi de mieux alors qu’un séjour dans la nature pour échapper à la monotonie d’un confinement qui ne dit pas son nom! Le tourisme rural, partie intégrante de l’écotourisme, leur propose une panoplie d’offres qui pourraient les séduire. Des montagnes, aux dunes de sable, en passant par les vallées et cours d’eau et les découvertes culinaires.

Plus de 300 gîtes ruraux au Maroc
Pas de soucis à se faire pour l’hébergement. Ils peuvent se loger dans plus de 300 gîtes ruraux classés et recensés par le ministère du Tourisme au niveau national en 2016. Ces établissements, principalement situés dans les régions de Souss-Massa, Tanger- Tétouan-Al Hoceima et Marrakech-Safi, disposaient d’une capacité d’accueil de plus de 1.696 chambres, soit plus de 5.083 lits.

Le tourisme rural, au-delà de ces offres alléchantes, est un pourvoyeur d’emplois pour des populations frappées par le chômage. Il contribue aussi au développement économique dans l’arrière-pays. Ses activités ont rapporté 2,31 milliards de dirhams de recettes en 2015, soit 3,9% des recettes touristiques nationales.

Les passionnés de la faune ne seront pas dépaysés. Ils pourront admirer l’écosystème animalier dans les différents parcs nationaux. La Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) et le Département des Eaux et Forêts (DEF) ont d’ailleurs lancé, en janvier 2021, un projet de valorisation de dix parcs nationaux en en l’occurrence Toubkal, Tazekka, Souss-Massa, Iriki, Talassemtane, Ifrane, le Haut-Atlas oriental, Al Hoceima, Khenifiss et Khénifra, pour en faire des destinations écotouristiques. Une initiative qui entre dans le cadre de la stratégie «Forêts du Maroc 2020», lancée le 13 février 2020 par le roi Mohammed VI.

Les deux partenaires prévoient de démarrer une expérience pilote à Ifrane et de rechercher des ressources financières qui serviront à l’aménagement de ces nouvelles zones touristiques. D’après la SMIT, «la valorisation se fera selon la vocation de chaque parc en encourageant l’investissement privé et l’accompagnement à la création de TPME pour y investir et animer les circuits touristiques par de nouvelles activités selon un entrepreneuriat innovant alliant tourisme, économie et biodiversité».

Miser sur le digital
Le digital joue un rôle très important dans la vulgarisation de l’offre écotouristique en milieu rural. De nombreux jeunes entrepreneurs marocains ont lancé des initiatives pour vulgariser le potentiel du tourisme rural. On peut citer par exemple Youness Ouazri, fondateur de la startup «Ecodôme», qui fabrique des infrastructures touristiques écologiques, Loubna Mouna, directrice de l’association We Speak Citizen, un collectif d’experts qui accompagnent les associations locales dans la conception et le développement de projets à dimension sociale, environnementale, économiquement durables, ou encore Hiba Sedouane, qui, à travers sa start-up Difaya, organise des voyages alternatifs dans les zones rurales du Royaume. Le Centre régional du tourisme (CRT) de la région du Souss-Massa a aussi lancé, en février 2020, la plateforme digitale interactive All Souss-Massa, qui incite les citoyens de la localité à promouvoir les potentialités touristiques de la région.

Outre la clientèle marocaine, le numérique représente aussi une belle fenêtre pour attirer les touristes internationaux dans le Maroc des profondeurs. L’office du tourisme du Kenya l’a d’ailleurs compris en proposant des safaris virtuels, des voyages guidés à travers la faune kenyane destinés à ces visiteurs qui ne peuvent se déplacer à cause des restrictions sanitaires. Et si le Maroc s’en inspirait ?

Catégories :Actualités

1 commentaire

  1. Le Souss, le paradis du Maroc! Venez profiter et respecter ce beau pays, ses berbères, tellement accueillants. http://aourir-matribu.over-blog.com/

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :