Archives de mai 23rd, 2021

Décès de Jacqueline Caurat, speakerine pionnière et star de la télé

laprovence.com – 22/05/2021

Durant sa carrière sur le petit écran, elle anima aussi des émissions destinées aux enfants et conçu même des programmes jeunesses.
Durant sa carrière sur le petit écran, elle anima aussi des émissions destinées aux enfants et conçu même des programmes jeunesses.

Jacqueline Caurat, speakerine pionnière, star du petit écran et productrice télé, des années 1950 à 1980, est décédée à l’âge de 93 ans, a annoncé samedi sa famille à l’AFP.

Jacqueline Caurat était une des speakerines vedette de l’époque, avec Jacqueline Joubert, Jacqueline Huet et Catherine Langeais. Toutes décédées. Elle était entrée à 25 ans sur la RTF en lisant une petite annonce: la chaîne unique cherchait quelqu’un parlant l’anglais (elle était née en Angleterre) pour traduire les programmes britanniques lors du couronnement de la reine Elizabeth II, en 1953.

Prix « Ondas » de la meilleure présentatrice européenne, elle se fit un nom en tant que journaliste philatélique. Avec son époux, Jacques Mancier, chroniqueur spécialisé au Figaro, elle produisit et anima pendant deux décennies (1961-1983) « Télé-Philatélie », puis « Philatélie-Club », magazines consacrés à la philatélie et à l’histoire postale. « A l’époque (des speakerines), vous étiez considérées comme des stars. On me suivait en vacances, je posais en maillot, en couverture de magazines », a-t-elle un jour raconté à Téléstar. « Des paparazzis m’ont même photographiée avec Jacques quatre jours avant la naissance de notre première fille. On se promenait dans un square, c’est devenu un gros reportage en une d’un magazine ! ».

Durant sa carrière sur le petit écran, elle anima aussi des émissions destinées aux enfants et conçu même des programmes jeunesses. Elle enregistra aussi des disques pour enfants. Jacqueline Caurat participa également aux débuts de la télé belge avec les « Nouvelles Têtes » de Jacques Canetti (célèbre producteur de la chanson française). Sur Télé-Luxembourg, elle interviewait vedettes de cinéma et acteurs de théâtre dans « Tête-à-Tête ».

Promue officier de l’Ordre du Mérite, elle collabora également à une vingtaine de périodiques et magazines, dont Le Figaro, Femme d’Aujourd’hui, Notre Temps, Pilote, et signa plusieurs ouvrages autour de la Philatélie, tel « Les J.O. d’hiver à travers les Timbres-Poste » (Presse de la Cité).

La France seconde au grand-Prix Eurovision de la chanson !

facebook.com/laprovence – 23/05/2021

· 🇫🇷🇫🇷 La France finit 2e a l’Eurovision ! Un grand bravo à Barbara Pravi ! ❤️

Peut être une image de 1 personne et position debout

Crédit photo : FTV – Joël Saget

La vidéo du passage de Barbara Pravi :

Et le classement général :

Image

Amélioration de la biodiversité: 4,5 millions d’arbres plantés par OCP à fin 2020

medias24.com – 22/05/2021

A l’occasion de la journée internationale de la biodiversité, célébrée le 22 mai, le groupe OCP, fait le point sur ses réalisations.

Conscient des menaces qui pèsent sur la biodiversité, et agissant comme un acteur industriel engagé, le groupe OCP a mis en place une stratégie de préservation de la biodiversité basée sur la connaissance, le suivi et l’évaluation de ce patrimoine afin de prendre les mesures nécessaires qui permettent de réduire ses impacts sur la faune et la flore, et contribuer à sa conservation, voire même son amélioration.

Dans cette optique, chaque site industriel où le groupe opère a fait l’objet d’une analyse de la biodiversité et d’une autorisation d’exploitation délivrée par les autorités nationales et dispose d’un plan de gestion pour ses espaces verts et les zones environnantes.

Ainsi, la composante biodiversité fait partie intégrante des sujets évalués préalablement à l’ouverture de ses nouvelles mines et la construction de ses nouvelles unités industrielles. Pour exemple, le Groupe OCP s’est associé à des experts internationaux pour réaliser une étude pilote dans la mine de Boucraa et développer un cadre best-in-class qui sera dupliqué sur l’ensemble de ses sites.

Au-delà de la phase de conception, OCP mène une évaluation continue de l’impact de son activité sur la biodiversité à travers des études conformes aux normes internationales en la matière. Dans ce cadre, OCP conduit, actuellement, une étude portée par une équipe d’experts et chercheurs en biodiversité, visant le renforcement de la cartographie de la flore et de la faune existante, le listing des espèces rares et menacées d’extinction, l’évaluation de la régénération naturelle de la biodiversité des terres exploitées ainsi que l’évaluation des pressions et menaces de l’activité minière sur la diversité biologique.

Elle repose également sur quatre phases essentielles en commençant par le cadrage de l’étude, l’inventaire et le diagnostic de la biodiversité au niveau des sites ciblés, l’évaluation intégrée de la biodiversité et enfin par la proposition d’un plan d’actions pour la préservation de la biodiversité des sites opérationnels OCP.

En complément des efforts de préservation, OCP s’engage également dans l’amélioration de la biodiversité à travers plusieurs initiatives, notamment son programme de réhabilitation minière et d’afforestation, qui a permis à fin 2020 la plantation de 4,5 millions d’arbres au profit de la communauté. Des cultures adaptées telles que l’arganier et l’olivier poussent désormais sur des sites réhabilités. La culture du quinoa a été également expérimentée dans la région du Gantour et le Groupe OCP a introduit en 2020 le goji et le romarin comme de nouvelles alternatives aux cultures à très haute valeur ajoutée, dans ses régions minières.

Agadir : l’UNESCO pour le Maghreb et Surfrider Foundation Maroc sensibilisent les collégiens à la journée mondiale de la biodiversité sous le thème : « moins de déchets pour préserver la biodiversité marine !»

À l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité du 22 mai qui s’inscrit dans le 15ème objectif de développement durable, le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb en partenariat avec Surfrider Foundation Maroc et la Direction Provinciale de l’Education et la Formation Professionnelle d’Agadir Ida Outanane organisent trois ateliers de sensibilisation au sein du Lycée Collégial Abdellah Ibn Abbes à Tamraght sous le slogan « Je suis un héro du Souss, faites partie de la solution ».

Mardi 18 mai, les élèves du Lycée Collégial Abdellah Ibn Abbes ont été sensibilisés à la pollution marine ainsi qu’à la richesse de la biodiversité dans la région Souss Massa, abritant la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie, reconnue en tant que telle en 1998 par l’UNESCO. Durant ce premier atelier, les élèves ont pu réfléchir aux écogestes à adopter pour protéger l’océan.

Afin d’allier la théorie à la pratique, une Initiative Océane a eu lieu vendredi 21 mai sur la plage d’Imouran, Commune Rurale d’Aourir. Les déchets collectés ont servi à la création d’une œuvre vivante « La Vague » lors d’un atelier de Récup’art animé par l’artiste marocaine Ghizlane Sahli.


Pour plus d’informations contacter :

Bureau Multipays de l’UNESCO pour le Maghreb : BASMA MESKI 

Téléphone : +212 661601440

Email : b.meski@unesco.org

Le drame des « enfants perdus » de Ceuta

lorientlejour.com – 23/05/2021

« Nos équipes travaillent sans relâche pour trouver les familles et assurer le retour immédiat de l’enfant, parce que c’est ce que les parents et les enfants veulent ».

Le drame des
Des enfants migrants mangent des pommes dans une rue de Ceuta, avant de passer un test de dépistage pour le coronavirus, le 19 mai 2021. Photo AFP / Antonio Sempere

Quelques jours après l’arrivée massive d’au moins 8.000 migrants en provenance du Maroc voisin, la petite enclave espagnole de Ceuta se dit incapable d’apporter seule l’aide dont ont besoin des centaines d’enfants et d’adolescents encore présents, dont beaucoup errent dans les rues.

L’une des membres du gouvernement de cette ville autonome, María Isabel Deu, a déclaré vendredi à la presse que le nombre de migrants arrivés depuis lundi matin était compris « entre 8.000 et 10.000 ». « Il semble que 6.600 sont repartis pour le Maroc », a-t-elle ajouté. Des responsables gouvernementaux avaient estimé que parmi les migrants arrivés, environ 1.500 avaient moins de 18 ans, mais Mme Deu a assuré que la municipalité ne pouvait confirmer ce chiffre. A cela s’ajoute la difficulté, dans ce genre de situation, de déterminer l’âge exact des jeunes migrants.

Vendredi, 438 enfants et adolescents étaient enregistrés dans deux centres municipaux, où ils étaient hébergés et nourris après avoir été testés pour le Covid-19, et un troisième centre était en voie d’aménagement, a indiqué Mme Deu. Mais beaucoup d’autres, sans doute des centaines, déambulaient dans les rues, dormant à la belle étoile dans des parcs ou sur des bancs. La quasi-totalité n’ont pas d’argent et ne parlent pas un mot d’espagnol. Certains sont venus seuls, alors que d’autres ont franchi la frontière avec des amis ou des frères plus âgés. La quasi-totalité sont des garçons, des adolescents ou des jeunes gens ayant une vingtaine d’années.

Parfois, le désespoir l’emporte. Un jeune migrant, dont l’âge n’est pas connu, a ainsi tenté vendredi de se pendre avec un câble métallique sur la promenade de Ceuta. Il a été ranimé d’extrême justesse par la police, alertée par un passant.

« On n’y arrive pas »
Les autorités de cette petite ville de 84.000 habitants ont admis qu’elles étaient dépassées par la situation et appelé les 17 régions du pays à faire preuve de solidarité. « On n’y arrive pas, il y a trop d’enfants », avait lancé dans la semaine un autre membre du gouvernement local, Carlos Rontomé Romero. « Nous sommes la frontière, nous sommes la digue, mais nos capacités sont limitées. Nous sommes une petite ville de 19 km », c’est très difficile « d’absorber toutes ces personnes », déclarait-il dans une interview à la radio nationale espagnole.

Depuis, 200 mineurs non accompagnés qui se trouvaient déjà hébergés à Ceuta ont été répartis dans diverses régions d’Espagne afin de faire de la place pour les nouveaux arrivants. 

Les ONG disent être elles aussi dépassées par l’étendue des besoins à Ceuta. « Aucune ONG, ni l’Etat espagnol, ni aucun Etat européen ne pourrait faire face à cette quantité de personnes », affirme Abdessalam Mohammed Hussein, responsable de l’ONG locale « Alas Protectoral » (Ailes protectrices). 

Beaucoup de ces jeunes disent que leurs parents ne savent pas où ils sont. « Ma mère doit être très inquiète maintenant, parce que j’étais le seul qui ramenait de l’argent pour permettre à la famille de manger », confie à l’AFP Omar Luriaghri, qui dit être âgé de 16 ans. Il ne peut même pas l’appeler, car elle n’a pas de téléphone. Son rêve, dit-il, est « de travailler ici comme balayeur ».

Retrouver les parents
La priorité de la ville est de retrouver les parents. Elle a donc ouvert jeudi une « hotline », qui a reçu « plus de 4.400 appels » en 24 heures, a précisé Mme Deu. « Nos équipes travaillent sans relâche pour trouver les familles et assurer le retour immédiat de l’enfant, parce que c’est ce que les parents et les enfants veulent », a-t-elle déclaré. « Beaucoup pleurent et veulent rentrer chez eux depuis leur arrivée ».

Mais les choses ne sont pas si simples, car la loi interdit qu’un mineur soit renvoyé dans le pays d’où il vient sans que sa situation soit évaluée avec soin. « Renvoyer des enfants n’est pas légal et ne peut pas être toléré », avertit Ricardo Ibarra, responsable d’une association qui regroupe des ONG dans le domaine de la défense des droits des enfants. Il dit craindre que certains jeunes soient refoulés sans bénéficier des protections prévues par la loi. Car le cas de chaque mineur doit être examiné individuellement pour déterminer « s’il est préférable de le renvoyer ou qu’il reste en Espagne », a précisé à l’AFP l’avocat Albert Pares Casanova. C’est le gouvernement espagnol « qui décide en dernier ressort s’ils doivent partir ou peuvent rester », a-t-il ajouté.

Un porte-parole du ministère espagnol de l’Intérieur a assuré à l’AFP que tous les retours de migrants se faisaient dans le respect des procédures prévues par la loi. Mais il a aussi indiqué ne pas avoir de détails sur les âges des personnes renvoyées au Maroc.

Eure. Pour son raid solidaire, Virginie Le Nai recherche des sponsors

par Aurélie Hébert – actu.fr/normandie – 23/05/2021

Virginie Le Nai, installée à Romilly-sur-Andelle, dans l’Eure participera au raid humanitaire et solidaire Cœur d’Argan. Elle cherche des sponsors pour financer cette aventure.

Installée à Romilly-sur-Andelle dans l'Eure, Virginie Le Nai lance un appel afin de trouver des sponsors pour financer le raid humanitaire cœur d'Argan auquel elle participera fin octobre avec sa meilleure amie, Aurélie Halé.

Installée à Romilly-sur-Andelle dans l’Eure, Virginie Le Nai lance un appel afin de trouver des sponsors pour financer le raid humanitaire cœur d’Argan auquel elle participera fin octobre avec sa meilleure amie, Aurélie Halé. (©L’Impartial)

Allier grands espaces, aventure et solidarité… un rêve que Virginie Le Nai s’apprête à réaliser.

La mère de famille installée à Romilly-sur-Andelle, dans l’Eure,  participera au raid solidaire Cœur d’Argan.

Elle s’élancera dans cette aventure humaine et solidaire, du 31 octobre au 6 novembre 2021, avec sa meilleure amie, Aurélie Halé, originaire du Havre.

Une aventure humaine

« J’aime relever des défis, sportifs, notamment. Je me suis toujours dit que je participerai à ce type d’aventure », précise Virginie Le Nai, mère de famille de 43 ans, gestionnaire en assurance.

Après des recherches, les deux amies découvrent ce raid cœur d’Argan.

Ce raid 4×4, c’est une aventure humaine et solidaire qui rassemble des femmes touchées directement ou indirectement par la maladie. De plus, l’association organisatrice, Les Lyonnes de Tatooïne reverse 100 % des bénéfices du raid aux associations qu’elle soutient. En 2019, ce sont ainsi quelque 30 000 € qui ont été reversés.

Bien décidées à faire quelque chose de concret pour la lutte contre les cancers féminins, les deux amies s’inscrivent.

Là on s’est dit on arrête d’en parler et on le fait.

D’autant que le fait que les équipages ne soient qu’une quinzaine les a séduit. « Cela reste familial. »

8 000 € à collecter

S’engage alors une course aux sponsors. Car pour participer, le duo a estimé son besoin de financement à 8 000 €.

7 700 € pour l’inscription qui comprend le prêt de la voiture, les bivouacs…, 500 € de frais et nos billets d’avion.

Une somme non négligeable donc pour les participantes qui ont donc lancé des bouteilles à la mer en espérant séduire les entreprises notamment.

Mais avec la crise sanitaire, la frilosité est de mise. Elles lancent donc de nouveau un appel.

En participant financièrement, une entreprise verra son logo apposé sur notre 4X4 mais aussi nos T-shirt, nos réseaux sociaux. De plus, les sommes versées par des sponsors sont déductibles du résultat imposable.

Les deux amies ont déjà pu compter sur l’aide d’une entreprise locale Start’R Communication qui leur a fabriqué le logo et les dépliants de présentation.

Sans oublier le restaurant Ô Petit Creux situé à Pîtres.

Virginie Le Nai de Romilly-sur-Andelle, dans l'Eure et Aurélie Halé du Havre participeront au raid solidaire Coeur d'Argan en fin d'année. Elles sont encore à la recherche de sponsors.,

Virginie Le Nai de Romilly-sur-Andelle, dans l’Eure et Aurélie Halé du Havre participeront au raid solidaire Cœur d’Argan en fin d’année. Elles sont encore à la recherche de sponsors., (©DR)

Une cagnotte Leetchi

Et les deux aventurières solidaires ont aussi lancé une cagnotte en ligne, via la plateforme de financement participative Leetchi : Les Pétillantes – Raid Cœur d’Argan 2021.

Quant à celles et ceux qui voudraient les soutenir mais qui n’auraient pas accès à un ordinateur, il est possible d’adresser un chèque par voie postale.

Si elles réussissent à boucler leur budget, les deux amies partiront donc à l’assaut du désert marocain à la fin octobre, sous le nom des Pétillantes.

À bord de leur 4×4, Virginie et Aurélie découvriront la région d’Agadir tout en récoltant des fonds au profit de la lutte contre les cancers féminins.

Une aventure humaine et solidaire qui ne pourra voir le jour que grâce à la mobilisation.

Pour contacter le duo :
Virginie Le Nai 07 60 87 56 20 ou virginie.lenai@gmail.com
Aurélie Halé 06 34 58 33 19 aurelie.hale@orange.fr
Facebook : Les Pétillantes – Raid Cœur d’Argan 2021.
%d blogueurs aiment cette page :