France, changement d’heure : passage à l’heure d’hiver !

Le changement d’heure d’hiver 2021 a toujours lieu le dernier week-end (complet) d’octobre, à 3 heures du matin dans la nuit du samedi au dimanche.

Le prochain passage à l’heure d’hiver aura donc lieu dans la nuit du samedi 30 octobre au dimanche 31 octobre 2021.

A 3 heures du matin, il faudra faire revenir les aiguilles de sa vieille montre ou de son horloge ancestrale en arrière d’une heure. Il sera alors 2 heures.

Changement d'heure 2021 - Passage à l'heure d'hiver et d'été

———————————————-

Maroc : Pas de changement d’heure !

Le changement d’heure au Maroc c’est fini depuis octobre 2018, sauf pour la période de Ramadan.

C’est en effet lors du passage à l’heure d’Hiver en octobre 2018 que la décision a été prise par le Maroc de ne plus passer de l’Heure d’Hiver à l’Heure d’Eté et inversement.

———————————————–

L’heure légale sera donc la même au Maroc et en France jusqu’à ce que la France repasse à l’heure d’été !

A 2h du matin au Maroc le dimanche 31 octobre, il sera aussi 2 heures du matin en France !

Covid-19: prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2021 (conseil de gouvernement)

mapexpress.ma – 28/10/2021

Covid-19: prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2021 (conseil de gouvernement)

Rabat –  Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat, a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 30 novembre 2021, et ce dans le cadre des efforts de lutte contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé d’un mois au lieu de deux, comme c’était le cas précédemment, a indiqué le Porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil.

Le gros programme de Vueling à Orly cet hiver

 par François Duclos – air-journal.fr – 28/10/2021

Vueling Club, le nouveau programme de fidélité de Vueling

La compagnie aérienne low cost Vueling proposera à l’aéroport de Paris-Orly dès le début de la semaine hivernale 32 nouvelles liaisons vers 10 pays, pour un total de 54 destinations toutes saisons confondues. Elle y devient la deuxième en parts de marché, derrière Transavia mais devant easyJet.

Grâce aux 18 paires de créneaux cédés par Air France en contrepartie de l’aide d’État liée à la pandémie de Covid-19, la filiale espagnole du Groupe IAG (aux côtés de British Airways, Iberia, Level et Aer Lingus) étant à partir du 2 novembre 2021 son programme de vols dans sa base de Paris-Orly. En plus de renforcer les liaisons vers l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni ou encore le Danemark, Vueling lancera pour la première fois des vols directs au départ de la capitale française vers l’Allemagne, la Norvège, la Suède, l’Irlande, le Maroc et Malte. Les nouvelles liaisons par pays sont les suivantes :

Espagne
Vueling intègrera 5 nouvelles destinations à son programme hivernal avec les aéroports de JerezAsturies (Oviedo)SantanderGrenade et Saragosse. Ce qui porte à 20 le nombre de liaisons directes vers l’Espagne, en tenant compte des 15 qui étaient déjà proposées pour la saison d’hiver 2021-2022 : Barcelone, Minorque, Majorque, Ibiza, Valence, Alicante, Malaga, Séville, Madrid, Bilbao, Santiago, Grande Canarie, Ténériffe, Lanzarote et Fuerteventura.

Italie
Toujours à l’aéroport de Paris-Orly, 5 nouvelles liaisons seront lancées vers l’Italie en direction des aéroports de BergameBologneTurinGênes et Bari et qui s’ajouteront aux trois aéroports déjà desservis : Rome-Fiumicino, Florence et Milan-Malpensa.

Royaume-Uni
Vueling assurera 6 nouvelles liaisons directes depuis Orly vers les aéroports de CardiffBirminghamÉdimbourgGlasgowNewcastle et Belfast. Avec le vol existant entre l’aéroport français et Londres-Gatwick, elle exploitera sept routes directes.

Danemark
Vueling exploitera une nouvelle route vers Billund en plus de sa liaison existante vers Copenhague.

Autres pays européens, Maroc et Malte
Le nouveau programme de vols pour cet hiver à l’aéroport de Paris-Orly comprendra des liaisons vers des pays jémais proposés en direct par Vueling à Orly. Il s’agit de l’Allemagne, avec trois nouvelles routes vers Hambourg, Leipzig et Nuremberg ; la Norvège, avec une nouvelle route vers Bergen ; la Suède, avec deux nouvelles routes vers Göteborg et Stockholm ; l’Irlande, avec deux nouvelles routes vers Dublin et Cork ; le Maroc, avec deux nouvelles routes vers Agadir et Tanger ; et enfin Malte.

On notera que d’après le site Aviaciononline, la low cost va louer chez Aer Lingus un Airbus A330-300 avec équipage pour réagir à un éventuel manque de capacité, sans date précise. Durant le déploiement initial des nouvelles liaisons, des A321 de 220 sièges seront régulièrement utilisés, en attendant l’arrivée des douze A321neo – dont certains seront basés à Orly.

Vueling est présente en France depuis 2004, année de son lancement. Première compagnie aérienne en terme de capacité entre l’Espagne et la France, elle est actuellement présente dans six aéroports français. En plus de Paris-Orly, elle opère depuis les aéroports de Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes et Nice.

L’AUBERGINE VIDAL F1, UNE OPPORTUNITE POUR LE MAROC.

agrimaroc.ma – 28/10/2021

Vilmorin-Mikado est le principal fournisseur de variété d’aubergine sur le Maroc. Pour AgriMaroc.ma, Monsieur Omar EL BACHA vous présente la nouvelle variété d’aubergine : VIDAL F1 (Ex A528). 

Quelles sont les origines de l’aubergine ?
Monsieur Omar EL BACHA :  
C’est une longue histoire qui débute il y a plus de 4 000 ans. Les premières cultures de cette plante originaire d’Asie méridionale (Birmanie) font leur apparition, mais depuis, l’aubergine s’est installée dans bien des pays par deux voies : la Route de la Soie qui permettait le transport de marchandises entre la Chine et la partie orientale de la Méditerranée, puis la Route de l’Islam qui permit à l’aubergine de s’installer en Afrique du Nord, en Andalousie et dans les Balkans.

Rapidement adoptée, elle fut intégrée dans la culture de ces pays et l’aubergine participe à de nombreuses spécialités culinaires. Elle est principalement consommée grillée, au four, en beignet, en gratin, en caviar, en purée, en confiture, mais aussi farcie (en utilisant une « mini-aubergine ») et il existe bien d’autres façons de la déguster…

Quelle est l’évolution de la production de l’aubergine au Maroc ?
Monsieur Omar EL BACHA : 
Ces dernières années le Maroc a connu une évolution significative au niveau de la production de l’aubergine suite à l’utilisation de nouvelles variétés qui possèdent davantage de potentiels agronomiques, couplée au programme du Plan Maroc Vert, ayant permis aux Producteurs d’exploiter leurs parcelles en utilisant des techniques de production optimisées. De nombreux bénéfices en résultent comme l’augmentation des rendements d’une part et d’autre part une amélioration significative de la qualité des fruits. Cette évolution permet ainsi au Maroc d’être dans le Top 30 des pays exportateurs dans le monde.

Et ce n’est que le début car un nouveau programme est lancé, prenant la suite et les acquis du PMV, nommé Génération Green 2020-2030.

Quelle est la position de Vilmorin-Mikado sur ce segment ?
Monsieur Omar EL BACHA : Vilmorin-Mikado est l’un des acteurs majeurs de variétés d’aubergines sur le Maroc.

En amont, la culture et les croisements de l’aubergine ont permis d’en améliorer la saveur, la productivité, les résistances et de varier les formes et les couleurs. Ces innovations permettent également de faciliter le travail des Producteurs locaux, d’augmenter leurs bénéfices mais aussi de répondre au mieux aux exigences et souhaits des Utilisateurs finaux en fonction de leurs habitudes de consommation diverses et variées.

Aujourd’hui, Vilmorin-Mikado, spécialiste de cette espèce, s’efforce de perpétuer les traditions au Maroc où la production y est importante.

Pour répondre à cette demande grandissante, après un « état des lieux » complet des différentes zones de production, ainsi qu’une analyse des Marchés et de leurs demandes, nous avons défini une stratégie totalement intégrée.

A la suite de cette étude approfondie, des essais variétaux répondant aux exigences sanitaires du pays ont été mis en place en collaboration avec les Producteurs locaux.

Dans une démarche d’accompagnement, de pédagogie et dans le cadre de la divulgation, des journées promotionnelles ont été organisées et des conseils agronomiques délivrés, dans le but d’améliorer la technicité locale, surtout en plein champ.

Nos collaborations ont également permis l’établissement d’une gamme adaptée, complète, originale et diversifiée à destination des Marchés de Frais, de Transformation et d’Export.

Aujourd’hui, nos variétés d’aubergines sont connues pour leur souplesse et leur rendement, comme VERNAL F1, TASCA F1, AGDAL F1, ARVAL F1, PICOLA F1 et ROBY F1. Grâce notre Recherche, nous continuons à proposer des nouveautés afin de diversifier les productions sous abri, mais aussi en plein champ.

Quelles sont les clés de votre réussite sur cette espèce ?
Monsieur Omar EL BACHA : Nous proposons une gamme complète, alliant performances agronomiques, adaptabilité, textures de chair, poids, formes, couleurs, conservation, saveurs, répondant à l’ensemble des demandes et utilisations, mais prioritairement aux exigences des Producteurs, des Marchés et des Consommateurs.

C’est dans cet esprit d’engagement envers nos Clients et dans la continuité de nos démarches de satisfaction et de diversification, que nous sommes heureux de vous présenter notre nouveauté : VIDAL F1, l’aubergine trésor !

Pouvez-vous nous décrire votre nouvelle variété, VIDAL F1 ?
Monsieur Omar EL BACHA : C’est une plante vigoureuse, parfaitement adaptée aux cultures de plein champ, garantissant ainsi à nos Clients, une continuité de nouaison pour des mises à fruits régulières, assurant de ce fait une production importante et constante tout au long du cycle de culture.

VIDAL F1, produit des fruits de type demi-long. Une autre de ses qualités, et non des moindres, est qu’elle possède une couverture foliaire permettant une excellente protection de ses fruits contre les brûlures du soleil, ces dernières altèrent fortement leur qualité et leur conservation.

L’absence d’épines sur le calice facilite sa récolte et ses fruits, de couleur noir brillant, fermes et de bonne conservation, sont très attractifs et séduisants, assurant un produit fini de très grande qualité.

Dans quelles régions est-elle produite ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les régions de production sont principalement au Centre (El Jadida, Had Swalm, Skhirat, …), au Nord (Mnasra, Bouknadel, …) et au Sud (Agadir, Taroudant, …).

A quels Marchés est-elle destinée ?
Monsieur Omar EL BACHA : La variété VIDAL F1 est principalement destinée pour le Marché de Frais, de consommation locale, mais elle est également de plus en plus orientée vers l’Exportation.

Quelles sont les périodes de plantation et de récolte pour VIDAL F1 ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les périodes des semis s’étalent, selon les régions et les conditions, de janvier à mars, pour des récoltes de mai jusqu’en septembre pour les régions du Centre et du Nord ; mais également des semis d’août à mars, pour des récoltes de novembre jusqu’en septembre sur la région Sud.

La pandémie du COVID-19 a-t-elle eu des conséquences sur les Marchés ?
Monsieur Omar EL BACHA : La campagne précédente a été impactée car les grands consommateurs d’aubergine au Maroc n’ont pas pu maintenir leurs consommations habituelles, notamment le secteur de la Restauration. Par conséquent, en association avec d’autres aléas, les Marchés ont subi une baisse des prix de vente de cette espèce.

Quelles sont les perspectives pour cette campagne ?
Monsieur Omar EL BACHA : Les Marchés ont une tendance très positive. Grâce à la reprise économique de nombreux secteurs d’activités, nous observons le retour de la consommation locale et surtout des Exportations vers la Mauritanie, les pays européens, éventuellement les Etats-Unis. Les perspectives d’évolution sont d’autant plus grandes avec l’ouverture imminente de la nouvelle ligne maritime hebdomadaire, qui reliera directement Tanger à Poole dans le sud de l’Angleterre, permettant ainsi aux produits marocains d’accéder en moins de trois jours au territoire anglais, contre plus de six jours actuellement par voie terrestre, une magnifique opportunité pour les Producteurs du Maroc.

Covid-19/Maroc : 303 nouvelles contaminations et 7 décès ce jeudi

lematin.ma – 28/10/2021

Covid-19/Maroc : 303 nouvelles contaminations et 7 décès ce jeudi

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 303 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 945.504 le nombre total des cas de contamination. 12.175 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.111.374 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 2,48%.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 925.820 avec 386 nouvelles rémissions ce jeudi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97.9%.

Le ministère a également annoncé 7 nouveaux décès enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.654 et le taux de létalité à 1.5%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 5.030 personnes (+90), dont 290 cas graves (+20). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 5,5%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.127.126 (+73.184) pour la première dose, 21.936.348 (+100.803) pour la deuxième et 1.328.001 pour la troisième (+64.560).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 147 cas à Casablanca-Settat : 106 à Casablanca, 16 à El Jadida, 9 à Berrechid, 7 à Settat, 5 à Nouaceur, 3 à Mohammedia et 1 à Benslimane.
  • 95 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 23 à Rabat, 22 à Salé, 20 à Kénitra, 14 à Skhirate-Témara, 8 à Sidi Kacem et 8 à Khémisset.
  • 13 cas à Fès-Meknès : 5 à Fès, 4 à Taza, 2 à El Hajeb, 1 à Meknès et 1 à Sefrou.
  • 10 cas à Beni Mellal-Khénifra : 5 à Béni Mellal, 3 à Khouribga et 2 à Fquih Ben Salah.
  • 10 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 3 à Tanger-Assilah, 3 à Al Hoceima, 2 à Tétouan et 2 à Chefchaouen.
  • 8 cas à Marrakech-Safi : 7 à Marrakech et 1 à Safi.
  • 8 cas à l’Oriental : 4 à Nador, 2 à Berkane et 2 à Oujda-Angad.
  • 5 cas à Souss-Massa : 2 à Agadir-Ida Outanane, 2 à Taroudant et 1 à Inezgane-Ait Melloul.
  • 4 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 3 à Laâyoune et 1 à Boujdour.
  • 1 cas à Dakhla-Oued Eddahab : à Oued Ed-Dahab.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Midelt.
  • 1 cas à Guelmim-Oued Noun : à Guelmim.

L’ONDA sera transformé en Société anonyme

par Saïd Naoumi – lematin.ma – 28/10/2021

L’ONDA sera transformé en Société anonyme

C’est décidé. L’Etat envisage de transformer l’Office national des aéroports (ONDA) en société anonyme. Les contours techniques et stratégiques de ce nouveau modèle organisationnel seront actés dans le cadre d’un contrat-programme Etat-ONDA, actuellement en préparation.

L’objectif de cette opération de taille est de renforcer l’autonomie de gestion de l’Office et créer les conditions favorables à l’accélération du développement du secteur aéroportuaire par son ouverture au privé. Cette transformation en projet passera notamment par la filialisation des activités commerciales et la mise en œuvre des opérations de partenariats.

Notons que l’ONDA prévoit d’investir 5,45 milliards de dirhams sur la période 2022-2024. Cette enveloppe sera consacrée essentiellement aux projets d’extension et d’aménagement des capacités aéroportuaires de Rabat, Agadir, Dakhla, Tétouan et Al-Hoceima.   

Iman Oubou, la native d’Agadir devenue Miss New York, biochimiste puis entrepreneure

telquel.ma – 28/10/2021

Elle est l’incarnation du rêve américain moderne. Débarquée adolescente au Pays de l’oncle Sam, Iman Oubou a travaillé dans la recherche avant de remporter plusieurs concours de beauté et de devenir en 2015 Miss New York. Elle œuvre aujourd’hui à donner plus d’espace aux femmes, sans jamais oublier son pays natal.

Il en faut, du gène aventurier, pour prendre les virages qu’a déjà dû négocier Iman Oubou au cours de son existence. Née à Agadir, elle arrive aux États-Unis à l’âge de 15 ans. Avec sa terre d’origine, elle garde toutefois un lien très fort. Elle a d’ailleurs réussi, malgré la pandémie, à passer récemment plusieurs semaines dans le royaume, qu’elle dit avoir “été très fière de montrer sur les réseaux sociaux”.

https://www.instagram.com/imanoubou/?utm_source=ig_embed&ig_rid=404c32f4-9ec8-4629-b733-e726eceeed91

La jeune expatriée souhaite avant tout mettre en avant les évolutions positives. Selon elle, la diversité culturelle y a grandi, le divertissement et l’hospitalité aussi. Et puis il y a l’esthétique, plus développée, un artisanat qui s’affine et se modernise sans perdre de sa superbe…

Il faut dire que, côté esthétisme, Iman Oubou s’y connaît plutôt bien. Après un diplôme en biochimie et en biologie moléculaire à la Colorado State University, elle est approchée par l’organisation du concours de Miss de cet État du Centre-Ouest. Malgré ses hésitations initiales à intégrer cet univers “si lointain du sien”, elle accepte de participer.

En 2015, alors qu’elle s’est installée à New York – dont elle était tombée amoureuse lors de voyages touristiques puis professionnels – elle prend part à la compétition de beauté locale… et devient simultanément Miss New York et deuxième dauphine américaine ! Elle ne perd pas de vue ses objectifs initiaux, et cette nouvelle notoriété la conforte dans la mission qu’elle s’est donnée : la visibilité digitale des femmes et la diversité des genres.

De la recherche à la communication

“Rien, à part mes études en biochimie, n’était vraiment planifié”, explique Iman. Si elle réalise à quel point elle est chanceuse d’avoir réussi à progresser autant dans sa vie et dans sa carrière avant d’atteindre les 30 ans, elle est la première à être incrédule de la façon et de la rapidité avec lesquelles les événements se sont enchaînés pour elle.

Nous pensons que les connaissances acquises par les femmes au cours de leurs parcours personnel et professionnel méritent l’espace et le respect que les médias traditionnels ne leur ont jamais vraiment accordés.
IMAN OUBOU

Son diplôme et ses couronnes de reine de beauté engrangés, elle se lance assez vite dans l’auto-entreprenariat… s’attaquant encore à un nouveau domaine. Après des années dans la recherche – à Munich, en 2011, en parallèle d’un emploi dans la lutte contre le diabète entre 2008 et 2012, puis dans un centre spécialisé dans le Colorado de 2013 à 2014 –, la touche-à-tout s’oriente vers la communication. Elle commence en tant que salariée dans le milieu universitaire, avant de fonder dès 2015 sa propre structure.

La fondatrice baptise SWAAY sa plateforme d’auto-édition et de contenu, sorte de réseau social alimenté par les membres essentiellement féminines qui s’approprient la conversation. Elle explique : “Nous pensons que les connaissances acquises par les femmes au cours de leurs parcours personnel et professionnel méritent l’espace et le respect que les médias traditionnels ne leur ont jamais vraiment accordés.”

Leadership et empowerment des femmes

Pour la trentenaire, il était primordial de s’imposer dans le leadership et dans l’empowerment. Par tous les moyens, elle cherche à amplifier les voix féminines et à présenter des histoires de femmes qui ne sont pas toujours mises en avant dans les journaux ou sur les réseaux sociaux.

En tant que Marocaine qui a dû échouer et lutter pour réussir dans une ville aussi concurrentielle que Big Apple, elle estime qu’il est de son devoir d’être toujours exemplaire et agente du changement pour sa communauté, en utilisant son succès pour faire avancer les choses. “C’est ce qui est et continuera d’être le cœur de ma mission et le moteur de chaque projet dans lesquels je m’implique”, assure-t-elle.

En plus de toutes ces casquettes, Imane Oubou a toujours rêvé d’écrire. Accaparée par ses diverses activités, elle avait rangé ce projet dans un coin de sa tête… jusqu’au confinement décrété au printemps 2020 pour endiguer la pandémie de Covid-19. Pendant son retour au Maroc, elle cherche l’inspiration et débute le processus de rédaction.

Quelques mois – et un contrat avec la maison d’édition américaine Sounds True/Macmillan – plus tard, l’ouvrage est prêt et devrait sortir au printemps 2022. Le titre : The Glass Ledge. How to break through self-sabotage, embrace your power and create your success (en français : “Le rebord de verre. Comment dépasser l’auto-sabotage, trouver votre pouvoir et créer votre succès”). La communicante y évoque notamment son parcours et les stratégies qu’elle a développées pour tracer son propre chemin. “Glass Ledge est un appel pratique et inspiré pour toute femme qui souhaite réécrire le récit, leur récit du succès et faire avancer nos efforts dans le monde”, résume-t-elle.

Agadir: Le Conseil de la ville approuve son règlement intérieur

lavieeco.com – 28/10/2021

Le Conseil communal d'Agadir

LE CONSEIL DE LA VILLE D’AGADIR A TENU, MERCREDI, UNE SESSION EXTRAORDINAIRE, CONSACRÉE À L’ADOPTION DE SON RÈGLEMENT INTÉRIEUR.

Présidée par le premier vice-président du Conseil de la commune, Mohamed Boudarga, cette session intervient après celle du 24 septembre, marquée par l’élection de Aziz Akhannouch du Rassemblement National des Indépendants (RNI), président du Conseil.

Le RNI est arrivé en tête des élections communales du 08 septembre dernier au niveau de la commune d’Agadir, en remportant 29 sièges sur un total de 61. Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a occupé la 2ème place avec 6 sièges, suivi du Parti Justice et développement (PJD) et de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) avec 5 sièges chacun, tandis que la parti de l’Istiqlal (PI) s’est placé en 5ème position avec 4 sièges.
D’autres formations politiques se sont partagées les 12 autres sièges restants de la commune.