Archives de juillet 6th, 2021

Covid-19 : 1.177 nouveaux cas confirmés en 24H, 856 rémissions

par Mohamed Sellam – lematin.ma – 06/07/2021

Covid-19 : 1.177 nouveaux cas confirmés en 24H, 856 rémissions

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 1.177 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 535.974 le nombre total des cas de contamination. 

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 520.963 avec 856 nouvelles rémissions ce mardi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,2%. 7 nouveaux décès ont été enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 9.336 et le taux de létalité à 1,7%. 

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.675 personnes, dont 262 cas graves. Il a souligné en outre que 19.469 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 6.399.748 depuis le début de la pandémie, tandis que le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 10.160.373 pour la première dose et 9.194.976 pour la deuxième.

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 653 cas à Casablanca-Settat : 517 à Casablanca, 62 à Nouaceur, 12 à El Jadida, 16 à Berrechid, 38 à Mohammedia, 1 à Mediouna, 6 à Settat et 1 à Benslimane.
  • 163 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 49 à Kénitra, 39 à Salé, 30 à Rabat, 32 à Skhirat-Temara, 4 à Sidi Slimane et 9 à Sidi Kacem.
  • 115 cas à Marrakech-Safi : 108 à Marrakech, 1 à Rhamna, 1 à Youssoufia, 2 à Al Haouz et 3 à Essaouira.
  • 64 cas à Souss-Massa : 11 à Agadir Ida-ou-tanane, 27 à Inezgane-Aït Melloul, 3 à Tiznit, 13 à Taroudant et 10 à Chtouka Aït Baha.
  • 44 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 30 à Tanger-Assilah, 3 à Ouazzane, 3 à Chefchaouen, 1 à Tétouan, 3 à Larache, 2 à Al Hoceïma et 2 à Mdiq-Fnideq.
  • 40 cas à Drâa-Tafilalet : 20 à Midelt, 3 à Errachidia, 1 à Zagora, 3 à Tinghir et 13 à Ouarzazate.
  • 32 cas à Fès-Meknès : 9 à Fès, 6 à Taza, 3 à Meknès, 2 à Moulay Yaacoub, 1 à Ifrane, 2 à El Hajeb, 4 à Taounate et 5 à Sefrou.
  • 22 cas à Dakhla-Oued Eddahab à Oued Eddahab.
  • 16 cas dans la région de l’Oriental : 3 à Oujda-Angad, 4 à Nador, 3 à Berkane, 1 à Jerada et 5 à Guercif.
  • 12 cas à Béni Mellal-Khénifra : 7 à Béni Mellal, 3 à Khouribga, 1 à Azilal et 1 à Fqih Bensalah.
  • 9 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 4 à Laâyoune et 5 à Tarfaya.
  • 7 cas à Guelmim-Oued Noun : 6 à Guelmim et 1 à Assa-Zag.

Avec le soutien de l’UE / Souss : Une cartographie dédiée aux services existants au profit des handicapés

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 06/07/2021

Avec le soutien de l’UE / Souss : Une cartographie dédiée aux services existants au profit des handicapés

L’Association de l’enfance handicapée (AEH) avec le soutien de l’Union européenne lance le projet de la réalisation d’une cartographie des services existants et de la situation des besoins des personnes en situation de handicap (PSH) au niveau de la région Souss-Massa.
Ce projet vient pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des PSH de la région SM à travers l’amélioration de l’accès aux droits et améliorer l’accès des PSH à des services de qualité en accompagnant les acteurs de la prise en charge des enfants, en structurant les services de soutien social et en ciblant les PSH du milieu rural au niveau de la région Souss-Massa.
En effet d’après l’AEH, au cours des dernières décennies, le Maroc s’est engagé dans un processus de réformes institutionnelles, politiques et sociales qui visent le renforcement de la démocratisation et la consolidation d’un Etat de droit qui garantit la liberté d’expression, l’accès aux ressources pour tous et l’égalité hommes-femmes, pour un développement humain durable et inclusif.
La ratification par le Maroc de la CRDPH et son protocole facultatif, ainsi que l’inscription des droits des personnes en situation de handicap dans la Constitution de 2011 et la loi-cadre 97-13, posent les jalons d’une nouvelle gouvernance du champ du handicap, basée sur le respect des principes universels et l’effectivité des droits des personnes. Ces engagements assumés par le pays ont eu plusieurs répercussions, notamment dans la stratégie du ministère de la solidarité (Politique intégrée pour la promotion des droits des PSH, fonds d’appui à la cohésion sociale, appui aux EPS, mise en place des COAPH, etc.), celle du ministère de l’éducation nationale (Plan national de l’éducation inclusive 2019 et la Stratégie nationale de la formation professionnelle 2016/2021) et celle du ministère de la santé (Plan national de la santé et du handicap 2015-2021), etc.
Cependant, l’impact de ces stratégies sectorielles inclusives, leurs effets sur les PSH et sur le niveau d’accès aux services de base reste limité, ainsi que le faible accès aux services, est constaté au niveau de l’enquête nationale du handicap réalisée en 2014 par le MSDEF, du rapport de la Cour des comptes sur les établissements de protection sociale publié en mai 2018, et au niveau des besoins identifiés chez les usagers SEAO développé en 2007 avec le soutien de l’UE et dupliqué récemment dans 4 provinces dans le cadre du programme «Moucharaka Mouwatina» financé également par l’UE.
Dans ce sens et en concertation avec la Coordination régionale de l’Entraide nationale de Souss-Massa et les 6 associations partenaires, l’AEH a proposé son projet «Ensemble pour la participation socio-économique de tous», qui est réalisé dans la région de Souss-Massa avec comme finalité de surmonter le défi du faible accès des PSH aux services de base de qualité en ciblant les éléments de cause dont la coordination limitée entre les acteurs locaux, le manque de qualité des prestations des EPS et l’ouverture limitée sur leur environnement, la difficulté pour les COAPH de s’ériger en catalyseur des interventions locales destinées aux PSH, et le manque de dispositif structuré des prestations d’accueil, d’information, d’orientation et d’accompagnement personnalisé.

Des pièces de rechange dangereuses vendues aux Marocains

bladi.net – 05/07/2021

Des pièces de rechange dangereuses vendues aux Marocains

Grogne dans les rangs de la fédération nationale des importateurs et vendeurs de pièces de rechange d’occasion pour automobiles. Elle dénonce un réseau de commerçants étrangers agissant dans l’informel dans le marché de Salmia. Marchandises non conformes, concurrence déloyale, les professionnels réclament une enquête et des mesures fortes.

Ces marchandises non conformes, dont l’origine est inconnue, sont déversées sur le marché occasionnant une grosse pagaille à Casablanca, indique un communiqué de leur fédération professionnelle qui précise que le secteur de vente de pièces de rechange d’occasion pour automobiles est en difficultés.

Selon la fédération citée par Al Massae, des intrus nuisent à la réputation de ce marché et à la crédibilité de ses commerçants, sans oublier les dangers que ce trafic présente pour les automobilistes.

Face à la concurrence déloyale mais surtout aux menaces de ces individus à l’encontre des membres de la fédération, des voix s’élèvent pour exhorter le président délégué du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, le président du ministère public et le directeur de la DGSN d’ouvrir une enquête judiciaire sur ces marchandises.

Disant être soucieux de la vie des automobilistes et de la préservation du secteur, ces importateurs appellent ces hauts responsables de la justice et de la sûreté à enquêter sur les origines de ces marchandises, ainsi que sur celles de l’argent que ces individus investissent dans ce secteur informel. La Fédération demande, en outre, la protection des importateurs des pièces de rechange d’occasion qui s’acquittent de leurs impôts et taxes douanières, tout en contribuant au développement économique et social du pays.

Voyage au Maroc : Royal Air Maroc ajoute des vols pour l’été 2021, quelles sont les conditions d’entrée ?

par Maelenn Le Gorrec – linternaute.com – 06/07/2021

La France a classé le Maroc dans sa liste des pays orange, un test PCR et une septaine sont obligatoires pour les voyageurs non-vaccinés. Royal Air Maroc a de son côté renforcé son offre de vols pour l’été 2021. On fait le point sur la situation au Maroc face au Covid-19 et les conditions d’entrée sur le territoire.

Vous avez prévu de partir au Maroc durant cet été 2021 ? Le Maroc faisant partie de la liste des pays orange établie par la France pour voyager cet été, un test PCR et une septaine seront obligatoire pour les voyageurs français non-vaccinés. Frontières, conditions d’entrée, couvre-feu, lieux ouverts… On fait le point sur la situation pour vos vacances au Maroc cet été 2021.

Afin de répondre à la forte demande des voyageurs, Royal Air Maroc renforce son offre en mobilisant davantage d’avions en juillet-août. Près de 1400 vols supplémentaires d’une capacité de plus de 220 000 sièges ont été programmés dès le début de juillet. Au total, 11 nouvelles lignes sont lancées, permettant de relier les villes marocaines aux grandes métropoles européennes : Tanger-Lyon et renforcement des lignes Tanger-Paris, Tanger-Amsterdam et Tanger-Bruxelles, Nador-Eindhoven et renforcement des lignes Nador-Amsterdam, Nador-Bruxelles, Nador-Düsseldorf et Nador-Francfort, lancement de la ligne Casablanca-Naples à partir du 06 juillet à raison de 2 fréquences, renforcement de la ligne Fès-Paris et lancement de 7 nouvelles lignes : Amsterdam, Bruxelles, Lyon, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, Marseille et renforcement du programme de vols Oujda-Paris à raison de 21 fréquences par semaine, Bruxelles à raison de 6 fréquences par semaine et Marseille à raison de 4 fréquences par semaine. Tous les sièges de ces 11 nouvelles routes sont vendables sur le site, l’appli RAM ou auprès des agences de voyages.

Le roi Mohammed VI avait ordonné au mois de juin aux compagnies aériennes de proposer des prix plus bas et d’instaurer des rotations suffisantes pour assurer les voyages vers à destination de Marrakech, Oujda, Rabat, Nador, Fès ou encore Tanger cet été 2021. Royal Air Maroc a ainsi proposé des tarifs réduits et fixes en fonction du nombre de membres de la même famille voyageant ensemble. Les prix des billets d’avion vont de 150 euros pour une personne à moins de 100 euros pour une famille de quatre personnes pour la zone Europe à 600 euros pour la zone Amérique. Au total, plus de 40 compagnies aériennes proposent des vols à destination de Marrakech, Oujda, Rabat, Nador, Fès ou encore Tanger cet été 2021. Trois millions et demi de places seront disponibles pour la période du 15 juin au 30 septembre, soit les trois quarts de la capacité proposée en 2019.  

Pour les mois de juillet et août 2021. Air France propose des vols vers Agadir, Marrakech, Rabat et Tanger depuis Roissy et Orly. Au départ de ses bases de Paris, Nantes, Lyon et Montpellier, Transavia dessert les principaux aéroports marocains avec 14 routes dont Agadir, Casablanca ou encore Marrakech et Tanger. De son côté, la compagnie TUI fly annonce qu’elle va desservir au départ de Lille 7 villes au Maroc dont 2 nouvelles destinations touristiques : Tanger et Fès. 

Depuis le 15 juin, les frontières aériennes et maritimes sont ouvertes aux voyageurs sous certaines conditions. L’opération Marhaba 2021 a également débuté à la même, permettant ainsi l’arrivée des Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) par voie maritime. Attention toutefois, les seules liaisons maritimes prévues pour le Maroc cet été 2021 partent de France (Sète, Marseille), d’Italie (Gênes) ou du Portugal (Portimao), avec un total de 650 000 passagers et 180 000 véhicules attendus durant la période estivale. Un second test PCR sera effectué à bord des ferries. Les frontières terrestres restent toutefois fermées. Aucun franchissement n’est possible, dans les deux sens. Cela concerne notamment les points de passage frontaliers avec Ceuta et Melilla, ainsi qu’avec la Mauritanie (Guerguerat).

Les frontières du Maroc sont-elles ouvertes ?

Après des mois d’état d’urgence et d’arrêt du tourisme afin de lutter contre la pandémie de Covid-19, le Maroc a rouvert ses frontières aériennes le mardi 15 juin 2021. Attention, le Maroc figure dans la liste des pays orange vis-à-vis de la France. Les voyageurs non-vaccinés devront donc présenter un test PCR négatif au moment de l’embarquement et effectuer une septaine obligatoire une fois arrivés au Maroc.

Les liaisons maritimes entre la France et le Maroc sont rétablies dans le cadre de l’opération « Marhaba 2021 ». Attention, Les frontières terrestres restent fermées. Aucun franchissement n’est possible, dans les deux sens. Cela concerne notamment les points de passage frontaliers avec Ceuta et Melilla, ainsi qu’avec la Mauritanie (Guerguerat).

Le Maroc impose-t-il une quarantaine aux touristes étrangers ?

Les vols depuis et vers le Maroc ont progressivement repris depuis la mi-juin selon une classification des pays en deux listes (A et B). Les passagers en provenance des pays de la liste A, dans laquelle figurent les pays membres de l’Union européenne, dont la France, devront présenter à l’embarquement un certificat de vaccination complet (la deuxième dose devant avoir été administrée plus de deux semaines avant la date du voyage). Tous les vaccins homologués par l’OMS sont reconnus. A défaut d’être vaccinés, les passagers en provenance des pays de la liste A devront présenter à l’embarquement un test PCR négatif de moins de 48 heures avant la date d’entrée sur le territoire marocain. Les passagers en provenance des pays de la liste B devront solliciter auprès des autorités marocaines une autorisation exceptionnelle, effectuer un test PCR négatif moins de 48 heures avant la date d’entrée sur le territoire marocain et se soumettre à un isolement sanitaire de 10 jours une fois sur place.

Le Maroc faisant partie de la liste des pays orange établie par la France pour voyager cet été, un test PCR et une septaine seront obligatoire pour les voyageurs français non-vaccinés.

Y a-t-il un couvre-feu en place au Maroc ?

Un couvre-feu est en vigueur au Maroc de 23 h à 6h30 du matin. Depuis le 1er juin 2021, les rassemblements et activités réunissant moins de 50 personnes en espaces clos et moins de 100 personnes en plein air sont autorisés. Les salles des fêtes ne doivent pas dépasser 50% de leurs capacités d’accueil, sans toutefois recevoir plus de 100 personnes. Le port du masque est obligatoire dans tout le Royaume.

Les restaurants, bars, commerces et musées sont-ils ouverts au Maroc ?

Ces derniers jours, le Maroc a assoupli plusieurs restrictions liées au Covid-19. Il est désormais autorisé de se déplacer sans restrictions au niveau national. Les restaurants, cinémas et les théâtres, tout comme les piscines publiques ont à nouveau rouvert. Le port du masque obligatoire reste obligatoire et les contrôles policiers ont été renforcés ces dernières semaines dans différentes villes du pays.

Les plages sont-elles accessibles au Maroc ?

Toutes les plages du Maroc sont officiellement autorisées d’accès pour la saison estivale, dans le respect de la distanciation physique. Le Club Med a rouvert son club de Marrakech le 12 juin et le club Yasmina de Cabo Negro près de Tanger le 26 juin.

Avec quelle compagnie aérienne partir au Maroc cet été 2021 ?

Les vols seront opérés dans les deux sens (France-Maroc et Maroc-France) depuis la réouverture des frontières du Maroc le 15 juin par les compagnies aériennes françaises et marocaines auxquelles il convient de s’adresser pour toute réservation et information. Il n’est donc plus nécessaire de passer par les consulats de France pour voyager par avion. Les compagnies Transavia, Ai France, Royal Air Maroc, Ryanair et TUI fly ont mis en vente des billets d’avion pour le Maroc depuis la mi-juin et pour toute la période estivale.

Balnéaire: Pour sa 1ère année d’exploitation, Taghazout affichera complet cet été

par Samir El Ouardighi – medias24.com – 05/07/2021

Dix ans après son premier coup de pioche (2011), des démolitions et enfin 15 mois de crise sanitaire, le complexe balnéaire de Taghazout qui s’étend sur une superficie de 600 hectares, dont à peine 10% construit, sera officiellement complètement ouvert vers le 15 juillet. Néanmoins, les travaux ne s’arrêteront pas à cette date et le projet tel qu’il a été conçu à l’origine, ne sera achevé qu’à l’horizon 2030.

6 hôtels ouverts en 2021 et 8 en 2023

D’ici-là, avec ses six hôtels prêtset deux autres qui seront inaugurés dans 2 ans (Hilton en 2022 et Marriott en 2023), la station connaît d’ores et déjà un grand succès en termes de réservations nationales qui constituent l’écrasante majorité de la clientèle attendue jusqu’à septembre.

En déplacement dans la région pour assister à la signature d’un accord historique entre l’ONMT et la compagnie aérienne Ryanair, Médias24 a en effet pu constater l’optimisme commercial des équipes des hôtels qui ont déjà ouvert comme les deux Hyatt (Regency et Palace), le Radisson Blu (ex-Melia), le Tikida Riu Palace, le White Beach et le Fairmont qui s’apprête à ouvrir ses portes le 9 juillet prochain.

Rush estival à partir du 15 juillet qui générera un taux d’occupation exceptionnel

Plus qu’optimistes sur leur capacité à remplir aux mois de juillet et d’août ces six établissements, les managers des hôtels de luxe, dont certains comme le Hyatt Regency et le Fairmont sont flambants-neufs, nous ont fait part de leur certitude de réaliser un taux d’occupation moyen compris entre 70% et 100%.

Tout en précisant que contrairement aux visiteurs étrangers qui s’y prennent souvent des mois à l’avance pour réserver, la clientèle locale ou même d’origine marocaine opte le plus souvent pour des réservations de dernière minute, nos interlocuteurs s’attendent à un véritable rush de clients nationaux mais également de MRE à partir du 15 juillet jusqu’au 20 août voire jusqu’à début septembre.

Des tarifs compris de 2.000 à 7.000 dirhams la nuitée

Assumant sans complexe les tarifs des nuitées, compris entre 2.000 et 7.000 dirhams, nos hôteliers nous déclarent que la station Taghazout est clairement réservée à une clientèle aisée pour ne pas dire riche.

Ainsi, la chambre la moins chère vous coûtera 1.900 dirhams avec petit déjeuner dans un petit cabanon écolodge en bois pouvant accueillir un couple et un enfant chez Radisson Blu qui a remplacé Sol House.

Au Tikida Riu Palace, il faudra compter un minimum de 3.000 dirhams pour une chambre double avec petit déjeuner et le même prix en pension complète au complexe White Beach avec ses 20 piscines.

Côté grand luxe, il faudra débourser 4.000 à 6.000 DH pour une chambre au Hyatt Regency et pour une nuitée dans une petite villa avec piscine privée au très raffiné hôtel Fairmont de 5.000 à 7.000 dirhams.

Les hôtels de luxe face à la côte atlantique ou méditerranéenne ne désempliront pas en été

Si ces tarifs peuvent sembler excessifs et inaccessibles pour la grande majorité des Marocains, il faut cependant rappeler qu’ils n’ont rien à envier avec ceux des grands hôtels de luxe situés sur la côte méditerranéenne entre les villages de Mdiq ou de Fnideq comme le Banyan Tree ou Sofitel Tamuda Bay.

La seule différence notable avec la saison estivale 2020, très impactée par les restrictions sanitaires, est que ce type d’établissements luxueux adossés à la côte Atlantique feront également le plein durant l’été.

Les hôteliers espèrent profiter le plus longtemps possible des arrivées de MRE en attendant le retour des touristes

Selon plusieurs hôteliers, ce ne sera pas le cas de nombreux d’entre eux qui faute de clientèle suffisante resteront fermés l’été en attendant le retour des étrangers prévu dans le meilleur des cas en septembre.

Avec l’apparition du variant indien Delta qui pourrait aggraver la situation épidémiologique et pousser les autorités à imposer de nouvelles mesures restrictives de liberté, les opérateurs, à qui la crise a appris que rien n’était acquis, espèrent pouvoir profiter jusqu’au bout de l’arrivée des nationaux et des MRE.

Rappelons en effet que la décision gouvernementale de limiter en plein mois d’août la circulation routière, surtout vers le sud, avait littéralement plombé la destination d’Agadir avec pour conséquence de nombreuses annulations de séjours hôteliers …

Ci-après, reportage photographique de la station Taghazout 

Photos prises au Radisson Blu (ancien Sol House)

Hôtel Hyatt Regency

Hôtel White Beach (All inclusive)

Hôtel Fairmont, grand luxe

Agadir, capitale de la culture amazighe

par Tariq Haddouche – tamurt.info – 06/07/2021

Agadir

TAMAZGHA (TAMURT) – Les organisateurs du festival du film amazigh ont choisi un slogan fort attrayant pour la prochaine édition. Il s’agit de « Agadir, capitale de la culture amazighe ».

Le festival en question, qu’organise l’association Issni n Ourgh, se tiendra cette année du 20 au 24 octobre 2021. Il s’agit de la troisième édition d’un festival qui ne cesse d’enregistrer un engouement croissant. Le festival sera organisé en partenariat avec le Conseil Communal de la ville d’Agadir, l’Institut Royal de la Culture Amazighe, le Conseil Régional Souss Massa et d’autres partenaires et sponsors. Les organisateurs annoncent à l’adresse des cinéastes, des réalisateurs et des producteurs l’ouverture des candidatures à la compétition officielle de cette édition, qui concernent plusieurs catégories. Il s’agit du long métrage : fiction et documentaire et le court métrage : fiction et documentaire.

L’association organisatrice invite les personnes intéressées à remplir le formulaire de candidature sur la page officielle du Festival. Le dernier délai est fixé pour le 7 août 2021. « Il va sans dire que l’édition de cette année intervient dans un contexte particulier, marqué notamment par la reprise progressive des activités artistiques et culturelles après une longue période de suspension de toutes les manifestations, dont l’édition 2020 du Festival Issni N Ourgh du film amazigh.

Nous tenons ainsi à présenter nos sincères excuses à ceux et à celles qui ont envoyé les demandes de participation à l’édition 2020 et qui a été reportée en raison de la crise sanitaire », concluent les organisateurs.

%d blogueurs aiment cette page :