Le drame des « enfants perdus » de Ceuta


lorientlejour.com – 23/05/2021

« Nos équipes travaillent sans relâche pour trouver les familles et assurer le retour immédiat de l’enfant, parce que c’est ce que les parents et les enfants veulent ».

Le drame des
Des enfants migrants mangent des pommes dans une rue de Ceuta, avant de passer un test de dépistage pour le coronavirus, le 19 mai 2021. Photo AFP / Antonio Sempere

Quelques jours après l’arrivée massive d’au moins 8.000 migrants en provenance du Maroc voisin, la petite enclave espagnole de Ceuta se dit incapable d’apporter seule l’aide dont ont besoin des centaines d’enfants et d’adolescents encore présents, dont beaucoup errent dans les rues.

L’une des membres du gouvernement de cette ville autonome, María Isabel Deu, a déclaré vendredi à la presse que le nombre de migrants arrivés depuis lundi matin était compris « entre 8.000 et 10.000 ». « Il semble que 6.600 sont repartis pour le Maroc », a-t-elle ajouté. Des responsables gouvernementaux avaient estimé que parmi les migrants arrivés, environ 1.500 avaient moins de 18 ans, mais Mme Deu a assuré que la municipalité ne pouvait confirmer ce chiffre. A cela s’ajoute la difficulté, dans ce genre de situation, de déterminer l’âge exact des jeunes migrants.

Vendredi, 438 enfants et adolescents étaient enregistrés dans deux centres municipaux, où ils étaient hébergés et nourris après avoir été testés pour le Covid-19, et un troisième centre était en voie d’aménagement, a indiqué Mme Deu. Mais beaucoup d’autres, sans doute des centaines, déambulaient dans les rues, dormant à la belle étoile dans des parcs ou sur des bancs. La quasi-totalité n’ont pas d’argent et ne parlent pas un mot d’espagnol. Certains sont venus seuls, alors que d’autres ont franchi la frontière avec des amis ou des frères plus âgés. La quasi-totalité sont des garçons, des adolescents ou des jeunes gens ayant une vingtaine d’années.

Parfois, le désespoir l’emporte. Un jeune migrant, dont l’âge n’est pas connu, a ainsi tenté vendredi de se pendre avec un câble métallique sur la promenade de Ceuta. Il a été ranimé d’extrême justesse par la police, alertée par un passant.

« On n’y arrive pas »
Les autorités de cette petite ville de 84.000 habitants ont admis qu’elles étaient dépassées par la situation et appelé les 17 régions du pays à faire preuve de solidarité. « On n’y arrive pas, il y a trop d’enfants », avait lancé dans la semaine un autre membre du gouvernement local, Carlos Rontomé Romero. « Nous sommes la frontière, nous sommes la digue, mais nos capacités sont limitées. Nous sommes une petite ville de 19 km », c’est très difficile « d’absorber toutes ces personnes », déclarait-il dans une interview à la radio nationale espagnole.

Depuis, 200 mineurs non accompagnés qui se trouvaient déjà hébergés à Ceuta ont été répartis dans diverses régions d’Espagne afin de faire de la place pour les nouveaux arrivants. 

Les ONG disent être elles aussi dépassées par l’étendue des besoins à Ceuta. « Aucune ONG, ni l’Etat espagnol, ni aucun Etat européen ne pourrait faire face à cette quantité de personnes », affirme Abdessalam Mohammed Hussein, responsable de l’ONG locale « Alas Protectoral » (Ailes protectrices). 

Beaucoup de ces jeunes disent que leurs parents ne savent pas où ils sont. « Ma mère doit être très inquiète maintenant, parce que j’étais le seul qui ramenait de l’argent pour permettre à la famille de manger », confie à l’AFP Omar Luriaghri, qui dit être âgé de 16 ans. Il ne peut même pas l’appeler, car elle n’a pas de téléphone. Son rêve, dit-il, est « de travailler ici comme balayeur ».

Retrouver les parents
La priorité de la ville est de retrouver les parents. Elle a donc ouvert jeudi une « hotline », qui a reçu « plus de 4.400 appels » en 24 heures, a précisé Mme Deu. « Nos équipes travaillent sans relâche pour trouver les familles et assurer le retour immédiat de l’enfant, parce que c’est ce que les parents et les enfants veulent », a-t-elle déclaré. « Beaucoup pleurent et veulent rentrer chez eux depuis leur arrivée ».

Mais les choses ne sont pas si simples, car la loi interdit qu’un mineur soit renvoyé dans le pays d’où il vient sans que sa situation soit évaluée avec soin. « Renvoyer des enfants n’est pas légal et ne peut pas être toléré », avertit Ricardo Ibarra, responsable d’une association qui regroupe des ONG dans le domaine de la défense des droits des enfants. Il dit craindre que certains jeunes soient refoulés sans bénéficier des protections prévues par la loi. Car le cas de chaque mineur doit être examiné individuellement pour déterminer « s’il est préférable de le renvoyer ou qu’il reste en Espagne », a précisé à l’AFP l’avocat Albert Pares Casanova. C’est le gouvernement espagnol « qui décide en dernier ressort s’ils doivent partir ou peuvent rester », a-t-il ajouté.

Un porte-parole du ministère espagnol de l’Intérieur a assuré à l’AFP que tous les retours de migrants se faisaient dans le respect des procédures prévues par la loi. Mais il a aussi indiqué ne pas avoir de détails sur les âges des personnes renvoyées au Maroc.

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :