Archives de juin 1st, 2021

L’Espagne prolonge jusqu’au 30 juin les restrictions aux voyageurs et la fermeture des frontières avec le Maroc

Source espagnole : elestrechodigital.com – 31/05/2021

En vertu de l’application du principe de réciprocité, la nécessité de prendre en compte la fermeture actuelle des frontières en vigueur dans le pays voisin est prise en compte.

L'Espagne prolonge jusqu'au 30 juin les restrictions aux voyageurs et la fermeture des frontières avec le Maroc

Le Journal officiel de l’État (BOE) a publié un arrêté du ministère de l’Intérieur prolongeant jusqu’au 30 juin les restrictions pour les voyages non essentiels de pays tiers vers l’Union européenne et les pays associés à Schengen en raison de la pandémie de COVID-19, par conséquent, l’exécutif proroge une ordonnance du 17 juillet 2020 dans laquelle une série de critères et de règles ont été établis pour restreindre les voyages en provenance de pays tiers. Cette règle fait référence au code frontières Schengen et inclut le refus d’entrée à tout ressortissant de pays tiers, avec des exceptions.

En outre, en ce qui concerne l’Algérie et le Maroc, il est garanti que, lors de l’application du principe de réciprocité, la nécessité de prendre en compte l’actuelle fermeture des frontières qui régit les deux pays et les raisons qui le soutiennent soit prise en compte. comme le volume habituel considérable de voyages entre chacun d’eux et l’Espagne.

Ainsi, l’exécutif prolonge jusqu’au 30 juin la fermeture des frontières avec le Maroc à un moment où le passage de plus de 7 000 personnes du Maroc à Ceuta après la crise diplomatique entre l’Espagne et ce pays est encore récent.

En ce qui concerne les exceptions, elles s’appliquent aux résidents habituels de l’UE, des États associés à Schengen, d’Andorre, de Monaco, du Vatican ou de Saint-Marin, aux titulaires d’un visa de longue durée délivré par un État membre ou un État associé à Schengen, aux professionnels de la santé qu’ils se rendent ou reviennent d’exercer leur activité professionnelle, les transports, le personnel maritime et aéronautique, les organisations diplomatiques, consulaires et internationales, le personnel militaire et de la protection civile.

Ainsi que les étudiants qui effectuent leurs études dans les États membres ou les États associés à Schengen, les travailleurs hautement qualifiés dont le travail est nécessaire, les personnes qui voyagent pour des raisons familiales impératives dûment accréditées et les personnes qui justifient de cas de force majeure.

L’Espagne prolonge la fermeture de ses frontières avec le Maroc jusqu’au 30 juin

Source marocaine : yabiladi.com – 31/05/2021

Le ministère espagnol de l’Intérieur a prolongé, jusqu’au 30 juin, les restrictions imposées par le royaume ibérique aux déplacements non essentiels en provenance des pays tiers vers l’Union européenne et les pays associés à Schengen en raison de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Selon l’agence Europa Press, le décret a été publié samedi au Journal officiel de l’Etat (BOE).

L’exécutif espagnol prolonge ainsi une décision prise le 17 juillet 2020, qui établit une série de critères et de règles pour restreindre les voyages en provenance de pays tiers. En outre, pour le cas de l’Algérie et du Maroc, les autorités espagnoles prennent aussi en compte le principe de réciprocité avec l’actuelle fermeture des frontières des deux pays et les raisons qui la soutiennent, ajoute l’agence.

Celle-ci rappelle que le décret prévoit quelques exceptions. Les résidents de l’Union européenne, les titulaires d’un visa de longue durée délivré par un Etat membre, les étudiants qui effectuent leurs études dans les Etats membres ou les Etats associés à l’espace Schengen, les travailleurs hautement qualifiés, les personnes qui voyagent pour des raisons familiales et celles qui justifient de cas de force majeure, ne seront pas concernées par ce décret.

Le Maroc va-t-il augmenter le prix de l’eau ?

bladi.net – 01/06/2021

Pour pallier la pénurie d’eau imminente au Maroc, la Commission spéciale pour le modèle de développement (CSMD) suggère aux autorités marocaines d’augmenter le prix de l’eau potable afin d’en réduire la consommation.

Le Maroc va-t-il augmenter le prix de l’eau ?

Ce comité a fait quatre propositions pour contrer la menace de pénurie d’eau au Maroc. Dans un rapport détaillé, il appelle à une gestion séparée de l’approvisionnement en eau et en électricité, ce qui suppose la scission de l’Office national d’électricité et d’eau potable (ONEE), une autonomie financière dans la fourniture des deux services et plus de transparence dans l’indication des coûts pour chaque service. Dans ce sens, le comité propose une révision des tarifs pour sensibiliser à une consommation rationnelle de l’eau.

Aussi, le comité recommande-t-il d’élaborer un plan réaliste d’approvisionnement en eau afin de mieux gérer la pénurie. Il propose également la création d’une agence nationale de gestion de l’eau qui aura pour mission principale la gestion de la politique publique et sectorielle de l’eau et la détermination des tarifs des infrastructures destinées à l’embouteillage, la production et le transport de l’eau.

Le comité, organe consultatif créé en 2019 par le roi Mohammed VI pour conseiller les autorités dans la prise de certaines décisions à fort impact social, recommande au gouvernement de faire de la conservation des ressources en eau l’un des objectifs stratégiques de développement.

Au Maroc, la pénurie d’eau constitue une menace pour l’équilibre économique, environnemental et social du pays, notamment dans les zones arides et semi-arides, et dans les régions où les habitants exploitent les ressources en eau pour gagner leur vie.

Maroc : Le gouvernement annonce un assouplissement des mesures préventives

lematin.ma – 31/05/2021

Maroc: Le gouvernement annonce un assouplissement des mesures préventives

La décision tant attendue a fini par tomber. Le gouvernement marocain a enfin décidé d’alléger les mesures restrictives à partir de ce 1er juin.

Dans un communiqué diffusé à l’instant, le gouvernement a annoncé une série de mesures impliquant un allégement des restrictions suite à l’amélioration de la situation épidémiologique du pays.

Ainsi, il a été décidé d’autoriser les rassemblements et les activités se déroulant dans les espaces ouverts, ceci dans la limite de 100 personnes. Cette limite a été réduite à 50 personnes pour les espaces clos.

Pour pouvoir dépasser le nombre fixé, une autorisation spéciale délivrée par les autorités compétentes sera nécessaire, précise-t-on.

L’assouplissement des mesures concerne également les transports publics, dont la capacité d’accueil a été étendue à 75%, ainsi que les théâtres, les salles de cinéma, les centres culturels, les bibliothèques, les musées et les monuments, désormais autorisés à rouvrir leurs portes à condition de ne pas excéder 50% de leur capacité d’accueil.

De même pour les salles de fête qui pourront reprendre leurs activités en veillant à ne pas dépasser 50% de leur capacité d’accueil et dans la limite de 100 personnes.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé la réouverture des plages avec obligation de respecter la distanciation physique, ainsi que celle des piscines dans la limité de 50% de leur capacité d’accueil.

Covid-19 : 108 nouveaux cas en 24H, plus de 5.400.000 personnes complètement vaccinées

Maroc-diplomatique.net – 31/05/2021

Un total de 108 nouveaux cas d’infection au coronavirus et de 163 guérisons a été enregistré au Maroc au cours des dernières 24 heures, a indiqué lundi le ministère de la Santé.

Groupe d'Analyse et de Théorie Economique - UMR5824 - Les recherches au  GATE sur le COVID-19

Le nombre de personnes ayant reçu la première dose du vaccin a atteint 8.674.931, indique le ministère dans son bulletin quotidien sur la situation de la Covid-19, relevant que les personnes complètement vaccinées (1ère et 2ème doses) sont au nombre de 5.468.470.

Les nouveaux cas d’infection portent à 519.216 le nombre total des contaminations depuis le premier cas signalé en mars 2020, tandis que le nombre des personnes rétablies est passé à 507.125, soit un taux de guérison de 97,7%, précise le ministère.

A ce jour, le nombre total des décès est passé à de 9.147, après 4 nouveaux décès enregistrés dans les régions de Casablanca-Settat (3) et Drâa-Tafilalet (1), soit un taux de létalité de 1,8%.

Les nouveaux cas de contamination ont été recensés dans les régions de :
Casablanca-Settat (40),
Souss-Massa (26),
Dakhla-Oued Eddahab (11),
Rabat-Salé-Kenitra (8),
Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7),
Marrakech-Safi (6),
Fès-Meknès (3),
l’Oriental (3),
Beni Mellal- Khénifra (2),
Darâa-Tafilalet (1) et
Laâyoune-Sakia El Hamra (1).

Les cas actifs sont au nombre de 2.944, tandis que les cas sévères ou critiques ont atteint 231, dont 9 placés sous intubation et 99 sous ventilation non invasive.

Lancement d’une expérience pilote en matière de restauration scolaire à Souss-Massa

lematin.ma – MAP – 01/06/2021

Lancement d'une expérience pilote en matière de restauration scolaire à Souss-Massa

Une expérience pilote au niveau national en matière de restauration scolaire vient d’être lancée à Agadir, par l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Souss-Massa.

L’adoption de ce nouveau système de cantines scolaires, fait suite à une étude diagnostique et scientifique pour identifier les points forts et faibles de l’ancien système, a indiqué à la MAP, le directeur de l’AREF de Souss-Massa, Mohamed Jai Mansouri à l’occasion d’une visite à la cantine du lycée qualifiant «Grand Agadir».

L’ancien modèle de restauration scolaire a été géré par l’établissement scolaire à travers des conventions-cadres réglant l’approvisionnement en produits alimentaires, le recrutement du personnel pour la préparation et le service des repas, ainsi que l’achat de matériel, a expliqué le responsable, faisant remarquer que ce processus exige un effort considérable de la part des établissements scolaires, une importante paperasse et beaucoup de ressources humaines.

En effet, le ministère de tutelle a décidé de rassembler ces différentes conventions-cadres dans un seul appel d’offre, suivant lequel le fournisseur se charge de préparer et servir les repas et apporte son propre matériel et ressources humaines, a relevé de directeur, faisant savoir que l’AREF se focalise uniquement sur la qualité de la nourriture présentée aux élèves.

Ainsi, le contenu des repas a connu une amélioration considérable et des portions individuelles saines et équilibrées sont venues remplacer le grand plat collectif, a-t-il ajouté, notant que cette expérience réussie a été saluée par les élèves, les parents, les fournisseurs, ainsi que le ministère.

«Un guide de restauration qui s’étale sur plus de 100 pages, a été élaboré pour partager cette expérience réussie avec les autres académies et la généraliser au niveau national», a-t-il conclu.

Deux Opérations d’assistance en mer par la Marine Royale ce week-end (source militaire)

maptanger.ma – 31/05/2021

Un garde-côtes de la Marine Royale en patrouille maritime a porté assistance, samedi, à une embarcation de fortune en difficulté, avec à bord, dix candidats à l’émigration clandestine, tous Subsahariens. Ces derniers se trouvaient dans un état de santé critique, apprend-on de source militaire.

Le même garde-côtes a porté secours, dimanche tôt le matin, dans des conditions météorologiques très défavorables, à neuf migrants illégaux d’origine subsaharienne, dans un état de santé très dégradé.

Les 19 personnes secourues ont reçu les soins nécessaires à bord du garde-côtes de la Marine Royale, avant d’être ramenés tous sains et saufs au port de Tanger et remis à la Gendarmerie Royale pour les procédures d’usage, précise-t-on.

Pourra-t-on voyager au Maroc cet été ? «C’est le flou artistique le plus complet»

Par Anne-Claire Delorme – lefigaro.fr – 01/06/2021

Les Français pourront-ils retourner au Maroc cet été ? Si l’intérêt des voyageurs est manifeste, les réservations sont à la traîne, faute de visibilité. En attendant, le royaume commence à alléger les contraintes et à préparer l’été.

Porte Bab Boujloud (Porte Bleue), à Fès. ROBERTO FRANKENBERG / Le Figaro Magazine

Le soleil a beau briller sur le Maroc et les plages dérouler leurs tapis dorés, le climat reste incertain pour les voyages à l’approche de la saison estivale. Et une question se fait pressante : peut-on réserver ses vacances au Maroc cet été ? « On est dans le flou artistique le plus complet » résume René-Marc Chikli, président du Syndicat des Entreprises du Tour-Opérating (Seto). Car plusieurs obstacles subsistent encore sur la route des vacances au Maroc.

Pour le moment, comme pour la plupart des pays extérieurs à l’Union européenne, toute entrée en France et toute sortie à destination ou en provenance du Maroc reste interdite sauf motif impérieux. Un frein que les professionnels du tourisme espèrent voir lever prochainement avec la reprise des flux touristiques extra-européens en fonction des conditions sanitaires annoncée par le gouvernement français pour le 9 juin. « Nous mettons la pression pour que les destinations du Maghreb rentrent dans la liste des pays sans motifs impérieux et sans quarantaine », indique Jean-Pierre Mas, président de l’association professionnelle Les Entreprises du Voyage, qui a bon espoir de voir la demande aboutir.

Le ciel marocain toujours fermé

Encore faut-il que le Maroc rouvre son ciel. Alors que l’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 10 juin et que les liaisons aériennes restent suspendues jusqu’à nouvel ordre avec une cinquantaine de pays dont la France, aucune date pour une reprise des vols n’a pour l’instant été donnée par les autorités, pas plus qu’un protocole sanitaire pour l’entrée sur le territoire marocain.

En attendant, les supputations vont bon train. Signe encourageant : en accord avec les recommandations du Comité scientifique et technique national, les contraintes tendent à s’alléger. Depuis le 21 mai, le couvre-feu est reporté à 23 heures et les restaurants, bars et commerces peuvent rester ouverts jusqu’à cette heure limite. Des décisions qui s’appuient sur la stabilité de la situation sanitaire et l’avancée de la campagne de vaccination (5,1 millions de personnes vaccinées et 8,3 millions de primo-injections au 27 mai) visant une population cible de 30 millions.

À la faveur de cet allègement, les villes retrouvent un peu de leur animation. À Marrakech, l’agenda culturel commence à se remplir et les hôtels peaufinent leurs jardins tandis qu’à Agadir, on savoure les plaisirs de la plage enfin retrouvée. De leur côté, les clubs se préparent, avec le cas échéant des mesures pour rassurer les clients, allant d’une politique d’annulation plus souple à la facilitation des tests PCR. Le Club Med a déjà annoncé l’ouverture de son club de Marrakech le 12 juin et du club Yasmina de Cabo Negro près de Tanger le 26 juin. D’autres tablent plutôt sur une ouverture début juillet à l’instar d’Alpitour et de son Bravo Club d’Agadir tout frais rénové. « Nous ne nous attendons pas à un été extraordinaire », note Patrice Caradec, président d’Alpitour France, qui n’engrange pour l’instant que des reports de réservations antérieures. « Mais nous espérons réaliser un juillet-août correct, et au-delà, faire redémarrer la destination et nos équipes ».

L’intérêt est là

Si les nouvelles réservations tardent encore pour l’été – elles sont quasiment inexistantes chez les agences de voyages et tour-opérateurs membres des Entreprises du Voyage et du Seto – l’intérêt pour le Maroc est là. Pour Expedia, Marrakech est à la 10e place des destinations les plus recherchées pour l’été et MisterFly note une reprise encourageante des ventes depuis mai, avec une concentration sur juillet et août.

Reste une question, les avions seront-ils au rendez-vous ? Des professionnels français s’inquiètent d’une possible pénurie et d’une envolée des prix à la clef. Selon les données de l’Office national Marocain du Tourisme (ONMT) qui prépare une grande campagne internationale de relance, 4,9 millions de sièges (soit 76% de la capacité de 2019) sont planifiés pour l’été toutes destinations confondues. Chez Easyjet, des vols sont prévus dès le 12 juin pour le Maroc au départ de France et Transavia table de son côté sur une vingtaine de routes depuis Paris, Nantes, Lyon et Montpellier à partir du 11 juin. Mais la compagnie prend bien soin de préciser que le programme sera opéré « en fonction de la levée des restrictions de voyage et de l’ouverture des frontières ».

Autoroutes Du Maroc : Le chiffre d’affaires reste stable au premier trimestre

leboursier.ma – 31/05/2021

ADM : Le chiffre d’affaires reste stable au premier trimestre

Avec la reprise du trafic autoroutier depuis la levée du confinement, les recettes Péages sont en hausse de 4% par rapport au dernier trimestre 2020. L’endettement demeure stable à 38 milliards de dirhams.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’élève à 897 millions de dirhams à fin mars 2021, en stagnation par rapport à la même période l’an dernier (895 millions de dirhams). Cette stagnation cache « l’amélioration de 4% du chiffre d’affaires lié à l’investissement avec l’avancement des chantiers de construction » explique le groupe.

Pour le chiffre d’affaires exploitation, et grâce à la reprise progressive et soutenue du niveau du Traffic sur le réseau autoroutier depuis la levée du confinement, la recette Péage du premier trimestre 2021 affiche une amélioration de 4% par rapport au quatrième trimestre 2020 et une légère baisse de -1,4% par rapport au premier trimestre 2020.

Les investissements atteignent 187 millions de dirhams sur la période, en hausse de 4%. Ils concernent essentiellement les travaux de triplement des tronçons de Casablanca-Berrechid, le Contournement de Casablanca et les projets d’automatisation.

Les dettes consolidées restent stables par rapport à la même période en 2020 à 38 milliards de dirhams.

Le groupe annonce avoir inauguré plusieurs infrastructures durant les trois premiers mois de l’année. Il s’agit notamment :

• D’une salle de contrôle nouvelle génération au sein du nouveau Centre Info Trafic de ADM, dotée d’équipements « High tech » pour sécuriser, fluidifier et contrôler le trafic sur l’ensemble du réseau autoroutier national 24/7

• De deux nouvelles stations-service sur l’axe autoroutier Casablanca – Agadir, au niveau des aires de repos Abdelmoumen sur la descente d’Ameskroud vers Agadir et de Benguerir au PK154 dans le sens vers Casablanca

• D’un poste de secours autoroutier de Bouznika, en partenariat avec la Direction Générale de la Protection Civile, en vue d’améliorer la durée d’intervention sur le réseau autoroutier.

Lancement à Agadir du programme « Intiach », au service des jeunes porteurs de projets

par Aissa Amourag – maroc-hebdo.press.ma – 31/05/2021

Plusieurs institutions publiques ont uni leurs efforts au service de la création d’entreprise dans la région d’Agadir. Ainsi, le Centre Régional d’Investissement de la région Souss-Massa, l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences, la Fondation Création d’Entreprises et la Banque Populaire Régionale Centre Sud (BPR Centre Sud), ont signé, lundi 31 mai 2021, à Agadir, une convention de partenariat ayant comme objectif la mise en place du programme intégré d’accompagnement des entreprises dénommé «Intiach».

Les parties de la convention mettront leurs expertises au profit des porteurs d’idées et porteurs de projets pour un accompagnement personnalisé et à grande valeur ajoutée. A cet effet, la synergie entre les parties prenantes permettra une meilleure inclusion financière des jeunes dans le cadre du financement du programme intégré d’appui et de financement des entreprises, en plus de la promotion de l’entrepreneuriat au niveau régional afin de stimuler et encourager l’action d’entreprendre.

«Intiach» vient pour promouvoir l’esprit entrepreneurial dans la région de Souss-Massa à travers l’accompagnement et la formation des porteurs de projets durant l’ensemble des phases du projet. L’objectif fixé est d’accompagner 500 porteurs de projets à l’horizon 2021, financer 70% des projets accompagnés via une déclinaison préfectorale et provinciale et organiser des évènements autour de l’entrepreneuriat au niveau de la région.

Le programme adopte une démarche proactive s’inscrivant parfaitement dans le cadre du Plan National de Promotion de l’Emploi lancé par le ministère du travail et de l’insertion professionnelle en coordination avec les partenaires concernés, et qui a réservé un intérêt particulier à l’auto emploi et à l’entreprenariat et à la mise en place d’écosystèmes régionaux de promotion de l’entrepreneuriat avec l’implication de toutes les composantes de la région et ses acteurs territoriaux.

A cet effet, et dans le cadre de la politique de proximité adoptée, les acteurs d’accompagnement vont à la rencontre des porteurs de projets au niveau des différentes préfectures et provinces de la région, et ce à travers la mise en place d’actions promotionnelles communes, ainsi que l’animation du milieu entrepreneurial.

Souss-Massa/Entrepreneuriat : signature à Agadir d’une convention de partenariat pour la mise en place du programme “INTIACH”

mapexpress.ma – 31/05/2021

 Le Centre Régional d’Investissement de la région Souss Massa (CRI-SM), l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences (ANAPEC), la Fondation Création d’Entreprises (FCE) et la Banque Populaire Régionale Centre Sud (BPR Centre Sud), ont signé lundi à Agadir, une convention de partenariat ayant comme objectif la mise en place du programme intégré d’accompagnement des entreprises dénommé “INTIACH”.

Agadir : le jardin Olhão fera peau neuve

par Yassine Saber – leseco.ma – 31/05/2021

Une série de travaux de réaménagement estimés à 13,6 MDH visent la mise en valeur du patrimoine végétal et architectural de ce jardin qui symbolise les relations de jumelage entre Agadir et la ville portugaise d’Olhão.

Trait d’union commémorant les relations de jumelage entre Agadir et la ville portugaise éponyme, le jardin Olhão, situé au quartier Talborjt de la capitale du Souss, s’offrira une cure de jouvence dans le cadre du programme de développement urbain (PDU) de la ville d’Agadir 2020-2024. La société de développement local Agadir Souss-Massa Aménagement a déjà lancé l’appel d’offres ouvert (n° N°26/2021/S2A) pour le démarrage des travaux de réaménagement de ce jardin réalisé en 1992.

L’adjudicataire de ce marché sera connu au cours de cette semaine après le report de la séance publique d’ouverture des plis par la SDL du 25 mai au 4 juin 2021. L’estimation du maître d’ouvrage, à savoir Agadir Souss-Massa Aménagement, a été fixée à 13,6 MDH pour les travaux d’aménagement.

Dans le détail, les travaux paysagers visent la mise en valeur du patrimoine historique (végétal et architectural) du jardin ainsi que sa préservation. Les travaux comprendront, entres autres, la préparation du sol, la démolition du mur du Musée de l’art rupestre et celui de la clôture, en plus de la mise en valeur du réseau d’assainissement existant à travers la réalisation des travaux de revêtement du sol.

Rénovation de l’amphithéâtre
Les travaux de réamenagement du jardin Olhão incluent également le balisage des chemins piétons par une bordure de trottoir adéquate et esthétique, la création et la réorganisation des chemins piétons du jardin, la réalisation des placettes pergola et le réaménagement des nouvelles entrées du jardin afin de lui donner une identité architecturale et paysagère.

S’y ajoutent le revêtement des entrées de cet espace et la création d’un espace d’exposition de végétaux. Cet espace, qui permettra ainsi aux visiteurs de découvrir la variété de la flore méditerranéenne, servira aussi à d’autres manifestations culturelles. Il est également prévu de doter le jardin d’un mobilier diversifié (bancs en marbres, poubelles, panneaux signalétiques…), de manèges en bois et d’aires de jeux pour les enfants, d’un éclairage d’ambiance, de bornes fontaines alimentées en eau potable. D’autres travaux concerneront, particulièrement, la rénovation de l’amphithéâtre avec des gradins engazonnés, un lac artificiel avec une passerelle décorative et la rénovation de l’espace d’exposition.

Durée globale estimée du projet : 24 mois, y compris le délai de préparation et d’installation de chantier. Deux phases sont prévues, concernant les travaux de plantation et ceux d’entretien. À noter, par ailleurs, qu’Agadir Souss-Massa Aménagementle avait initié, le mardi 11 mai, une visite des lieux.

Détails des démolitions
Des éclaircissements et précisions ont été présentés aux entreprises sur les travaux objet de l’appel d’offres, à savoir la démolition des constructions existantes, notamment le mur de clôture et les escaliers, ainsi que le mur de soubassement du Musée de l’art rupestre existant. À cela s’ajoutent les détails des travaux d’assainissement, de terrassement et de revêtement, en plus des travaux de construction et d’aménagement des entrées, bancs, murs de clôture avec grille, blocs sanitaires et travaux d’éclairage. Par ailleurs, il est à noter que le 4e axe du PDU d’Agadir dédié à la préservation de l’environnement et l’aménagement des espaces verts de la ville nécessitera 348 MDH.

Cela concerne la création du parc Al Inbiâat sur une superficie totale de 25 ha. Un autre parc est également prévu à la localité de Tikiouine, située à environ 12 kilomètres d’Agadir. Celui-ci sera étalé sur une superficie de l’ordre de 28 ha. Outre l’aménagement du jardin Olhão, les travaux d’aménagement du parc Ibn Zaidoun, situé au centre-ville, sont en cours de réalisation. La réhabilitation d’autres espaces est programmée dans le cadre du PDU, notamment la Vallée des oiseaux au niveau de la zone touristique et balnéaire.

%d blogueurs aiment cette page :