Archives de octobre 2021

Quand pourrons-nous avoir ça à Agadir ?

C’est à Dancharia, à la frontière espagnole, à moins de 30 km de chez nous à Bayonne !

page d'accueil
BRASIL CABARET
Chers clients(es)
Déjeuner spectacle exceptionnel sous le signe du soleil et de la chaleur
Samedi 20Novembre à 12h
Salle La Nuba
Dantxaria – Landibar
SANGRIA
CALAMAR A LA ROMAINE
VELOUTÉ DE LA MER
BRANDADE DE MORUE
JOUE DE BOEUF PURÉE DE POMMES DE TERRE
GÂTEAU BASQUE AU CITRON
VIN CAVA ET CAFÉ COMPRIS
  
Réservations par mail ou téléphone : Cédric 06 87 64 24 39
ou cedric@ventapeio.com 0820 562 267 (poste 662) 
(de 9h à 15h)

Lettre d’information n°173, octobre 2021 de Français du Monde – ADFE






Demande de conversion d’un certificat de vaccination étranger en pass sanitaire français
Covid-19 Pass sanitaire : quelles sont les conditions pour obtenir un pass sanitaire d’équivalence du pass sanitaire français ?
→ En savoir plus


 Le Guide juridique des Français de l’étranger : un outil précieux
Les Notaires de France proposent un Guide spécifique pour les Français de l’étranger dans lequel ils traitent du couple et de la famille, de la fiscalité, des formalités ainsi que des donations et des successions.→ En savoir plus 


La Caisse des Français de l’étranger Entretien avec Didier Lachize, vice-président du CA
 La Caisse des Français de l’étranger est une caisse de sécurité sociale qui intègre dans son Conseil d’administration des élus représentants les Français établis hors de France qui défendent leurs intérêts.
→ En savoir plus


Les conseillers du commerce extérieur de la France
Les conseillers du commerce extérieur de la France sont présents en France et à l’étranger. Ce mandat utile au monde de l’entreprise et au tissu économique est encore mal connu.
 En savoir plus 


Parcoursup 2022 c’est parti !
Parcoursup est la plateforme qui permet aux futurs bacheliers et étudiants de s’inscrire dans les établissements de l’enseignement supérieur selon un calendrier précis
→ En savoir plus


La programmation complète de TV5Mondeplus gratuite et accessible dans le monde entier !
La plateforme de TV5MONDEplus est absolument gratuite et propose des contenus de différents genres en provenance de l’ensemble du monde de la francophonie.
→ En savoir plus

Crocoparc organise les 13 et 14 Novembre la 3 ème édition des journées botaniques :

Une conférence animée par le Pr Msanda et le Dr Pautz sur les plantes merveilleuses, une visite guidée avec le Dr Pautz dans les Jardin de Crocoparc et un jeu de piste pour les enfants « Les petits explorateurs » vous sont proposés.
Les places étant limitées, n’oubliez pas de réserver !

Sahara marocain : la France s’exprime sur sa position

lesiteinfo.com – 30/10/2021

La France a réitéré vendredi à New York son appui au plan d’autonomie marocain comme une base « sérieuse et crédible » pour parvenir à un solution politique à la question du Sahara.

« La France considère le plan d’autonomie marocain de 2007 comme une base sérieuse et crédible » pour le règlement de ce différend, a affirmé le représentant permanent de la France auprès de l’ONU, Nicolas de Rivière devant les membres du Conseil de sécurité suite à l’adoption de la résolution 2602 portant prorogation pour un an du mandat de la MINURSO.

Tout en appelant au « respect du cessez-le-feu », la France a souligné le « rôle essentiel » de la MINURSO « pour limiter le risque d’escalade et pour la stabilité de la région ».

La France a également exprimé son plein soutien au nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara, Staffan de Mistura.

« La résolution que nous venons d’adopter permet de réaffirmer le soutien du Conseil au processus politique qui doit être relancé dans le cadre des Nations-Unies. Sa prise de fonction, le 1er novembre, doit permettre de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable conformément aux résolutions de ce Conseil”, a soutenu le représentant français.

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a prorogé pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Sahara : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO

laquotidienne.ma – 29/10/2021

Sahara: Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a décidé, vendredi, de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité « décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu’au 31 octobre 2022 », lit-on dans le texte de la résolution présentée par les Etats-Unis.

Dans ce texte, l’instance exécutive des Nations-Unies a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Maroc le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts « sérieux et crédibles » du Royaume, reflétés dans la proposition marocaine.

Covid-19 : 240 nouveaux cas confirmés en 24h, 7 décès

Par Mohamed Sellam – lematin.ma – 30/10/2021

Covid-19 : 240 nouveaux cas confirmés en 24h, 7 décès

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 240 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 945.960 le nombre total des cas de contamination. 16.037 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.140.720 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 1,49%.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 926.293 avec 249 nouvelles rémissions ce vendredi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,9%.

Le ministère a également annoncé 7 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.667 et le taux de létalité à 1,6%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.000 personnes (-16), dont 276 cas graves (+8). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,3%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.192.806 (+14.897) pour la première dose, 22.033.991 (+21.171) pour la deuxième et 1.389.062 pour la troisième (+16.111).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 108 cas à Casablanca-Settat : 85 à Casablanca, 5 à Mohammedia, 3 à Settat, 6 à El Jadida, 2 à Benslimane, 1 à Berrechid, 5 à Nouaceur et 1 à Mediouna.
  • 85 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 7 à Skhirate-Témara, 26 à Rabat, 8 à Salé, 26 à Kénitra, 13 à Sidi Kacem, 4 à Sidi Slimane et 1 à Khémisset.
  • 14 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 4 à Tanger-Assilah, 3 à Tétouan, 3 à Al Hoceima, 2 à Larache, 1 à Mdiq-Fnideq et 1 à Ouazzane.
  • 9 cas à Fès-Meknès : 7 à Fès et 2 à El Hajeb.
  • 7 cas à l’Oriental : 1 à Oujda-Angad, 4 à Nador et 2 à Berkane.
  • 5 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La totalité à Oued Ed-Dahab
  • 4 cas à Marrakech-Safi : 3 à Marrakech et 1 à Safi.
  • 4 cas à Souss-Massa : 2 à Agadir-Ida Ou-Tanane, 1 à Taroudant et 1 à Inezgane-Ait Melloul.
  • 3 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : La totalité à Laâyoune.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Errachidia.
  • 0 cas à Beni Mellal-Khénifra.
  • 0 cas à Guelmim-Oued Noun.

Covid-19 : le Voyagiste TUI annule ses vols vers le Maroc

article19.ma – 30/10/2021

Le voyagiste TUI a annulé ses vols vers le Maroc en raison de la suspension des liaisons de et vers le Royaume-Uni à cause de la hausse des contaminations au Covid-19 dans ce pays.

« Le gouvernement marocain nous a notifié un changement de réglementation qui affecte les vols du Royaume-Uni vers le Maroc à partir du 21 octobre », a indiqué TUI dans un communiqué, relayé par le site britannique nottinghampost.com, ajoutant que les vols vers Marrakech et Agadir ont ainsi été suspendus jusqu’au 31 octobre.

« Nous contactons les clients selon l’ordre de la date de leur départ pour discuter de leurs décisions, notamment la modification de leur destination ou leur remboursement complet », a souligné TUI.

La même source a indiqué avoir reçu l’autorisation des autorités marocaines d’opérer des vols retours vers le Royaume-Uni jusqu’au 31 octobre afin que les clients puissent retourner comme prévu initialement.

Pour rappel, les autorités marocaines ont décidé de suspendre à partir du 20 octobre les vols depuis et vers l’Allemagne, les Pays bas et le Royaume Uni à cause de la hausse des contaminations au Covid-19 après l’apparition d’un nouveau sous-variant du Delta.

Portugal: Ryanair dénonce le blocage de ses vols vers le Maroc

leconomiste.com – 30/10/2021

Portugal: Ryanair dénonce le blocage de ses vols vers le Maroc

La compagnie aérienne Ryanair a dénoncé, ce samedi, le blocage de ses vols vers le Maroc au Portugal. Les autorités portugaises ont en effet opposé leur veto à l’opération de trois liaisons Lisbonne-Maroc, ce qui signifie l’annulation des vols pour plus de 3.000 passagers portugais dès dimanche.

« C’est une violation flagrante de l’accord Ciel ouvert de l’UE en vigueur avec le Maroc », a déclaré la compagnie irlandaise, qui prépare déjà le remboursement des billets aux clients. Les lignes relient Lisbonne à Agadir, Fès et Marrakech. Selon la compagnie low cost, elles ont été « illégalement bloquées par le ministère portugais des Infrastructures et par l’Autorité nationale de l’aviation civile (ANAC) ».
Mais l’Autorité portugaise affirme que « Ryanair n’a pas fait la demande conformément à la loi et dans les délais, en se conformant aux exigences légales et en délivrant tous les documents nécessaires à l’analyse de la demande, malgré le fait que l’ANAC les ait demandés à plusieurs reprises… « . « Il serait illégal d’accorder une autorisation en violation de la loi en vigueur », a ainsi répondu l’ANAC.

À Agadir, espaces verts et golfs désormais irrigués grâce aux eaux usées traitées

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 25/10/2021

Agadir - Espaces verts - Golfs - Ramssa - Réutilisation eaux usées - Recyclage eaux usées - Irrigation - Arrosage
A Agadir, la Ramsa a initié un projet de réutilisation des eaux usées de la ville, préalablement traitées, pour arroser des espaces verts et des golfs dans la région.  © Copyright : Le360 (capture image vidéo)

La Régie autonome multiservices d’Agadir (Ramsa) a lancé récemment le projet d’irrigation d’espaces verts de la ville d’Agadir ainsi que ses golfs avec des eaux usées traitées.

Youssef Tazi, directeur général de la Ramsa, interrogé par Le360, a indiqué que la Ramsa avait mobilisé à cette fin de gigantesques financements pour les infrastructures nécessaires à la collecte et au traitement des eaux usées, réutilisées pour l’irrigation d’espaces verts et des golfs de la région.    

La première tranche de ce projet concernera les espaces verts de l’avenue Mohammed V, l’avenue Hassan II, entre autres grandes artères d’Agadir.

La station de traitement dédiée à cet effet depuis 2010 dispose d’une capacité de production de 11 millions de m3. Cette capacité de production permettra, selon notre interlocuteur, d’irriguer près de 1.000 hectares.

Ce projet, qui a nécessité un investissement de 150 millions de dirhams, avec un taux d’achèvement de 61%, est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’Intérieur (40 millions de DH), la Ramsa (70 millions de DH) et le secrétariat chargé d’État chargé de l’Eau (40 millions de DH).

L’Université Internationale d’Agadir signe un partenariat avec plusieurs groupes pour la décarbonisation des pays industrialisés

par Zoubida Senoussi – fr.hespress.com – 29/10/2021

L’UI d’Agadir signe un partenariat avec plusieurs groupes pour la décarbonisation des pays industrialisés

Le Groupe Fusion Fuel Représenté par João Teixeira Wahnon en sa qualité de Board Member et Consolidated Contracting Engineering & Procurement Representé par Camille Kanaan en sa qualité de Président du Conseil D’administration, ainsi que le conseil de la Région de Laayoune Sakia-El Hamra, représenté par Sidi Hamdi Oulederrechid, en sa qualité de Président, et l’Université Internationale d’Agadir et Universiapolis-Laayoune, représentée par Aziz Bouslikhane, en sa qualité de Président, ont signé un partenariat pour réaliser les objectifs de décarbonation des pays industrialisés. 

La Convention de partenariat a pour objet de promouvoir la production et la valorisation de l’hydrogène vert dans la Région de Laayoune Sakia El Hamra. Ainsi, Fusion Fuel assurera les volets technologiques liés à l’économie de l’hydrogène vert avec leur aspects industriels et création d’écosystème, en l’occurrence, le déploiement des fermes d’hydrogène et d’ammoniac verts destinées à l’export dont les capacités annuelles attendront en 2026 35,000 et 185,000 tonnes, respectivement.

Il s’agit également du déploiement progressif des stations de ravitaillement à hydrogène qui permettent à terme de pérenniser la mobilité à hydrogène et drainer des constructeurs de voitures à hydrogène et de piles à combustible et celui d’usines de fabrication de composants dans la chaine de valeur de l’économie d’hydrogène. Fusion Fuel coordonnera la levée des fonds pour le financement du projet.

Pour sa part, EPC Consolidated Contractors Group (CCC) servira de développeur principal et de fournisseur EPC pour le projet. Depuis sa création en 1952, CCC est devenu l’un des principaux entrepreneurs internationaux avec un chiffre d’affaires mondial de plus de 4 milliards de dollars américains et plus de 60 000 employés dans 80 pays différents. Vitol, qui s’est engagé à soutenir la transition vers des carburants plus propres, est idéalement positionné pour localiser le meilleur marché disponible pour l’ammoniac vert, grâce à son vaste réseau d’acheteurs et son expérience logistique.

Le CCC assurera toute assistance nécessaire pour les études de faisabilité liées à l’exécution et à la construction ainsi que toute question locale à savoir l’exécution du projet sous réserve de l’accord préalable du CCC sur tous les aspects pertinents du projet.

La région de Laâyoune Sakia-El Hamra prendra en charge les régulations et permis, l’identification des sites de production, la mobilisation d’autres sources d’investissement et du tissu industriel local, la coordination et synergies avec le Centre Régional d’investissement.

Enfin, Universiapolis se chargera de la formation continue autour de l’économie de l’hydrogène vert, du déploiement de programmes de formation initiale en ingénierie couvrant la chaine de valeur de production d’hydrogène vert et de l’Intégration et liaison entre la région, Fusion Fuel et CCC.

Le Maroc, pionnier des énergies renouvelables

Le 13 juillet 2021, le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, a lancé le projet HEVO Ammonia Maroc lors d’un événement à Rabat. Il s’agit du plus grand projet d’hydrogène vert et d’ammoniac vert annoncé à l’échelle mondiale à ce jour, avec une valeur d’investissement totale de plus de 7,5 milliards de dirhams (~ 850 millions USD). Il serait développé conjointement par la société de technologie de l’hydrogène vert Fusion Fuel Green et le fournisseur mondial de solutions EPC Consolidated Contractors Group S.A.L. (« CCC »). De plus, Vitol, l’un des leaders mondiaux de l’énergie et des matières premières, gérera le prélèvement et l’export vers l’Europe de l’ammoniac vert.

Le développement de la première phase du projet devrait commencer en 2022 après l’achèvement d’une étude de faisabilité. Une fois pleinement mis en service, il produirait 183 000 tonnes d’ammoniac vert et réduirait 280 000 tonnes de CO2 par an.

Fusion Fuel Green (NASDAQ : HTOO) fournirait la technologie pour produire les 31 000 tonnes d’hydrogène vert nécessaires chaque année au projet. Fusion Fuel a créé un générateur solaire à hydrogène hors réseau révolutionnaire, appelé HEVO-SOLAR, qui lui permet de produire de l’hydrogène sans émissions à des coûts très compétitifs dans les régions à fort rayonnement solaire.

Les technologies de l’hydrogène décarboné et des piles à combustible pourraient être des contributeurs majeurs pour la réalisation des objectifs ambitieux de décarbonation que les pays industrialisés se sont fixés (accord climat cop21) et ouvrent de réelles perspectives de croissance écologique pour l’industrie mondiale. Ainsi, à l’horizon 2050 l’hydrogène décarboné pourrait répondre à 20 % de la demande d’énergie finale et pourrait réduire les émissions annuelles de CO2 de 55 millions de tonnes, soit l’équivalent d’un tiers des réductions supplémentaires de CO2 à réaliser pour combler l’écart entre les objectifs de décarbonation d’un pays comme la France.

Face aux enjeux climatiques et environnementaux, le Maroc se positionne peu à peu comme un véritable pionnier en matière d’énergies renouvelables, grâce à une vision Royale clairvoyante et stratégique. Ainsi, les différents acteurs marocains s’activent dans le déploiement d’une source d’énergie qui fait beaucoup parler d’elle depuis quelques années, l’hydrogène vert, que certains spécialistes voient déjà comme le « futur Or vert » Clé de voute de la transition énergétique mondiale, c’est dans cette branche que le Maroc ambitionne de devenir un important exportateur mondial.

Compte tenu des atouts majeurs dont dispose le Maroc, tant en matière de production d’hydrogène et de fabrication des équipements liés, que du point de vue des composants et matériaux spécialisés, l’hydrogène pourrait ouvrir des opportunités à l’exportation de l’ordre de 6,5 Md€ d’ici 2030 et la création de milliers d’emplois.

Agadir : le maire Aziz Akhannouch s’enquiert de l’état d’avancement de plusieurs projets

lavieeco.com – 30/10/2021

UNE DÉLÉGATION COMPOSÉE DU PRÉSIDENT DE LA COMMUNE D’AGADIR, AZIZ AKHANNOUCH, AINSI QUE DU WALI DE LA RÉGION SOUSS-MASSA, GOUVERNEUR DE LA PRÉFECTURE D’AGADIR-IDA OUTANANE AHMED HAJJI, S’EST RENDUE AU CHANTIER DU TERRAIN DE PROXIMITÉ DE HAY ANZA, DONT L’OUVERTURE EST PRÉVUE TRÈS PROCHAINEMENT.

Le terrain rassemble plusieurs espaces dédiés au football, au basket-ball et au skateboard, ainsi qu’une cour pour enfants.

De même, le Conseil prévoit l’ouverture de deux terrains de proximité chaque mois, durant les 4 mois prochains à partir de novembre. Ces projets visent à améliorer l’activité sportive, notamment, chez les jeunes de la ville et leur doter de lieux de divertissement.

Parallèlement à cette visite, la délégation s’est enquise du projet de renouvellement et de réaménagement d’un jardin public de 5 hectares à Hay Dakhla.

Arrivée à Agadir de la course de voitures solaires, le Moroccan Solar Race Challenge

Le Moroccan Solar Race Challenge est organisé par l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN)

Le « Moroccan Solar Race Challenge » est la première course de voitures solaires organisée au Maroc se traçant des objectifs pédagogiques et scientifiques. Cette course est destinée aux étudiants marocains et étrangers des établissements d’enseignement supérieur, à savoir : universités, instituts et écoles d’ingénieurs.

Organisé pour la première fois en 2013, le Moroccan Solar Race Challenge consolide les acquis de l’écosystème du savoir dans la région de BenGuérir avec l’Université Mohammed VI Polytechnique et la plateforme Green Energy Park : Plateforme de recherche et développement dans le domaine des énergies renouvelables. Grâce à cet événement, le Maroc se positionne sur le podium international des courses de voitures solaires et est ainsi le premier pays africain à organiser une telle manifestation au service des jeunes étudiants et de l’innovation.

L’arrivée était jugée à l’Aéroport Al Massira, mais les voitures sont venues ensuite à Agadir en convoi pour recevoir au Stade Adrar l’accueil mérité et les récompenses attribuées.

Les personnalités présentes étaient :

  • M. Marouane ABDELATI – Directeur du Centre Régional d’Investissement d’Agadir CRI
  • M. Badr IKKEN – Directeur Général de l’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles IRESEN
  • M. Said MOULINE – Directeur Général de l’Agence Marocaine de l’Efficacité Énergétique AMEE
  • S.E. Mme Véronique PETIT – Ambassadrice de Belgique au Maroc
  • S.E. M. Jeroen ROODENBURG – Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas
  • M. Mustapha BOUDERKA – Premier Vice Président du Conseil Municipal de la ville d’Agadir
  • M. BENHMADE – Deuxième Vice-Président du Conseil Municipal de la ville d’Agadir
  • Mme. Fatima Zahra ABOU ZAID – Vice-présidente chargée du Sport et de la Jeunesse
  • M. Yasser Mohammed SBIHI – Conseiller
  • Mme. Hind EL KHADIRI – Royal Air Maroc RAM
  • M. Hendrik KASTEEL – Directeur Général Orange Maroc

De gauche à droite : Madame Véronique Petit, Ambassadrice de Belgique au Maroc, Monsieur Arnold Delahaye, Consul Honoraire de Belgique à Agadir, et nos amis de Belgique Daniel Van Wilyck et Anne Pochet.

Les voitures :

Elles ont parcouru 2500 km sur les routes entre Agadir et Merzouga.

Classée 1ère au classement général : Voiture des Pays-Bas de l’équipe Watenfall Solar Team

La deuxième : une voiture belge de léquipe Agoria Solar Team seconde au classement général et première de l’étape :

L’Ambassadrice de Belgique au Maroc et le vice-consul de Belgique à Agadir autour de la voiture belge.

La voiture classée 3ème : encore un voiture des Pays-Bas de l’équipe Solar Team Twente !

La voiture venue d’Allemagne :

Une voiture suédoise :

Et une autre belle voiture des Pays-Bas :

Une belle décoration !

Il est impossible de compter le nombre d’heures de recherches, d’études et de réalisation de ces engins de très haute technologie dont certains peuvent atteindre 150 km/h uniquement avec l’énergie solaire !

France, changement d’heure : passage à l’heure d’hiver !

Le changement d’heure d’hiver 2021 a toujours lieu le dernier week-end (complet) d’octobre, à 3 heures du matin dans la nuit du samedi au dimanche.

Le prochain passage à l’heure d’hiver aura donc lieu dans la nuit du samedi 30 octobre au dimanche 31 octobre 2021.

A 3 heures du matin, il faudra faire revenir les aiguilles de sa vieille montre ou de son horloge ancestrale en arrière d’une heure. Il sera alors 2 heures.

Changement d'heure 2021 - Passage à l'heure d'hiver et d'été

———————————————-

Maroc : Pas de changement d’heure !

Le changement d’heure au Maroc c’est fini depuis octobre 2018, sauf pour la période de Ramadan.

C’est en effet lors du passage à l’heure d’Hiver en octobre 2018 que la décision a été prise par le Maroc de ne plus passer de l’Heure d’Hiver à l’Heure d’Eté et inversement.

———————————————–

L’heure légale sera donc la même au Maroc et en France jusqu’à ce que la France repasse à l’heure d’été !

A 2h du matin au Maroc le dimanche 31 octobre, il sera aussi 2 heures du matin en France !

Covid-19: prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2021 (conseil de gouvernement)

mapexpress.ma – 28/10/2021

Covid-19: prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2021 (conseil de gouvernement)

Rabat –  Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat, a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 30 novembre 2021, et ce dans le cadre des efforts de lutte contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé d’un mois au lieu de deux, comme c’était le cas précédemment, a indiqué le Porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil.

Le gros programme de Vueling à Orly cet hiver

 par François Duclos – air-journal.fr – 28/10/2021

Vueling Club, le nouveau programme de fidélité de Vueling

La compagnie aérienne low cost Vueling proposera à l’aéroport de Paris-Orly dès le début de la semaine hivernale 32 nouvelles liaisons vers 10 pays, pour un total de 54 destinations toutes saisons confondues. Elle y devient la deuxième en parts de marché, derrière Transavia mais devant easyJet.

Grâce aux 18 paires de créneaux cédés par Air France en contrepartie de l’aide d’État liée à la pandémie de Covid-19, la filiale espagnole du Groupe IAG (aux côtés de British Airways, Iberia, Level et Aer Lingus) étant à partir du 2 novembre 2021 son programme de vols dans sa base de Paris-Orly. En plus de renforcer les liaisons vers l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni ou encore le Danemark, Vueling lancera pour la première fois des vols directs au départ de la capitale française vers l’Allemagne, la Norvège, la Suède, l’Irlande, le Maroc et Malte. Les nouvelles liaisons par pays sont les suivantes :

Espagne
Vueling intègrera 5 nouvelles destinations à son programme hivernal avec les aéroports de JerezAsturies (Oviedo)SantanderGrenade et Saragosse. Ce qui porte à 20 le nombre de liaisons directes vers l’Espagne, en tenant compte des 15 qui étaient déjà proposées pour la saison d’hiver 2021-2022 : Barcelone, Minorque, Majorque, Ibiza, Valence, Alicante, Malaga, Séville, Madrid, Bilbao, Santiago, Grande Canarie, Ténériffe, Lanzarote et Fuerteventura.

Italie
Toujours à l’aéroport de Paris-Orly, 5 nouvelles liaisons seront lancées vers l’Italie en direction des aéroports de BergameBologneTurinGênes et Bari et qui s’ajouteront aux trois aéroports déjà desservis : Rome-Fiumicino, Florence et Milan-Malpensa.

Royaume-Uni
Vueling assurera 6 nouvelles liaisons directes depuis Orly vers les aéroports de CardiffBirminghamÉdimbourgGlasgowNewcastle et Belfast. Avec le vol existant entre l’aéroport français et Londres-Gatwick, elle exploitera sept routes directes.

Danemark
Vueling exploitera une nouvelle route vers Billund en plus de sa liaison existante vers Copenhague.

Autres pays européens, Maroc et Malte
Le nouveau programme de vols pour cet hiver à l’aéroport de Paris-Orly comprendra des liaisons vers des pays jémais proposés en direct par Vueling à Orly. Il s’agit de l’Allemagne, avec trois nouvelles routes vers Hambourg, Leipzig et Nuremberg ; la Norvège, avec une nouvelle route vers Bergen ; la Suède, avec deux nouvelles routes vers Göteborg et Stockholm ; l’Irlande, avec deux nouvelles routes vers Dublin et Cork ; le Maroc, avec deux nouvelles routes vers Agadir et Tanger ; et enfin Malte.

On notera que d’après le site Aviaciononline, la low cost va louer chez Aer Lingus un Airbus A330-300 avec équipage pour réagir à un éventuel manque de capacité, sans date précise. Durant le déploiement initial des nouvelles liaisons, des A321 de 220 sièges seront régulièrement utilisés, en attendant l’arrivée des douze A321neo – dont certains seront basés à Orly.

Vueling est présente en France depuis 2004, année de son lancement. Première compagnie aérienne en terme de capacité entre l’Espagne et la France, elle est actuellement présente dans six aéroports français. En plus de Paris-Orly, elle opère depuis les aéroports de Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes et Nice.

L’AUBERGINE VIDAL F1, UNE OPPORTUNITE POUR LE MAROC.

agrimaroc.ma – 28/10/2021

Vilmorin-Mikado est le principal fournisseur de variété d’aubergine sur le Maroc. Pour AgriMaroc.ma, Monsieur Omar EL BACHA vous présente la nouvelle variété d’aubergine : VIDAL F1 (Ex A528). 

Quelles sont les origines de l’aubergine ?
Monsieur Omar EL BACHA :  
C’est une longue histoire qui débute il y a plus de 4 000 ans. Les premières cultures de cette plante originaire d’Asie méridionale (Birmanie) font leur apparition, mais depuis, l’aubergine s’est installée dans bien des pays par deux voies : la Route de la Soie qui permettait le transport de marchandises entre la Chine et la partie orientale de la Méditerranée, puis la Route de l’Islam qui permit à l’aubergine de s’installer en Afrique du Nord, en Andalousie et dans les Balkans.

Rapidement adoptée, elle fut intégrée dans la culture de ces pays et l’aubergine participe à de nombreuses spécialités culinaires. Elle est principalement consommée grillée, au four, en beignet, en gratin, en caviar, en purée, en confiture, mais aussi farcie (en utilisant une « mini-aubergine ») et il existe bien d’autres façons de la déguster…

Quelle est l’évolution de la production de l’aubergine au Maroc ?
Monsieur Omar EL BACHA : 
Ces dernières années le Maroc a connu une évolution significative au niveau de la production de l’aubergine suite à l’utilisation de nouvelles variétés qui possèdent davantage de potentiels agronomiques, couplée au programme du Plan Maroc Vert, ayant permis aux Producteurs d’exploiter leurs parcelles en utilisant des techniques de production optimisées. De nombreux bénéfices en résultent comme l’augmentation des rendements d’une part et d’autre part une amélioration significative de la qualité des fruits. Cette évolution permet ainsi au Maroc d’être dans le Top 30 des pays exportateurs dans le monde.

Et ce n’est que le début car un nouveau programme est lancé, prenant la suite et les acquis du PMV, nommé Génération Green 2020-2030.

Quelle est la position de Vilmorin-Mikado sur ce segment ?
Monsieur Omar EL BACHA : Vilmorin-Mikado est l’un des acteurs majeurs de variétés d’aubergines sur le Maroc.

En amont, la culture et les croisements de l’aubergine ont permis d’en améliorer la saveur, la productivité, les résistances et de varier les formes et les couleurs. Ces innovations permettent également de faciliter le travail des Producteurs locaux, d’augmenter leurs bénéfices mais aussi de répondre au mieux aux exigences et souhaits des Utilisateurs finaux en fonction de leurs habitudes de consommation diverses et variées.

Aujourd’hui, Vilmorin-Mikado, spécialiste de cette espèce, s’efforce de perpétuer les traditions au Maroc où la production y est importante.

Pour répondre à cette demande grandissante, après un « état des lieux » complet des différentes zones de production, ainsi qu’une analyse des Marchés et de leurs demandes, nous avons défini une stratégie totalement intégrée.

A la suite de cette étude approfondie, des essais variétaux répondant aux exigences sanitaires du pays ont été mis en place en collaboration avec les Producteurs locaux.

Dans une démarche d’accompagnement, de pédagogie et dans le cadre de la divulgation, des journées promotionnelles ont été organisées et des conseils agronomiques délivrés, dans le but d’améliorer la technicité locale, surtout en plein champ.

Nos collaborations ont également permis l’établissement d’une gamme adaptée, complète, originale et diversifiée à destination des Marchés de Frais, de Transformation et d’Export.

Aujourd’hui, nos variétés d’aubergines sont connues pour leur souplesse et leur rendement, comme VERNAL F1, TASCA F1, AGDAL F1, ARVAL F1, PICOLA F1 et ROBY F1. Grâce notre Recherche, nous continuons à proposer des nouveautés afin de diversifier les productions sous abri, mais aussi en plein champ.

Quelles sont les clés de votre réussite sur cette espèce ?
Monsieur Omar EL BACHA : Nous proposons une gamme complète, alliant performances agronomiques, adaptabilité, textures de chair, poids, formes, couleurs, conservation, saveurs, répondant à l’ensemble des demandes et utilisations, mais prioritairement aux exigences des Producteurs, des Marchés et des Consommateurs.

C’est dans cet esprit d’engagement envers nos Clients et dans la continuité de nos démarches de satisfaction et de diversification, que nous sommes heureux de vous présenter notre nouveauté : VIDAL F1, l’aubergine trésor !

Pouvez-vous nous décrire votre nouvelle variété, VIDAL F1 ?
Monsieur Omar EL BACHA : C’est une plante vigoureuse, parfaitement adaptée aux cultures de plein champ, garantissant ainsi à nos Clients, une continuité de nouaison pour des mises à fruits régulières, assurant de ce fait une production importante et constante tout au long du cycle de culture.

VIDAL F1, produit des fruits de type demi-long. Une autre de ses qualités, et non des moindres, est qu’elle possède une couverture foliaire permettant une excellente protection de ses fruits contre les brûlures du soleil, ces dernières altèrent fortement leur qualité et leur conservation.

L’absence d’épines sur le calice facilite sa récolte et ses fruits, de couleur noir brillant, fermes et de bonne conservation, sont très attractifs et séduisants, assurant un produit fini de très grande qualité.

Dans quelles régions est-elle produite ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les régions de production sont principalement au Centre (El Jadida, Had Swalm, Skhirat, …), au Nord (Mnasra, Bouknadel, …) et au Sud (Agadir, Taroudant, …).

A quels Marchés est-elle destinée ?
Monsieur Omar EL BACHA : La variété VIDAL F1 est principalement destinée pour le Marché de Frais, de consommation locale, mais elle est également de plus en plus orientée vers l’Exportation.

Quelles sont les périodes de plantation et de récolte pour VIDAL F1 ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les périodes des semis s’étalent, selon les régions et les conditions, de janvier à mars, pour des récoltes de mai jusqu’en septembre pour les régions du Centre et du Nord ; mais également des semis d’août à mars, pour des récoltes de novembre jusqu’en septembre sur la région Sud.

La pandémie du COVID-19 a-t-elle eu des conséquences sur les Marchés ?
Monsieur Omar EL BACHA : La campagne précédente a été impactée car les grands consommateurs d’aubergine au Maroc n’ont pas pu maintenir leurs consommations habituelles, notamment le secteur de la Restauration. Par conséquent, en association avec d’autres aléas, les Marchés ont subi une baisse des prix de vente de cette espèce.

Quelles sont les perspectives pour cette campagne ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les Marchés ont une tendance très positive. Grâce à la reprise économique de nombreux secteurs d’activités, nous observons le retour de la consommation locale et surtout des Exportations vers la Mauritanie, les pays européens, éventuellement les Etats-Unis. Les perspectives d’évolution sont d’autant plus grandes avec l’ouverture imminente de la nouvelle ligne maritime hebdomadaire, qui reliera directement Tanger à Poole dans le sud de l’Angleterre, permettant ainsi aux produits marocains d’accéder en moins de trois jours au territoire anglais, contre plus de six jours actuellement par voie terrestre, une magnifique opportunité pour les Producteurs du Maroc.

Covid-19/Maroc : 303 nouvelles contaminations et 7 décès ce jeudi

lematin.ma – 28/10/2021

Covid-19/Maroc : 303 nouvelles contaminations et 7 décès ce jeudi

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 303 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 945.504 le nombre total des cas de contamination. 12.175 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.111.374 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 2,48%.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 925.820 avec 386 nouvelles rémissions ce jeudi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97.9%.

Le ministère a également annoncé 7 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.654 et le taux de létalité à 1.5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.030 personnes (+90), dont 290 cas graves (+20). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,5%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.127.126 (+73.184) pour la première dose, 21.936.348 (+100.803) pour la deuxième et 1.328.001 pour la troisième (+64.560).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 147 cas à Casablanca-Settat : 106 à Casablanca, 16 à El Jadida, 9 à Berrechid, 7 à Settat, 5 à Nouaceur, 3 à Mohammedia et 1 à Benslimane.
  • 95 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 23 à Rabat, 22 à Salé, 20 à Kénitra, 14 à Skhirate-Témara, 8 à Sidi Kacem et 8 à Khémisset.
  • 13 cas à Fès-Meknès : 5 à Fès, 4 à Taza, 2 à El Hajeb, 1 à Meknès et 1 à Sefrou.
  • 10 cas à Beni Mellal-Khénifra : 5 à Béni Mellal, 3 à Khouribga et 2 à Fquih Ben Salah.
  • 10 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 3 à Tanger-Assilah, 3 à Al Hoceima, 2 à Tétouan et 2 à Chefchaouen.
  • 8 cas à Marrakech-Safi : 7 à Marrakech et 1 à Safi.
  • 8 cas à l’Oriental : 4 à Nador, 2 à Berkane et 2 à Oujda-Angad.
  • 5 cas à Souss-Massa : 2 à Agadir-Ida Outanane, 2 à Taroudant et 1 à Inezgane-Ait Melloul.
  • 4 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 3 à Laâyoune et 1 à Boujdour.
  • 1 cas à Dakhla-Oued Eddahab : à Oued Ed-Dahab.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Midelt.
  • 1 cas à Guelmim-Oued Noun : à Guelmim.

L’ONDA sera transformé en Société anonyme

par Saïd Naoumi – lematin.ma – 28/10/2021

L’ONDA sera transformé en Société anonyme

C’est décidé. L’Etat envisage de transformer l’Office national des aéroports (ONDA) en société anonyme. Les contours techniques et stratégiques de ce nouveau modèle organisationnel seront actés dans le cadre d’un contrat-programme Etat-ONDA, actuellement en préparation.

L’objectif de cette opération de taille est de renforcer l’autonomie de gestion de l’Office et créer les conditions favorables à l’accélération du développement du secteur aéroportuaire par son ouverture au privé. Cette transformation en projet passera notamment par la filialisation des activités commerciales et la mise en œuvre des opérations de partenariats.

Notons que l’ONDA prévoit d’investir 5,45 milliards de dirhams sur la période 2022-2024. Cette enveloppe sera consacrée essentiellement aux projets d’extension et d’aménagement des capacités aéroportuaires de Rabat, Agadir, Dakhla, Tétouan et Al-Hoceima.   

Iman Oubou, la native d’Agadir devenue Miss New York, biochimiste puis entrepreneure

telquel.ma – 28/10/2021

Elle est l’incarnation du rêve américain moderne. Débarquée adolescente au Pays de l’oncle Sam, Iman Oubou a travaillé dans la recherche avant de remporter plusieurs concours de beauté et de devenir en 2015 Miss New York. Elle œuvre aujourd’hui à donner plus d’espace aux femmes, sans jamais oublier son pays natal.

Il en faut, du gène aventurier, pour prendre les virages qu’a déjà dû négocier Iman Oubou au cours de son existence. Née à Agadir, elle arrive aux États-Unis à l’âge de 15 ans. Avec sa terre d’origine, elle garde toutefois un lien très fort. Elle a d’ailleurs réussi, malgré la pandémie, à passer récemment plusieurs semaines dans le royaume, qu’elle dit avoir “été très fière de montrer sur les réseaux sociaux”.

https://www.instagram.com/imanoubou/?utm_source=ig_embed&ig_rid=404c32f4-9ec8-4629-b733-e726eceeed91

La jeune expatriée souhaite avant tout mettre en avant les évolutions positives. Selon elle, la diversité culturelle y a grandi, le divertissement et l’hospitalité aussi. Et puis il y a l’esthétique, plus développée, un artisanat qui s’affine et se modernise sans perdre de sa superbe…

Il faut dire que, côté esthétisme, Iman Oubou s’y connaît plutôt bien. Après un diplôme en biochimie et en biologie moléculaire à la Colorado State University, elle est approchée par l’organisation du concours de Miss de cet État du Centre-Ouest. Malgré ses hésitations initiales à intégrer cet univers “si lointain du sien”, elle accepte de participer.

En 2015, alors qu’elle s’est installée à New York – dont elle était tombée amoureuse lors de voyages touristiques puis professionnels – elle prend part à la compétition de beauté locale… et devient simultanément Miss New York et deuxième dauphine américaine ! Elle ne perd pas de vue ses objectifs initiaux, et cette nouvelle notoriété la conforte dans la mission qu’elle s’est donnée : la visibilité digitale des femmes et la diversité des genres.

De la recherche à la communication

“Rien, à part mes études en biochimie, n’était vraiment planifié”, explique Iman. Si elle réalise à quel point elle est chanceuse d’avoir réussi à progresser autant dans sa vie et dans sa carrière avant d’atteindre les 30 ans, elle est la première à être incrédule de la façon et de la rapidité avec lesquelles les événements se sont enchaînés pour elle.

Nous pensons que les connaissances acquises par les femmes au cours de leurs parcours personnel et professionnel méritent l’espace et le respect que les médias traditionnels ne leur ont jamais vraiment accordés.
IMAN OUBOU

Son diplôme et ses couronnes de reine de beauté engrangés, elle se lance assez vite dans l’auto-entreprenariat… s’attaquant encore à un nouveau domaine. Après des années dans la recherche – à Munich, en 2011, en parallèle d’un emploi dans la lutte contre le diabète entre 2008 et 2012, puis dans un centre spécialisé dans le Colorado de 2013 à 2014 –, la touche-à-tout s’oriente vers la communication. Elle commence en tant que salariée dans le milieu universitaire, avant de fonder dès 2015 sa propre structure.

La fondatrice baptise SWAAY sa plateforme d’auto-édition et de contenu, sorte de réseau social alimenté par les membres essentiellement féminines qui s’approprient la conversation. Elle explique : “Nous pensons que les connaissances acquises par les femmes au cours de leurs parcours personnel et professionnel méritent l’espace et le respect que les médias traditionnels ne leur ont jamais vraiment accordés.”

Leadership et empowerment des femmes

Pour la trentenaire, il était primordial de s’imposer dans le leadership et dans l’empowerment. Par tous les moyens, elle cherche à amplifier les voix féminines et à présenter des histoires de femmes qui ne sont pas toujours mises en avant dans les journaux ou sur les réseaux sociaux.

En tant que Marocaine qui a dû échouer et lutter pour réussir dans une ville aussi concurrentielle que Big Apple, elle estime qu’il est de son devoir d’être toujours exemplaire et agente du changement pour sa communauté, en utilisant son succès pour faire avancer les choses. “C’est ce qui est et continuera d’être le cœur de ma mission et le moteur de chaque projet dans lesquels je m’implique”, assure-t-elle.

En plus de toutes ces casquettes, Imane Oubou a toujours rêvé d’écrire. Accaparée par ses diverses activités, elle avait rangé ce projet dans un coin de sa tête… jusqu’au confinement décrété au printemps 2020 pour endiguer la pandémie de Covid-19. Pendant son retour au Maroc, elle cherche l’inspiration et débute le processus de rédaction.

Quelques mois – et un contrat avec la maison d’édition américaine Sounds True/Macmillan – plus tard, l’ouvrage est prêt et devrait sortir au printemps 2022. Le titre : The Glass Ledge. How to break through self-sabotage, embrace your power and create your success (en français : “Le rebord de verre. Comment dépasser l’auto-sabotage, trouver votre pouvoir et créer votre succès”). La communicante y évoque notamment son parcours et les stratégies qu’elle a développées pour tracer son propre chemin. “Glass Ledge est un appel pratique et inspiré pour toute femme qui souhaite réécrire le récit, leur récit du succès et faire avancer nos efforts dans le monde”, résume-t-elle.

Agadir: Le Conseil de la ville approuve son règlement intérieur

lavieeco.com – 28/10/2021

Le Conseil communal d'Agadir

LE CONSEIL DE LA VILLE D’AGADIR A TENU, MERCREDI, UNE SESSION EXTRAORDINAIRE, CONSACRÉE À L’ADOPTION DE SON RÈGLEMENT INTÉRIEUR.

Présidée par le premier vice-président du Conseil de la commune, Mohamed Boudarga, cette session intervient après celle du 24 septembre, marquée par l’élection de Aziz Akhannouch du Rassemblement National des Indépendants (RNI), président du Conseil.

Le RNI est arrivé en tête des élections communales du 08 septembre dernier au niveau de la commune d’Agadir, en remportant 29 sièges sur un total de 61. Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a occupé la 2ème place avec 6 sièges, suivi du Parti Justice et développement (PJD) et de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) avec 5 sièges chacun, tandis que la parti de l’Istiqlal (PI) s’est placé en 5ème position avec 4 sièges.
D’autres formations politiques se sont partagées les 12 autres sièges restants de la commune.

Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d’éléments de parure datant de 150.000 ans

lopinion.ma – 27/10/2021

Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d’éléments de parure datant de 150.000 ans

Initiée par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, l’Association Essaouira-Mogador et Essaouira Innovation Lab, cette rencontre, marquée par la participation d’un parterre de chercheurs et d’archéologues marocains et étrangers, ainsi que d’acteurs de divers horizons, a été l’occasion de jeter la lumière sur cette découverte majeure de 32 coquilles façonnées de gastéropodes marins dans un niveau datant de 142.000 à 150.000 ans, par une équipe internationale de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du patrimoine (INSAP), de l’Université d’Arizona (Tucson, USA) et du Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique.

S’exprimant à cette occasion, M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président-fondateur de l’Association Essaouira- Mogador, a déclaré «qu’il s’agit là des premiers indices de l’humanité faisant apparaître l’existence de relations structurées entre les membres d’un même groupe ou de groupes différents, cette parure illustrant pour la première fois et à sa façon l’existence d’une forme de langage, voire d’une langue, à l’époque de l’Homo-Sapiens», tout en mettant en relief la place qui est celle désormais du Maroc depuis Essaouira dans la «formidable histoire de la Terre et de l’Humanité».

De son côté, le directeur du patrimoine culturel au ministère de la Culture, M. Youssef Khiara, a mis en exergue la portée et l’importance de cette découverte particulière, faisant savoir que le département de tutelle se penche sur l’élaboration du dossier de candidature du site de Bizmoune aux côtés d’autres à travers le Royaume, pour leur inscription sur la liste des sites préhistoriques de l’UNESCO.

Présentant cette étude, M. Abdelajalil Bouzouggar, professeur à l’INSAP, a indiqué qu’Essaouira constitue un territoire densément peuplé depuis des milliers d’années, mettant en avant le gisement important que recèle cette partie du territoire national en termes de patrimoine et d’informations cruciales sur l’origine du comportement symbolique humain.

M. Bouzouggar, qui co-dirigeait les recherches au niveau de la grotte de Bizmoune, a passé en revue les principales conclusions de cette découverte et ses implications, expliquant que cette étude a démontré que la région dispose d’une flore variée datant de 150.000 ans et d’une faune fossile très riche.

«En utilisant et en diffusant des objets de parure, l’Homo sapiens à Bizmoune a écrit pour la première fois il y a 150.000 ans, une grande partie de l’histoire du comportement symbolique de toute l’humanité», a-t-il dit. Pour Philippe Fernandez, chercheur au CNRS en France, «le contexte paléo-écologique des niveaux de Bizmoune joue un rôle extrêmement important dans l’évolution animale et l’occupation de la grotte».

Pour sa part, Steve Kuhn, professeur à l’Université d’Arizona, a affirmé que «ces découvertes nous montrent que les mots à caractère social de ces humains étaient en train de se développer. Ils apprenaient sûrement à interagir et même à coopérer avec des peuples différents», notant qu’Essaouira est «connue comme un lieu où divers peuples vivaient en paix et les preuves de Bizmoune nous disent que cela a vraisemblablement été le cas il y a 150.000 ans».

Dakhla : Des chefs d’entreprises françaises prospectent les opportunités d’investissement

menara.ma – 27/10/2021

Dakhla : Des chefs d'entreprises françaises prospectent les opportunités d’investissement
Vue aérienne de Dakhla

Des chefs d’entreprises françaises ont tenu, mardi à Dakhla, une rencontre avec les responsables locaux, en vue d’explorer les opportunités d’investissement et de partenariat, dans le cadre de la mission économique de la métropole de Metz.

Initiée par le Centre régional d’investissement (CRI) et l’Agence d’attractivité inspire Metz, en partenariat avec le consulat général du Royaume du Maroc à Strasbourg, cette mission économique vise à informer les membres de la délégation économique de grands projets d’infrastructures réalisés dans différents secteurs, afin de nouer des relations opérationnelles avec des acteurs et porteurs de projets marocains et de développer un climat d’affaires.

A cette occasion, les acteurs économiques et chefs d’entreprises français ont débattu des opportunités d’investissements et d’affaires dans différents secteurs productifs de la région Dakhla-Oued Eddahab, tels que l’agroalimentaire, l’immobilier, le développement durable, le tourisme, la pêche et les énergies renouvelables.

Ainsi, ils ont fait part du grand intérêt qu’ils portent à cette région et de leur souhait de contribuer à la dynamique économique locale et de partager les expériences et expertises en matière de promotion territoriale et de formation et la recherche.

S’exprimant à cette occasion, le directeur du CRI de Dakhla-Oued Eddahab, Mounir Houari a mis l’accent sur les différents méga projets en cours de réalisation, citant à cet égard les plateformes logistiques à Bir Gandouz et El Guerguarat de 35 Ha chacune, le parc éolien de 900 MW, le port Dakhla Atlantique et la Zone Franche West Africa adossée au port, ainsi que le projet de dessalement de l’eau de mer pour irriguer 5.000 hectares de terres agricoles.

Après avoir mis l’accent sur les ressources humaines qualifiées et de divers programmes de formation, M. Houari a mis en évidence le large éventail d’atouts économiques qu’offre la région dans les secteurs de la pêche, de la valorisation des produits de la mer, de l’aquaculture, des énergies renouvelables, du tourisme et de l’agriculture.

Dakhla est une plaque tournante régionale entre l’Europe et l’Afrique, a-t-il poursuivi, notant qu’elle est devenue un centre pour le commerce intra-africain, idéale pour la production locale et le flux des marchandises.

M. Houari a également fait savoir que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) garantira à la région un épanouissement commercial et économique via un seul marché africain, intégrée et prospère.

Par ailleurs, il a passé en revue les avantages accordés aux investisseurs, citant dans ce sens les incitations et exonérations fiscales, les mesures de soutien à l’exportation et la facilitation de l’accès au foncier et des procédures, ainsi que l’assistance et soutien aux investisseurs dans l’obtention des autorisations administratives requises.

Dans une déclaration à la MAP, le maire de Metz, François Grosdidier a souligné que cette mission économique française a pour but de découvrir Dakhla-Oued Eddahab très riche en potentialités économiques et humaines, notant que les chefs d’entreprises sont très intéressés par les opportunités d’investissement et de développement dans la région.

Dakhla est la porte d’entrée de l’Europe vers l’Afrique, a-t-il poursuivi, notant que l’infrastructure de cette ville sera renforcée par le port Dakhla Atlantique, ainsi que par le développement des énergies renouvelable qui est très en vogue en Europe et dont la mise en œuvre est favorable dans cette région.

Conduite par M. Grosdidier, la délégation française va se rendre à la zone industrielle, aux domaines aquacoles Boutalha, au poste transformateur ONEE (225/60KV) et au site du nouveau port Dakhla Atlantique.

Des rencontres B2B et des workshops thématiques seront aussi organisés entre les hommes d’affaires de la métropole de Metz et leurs homologues marocains pour échanger et discuter autour des possibilités de partenariats entre les firmes des deux parties.

Les entreprises représentées durant cette mission s’activent dans les secteurs de l’agroalimentaire, la logistique, l’immobilier, le développement durable, les énergies renouvelables, la métallurgie, la construction, la formation et la recherche.

Ont pris part à cette rencontre les chefs des services extérieures, des représentants des Chambres professionnelles de la région et des représentants de l’Union des Entreprises de la Moselle, de l’Union des industries et métiers de la métallurgie, de l’université de Loraine à travers son Institut d’Administration des Entreprises, de l’Eurométropole de Metz, du consortium immobilier et de l’Agence d’attractivité inspire Metz.

La visite de la mission économique de la métropole de Metz à la région Dakhla-Oued Eddahab et Souss-Massa du 26 au 31 octobre, intervient dans le but de développer et de soutenir les relations économiques et commerciales entre le Royaume et la France dans leurs dimensions territoriales.

Laâyoune : L’OFPPT et l’UM6P mobilisés autour de l’innovation entrepreneuriale

lematin.ma – 27/10/2021

Laâyoune : L’OFPPT et l’UM6P mobilisés autour de l’innovation entrepreneuriale

La Direction régionale des provinces du Sud de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) a procédé, mardi dernier à Laâyoune, au lancement du Programme d’innovation entrepreneuriale (PIE) mis en place en partenariat avec l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) de Benguérir.
Quelque 4.000 jeunes stagiaires originaires de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra bénéficieront de ce programme qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle feuille de route de la formation professionnelle, visant le renforcement du dispositif en la matière. À noter que le PIE a pour objectif le déploiement de l’entrepreneuriat grâce à des approches pédagogiques innovantes, dont l’apprentissage par l’expérimentation et l’immersion réelle dans le monde de l’entreprise.
Lancé dans un premier temps dans les régions de Laâyoune-Sakia El Hamra, Souss-Massa et l’Oriental entre 2021 et 2022, avec comme perspective d’être élargi à toutes les régions du Royaume, le PIE est un ensemble de modules s’étalant sur 2 ans et livrés par les formateurs OFPPT. En ce sens, près de 24 formateurs accompagnateurs ont été mobilisés au niveau de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, après un «Boot Camp» de formation organisé dans les locaux de l’UM6P à Benguérir. Le programme permet aux stagiaires de suivre des formations et des ateliers (en présentiel et à distance), de faire des rencontres avec des entrepreneurs et des experts et de vivre des expériences d’immersion, favorisant ainsi l’esprit entrepreneurial chez les jeunes à travers trois thématiques, à savoir «Sensibilisation et acculturation», «Approfondissement des fondamentaux et outils» et «Studio d’immersion et d’expérimentation».
Lors de son parcours, le stagiaire sera amené à élaborer un plan d’affaires, à gérer son projet, à rechercher des clients, à développer de nouveaux produits et à faire du marketing stratégique, entre autres.
Par ailleurs, la cérémonie de lancement a été marquée par la participation de l’écosystème entrepreneurial régional public et privé, ainsi que de témoignages des success-stories des jeunes lauréats de l’OFPPT initiés au monde de l’entrepreneuriat. 

Covid-19 : Le Maroc franchit le cap de 24 millions de primo-vaccinés

lematin.ma – 27/10/2021

Covid-19: Le Maroc franchit le cap de 24 millions de primo-vaccinés

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 398 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 945.201 le nombre total des cas de contamination. 13.670 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.099.199 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 2,91.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 925. 434 avec 309 nouvelles rémissions ce mercredi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97.9%.

Le ministère a également annoncé 11 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.647 et le taux de létalité à 1.5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.120 personnes (+78), dont 290 cas graves (+21). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,5%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.053.942 (+98.668) pour la première dose, 21.835.545 (+123.804) pour la deuxième et 1.263.441 pour la troisième (+114.603).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 187 cas à Casablanca-Settat : 150 à Casablanca, 12 à Mohammedia, 8 à Nouaceur, 5 à Berrechid, 4 à Médiouna, 3 à Settat, 3 à El Jadida et 2 à Benslimane.
  • 129 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 39 à Kénitra, 24 à Skhirate-Témara, 24 à Sidi Kacem, 21 à Rabat, 18 à Salé, 2 à Sidi Slimane et 1 à Khémisset.
  • 19 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 4 à Tétouan, 4 à M’Diq-Fnideq, 3 à Al Hoceima, 3 à Ouezzane et 1 à Tanger-Assilah.
  • 16 cas à l’Oriental : 6 à Nador, 3 à Berkane, 2 à Oujda-Angad, 2 à Guercif, 2 à Jerada et A à Drouch.
  • 14 cas à Fès-Meknès : 10 à Fès, 3 à El Hajeb et 1 à Sefrou.
  • 12 cas à Marrakech-Safi : 8 à Marrakech, 1 à El Kelâa des Sraghna, 1 à Rehamna, 1 à Youssoufia et 1 à Safi.
  • 5 cas à Guelmim-Oued Noun : 3 à Ghuelmim et 2 à Tan Tan.
  • 4 cas à Beni Mellal-Khénifra : 2 à Khouribga, 1 à Béni Mellal et 1 à Fquih Ben Salah.
  • 4 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : Ces quatre cas ont été enregistrés à Laâyoune.
  • 4 cas à Drâa-Tafilalet : 3 à Errachidia et 1 à Ouarzazate.
  • 3 cas à Dakhla-Oued Eddahab : Ces trois cas ont été enregistrés à Oued Ed-Dahab.
  • 1 cas à Souss-Massa : Ce cas a été enregistré à Inezgane-Ait Melloul.

Le Maroc lance les chantiers de cinq grands barrages pour 5,63 milliards de dirhams

par Aissa Amourag – maroc-hebdo.press.ma – 27/10/2021

Pour faire face au stress hydrique, le Royaume poursuit sa politique des barrages en lançant récemment les appels d’offres pour la construction de cinq grands barrages pour la bagatelle de 5,63 milliards de dirhams.

Conformément à son ambition de se protéger contre le stress hydrique qui menace sérieusement la planète, le Maroc poursuit sa politique de construction des barrages avec le lancement, mi-octobre 2021, des appels d’offres relatifs à cinq grands barrages. Ces chantiers titanesques, qui vont nécessiter une enveloppe financière de 5,63 milliards de dirhams, concernent plusieurs régions parmi les plus touchées par le manque d’eau.

Il s’agit d’Agadir, Beni Mellal, Azilal, Figuig et Settat. Promis au plus tard pour 2024, ces nouveaux barrages vont permettre à coup sûr d’accélérer la cadence du Maroc pour atteindre l’objectif des 27 milliards de mètres cubes d’eau contenus dans le dernier programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation lancé par S.M. le Roi Mohammed VI en janvier 2019.

Durant la période 2009-2020, un total de 23 grands barrages pour la somme de plus de 28 milliards de dirhams ont été lancés. Ils devraient procurer au Maroc plus de 6 milliards de mètres cubes d’eau. Pays dont l’économie est fortement basée sur l’agriculture, le Royaume nourrit l’ambition de faire face à la rareté de l’eau occasionnée par les changements climatiques.

Connu pour sa grande politique des barrages, lancée dès les années 1960 par feu Hassan II, ( Précision : – Le Maroc avait déjà, à l’époque le Barrage de Bin el Ouidane, construit pendant le protectorat et mis en service en 1954 – M. T. ) le Maroc entame une course contre la montre pour répondre aux besoins des agriculteurs en matière d’irrigation mais également à ceux de toute la population marocaine en matière d’eau potable. Dans ce cadre, il y a lieu de citer le récent prêt de 18 millions d’euros accordé par la Banque africaine de développement à l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE). Il s’agit d’un financement additionnel pour le projet de pérennisation et de sécurisation de l’accès à l’eau au Maroc.

Essor industriel
Ce chantier fait partie du programme d’investissement de l’ONEE, approuvé par son conseil d’administration pour la période 2016-2020 et ensuite pour la période 2019- 2023. Il permettra de favoriser la gestion de la demande dans les zones fragiles, particulièrement dans le milieu rural, tout en luttant contre la pollution dans la zone de développement industriel. Le périmètre de ce projet couvre les provinces de Guercif, Zagora, Al Hoceima, Tanger et Beni Mellal.

Selon la Banque africaine de développement, la zone concernée par le projet englobe toutes les agglomérations urbaines et rurales situées dans ces régions qui connaissent un essor industriel important, avec la projection de la nouvelle ville «Mohammed VI Tanger Tech» à Tanger, le projet d’agropole de Tadla à Beni Mellal, ainsi que d’autres zones industrielles et agro-industrielles à Al Hoceima et Beni Mellal.

Ainsi, cette initiative vise à satisfaire les besoins croissants en eau potable et en eau industrielle de cette partie du Maroc jusqu’à 2040, et ce en concordance avec la stratégie du Maroc dans le secteur de l’eau à l’horizon 2040. Concernant la population bénéficiaire (des provinces de Guercif, Zagora, Al Hoceima et Beni Mellal), elle s’élève à 1,2 million d’habitants (dont environ 60% en milieu rural). Celle de la zone de Tanger est de 1,3 million d’habitants.

Ainsi, la population totale qui profitera de ce projet dépasse actuellement 2,5 millions d’habitants et sera plus de 3,3 millions d’habitants en 2040. Il n’y a nul doute que le Royaume s’active en effet sur tous les fronts pour assurer une autosuffisance hydrique et se prémunir ainsi contre tout problème lié à l’eau.

L’Université Ibn Zohr lance le projet de l’ENSA de Sidi Ifni

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 27/10/2021

L’Université Ibn Zohr lance le projet de l’ENSA de Sidi Ifni

Elle sera la première école de formation des ingénieurs au niveau des provinces du Sud

C’est officiel, les provinces du sud du Royaume seront dotées de la première école de formation des ingénieurs, en l’occurrence l’Ecole nationale des sciences appliquées (ENSA) qui sera basée dans la ville de Sidi Ifni relevant de la région de Guelmim-Oued Noun. Dans les détails, l’Université Ibn Zohr d’Agadir en tant que maître d’ouvrage vient de publier un appel d’offres pour le contrôle et optimisation des études techniques et des travaux de construction de l’ENSA à Sidi Ifni en lot unique. La future ENSA sera créée pour un budget de 75 millions de dirhams (MDH) en vertu d’un accord entre le Conseil régional, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la wilaya de la région Guelmim-Oued Noun, l’Université Ibn Zohr d’Agadir et la province de Sidi Ifni.

Le Conseil apportera 25 MDH à la réalisation de ce projet, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique mobilisera 25 MDH, tandis que l’Université Ibn Zohr s’engage à verser les 25 MDH restants. En effet, d’importants projets dans les secteurs de l’enseignement et de la formation ont vu le jour ces derniers temps à Guelmim-Oued Noun, avec un impact très fort sur la dynamique de développement global que connaît la région dans tous les domaines, à l’image des autres provinces du Sud du Royaume. Ce processus de renforcement des structures éducatives et universitaires est motivé par l’importance de la formation et l’apprentissage scientifique pour le développement de la région et l’avenir des générations montantes. Au vu du rôle du commerce en tant que locomotive de développement de la région après les ports de Tan-Tan et Sidi Ifni, un accord a été signé lors du dernier conseil d’administration de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de Guelmim-Oued Noun pour la création d’une Ecole nationale de commerce et de gestion à Guelmim, pour un investissement de 60 MDH.

Dans l’objectif de réaliser une équité spatiale et territoriale dans la région, une faculté pluridisciplinaire verra le jour dans la province d’Assa-Zag, avec un budget estimé à 81 millions de dirhams. A cela s’ajoute l’Institut spécialisé de technologie appliquée de Tan-Tan, pour 60 MDH. L’achèvement de cette structure universitaire contribuera à la formation, à la valorisation et au développement de l’élément humain, en tant que levier essentiel du nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

Dans le même contexte, et compte tenu de l’importance des ports de Sidi Ifni et de Tan-Tan dans l’économie de la région, un accord a été signé l’an dernier pour créer un Institut supérieur des métiers de la mer et du désert dans la ville d’El Ouatia, pour un investissement de l’ordre de 12 MDH. L’Institut contribuera à la revitalisation de l’économie locale, au développement des ressources humaines, à la valorisation des potentialités historiques, culturelles et naturelles de la région et à l’encouragement de la recherche scientifique dans les métiers liés à l’océan.

Le Maroc et les Etats-Unis préparent à Agadir une nouvelle édition de l’African Lion

yabiladi.com – 27/10/2021

Le siège de la zone sud des Forces armées royales à Agadir a accueilli une réunion destinée à la préparation d’une nouvelle édition de l’exercice militaire African Lion, indique sur Twitter l’ambassade des Etats-Unis à Rabat. Des officiers des Etats-Unis, de la Tunisie, du Sénégal, du Ghana et du Maroc, ont pris part à la rencontre, ajoute la représentation diplomatique américaine au royaume.

Pour rappel, la zone sud des FAR a été, du 7 au 18 juin dernier, la scène de manœuvres militaires entrant dans le  cadre de l’African Lion, avec la participation de onze pays dont notamment, le Brésil, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. L’Espagne, alors en froid avec le Maroc après l’exode, les 17 et 18 mai, de milliers de Marocains vers Ceuta et l’affaire de l’accueil en catimini de Brahim Ghali, avait annulé sa présence.

Trambus d’Agadir : Lancement des travaux d’aménagement du pôle d’échanges de la « Vallée des Oiseaux »

menara.ma – 27/10/2021

Trambus d'Agadir : Lancement des travaux d'aménagement du pôle d’échanges de la "Vallée des Oiseaux"
Le Wali de la région Souss-Massa, Gouverneur de la Préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, a procédé mardi au lancement des travaux d’aménagement du pôle d’échanges de la « Vallée des Oiseaux » qui s’inscrit dans le cadre de la réalisation de la première ligne de Bus à haut niveau de Service d’Agadir « Amalway Agadir Trambus »

Les travaux relatifs à ce pôle d’échanges qui fait partie des 6 autres de cette ligne de Bus, nécessitent un montant de 14.750.000 DH. Cette infrastructure sera réalisée au niveau du grand pôle d’attraction de la zone balnéaire et du quartier administratif, près du parc animalier de la « Vallée des Oiseaux ».

La surface totale de ce projet est de 14 708 m², dont la surface de trottoirs est de 5 615 m² et la surface d’espaces verts arrive à 1 223 m². Le nombre de quais créés est de 10, les lignes en correspondance arrivent à 9 alors que le nombre de bus en correspondance se chiffre de 45 par heure de pointe.

Les objectifs majeurs de l’intégration d’un nouveau mode de transport en commun performant dans l’agglomération d’Agadir sont motivés par la volonté de promouvoir une mobilité durable à travers un grand nombre de quartiers, tout en y intégrant une dimension environnementale et en contribuant à l’attractivité de la métropole.

Ce projet est également appelé à impulser une nouvelle dynamique dans les modes de déplacement existants par une réorganisation de l’ensemble du réseau des transports publics, notamment dans la gestion des correspondances.

Il prévoit aussi une intégration tarifaire qui offre aux voyageurs la possibilité d’utiliser la ligne “Bus haut niveau” et les autres lignes conventionnelles avec le même ticket.

La première ligne de Bus à Haut Niveau de Service d’Agadir reliera le Port d’Agadir aux quartiers de Tikiouine en 45 min, le long d’un trajet de 15,5 km aménagé en site propre et traversant 35 stations et 6 pôles d’échanges.

Le projet est porté par la Société de développement local Grand Agadir pour la Mobilité et les Déplacements urbains.

Le Conseil préfectoral d’Agadir Ida-Outanane adopte son règlement intérieur

aujourdhui.ma – 27/10/2021

Le Conseil préfectoral d’Agadir Ida-Outanane adopte son règlement intérieur

Le Conseil préfectoral d’Agadir Ida-Outanane a adopté à la majorité, lundi, lors d’une session extraordinaire, le projet de son règlement intérieur.

Cette session qui s’est déroulée en présence, notamment, du secrétaire général de la préfecture a également été marquée par l’élection des présidents et vice-présidents des commissions permanentes du Conseil. Ainsi, Abdellah Taïa et Hanane Makboul ont été élus respectivement président et vice-présidente de la commission permanente du budget, des affaires financières et de la programmation et de coopération décentralisée. Par ailleurs, Abdellah Iziki et Mohamed Bouidal ont été élus président et vice-président de la commission permanente chargée du développement économique et rural, de la promotion des investissements, de la formation et de l’emploi. Il a également été procédé lors de cette session à l’élection de Jamal Aziz et Fatima Ait Yahya à la tête de la commission des affaires sociales et de la famille, et de Mohamed Akhardid et Hayat Ammaz, président et vice-présidente de la commission chargée des affaires sportives, culturelles et écologiques.

Le programme «American Leadership Academy» s’invite à Agadir

lematin.ma – 27/10/2021

Le programme «American  Leadership Academy» s’invite  à Agadir

Le coup d’envoi du programme «American Leadership Academy» sera donné, aujourd’hui, à Agadir. Lancé par l’Association Anoual en partenariat avec l’ambassade des États-Unis au Maroc, ce programme, qui se poursuivra jusqu’au 31 octobre, a pour ambition d’assurer un accompagnement des jeunes marocains et le développement de leurs compétences en matière de leadership.
«L’ambassade des États-Unis est convaincue que le leadership constitue un des leviers du XXIe siècle pour accélérer la croissance de l’économie, particulièrement au Maroc. Le programme American Leadership Academy est une illustration de notre engagement pour soutenir activement les jeunes Marocains. Le Maroc compte réellement des esprits brillants, et nous voulons les aider à transformer leurs grandes idées en réussites», explique Nintza Sola Rodger, attachée culturelle de l’ambassade des États-Unis, citée dans un communiqué.

Selon ses initiateurs, «American Leadership Academy» inclut des ateliers théoriques et pratiques, d’échanges et de débats avec des acteurs reconnus, des entrepreneurs et des coachs, permettant aux jeunes bénéficiaires de repartir avec un bagage solide en leadership. La formation porte sur plusieurs thématiques, à savoir «Leadership pour le changement positif», «Écoute et dialogue», «Leadership authentique» et «Leadership axé sur la vision». Il est également question de la gestion de crise, de la stratégie de communication et du mentorat, avant que les bénéficiaires ne participent à une session de pitchs devant un jury professionnel.
À noter que durant ce mois d’octobre, un premier «Boot Camp» a été organisé à Casablanca, à l’issue duquel 38 finalistes ont été retenus. Ils ont été divisés en deux groupes et suivront deux autres camps de formation. 

Les infos sont quelquefois contradictoires : Maroc-Espagne, pas de reprise du trafic maritime, pour le moment

lematin.ma – 25/10/2021

Maroc-Espagne : Pas de reprise du trafic maritime, pour le moment

Le ministère du Transport et de la logistique n’a pas réagi aux informations relayées par des médias espagnols sur la reprise du trafic maritime entre le Maroc et l’Espagne. Certains avancent une reprise des liaisons maritimes entre les deux pays le 1er novembre. Une information que la directrice générale des Ports et de la Marine marchande, Amane Fathallah, a infirmée indiquant, dans une déclaration à «Assahrae Al Maghribia», qu’elle n’est pas au courant d’une telle reprise.

Mme Fathallah s’est également étonnée des rumeurs colportées par certains médias espagnols sur l’organisation d’une mini-Opération Marhaba pour permettre aux Marocains résidant en Espagne de rentrer au Maroc. Les agences espagnoles de transport maritime ont accueilli avec enthousiasme les informations véhiculées par les médias espagnols, mais la déléguée du gouvernement espagnol à Ceuta, Salvadora Mateos, a tenu à tempérer cet optimisme en déclarant à «El Confidential Digital» que la réouverture du passage de Tarajal va prendre du temps du côté espagnol, en raison des travaux de modernisation qui sont en cours.

Wait and see !

En rupture de stock, le Maroc attend une nouvelle livraison du vaccin Pfizer

bladi.net – 26/10/2021

En rupture de stock, le Maroc attend une nouvelle livraison du vaccin Pfizer

Un nouvel arrivage du vaccin américano-allemand, Pfizer-BioNTech est attendu au Maroc ce mardi. En tout, 850 000 doses seront réceptionnées.

Le Maroc va recevoir ce mardi 26 octobre 2021 un nouveau lot de 850 000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech dans le cadre d’une commande de 4,5 millions de doses. Il y a deux semaines, le fournisseur lui avait livré 270 000 doses. En raison de l’épuisement des stocks, le vaccin américano-allemand ne doit plus être pris lors des premières et troisièmes doses. Les citoyens peuvent se faire injecter ce vaccin pour la deuxième dose uniquement.

À partir de ce lundi 25 octobre, un pass vaccinal provisoire sera délivré entre la première et la deuxième dose. Il sera valable pendant 28 jours jusqu’à l’administration de la deuxième dose. De quoi permettre à ses détenteurs de circuler pendant 28 jours, entre les deux doses.

À la date du 24 octobre, 2 26 4 ont reçu la première dose, 21 526 896 la deuxième et 1 037 229 la troisième dose. Le bilan Covid-19 fait état de 944 378 cas de contamination et de 14 621 décès.

Le Maroc s’attend à une hausse de 21% de sa production d’olives

infomediaire.net – 26/10/2021

La production d’olives devrait augmenter de 21% par rapport à la campagne agricole précédente, a indiqué, mardi, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki.

En réponse à une question orale sur « la nouvelle campagne agricole » à la Chambre des conseillers, Sadiki a souligné que la production d’agrumes devrait augmenter de 14% et celle d’olives de 21% par rapport à la campagne précédente, avec une hausse de la surface plantée pour atteindre 1.200.000 ha, soit une augmentation de 4%.

D’autre part, Sadiki a relevé que la conjoncture délicate imposée par la pandémie de Covid-19 à travers le monde a mis en avant le rôle central de l’agriculteur et du secteur agricole au Maroc dans le financement des marchés intérieurs et dans la réalisation de la sécurité alimentaire, notant que la modernisation et le professionnalisme qui caractérisent désormais l’agriculture marocaine, ainsi que le tissu national structuré de production agricole, ont permis d’atteindre durant la précédente campagne agricole des chiffres et indicateurs qui en font l’une des meilleures saisons jamais enregistrées.

A cet égard, le ministre a fait remarquer que la valeur ajoutée agricole a enregistré, au cours de la campagne précédente, une croissance importante estimée entre 17 et 19%, et ce grâce aux bons résultats des différentes filières de production, notamment les céréales, les arbres fruitiers et la production animale, ce qui va contribuer à la relance de l’économie nationale et à l’amélioration de ses performances pour atteindre un taux de croissance de plus de 5,5%, particulièrement après l’impact de la pandémie de Covid-19.

Dans ce contexte, il a soulevé que la production totale des céréales a atteint 103,2 millions de quintaux, soit la deuxième meilleure production dans l’histoire de l’agriculture marocaine, alors que la production des fruits et légumes s’est élevée à des niveaux significatifs.

Le ministre a en outre relevé que la production des principaux arbres fruitiers lors de cette saison sera nettement supérieure à celle de la campagne précédente, selon les prévisions initiales, surtout en cas d’amélioration des conditions climatiques en cette conjoncture. S’agissant de la production animalière, poursuit Sadiki, le nombre du cheptel est resté stable grâce au programme d’aide au bétail élaboré par le ministère et ce, malgré la succession de deux saisons agricoles caractérisées par un déficit pluviométrique, en particulier dans certaines régions. Il a également relevé le bon état de santé du cheptel au niveau national grâce au suivi sanitaire et aux différentes campagnes de vaccination menées par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et aux efforts des vétérinaires privés accrédités et des professionnels du secteur. 

Et de conclure que l’agriculture marocaine fait face à de nouveaux défis, que le ministère œuvrera à relever à travers une mise en oeuvre rigoureuse de la stratégie « Génération Green » qui allie développement humain et durabilité du développement agricole, en plus du renforcement de la souveraineté alimentaire du Royaume, conformément aux orientations royales et en harmonie avec les objectifs du Nouveau modèle de développement et aux engagements du programme gouvernemental 2021-2026, qui a conféré au secteur agricole une importance capitale faisant de l’émergence d’une classe moyenne agricole l’un de ses principaux engagements.

Une espèce méconnue de rhinocéros découverte au Maroc

h24info.ma – 27/10/2021

Une nouvelle étude publiée par deux chercheurs en paléontologie met en lumière une espèce méconnue de rhinocéros qui a vécu au Maroc. La découverte a été faite près de Ouarzazate par des chasseurs de fossiles. 

L’espèce a été baptisée Eozara xerrii. Selon une nouvelle étude scientifique, les restes d’une espèce méconnue jusqu’ici de rhinocéros a été découverte dans le sud du Maroc. « Nous décrivons ici le premier représentant défini de la sous-famille des Elasmotheriinae en Afrique du Nord. Il vient du site du Miocène supérieur de Skoura près de Ouarzazate, sur le versant sud du Haut Atlas central au Maroc », apprend-t-on dans l’introduction de l’étude publiée le 19 octobre dernier et relayée par nos confrères de Yabiladi.

Il s’agit d’un « crâne pratiquement complet avec une mandibule articulée et quelques restes postcrâniens fragmentaires, ce qui en fait de loin l’Elasmotherium la plus connue du Miocène supérieur africain », expliquent ses auteurs, Denis Geraads du Centre de recherche en paléontologie de Paris et Samir Zouhri du département de la géologie à la Faculté d’Aïn Chock à Casablanca.

La découverte a été faite par des chasseurs de fossiles qui l’ont revendu à un certain Serge Xerri à Rabat. Ce dernier l’a « généreusement » offert à la Faculté des sciences d’Aïn Chock.

« Le crâne est caractérisé par de longs os nasaux indiquant une forte corne et de longs prémaxillaires édentés, élargis antérieurement. Par rapport aux autres Rhinocerotidae (rhinocéros), le visage est modérément allongé. Les incisives inférieures sont de taille moyenne , et la rangée des prémolaires est courte. Les molaires supérieures ont un protocône fortement pincé », détaillent encore les auteurs de l’étude. 

Covid-19 : 425 nouveaux cas confirmés en 24H, 15 décès

lematin.ma – 26/10/2021

Covid-19 : 425 nouveaux cas confirmés en 24H, 15 décès

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 425 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 944.803 le nombre total des cas de contamination. 12.968 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.085.529 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 3,27.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 925.125 avec 375 nouvelles rémissions ce mardi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97.9%.

Le ministère a également annoncé 15 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.636 et le taux de létalité à 97.9%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.042 personnes (+35), dont 301cas graves (+30). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,7%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 23.955.274 (+228.760) pour la première dose, 21.711.741 (+184.845) pour la deuxième et 1.148.838 pour la troisième (+111.609).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 211 cas à Casablanca-Settat : 157 à Casablanca, 19 à Mohammedia, 13 à Nouaceur, 11 à Settat, 5 à El Jadida, 4 à Berrechid et 2 à Médiouna.
  • 145 cas à Rabat-Salé-Kenitra :50 à Kénitra, 25 à Skhirate-Témara, 19 à Sidi Kacem, 18 à Rabat, 18 à Khémisset, 14 à Salé et 1 à Sidi Slimane.
  •  17 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 5 à Tanger-Assilah, 4 à Ouezzane, 4 à Chefchaoue, 2 à Tétoua, 1 à Al Hoceima et 1 à Larache.
  • 16 cas à Fès-Meknès : 11 à Fès, 1 à Taounate, 1 à Taza, 1 à Boulemane et 2 à El Hajeb.
  • 7 cas à Marrakech-Safi : 6 à Marrakech et 1 à Safi.
  • 6 cas à L’Oriental : 3 à Oujda-Angad et 3 à Nador.
  • 6 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : Ces 6 cas ont été enregistrées à Laâyoune.
  • 5 cas à Souss-Massa : 2 à Agadir-Ida Ou-Tanane, 2 à Taroudant et 1 à Inezgane-Ait Melloul.
  • 4 cas à Beni Mellal-Khénifra : 3 à Béni Mellal et 1 à Fiquih Ben Salah.
  • 3 cas à Drâa-Tafilalet : Ces trois cas ont été enregistrés à Ouarzazate.
  • 3 cas à Dakhla-Oued Eddahab : Les 3 cas ont été enregistrés à Oued Ed-Dahab.
  • 2 cas à Guelmim-Oud Noun : Ces deux cas ont été enregistrés à Guelmim.

Les CRI font appel au e-commerce pour appuyer les artisans et les coopératives

lavieeco.com – 26/10/2021

CRI

LES CENTRE RÉGIONAUX D’INVESTISSEMENT FONT APPEL AUX PLATEFORMES DU E-COMMERCE POUR ACCOMPAGNER LES COMMERÇANTS, LES ARTISANS ET LES COOPÉRATIVES. LE CRI DE SOUSS-MASSA A CONCLU, DERNIÈREMENT, UNE ENTENTE AVEC GLOVO. PLUS RÉCEMMENT, CELUI DE TANGER-TÉTOUAN-AL HOCEIMA VIENT DE SIGNER UN PARTENARIAT AVEC UNE AUTRE PLATEFORME.

Le Centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Agence pour la promotion et le développement du Nord ont signé, vendredi, un accord de partenariat avec une plateforme du e-commerce, Jumia pour ne pas la nommer, pour accompagner les artisans et les coopératives dans la commercialisation de leurs produits.

Cet accord, indique un communiqué du CRI, vient s’ajouter aux multiples actions communautaires entreprises par l’ensemble des acteurs locaux en faveur de la redynamisation économique, et plus particulièrement de l’activité du commerce au niveau de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.
Selon la même source, cet accord a pour objectif d’offrir aux commerçants de la région de nouveaux horizons de distribution, à travers l’inclusion digitale, la vente et la distribution en ligne, tout en s’appuyant sur l’expertise et le réseau logistique et commercial de cette plateforme.
Cette convention devrait, en effet, offrir à plus de 300 commerçants, artisans et coopératives de la région un accompagnement et une assistance de bout en bout permettant leur enrôlement progressif et efficace dans le monde du commerce électronique et la vente en ligne.

Rappelons que le Centre Régional d’Investissement Souss-Massa a lancé, jeudi dernier, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour des formations dédiées à l’accompagnement à la digitalisation des coopératives, artisans et commerçants opérant dans la région. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des actions entreprises en vue de faire face aux conséquences de la crise sanitaire et favoriser la relance économique de l’écosystème. L’initiative intervient dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat conclue entre le CRI/SM et la société Glovo, une entreprise spécialisée dans la livraison à domicile.

Les formations qui seront gratuites, se dérouleront en une demi-journée et porteront sur les techniques permettant d’améliorer le processus commercial et optimiser les ventes grâce aux outils digitaux.

Cet AMI est adressé aux coopératives, artisans et commerçants opérant dans toutes les préfectures et provinces de la région Souss-Massa, désirant accroître leurs activités et améliorer leur compétitivité grâce au digital. Il est ouvert aux 100 premiers candidats de la région, qui auront répondu aux critères de sélection.

Que prévoit le PLF-2022 pour le secteur de l’éducation?

2M.ma – 26/10/2021

Cliquez, choisir la langue et re-cliquez !

Placée au centre des préoccupations du programme gouvernemental, l’éducation bénéficie d’une batterie de mesures au sein du Projet de loi de finances 2022 .

Ainsi, le PLF-2022 prévoit la création de plus de 17.000 nouveaux emplois dans le secteur (15.000 enseignants et 2000 cadres administratifs) et le renforcement de la formation initiale des acteurs éducatifs (à travers une enveloppe de 500 MDH).

L’action gouvernementale ne se limite pas à l’aspect des ressources humains mais aussi à celui infrastructurel : le PLF-2022 prévoit la construction de 230 nouveaux établissements, moyennant une enveloppe budgétaire de 2,3 MMDH. Une autre manne financière, de 2,56 MMDH, sera allouée à la remise à niveau des infrastructures et équipements existants. 

L’enseignement supérieur n’est pas en reste puisque le PLF prévoit la construction de 6 écoles supérieures pour permettre l’augmentation de l’offre universitaire à Agadir, Béni Mellal, El Jadida, Settat, Kénitra et Oujda. Il prévoit également la poursuite du programme de remise à niveau de plusieurs établissements d’enseignement supérieur, et 

Retrouvez plus d’explications à ce sujet dans votre décryptage de la semaine, présenté par Yassine El Azzaz.

Festival international du film sur l’art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain

aujourdhui.ma – 26/10/2021

Festival international du film sur l’art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain

La 3ème édition du Festival international du film sur l’art «Ciné Art Agadir» aura lieu du 20 au 22 novembre prochain en mode hybride.

Tenue sous le thème «L’art et la convalescence», cette manifestation se veut une occasion pour découvrir d’autres cultures à travers les oeuvres de réalisateurs arabes et étrangers, indique un communiqué des organisateurs. De même, cet événement souhaite dénicher et encourager les talents en herbe, note la même source qui précise que 30 films seront en lice pour les prix de ce festival. Dans ce cadre, deux compétitions officielles sont organisées l’une dédiée aux courts-métrages et l’autre aux longs métrages documentaires.

Le jury de la compétition des «Longs métrages documentaires» est présidé par le réalisateur et comédien marocain Driss Roukhe et se compose d’Ammar Al Ibrahim (réalisateur/ Sultanat d’Oman), Javier Martin Dominguez (réalisateur/ Espagne), Carlos Coelho (réalisateur/ Portugal), Mohammed Lyounsi (réalisateur/ Maroc) et Mohamed Laroussi (écrivain/ Maroc).

Le jury des courts métrages, quant à lui, est présidé par le réalisateur marocain Hakim Noury et comprend Slim Belhiba (réalisateur/ Tunisie), Hazem Metwally (réalisateur/ Egypte), Zohra Noujoum (comédienne/ Maroc), Elodie Lachaud (réalisatrice), ainsi que Michelle Hart (artiste peintre/ Panama).

Les prix de ce festival sont : le «rameau d’or d’argan» pour les meilleurs longs et courts métrages, prix de la meilleure réalisation, prix du meilleur scénario, prix de la meilleure interprétation masculine, prix de la meilleure interprétation féminine et le prix du meilleur éclairage.

En présence de 400 participants : Coup d’envoi à Agadir du Solar Challenge Morocco 2021

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 26/10/2021

En présence de 400 participants : Coup d’envoi à Agadir du Solar Challenge Morocco 2021

Le coup d’envoi du «Solar Challenge Morocco 2021» a été donné lundi depuis le stade Adrar d’Agadir.

Accompagnée par le Centre régional d’investissement Souss-Massa, l’agence Classic Events organise en collaboration avec l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) la première grande manifestation des transports utilisant l’énergie solaire le «Solar Challenge Morocco 2021».

400 personnes prennent part à cette édition dont sept équipes universitaires provenant des Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Estonie, Suède et bien entendu du Maroc. Chacune de ces équipes aura à cœur de prendre le volant de son véhicule solaire, construit conformément au règlement du Bridgestone World Solar Challenge, pour parcourir 2.500 kilomètres en cinq étapes depuis les routes asphaltées d’Agadir aux splendides montagnes de l’Atlas pour rencontrer les fabuleux bivouacs du désert de Merzouga.

Durant les cinq étapes les participants utiliseront seulement l’énergie solaire. Cette nouvelle édition engage des équipes de renommée mondiale constituées d’étudiants dynamiques pour choisir le prototype présentant la meilleure combinaison rapidité-économie d’énergie. Le temps cumulé des cinq étapes définira le vainqueur de ce rallye solaire qui sera annoncé lors d’une cérémonie de remise des prix le vendredi 29 octobre à Agadir. Selon les organisateurs, cette course unique en son genre aura plusieurs retombées économiques sur le Royaume. Tout d’abord, une grande partie du budget de l’organisation du «Solar Challenge Morocco 2021», estimé à 12 millions de dirhams, est directement investie dans les régions hôtes de l’événement. En effet, les organisateurs ont fait exclusivement appel à des sociétés, des prestataires et des artisans de la région de Souss-Massa, ce qui contribuera à la dynamisation de plusieurs secteurs, à savoir le tourisme, la location de voitures, l’artisanat, la confection textile, l’assurance, l’événementiel et l’animation.

Ensuite, des séances B to B et mises en relation d’affaires sont prévues lors de cette manifestation ainsi que des rencontres entre les universités marocaines et étrangères participantes au rallye pour un partage des connaissances, un échange d’expériences et une analyse des futures pistes de collaboration, à savoir les programmes d’échanges possibles. Grâce à cet événement, le Maroc se positionne sur le podium international des courses de voitures solaires et est ainsi le premier pays africain à organiser une telle manifestation au service des jeunes étudiants et de l’innovation. En parallèle à cette manifestation, les organisateurs proposent au public des ateliers pédagogiques, des parcs de jeux, des animations ainsi que des expositions de prototypes et d’inventions dans le domaine du solaire.

«L’énergie solaire peut faire rouler des voitures sur de très longs trajets»

Questions à Mouhcine Benmeziane, chef du Département Communication et Veille Technologique à l’IRESEN

ALM : En quoi consiste le «Solar Chalenge Morocco 2021»?

Mouhcine Benmeziane : Aujourd’hui nous sommes fiers d’organiser avec Classic Events cette course de voitures solaires au Maroc. En effet, nous organisons depuis 2013 plusieurs éditions entre Ben Guerir et Marrakech sur de courtes distances. Aujourd’hui le challenge est très différent et il consiste en une course très éprouvante pour les étudiants sur 2.000 km d’Agadir vers Merzouga et puis retour à Agadir. Et nous sommes très fiers de ces étudiants internationaux qui ont réussi à produire des prototypes très impressionnants, qui prouvent que l’énergie solaire peut faire rouler des voitures sur de très longs trajets surtout avec la compétence et l’ingéniosité de ces jeunes étudiants.

Comment l’idée est venue pour le lancer cette fois depuis la région Souss-Massa ?

La route que va prendre le convoi est une région très belle, et qui a beaucoup de potentiels en énergie solaire, donc le rayonnement y est fréquent, et ça permettra aux voitures de rouler de façon optimale sur ce long trajet.

Quelles sont les retombées de cette manifestation sur la recherche scientifique en matière d’énergie solaire ?

Les étudiants poussent vraiment très loin la technologie en ce qui concerne la mobilité en général et optimisent tout le processus que ce soit l’aérodynamique, la performance des cellules solaires ou le système de management de la batterie. Donc ces résultats peuvent par la suite être exploités dans le monde socio-économique, mais aussi une occasion pour eux de mettre la main à la pâte et d’expérimenter ce genre d’aventure qui est aussi une aventure humaine puisqu’ils travaillent en équipe sur différents aspects comme la mécanique et l’électronique, ce qui les pousse à innover dans ce domaine très porteur qui est la technologie verte.

Fret maritime : Maersk se sépare des commissionnaires de transport…10.000 professionnels impactés

par Abdellah MOUTAWAKIL – lopinion.ma – 25/10/2021

Le géant danois du transport maritime, Maersk, entend se passer des services des freight forwarders. Il s’agit de ces commissionnaires qui jouent le rôle d’intermédiaires entre les exportateurs et les armateurs. Au Maroc, cette décision va créer des manques à gagner énormes pour ces commissionnaires, notamment dans les ports de Casablanca et de Tanger.

Fret maritime  : Maersk se sépare des commissionnaires de transport…10.000 professionnels impactés

Nouvelle tempête dans le transport maritime. Alors que ce secteur si vital au commerce mondial est confronté à la plus forte flambée de fret de son Histoire, voilà que l’un des plus grands géants des mers décide d’imposer de nouvelles règles du jeu.

En effet, dès ce 1er novembre 2021, Maersk, l’armateur danois, prévoit de se passer du service des freight forwarders. Ces derniers, appelés en français commissionnaires, jouent le rôle d’intermédiaires entre les exportateurs et les transporteurs maritimes (voir encadré).

La décision de Maersk est censée s’appliquer partout dans le monde. Y compris au Maroc ? « Oui », répond le président de l’Association des Freight Forwarders du Maroc (AFFM), Rachid Tahri, également secrétaire général de la Fédération de Transport et de la Logistique de la CGEM, le patronat marocain.

10.000 impactés…

Entre 300 et 500 freight forwarders risquent de voir leurs activités impactées par cette nouvelle donne. « Sachant qu’une entreprise de Freight Forwarding emploie entre 10 à 50 personnes en fonction de sa taille, je vous en laisse imaginer l’impact », suggère l’expert maritime, le professeur Najib Cherfaoui (voir interview).

Au bas mot, quelque 10.000 personnes et leurs familles pourraient être directement ou indirectement touchées par le manque à gagner résultant de la décision de Maersk. Heureusement que le géant danois n’est pas le seul acteur du marché du transport maritime, malgré sa très forte présence dans les grands ports marocains. Toutefois, « on s’attend à ce que les autres armateurs fassent de même », pronostique El Mostafa Fakhir, premier vice-président du Comité des spécialistes africains en activités maritimes, portuaires et logistiques (COSAMPOL).

« Actuellement, les armateurs dictent leur loi, car la conjoncture leur est favorable. Ils ont brisé le plafond de verre et sont devenus trop puissants. Le plus grave est que même au niveau mondial, il n’y a pas de régulateur pour les rappeler à l’ordre », se désole El Mostafa Fakhir.

Réservation en ligne

En tout cas, Maersk justifie sa décision par le souci de simplifier les opérations aux exportateurs, qui n’auront plus à traiter avec des intermédiaires, mais qui devront passer directement par ses plateformes en ligne, comme c’est le cas pour la réservation d’un billet d’avion dans le secteur aérien. « Maersk est bien connu pour son référentiel des exigences de la qualité de service digitalisé, avec, en arrière plan, l’élimination totale des tracasseries administratives. Mais avec cette logique, le secteur logistique du pays est à la merci d’un simple bug ou de n’importe quelle cyber-attaque », s’inquiète le professeur Cherfaoui.

En outre, auprès des professionnels du monde maritime, on est formel : l’absence des freight forwarders peut faire l’affaire des grands exportateurs, mais n’arrange pas les moyens et petits exportateurs, qui ont forcément besoin de services personnalisés et d’accompagnement.

Maersk voit plus grand

Autre raison invoquée par le géant danois, c’est que les freight forwarders se font trop de marges aussi bien sur le dos des armateurs que sur celui de leurs clients exportateurs. Au niveau mondial, on estime par exemple qu’un commissionnaire peut se permettre de revendre à 20.000 dollars, un conteneur négocié avec l’armateur à seulement 4.000 dollars.

Pour Maersk, il était temps de récupérer ce manque à gagner, surtout dans ce contexte de flambée historique des tarifs du transport maritime. Plus loin encore, Maersk a pour objectif final de maîtriser les opérations liées à son service de bout en temps, sans aucune intervention extérieure.

Ainsi, son offre logistique devient complète : voie aérienne, transport maritime, ensembles routiers, formalités douanières, entreposage, groupage et terminaux portuaires. « De manière séduisante, cet armement se fixe pour mission de livrer un conteneur comme une lettre à la poste. Mais, du même coup, surgit le syndrome du monopole et ses dérives dangereuses », alerte un professionnel du transport maritime.

Freight Forwarder : un peu d’Histoire pour comprendre
En 1984, l’américain Sealand ouvre une ligne maritime passant au large des côtes du Maroc. Le fameux Commandant Karia intègre cette ressource au profit de l’export national. Pour cela, il fonde (1986), en collaboration avec le cabinet Baltic‑Danemark, un bureau d’expertise et de contrôle maritimes (Ecmam). En 1988, dans un partenariat avec Delom et Sealand, il crée les deux armements Conade et Conade International, pour exploiter respectivement les navires Inezgane et Fès, grâce auxquels il connecte la plaine Souss-Massa au monde entier grâce au porte‑conteneurs Inezgane via l’éclatement à Algésiras. Il devient de ce fait le « freight forwarder » de Sealand au Maroc. 

Quand le Commandant Karia ouvrait la voie à Maersk…En 1999, Maersk rachète Sealand, et c’est donc au Commandant Karia que Maersk doit son implantation au Maroc via IMTC créé en 1987. Aujourd’hui, la forte dépendance de Maersk vis-à-vis des « freight forwarders » marocains date de cette époque. Il est important d’avoir en mémoire cet héritage pour comprendre les mutations actuelles (2021) observées dans le domaine de la logistique maritime au Maroc. Cela dit, grâce au cash flow dégagé en 2020/2021, cet armement dispose de moyens financiers suffisants pour modifier les équilibres en réajustant le centre de gravité logistique actuel.

Freight Forwarder

Quel est son rôle ?
 Dans le cadre du Maroc, ce concept trouve son origine dans le métier de transitaire défini depuis 1932 comme simple « déclarant en douane ». D’une manière synthétique, le transitaire est un prestataire de services qui se substitue à un expéditeur ou à un destinataire pour accomplir les formalités de franchissement d’une marchandise lors de son passage aux frontières maritimes, aériennes ou terrestres.

Avec le temps, le caractère multiforme des métiers relevant du commerce international a enrichi son statut : il devient freight forwarder, c’est-à-dire un intermédiaire chargé de contacter un ou plusieurs opérateurs, maritimes ou terrestres, pour qu’ils assurent une partie du transport à effectuer.

Le rôle du transitaire est très étendu car, par son action, il peut obtenir des conditions de transport plus ou moins avantageuses, orienter la marchandise sur un port ou sur un autre. Les compagnies de navigation ou les consignataires de navires se chargent souvent, pour le compte de leur clientèle, des opérations douanières et du soin de la réexpédition des marchandises débarquées.

La CGEM saisit le Conseil de la Concurrence
 Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le torchon brûle entre les armateurs et les freight forwarders.

Récemment, Maersk avait imposé certaines exigences aux commissionnaires, à savoir : soit de travailler directement avec lui ou de verser une surcharge d’au moins 25 dollars sur certaines de ses opérations – ce qui a provoqué l’ire des opérateurs marocains…

L’Association des Freight Forwarders du Maroc (AFFM), à travers la Fédération de Transport et de la Logistique de la CGEM, avait alors décidé à son tour de saisir le Conseil de la Concurrence pour abus de position dominante. Une action qui a eu pour effet d’obliger le géant danois à se rétracter et à faire marche arrière. Il reste à savoir si avec la nouvelle mesure d’expulsion des freight forwarders qui doit entrer en vigueur dès début novembre prochain, une réaction similaire est à l’ordre du jour. Au niveau européen, en tout cas, la question est déjà à l’ordre du jour.

Les associations des freight forwards disent examiner la situation afin de porter ce dossier devant la Commission Européenne. Mais, en l’absence d’un régulateur mondial puissant, il est logique de se demander si cette procédure donnera des fruits. Pire, les transitaires en Australie, et désormais en Europe, craignent que les transporteurs ne les forcent à remettre des informations commercialement sensibles sur leurs clients exportateurs. Des informations vitales qui pourraient plus tard être utilisées par les compagnies pour acheminer directement les marchandises.

Organisation Mondiale du Tourisme : La 24e A.G. se tiendra à Madrid au lieu de Marrakech

Lesinfos.ma – 25/10/2021

OMT: La 24e AG se tiendra à Madrid au lieu de Marrakech

Initialement prévue du 30 novembre au 3 décembre 2021 à Marrakech, l’assemblée générale (AG) de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) ne se tiendra pas finalement au Maroc, mais à Madrid en Espagne. A cause de la pandémie qui sévit encore dans le monde, le Royaume a annoncé ne pas pouvoir organiser l’événement dans des conditions garantissant la sécurité sanitaire des participants.

Le samedi dernier, le gouvernement marocain, via un courrier destiné aux membres de l’OMT, a informé le secrétariat de l’Organisation que « l’évolution de la situation mondiale actuelle, liée à la pandémie de Covid-19, ne permet pas la tenue de la 24e session de l’AG à Marrakech 2021 aux dates convenues, du 30 novembre au 3 décembre, dans des conditions garantissant les conditions de santé et de sécurité nécessaires aux participants ».Et au Maroc d’expliquer : « En vue de garantir la continuité des activités de l’organisation pour la période 2022-2023 et le bon fonctionnement de ses organes, conformément aux statuts, et après consultation du président du conseil exécutif et du gouvernement espagnol, la 24e session de l’AG et la 43e session plénière des membres affiliés se tiendront au siège de l’organisation à Madrid, aux mêmes dates ». Rappelons, par ailleurs, que le Royaume du Maroc a été élu pour abriter à Marrakech en 2021, la 24ème Session de l’Assemblée Générale de l’OMT. L’élection a eu lieu lors de la 23ème Session de ladite Assemblée qui s’est tenue du 09 au 13 septembre 2019 à Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie). Deux autres candidats étaient en lice pour abriter l’événement à savoir le Kenya et les Philippines.

Covid-19/Maroc : Plus d’un million de personnes ont reçu la troisième dose

lematin.ma – 25/10/2021

Covid-19/Maroc : Plus d'un million de personnes ont reçu la troisième dose

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 101 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 944.378 le nombre total des cas de contamination. 6.143 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.072.561 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 1,64%

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 924.750 avec 523 nouvelles rémissions ce lundi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,9%.

Le ministère a également annoncé 9 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.621 et le taux de létalité à 1,5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.007 5.438 personnes (-431), dont 308 cas graves (+22). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,9%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 23.726.514 (+64.197) pour la première dose, 21.526.896 (+77.564) pour la deuxième et 1.037.229 pour la troisième (+54.589).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 51 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 18 à Rabat, 15 à Salé, 14 à Skhirate-Témara, 3 à Khémisset et 1 à Sidi Kacem.
  • 16 cas à Casablanca-Settat : 15 cas à Casablanca et 1 à Nouaceur.
  • 11 cas à l’Oriental : 5 à Taourirt, 3 à Driouch, 2 à Nador et 1 à Berkane.
  • 7 cas à Fès-Meknès : 5 à Fès, 1 à Taza et 1 à Sefrou.
  • 6 cas à Marrakech-Safi : La totalité à Marrakech.
  • 4 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 1 à Tanger-Assilah, 1 Ouezzane, 1 à Al Hoceima et 1 à Mdiq-Fnideq.
  • 4 cas à Souss-Massa : 2 Agadir-Ida-Ou-Tanane et 2 à Taroudant.
  • 1 cas à Beni Mellal-Khénifra : à Fquih Bensaleh.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Midelt.

Coopération décentralisée

Mission économique française dans les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Souss-Massa

lematin.ma – 25/10/25021

Tags Dakhla Oued Eddahab | Portailsudmaroc

Une délégation d’hommes d’affaires français de la région du Grand-Est se rendra dans les régions de Dakhla Oued Eddahab et Souss-Massa du 26 au 31 octobre, dans le cadre d’une mission économique, à l’initiative du consulat général du Royaume du Maroc à Strasbourg. Conduite par François Grosdidier, président de Metz Métropole, la délégation française est composée d’une dizaine d’hommes d’affaires représentant différents secteurs économiques, indique la représentation consulaire marocaine dans la ville alsacienne dans un communiqué. Cette visite intervient dans le but de développer et de soutenir les relations économiques et commerciales entre le Royaume et la France dans leurs dimensions territoriales, grâce notamment aux rencontres BtoB entre des hommes d’affaires de la Métropole de Metz et leurs homologues des deux régions marocaines. Ce déplacement, organisé dans le cadre du plan d’action pour l’année 2021 du consulat général du Royaume à Strasbourg, permettra, selon la même source, de présenter les potentialités des deux régions et les différentes opportunités d’investissement dans différents secteurs tels que les mines, l’immobilier, l’agroalimentaire, la formation et la recherche.

À cet effet, plusieurs rencontres sont programmées durant cette mission, particulièrement avec les walis et présidents des deux régions, et les élus locaux, en plus des échanges avec les responsables des Centres régionaux d’investissement de Dakhla et d’Agadir, afin de permettre la concrétisation de projets dans les différents secteurs ciblés, note le communiqué. Et d’ajouter que le programme de cette mission est principalement axé sur la recherche et la coopération scientifique, en tant que forme de soutien au développement local, grâce à la participation de Georgia Tech-Lorraine, en la personne de son président, le professeur franco-marocain Abdallah Ougazzaden. 

Agadir abrite le 3è Festival international du film sur l’art en novembre prochain

lesinfos.ma – 25/10/2021

Agadir abrite le 3è Festival international du film sur l'art en novembre prochain

La 3ème édition du Festival international du film sur l’art « Ciné Art Agadir » aura lieu du 20 au 22 novembre prochain en mode hybride.

Tenue sous le thème « l’art et la convalescence », cette manifestation se veut une occasion pour découvrir d’autres cultures à travers les œuvres de réalisateurs arabes et étrangers, indique un communiqué des organisateurs.

De même, cet événement souhaite dénicher et encourager les talents en herbe, note la même source qui précise que 30 films seront en lice pour les prix de ce festival.

Dans ce cadre, deux compétitions officielles sont organisées l’une dédiée au courts-métrages et l’autre aux longs métrages documentaires.

Le jury de la compétition des “Longs métrages documentaires” est présidé par le réalisateur et comédien marocain Driss Roukhe et se compose d’Ammar Al Ibrahim (Réalisateur/ Sultanat d’Oman), Javier Martin Dominguez (réalisateur/ Espagne), Carlos Coelho (réalisateur/ Portugal), Mohammed Lyounsi (réalisateur/ Maroc) et Mohamed Laroussi (Ecrivain/ Marocain).

Le jury des courts métrages, quant à lui, est présidé par le réalisateur marocain Hakim Noury, et comprend Slim Belhiba (réalisateur/ Tunisie), Hazem Metwally (réalisateur/ Egypte), Zohra Noujoum (comédienne/ Maroc), Elodie Lachaud (réalisatrice), ainsi que Michelle Hart (Artiste peintre / Panama).

Les prix de ce festival sont : le “rameau d’or d’argan” pour les meilleurs longs et courts métrages, prix de la meilleure réalisation, prix du meilleur scénario, prix de la meilleure interprétation masculine, prix de la meilleure interprétation féminine et le prix du meilleur éclairage.

Le programme American Leadership Academy fait escale à Agadir du 28 au 31 octobre

lematin.ma – 25/10/2021

Le programme American Leadership Academy fait escale à Agadir du 28 au 31 octobre

Le programme American Leadership Academy fera escale à Agadir, du 28 au 31 octobre, afin de poursuivre l’accompagnement de la prochaine génération des jeunes marocains et le développement de leurs compétences en leadership.

Après un premier bootcamp, organisé mi-octobre à Casablanca, le programme American Leadership Academy, lancé par l’Association Anoual en partenariat avec l’Ambassade des États-Unis au Maroc, fera escale à Agadir. Cette deuxième étape permettra de poursuivre l’accompagnement de la prochaine génération des jeunes marocains et le développement de leurs compétences en leadership.

Nourri d’ateliers théoriques et pratiques, d’échanges et de débats avec des acteurs reconnus, entrepreneurs et coachs, le parcours de cette académie vise à doter les jeunes participants d’un bagage solide en leadership. 

« L’Ambassade des États-Unis est convaincue que le leadership constitue un des leviers du XXIème siècle pour accélérer la croissance de l’économie, particulièrement au Maroc. Le programme American Leadership Academy est une illustration de notre engagement pour soutenir activement les jeunes marocains. Le Maroc compte réellement des esprits les plus brillants, et nous voulons les aider à transformer leurs grandes idées en réussites », a souligné Mme Nintza Sola Rodger, l’attachée culturelle de l’Ambassade des États-Unis.

Durant ce mois d’octobre, les 38 finalistes du programme ont été répartis en deux groupes afin de suivre deux camps de formation, dans le respect total des mesures sanitaires. Le 1er bootcamp organisé du 14 au 17 octobre à Casablanca s’est penché sur la gestion de crise, la stratégie de communication et community building, ainsi que le mentorat. Ces 3 jours se sont achevés par une session de pitchs devant un jury professionnel. Le prochain rendez-vous aura lieu à Agadir, du 28 au 31 octobre, pour la conclusion de cette phase d’accompagnement du programme.

Depuis le lancement du programme en janvier 2021, les participants ont suivi une série de formation en 7 thématiques différentes : Leadership pour le changement positif, Écoute et Dialogue, Leadership authentique, Leadership axé sur la vision… 

Le Maroc recevra trois nouveaux canadairs en 2022

lopinion.ma – 24/10/2021

A l’initiative de SM le roi Mohammed VI, le Maroc a finalisé l’acquisition de trois nouveaux canadairs. Ces appareils devraient être livrés au début de l’année prochaine.

Le Maroc recevra trois nouveaux canadairs en 2022

Après la finalisation de l’acquisition, le Maroc recevra, dans les mois prochains, trois nouveaux avions bombardiers d’eau «Canadair CL-415EAF», également désigné sous le nom de Superscooper. Il s’agit de modèles 215 datant de la fin des années 1980 qui seront reconditionnés et dotés d’une nouvelle motorisation.
 
Les premiers essais ont été effectués sur l’un des trois Canadair, a rapporté le Forum FAR-MAROC, soulignant que la flotte marocaine pourra ainsi se renforcer, et passera de 5 à 8 Canadairs dans le premier trimestre de 2022, soit avant la période critique de sécheresse estivale pour faire face aux feux de forêts.
 
Ces aéronefs amphibies de fabrication canadienne joueront un rôle essentiel dans la lutte contre les incendies aussi bien au niveau national que dans les missions diplomatiques.
 
Le Canadair CL-415, dont le prix varie entre 20 et 25 millions d’euros, peut également remplir diverses autres missions, telles que la recherche, le sauvetage et le transport de personnes ou de marchandises.
 
Par ailleurs, le Maroc est le seul pays arabe et africain à posséder ces appareils. Et seulement quelques pays en dispose dans le monde (le Canada, les États-Unis, la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Turquie, la Thaïlande, la Corée du Sud et la Croatie).

La raison derrière la hausse du prix du carburant au Maroc :

fr.le7tv.ma – 24/10/2021

Les prix des carburants au Maroc ont enregistré une augmentation ces derniers jours. Le prix du gasoil est arrivé à 10 dirhams alors que l’essence coûte 12 dirhams.

Après cette hausse, de nombreux citoyens veulent connaître les raisons derrière ce changement de prix, tout en craignant que cette hausse n’impacte les tarifs des transports publics.

Jalal Zrikem a indiqué à nos confrères Le Site info que cette augmentation est due à la hausse vertigineuse des prix des cours mondiaux de pétrole. Selon le président de la Fédération nationale des gérants et propriétaires des stations-service (FNGPS) du Maroc, chaque société de carburants fixe les prix qui lui conviennent, précisant que la marge de gain des stations-services n’est pas aussi satisfaisante.
«Nous sommes également impactés par la hausse des prix, comme tous les Marocains.

Malheureusement, les prix des cours mondiaux de pétrole continueront à grimper, d’après les prévisions», a ajouté Zrikem.

Judo : la Marocaine Sarah Harachi remporte l’or à l’European Open

bladi.net – 25/10/2021

Judo : la Marocaine Sarah Harachi remporte l’or à l’European Open

Pari gagné pour la judokate marocaine Sarah Harachi. Elle s’est imposée lors de l’European Open judo de Malaga, le samedi 23 octobre 2021, en remportant la médaille d’or dans la catégorie des – 63 kg.

C’est un parcours sans faute pour Sarah Harachi qui a battu en finale la judokate espagnole Padilla Guerrero Sarai. Elle a filé en quart de finale en s’imposant face à la Néerlandaise Nadia Krachten. Pour les quarts de finale, elle a eu le dessus en éliminant l’Allemande Winzig Annabelle. Elle a ensuite décroché sa qualification en finale, après avoir battu la Française Gaetane Deberdt.

À 25 ans, Sarah Harachi a décroché deux médailles au championnat de France 1ʳᵉ division. Elle a aussi obtenu la troisième place lors des championnats du monde juniors en 2015. En 2017, Sarah avait gagné les Jeux de la Francophonie.

Covid-19/Maroc : 201 nouvelles contaminations et 6 décès ce dimanche

lematin.ma – 24/10/2021

Covid-19/Maroc : 201 nouvelles contaminations et 6 décès ce dimanche

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 201 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 944.277 le nombre total des cas de contamination. 11.692 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.066.418 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 1,71%

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 924.227 avec 218 nouvelles rémissions ce dimanche, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,9%.

Le ministère a également annoncé 6 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.612 et le taux de létalité à 1,5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.438 personnes (-23), dont 327 cas graves (+23). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 6,2%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 23.662.317 (+38.815) pour la première dose, 21.449.332 (+29.719) pour la deuxième et 982.640 pour la troisième (+14.363).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 68 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 25 à Rabat, 15 à Kénitra, 13 à Skhirate-Témara, 11 à Salé et 4 à Sidi Kacem.
  • 64 cas à Casablanca-Settat : 50 cas à Casablanca, 7 à Mohammedia, 5 à Berrechid, 1 à El Jadida et 1 à Mediouna.
  • 19 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 4 à Tétouan, 4 à Tanger-Assilah, 4 Ouezzane, 3 à Al Hoceima, 2 à Mdiq-Fnideq et 1 à Chefchaouen.
  • 19 cas à Marrakech-Safi : 13 à Rhamna, 4 à Marrakech, 1 à Safi et 1 à Chichaoua.
  • 10 cas à l’Oriental : 6 à Oujda-Angad et 4 à Nador.
  • 6 cas à Fès-Meknès : La totalité à Fès.
  • 5 cas à Souss-Massa : 2 Agadir-Ida-Ou-Tanane, 2 à Chtouka-Aït Baha et 1 à Inzegane-Aït Melloul.
  • 5 cas à Beni Mellal-Khénifra : 3 à Béni Mellal, 1 à Fquih Bensaleh et 1 Khouribga.
  • 2 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La totalité à Oued Ed-Dahab.
  • 1 à Guelmim-Oued Noun : à Tan Tan.
  • 1 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : à Tarfaya.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Ouarzazate.

Maroc-Espagne : La réouverture des frontières serait «imminente» ?

yabiladi.com – 23/10/2021

La réouverture des frontières terrestres et maritimes entre le Maroc et l’Espagne à la circulation des personnes serait «imminente». C’est du moins ce qu’a annoncé le média El Confidencial digital.

«Les compagnies maritimes qui traversent le détroit souhaitent reprendre le transport des passagers et des voitures entre [les deux pays] avant la fin de cette année», rapporte la publication. Certains employés des agences de voyages espagnols ont confié à ECD que «le passage de Tarajal (à Ceuta) sera ouvert «le 1er novembre».  

La perspective d’un retour à l’ordre qui prévalait avant le 13 mars 2020 est accueillie avec optimisme par les agences espagnoles de transport «qui prévoient déjà d’augmenter leurs effectifs à partir de novembre dans les installations portuaires d’Algésiras et Ceuta» en prévision des vacances de fin d’année.

Un enthousiasme que la Déléguée du gouvernement espagnol à Ceuta a cependant tempéré. Salvadora Mateos, a estimé qu’il faudra un peu plus de temps à la partie espagnole pour terminer la nouvelle installation à Tarajal du système intelligent d’identification des personnes, puis s’entendre sur la réouverture de la frontière avec les autorités marocaines.

Le gouvernement espagnol a prolongé la fermeture de ses frontières avec le Maroc jusqu’au 31 octobre.

%d blogueurs aiment cette page :