Archives de octobre 23rd, 2021

En partenariat avec Enactus : L’INDH lance un programme de soutien au profit des jeunes de Souss-Massa

par Najat Faïssal – aujourdhui.ma – 22/10/2021

En partenariat avec Enactus : L’INDH lance un programme de soutien au profit des jeunes de Souss-Massa

Les jeunes visés par ce programme bénéficieront d’un appui et d’un accompagnement technique direct pour une période de six mois avant le lancement du projet et d’un soutien financier plafonné à 100.000 DH.

L’INDH de la préfecture Agadir Ida Outanane en partenariat avec Enactus Morocco lance un appel à projets au profit des jeunes de la région Souss- Massa . Le programme «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes» porté par l’INDH en partenariat avec la préfecture d’Agadir Ida-Ou- Tanane et Enactus Morocco lance un nouveau programme aux jeunes de la région âgés entre 18 et 45 ans. Cette initiative consiste à fournir un accompagnement technique et un appui financier aux jeunes entrepreneurs ayant l’intention de démarrer leur activité ou l’ayant effectivement démarrée depuis moins de 12 mois, pour améliorer les chances de succès de leur projet et augmenter le taux de survie des entreprises formelles créées et leur création d’emplois. Les critères d’éligibilité des projets : avoir une réponse claire à un besoin, avoir un business model solide et un prototype existant et validé, l’habilité d’atteindre un nombre très important de bénéficiaires directs et maximiser la création d’emploi. Les jeunes visés par ce programme bénéficieront d’un appui et d’un accompagnement technique direct pour une période de six mois avant le lancement du projet et d’un soutien financier plafonné à 100.000 DH.

Ce projet est également mené en collaboration avec la plateforme «Dar Momkin», ayant nécessité une enveloppe budgétaire de près de 6,7 MDH, et qui représente un nouvel espace d’accompagnement des jeunes âgés de 18 à 28 ans, désireux de s’améliorer et d’apprendre des compétences nouvelles. L’espace tente à travers des activités de lecture, d’écriture, de théâtre, de musique et de vidéo, de promouvoir chez les personnes bénéficiaires la pensée critique, la créativité, la collaboration, la communication, l’ouverture sur l’autre et les valeurs de citoyenneté. Il offre aux bénéficiaires l’opportunité d’explorer le possible, de retrouver confiance et de nourrir l’espoir. Pour rappel, le programme «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes» ambitionne de mettre en oeuvre une nouvelle approche de création de valeur ajoutée grâce à une action concertée qui cible le projet, le porteur et l’environnement. Ainsi, l’INDH agit comme un facilitateur en favorisant la mise en synergie des acteurs locaux et en disséminant les bonnes pratiques visant à générer du revenu et à créer des emplois pour les jeunes.

En 2020, dans l’axe «Appui à l’entrepreneuriat», l’INDH a soutenu la pré-création, à travers un appui technique, de 4.307 projets, et appuyé 723 projets en phase de postcréation, au profit de 969 bénéficiaires, permettant ainsi la création de 3.244 emplois. L’appui financier apporté par l’INDH est estimé à 71 MDH pour un investissement global de 135 MDH, fait savoir la Coordination. A ce bilan d’appui à l’entrepreneuriat vient s’ajouter le financement de 260 projets générateurs de revenu au profit de 3.064 bénéficiaires, et ce dans le cadre de l’axe «Amélioration du revenu», ainsi que la réalisation de 13 études de chaîne de valeur. L’investissement global est évalué à 64,4 MDH, dont 28 MDH de part INDH.

Coronavirus. Le Maroc met à jour son dispositif régissant les voyages internationaux

challenge.ma – 22/10/2021

Le Maroc vient d’opérer une mise à jour de son dispositif régissant les voyages internationaux pendant la pandémie de la Covid-19.

Le Comité interministériel de coordination et de suivi du dispositif régissant les voyages internationaux pendant la pandémie de la Covid-19 indique que cette mise à jour intervient « à la lumière des derniers développements de la situation épidémiologique au Maroc et dans le monde ».

Dans le détail, on note qu’au sujet de la suspension provisoire des vols directs à destination et en provenance des pays de la liste B, le comité interministériel a assuré qu’elle constitue une mesure supplémentaire d’atténuation de risque et non une restriction d’accès au territoire national des ressortissants et des résidents de ces mêmes pays, ajoutant que ces derniers pourront toujours voyager au Maroc, en transitant par d’autres pays et en se conformant aux conditions d’accès au territoire national en vigueur.

Le Comité a précisé, à ce titre, que la classification des pays selon les listes A et B et les mesures inhérentes, y compris la suspension des vols directs, continueront d’être révisées chaque 15 jours. Ainsi, ajoute le Comité, les pays concernés par la suspension des vols directs pourront organiser des vols de rapatriement, conformément à la procédure en vigueur.

Ladite instance a rappelé que la classification des pays selon les listes A et B ainsi que les conditions d’accès au territoire national, sont instaurées sur la base des données fiables émanant des départements de Santé des pays et des Organisations Internationales.

Covid-19 : 430 nouveaux cas confirmés en 24H, 7 décès

lematin.ma – 22/10/2021

Covid-19 : 430 nouveaux cas confirmés en 24H, 7 décès

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 430 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 943.652 le nombre total des cas de contamination. 14.136 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.037.532 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 3,04%

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 923.609 avec 352 nouvelles rémissions ce vendredi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,9%.

Le ministère a également annoncé 7 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.600 et le taux de létalité à 1,5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.443 personnes (+71), dont 347 cas graves (+40). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 6,6%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 23.537.460 (+96.955) pour la première dose, 21.318.652 (+87.992) pour la deuxième et 918.953 pour la troisième (+52.627).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 209 cas à Casablanca-Settat : 150 cas à Casablanca, 16 à Berrechid, 15 à Mohammedia, 6 à Sidi Bennour, 4 à El Jadida, 8 à Settat et 10 à Mediouna.
  • 138 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 41 à Kénitra, 40 à Rabat, 24 à Sidi Kacem, 17 à Salé, 15 à Skhirate-Témara et 1 à Sidi Slimane.
  • 19 cas à Marrakech-Safi : 12 à Marrakech, 1 à El Kelâa des Sraghna, 5 à Safi et 1 à Rhamna.
  • 17 cas à l’Oriental : 8 à Oujda-Angad, 5 à Nador, 3 à Berkane et 1 à Jerada.
  • 14 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 5 à Tétouan, 2 à Tanger-Assilah, 3 à Al Hoceima, 2 à Chefchaouen et 2 Ouezzane.
  • 10 cas à Beni Mellal-Khénifra : 5 à Béni Mellal, 2 à Fquih Bensaleh et 3 Khouribga.
  • 8 cas à Fès-Meknès : 6 à Fès, 1 à Meknès et 1 à Sefrou.
  • 6 cas à Souss-Massa : 3 Agadir-Ida-Ou-Tanane, 1 à Chtouka-Aït Baha et 2 à Tiznit.
  • 4 cas à Drâa-Tafilalet : 2 à Zagora et 2 à Ouarzazate.
  • 3 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La totalité à Oued Ed-Dahab.
  • 1 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra à Laâyoune.
  • 1 à Guelmim-Oued Noun à Tan Tan.

Comment stocker l’énergie électrique : zoom sur la STEP d’Abdelmoumen

zonebourse.com – 22/10/2021

Découvrir & Comprendre - Le stockage stationnaire de l'énergie
Illustration CEA.fr

Au Maroc, dans le massif de l’Anti-Atlas, à proximité du barrage d’Abdelmoumen et non loin d’Agadir, VINCI Construction* réalise une station de transfert d’énergie par pompage, ou STEP.
Le transfert d’énergie par pompage permettra au Maroc de stocker l’énergie électrique sous forme hydraulique lorsque la demande est faible, et de la restituer lorsqu’elle augmente.
Une solution de production d’énergie renouvelable à la demande, en somme.

Les énergies renouvelables, comme le solaire et l’éolien, sont indispensables à la transition énergétique engagée par les pays signataires de l’accord de Paris en 2015 pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Le Maroc est l’un des pays qui affiche les objectifs les plus ambitieux en termes d’énergies renouvelables, avec notamment plus de la moitié de son électricité devant être produite par l’éolien et le solaire d’ici 2030.

La STEP, une solution de stockage efficace
Problème : le solaire et l’éolien sont des sources d’énergie intermittentes. Par exemple, en cas de vents faibles ou de couverture nuageuse importante. D’où l’importance de pouvoir stocker les surplus d’énergie produits lorsque les conditions sont favorables (lorsque le vent souffle de façon régulière), pour les restituer dans le réseau quand elles le sont moins, le tout avec le minimum de déperdition.

De nombreuses solutions existent pour stocker l’énergie, mais l’une des plus efficaces consiste à utiliser de l’eau pour ajuster offre et demande d’électricité. Lorsqu’il y a surplus de production, on utilise l’énergie produite pour la stocker dans un bassin sur un point haut ; quand il y a besoin de produire de l’énergie, on fait couler cette eau par gravitation dans une conduite forcée vers une turbine (qui sert également de pompe) pour atteindre une pression élevée, et ainsi produire de l’électricité (on parle alors de « turbinage », par opposition au pompage, quand l’eau est remontée). Le principe du pompage-turbinage a été mis au point en Suisse à la fin du XIXe siècle.

C’est le principe de la « STEP », pour station de transfert d’énergie par pompage. Pour arriver à des rendements importants, il est nécessaire de construire deux bassins séparés par une forte dénivellation (d’au moins une centaine de mètres). C’est le cas de la STEP en cours de réalisation par VINCI Construction à soixante-dix kilomètres d’Agadir, au Maroc, qui constituera un élément indispensable à l’atteinte des objectifs du pays en termes de transition énergétique.

Abdelmoumen, un site idéalLe site d’Abdelmoumen n’a pas été choisi au hasard. Situé dans un relief montagneux, il permet un dénivelé suffisamment important (600 m à la verticale) pour que l’eau puisse développer la puissance nécessaire en passant dans les turbines. Le barrage d’Abdelmoumen, non loin de la station, permettra d’alimenter en eau la STEP et de compenser l’évaporation. Les installations électriques de ce même barrage permettront enfin d’appeler de l’énergie en heures creuses pour faire tourner les pompes, et d’en injecter en heures pleines.

Sur les flancs escarpés de l’Anti-Atlas, un chantier gigantesqueLes équipes ont pris possession d’un terrain quasiment vierge de tout aménagement, et ont dû commencer par construire les 20 km de pistes d’accès aux différents sites du chantier. « Les terrains rencontrés étaient souvent très durs, si bien que plus de la moitié des 5 millions de mètres cubes de terres excavées ont dû être minés », souligne Helder de Sousa, chef de mission pour VINCI Construction Terrassement.

Le site d’Abdelmoumen

Le gigantesque chantier a consisté à creuser deux bassins d’une capacité d’1,3 million de m3 chacun, séparés par 600 m de dénivelé et reliés par une canalisation en partie souterraine de 5 m de diamètre intérieur pouvant résister à une pression de plus de 60 bars. C’est cette canalisation qui vient alimenter les deux turbines de production, de 175 MW chacune. L’installation et l’arrimage de ces conduites forcées s’est déroulée sur toute l’année 2021.
L’usine de pompage-turbinage est située entre les deux bassins, dans une fosse de 60 m de long et 50 de large, enterrée à 40 m sous la surface. Les équipes ont également construit l’édifice autour des turbines-pompes, un bâtiment sur 8 niveaux allant du -6 au +1 devant résister aux vibrations des turbines et à des séismes de fortes magnitudes, fréquents dans la région.

La totalité des ouvrages devrait être livrée en 2022, pour une mise en service dans la foulée.

* La STEP d’Abdelmoumen a fait l’objet d’un appel d’offres international, remporté par un groupement mené par VINCI Construction Grands Projets, et composé des filiales allemandes et autrichiennes du groupe électromécanique Andritz Hydro.

5 jours dans le sud du Maroc – Jour 4

C’est le moment de commencer à prendre la route du retour !
Notre trajet de ce 4ème jour : Merzouga, Rissani, Alnif, Tazarine, Zagora, Foum Zguid, Tissint et Tata.

Et, bien sûr, des photos du parcours :

Entre Rissani et Alnif, les paysages commencent à changer
Alternance d’oasis…
et de zones désertiques
On approche de Zagora…
… et de Tombouctou !
L’entrée de Zagora avec sa sculpture de dromadaire.
Foum Zguid
Là, je n’ai pas compris !
Arrivée à Tissint
Bien sûr, nous allons visiter !

Charles de Foucault a vécu plusieurs semaines dans cette maison. Il n’avait au départ de son périple pas envisagé de s’y arrêter mais, il dut s’y résoudre pour attendre la fin de pillages qui avaient lieu dans la région et fut hébergé dans une maison de l’actuelle médina : dar ez Zenâgi.

L’accès n’est pas facile et on doit emprunter des rues en partie souterraines

La porte d’entrée
Des niches étaient aménagées pour y dormir :
A l’étage, des colonnades qui se dégradent malheureusement
On prend l’escalier pour y monter :

Les décorations murales :

Une anecdote :
nous avions vu cette information sur « Le Petit Fûté » :

« Informations et horaires sur MAISON DE CHARLES DE FOUCAULT :

Visite gratuite. Dons bienvenus. La gardienne ne parle que l’arabe. »

Nous n’avons pas trouvé la gardienne, mais un épicier proche nous a proposé d’aller chercher les clés et nous ouvrir la porte.
Ce qu’il a fait, mais à l’issue de la visite, il nous réclamait 500 dirhams pour cette visite !
Je lui ai donné 50 dirhams qu’il a refusé quand je lui ai dit que j’allais prévenir la gendarmerie de Tissint !

________________________________________________________________________________________

l’Oued de Tissint

Et on reprend la route vers Tata

Les pluies, même rares ont sculpté le sol

Demain, la fin du voyage : de Tata à Igherm

%d blogueurs aiment cette page :