Éruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?


par Oussama ABAOUSS – lopinion.ma – 24/09/2021

Les scientifiques qui ont par le passé élaboré les diverses simulations d’éruptions volcaniques aux Canaries n’ont pas exclu la possibilité d’un embrasement qui déchaînerait un tsunami. Invitation à la vigilance…

Éruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?

Depuis dimanche dernier, la Nature reprend ses droits dans une partie de l’archipel des îles Canaries. Un demi-siècle après son dernier réveil, le volcan Cumbre Vieja situé, dans le Sud de l’île de La Palma, a entamé un nouvel épisode d’éruption volcanique. Si le phénomène n’a pas fait de morts parmi les populations locales, les dégâts matériels sont impressionnants.

La coulée de lave qui chemine tranquillement vers l’océan a détruit sur son passage près de 154 hectares de terrain et 320 bâtiments. Selon l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan), l’éruption du « Vieux Sommet » (traduction littérale : Cumbre Vieja) pourrait durer « entre 24 et 84 jours », avec à la clé d’importantes émanations de gaz et de fumées. Entre 6000 et 11.500 tonnes de dioxyde de soufre sont ainsi recrachées quotidiennement dans l’atmosphère.

Le nuage, qui a déjà atteint les côtes marocaines et la péninsule ibérique, devrait ensuite remonter vers les îles Baléares et le Sud de la France, selon les projections du programme Copernicus.

Le risque de tsunami

Les répercussions de ce phénomène sur le Maroc pourraient cependant s’étendre au-delà des simples nuages de gaz. Face à une catastrophe naturelle dont les forces sont indomptables, les scientifiques prédisent plusieurs scénarios probables dont le pire donne des sueurs froides à l’ensemble des pays de l’Atlantique.

En 2001, un groupe de scientifiques avait développé une théorie qui décrit la possibilité qu’une éruption volcanique violente dans les îles Canaries puisse causer un mégatsunami.

Cette hypothèse se base sur l’existence d’une supposée faiblesse du terrain par endroits autour du volcan. « Un tsunami causé par des éruptions volcaniques se forme théoriquement suite à un glissement de terrain des versants du volcan : un collapse, qui se retrouve dans l’océan.

Le grand volume de la terre qui pénètre dans l’eau provoque une vague proportionnellement équivalente, qui ensuite se propage en s’amplifiant », explique Pr Iz-Eddine El Amrani El Hassani, pétrologue géochimiste à l’Institut Scientifique de Rabat.

Un scénario peu probable

Le postulat cauchemardesque de ce « worst-case scenario » a cependant été démenti plusieurs fois depuis la publication de cette théorie. « Personnellement, je me base sur les données qui nous arrivent au fur et à mesure. Il y a sur place une antenne de l’Institut géographique national espagnol, ainsi que d’autres instituts qui ont des capteurs sur place et qui nous donnent des informations sur la situation. Avant l’éruption, la communauté scientifique a vu venir le phénomène en suivant plusieurs indices que les nouvelles technologies pouvaient mettre en évidence.

Grâce à cela, il a été constaté que la zone d’éruption a une aire très localisée. Le scénario le plus pessimiste est basé sur l’éventualité d’un cataclysme dont la dimension toucherait toute la niche d’arrache ment de la grande masse de l’île. Là, il est évident que nous sommes loin de ce cas de figure puisque les paramètres relayés indiquent une zone très limitée, ce qui explique d’ailleurs que les autorités locales n’ont pas fait évacuer toute l’île », nous explique pour sa part Pr Nacer Jabour, chef de division à l’Institut National de Géophysique.

La vigilance est de rigueur

Selon les dernières informations provenant de cette île peuplée de 85.000 habitants, près de 6 .100 personnes (dont 400 touristes) ont été évacuées depuis le début de l’éruption. Plusieurs vidéos qui ont circulé dans les médias et les réseaux montrent l’impressionnant cheminement de la coulée de lave qui ravage tout sur son passage.

À ce stade, les spécialistes ne sont pas certains que les ruisseaux de magma atteindront l’océan, puisque la vitesse de la lave semble ralentir à un kilomètre par heure. Les responsables canariens estiment que les dégâts provoqués par la catastrophe dépassent déjà les 400 millions d’euros. « Même si tout semble indiquer que les risques de tsunami sont quasiment nuls, il est important de rester vigilant.

C’est d’ailleurs une occasion pour le Maroc de revoir ses dispositifs et protocoles prévus pour prévenir et agir dans de telles situations et aussi d’améliorer le niveau de coordination entre les divers intervenants et parties prenantes », conclut Pr Iz-Eddine El Amrani El Hassani.

Catégories :Actualités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :