Vols spéciaux au départ du Maroc vers Paris


Royal Air Maroc lance des vols spéciaux au départ du Maroc vers Paris !

Chères clientes, chers clients, 

Suite à la suspension temporaire des vols au départ et à destination du Royaume du Maroc en raison du nouveau variant Omicron du Covid-19, Royal Air Maroc met en place des vols spéciaux.

Ces vols, soumis à des autorisations spéciales auprès des autorités compétentes, seront programmés au départ du Maroc vers la France (Aéroport Paris-Orly) entre le 30 Novembre et le 06 Décembre 2021. Ils seront disponibles dès l’obtention des accords nécessaires. 

Vous pouvez acheter votre billet sur le site web, l’application mobile (App store ou  Google Play), ou auprès de votre agence de voyage la plus proche.

Réservez votre vol sur royalairmaroc.com !



Le Maroc inaccessible : par ciel et par mer

par Chady Chaabi – libe.ma – 30/11/2021

Le Maroc inaccessible: Par ciel et par mer

Il suffit d’une nouvelle souche de coronavirus pour mettre le monde sens dessus dessous. Le variant “Omicron” du Sars-Cov2, jugé “préoccupant” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été signalé par les scientifiques sud-africains à l’organisation onusienne le 24 novembre.

Dans la foulée, de nombreux pays, dont le Maroc, ont décidé de suspendre les vols avec l’Afrique du Sud. Le Royaume est allé encore plus loin en décidant tout bonnement de suspendre les vols et les liaisons maritimes à destination du Maroc pour deux semaines à partir du 29 novembre.

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a estimé que l’excellence de ses « scientifiques a été punie au lieu d’être applaudie”. Une prise de position reflétant le sentiment d’injustice qui prévaut dans son pays, car il croit, dur comme fer, que les travaux de séquençages génétiques des scientifiques sud-africains, qui ont permis la découverte du variant “Omicron”, ont été mal récompensés par les différentes mesures de précaution visant les ressortissants de la région.

En même temps, difficile d’en vouloir aux pays qui ont préféré prévenir plutôt que guérir.
Le Maroc en fait partie. Pour l’exécutif, fermer les frontières équivaut à se préserver du variant “Omicron” et par la même occasion, contrôler et garder la main sur une épidémie du coronavirus qui s’essouffle aux quatre coins du Royaume (354 nouveaux cas détectés entre vendredi et dimanche).

Au fond, fermer les frontières revient à emprunter le chemin vertueux de la sagesse. D’autant que « c’est un variant dont on ne connaît pas le taux de transmissibilité, sa virulence et sa résistance éventuelle au vaccin », a révélé le chercheur en politiques et systèmes de santé, Dr Tayeb Himdi. Réunis d’urgence lundi, l’Organisation mondiale de la santé et le G7 ont, quant à eux, exprimé leurs inquiétudes. Des craintes qui ne se fondent sur aucune donnée scientifique. D’une part, ils nous expliquent que “le nouveau variant Omicron du coronavirus présente un risque très élevé au niveau mondial”. Et d’autre part, ils avancent que “les données préliminaires suggérant qu’il présente un risque accru de réinfection, prendront plusieurs semaines à être vérifiées”. Bref, les pays du monde entier ne savent plus sur quel pied danser. Face à l’inconnu, ils se réfugient dans un entre-soi économiquement peu viable sur la durée. Pourtant, le virologue Tulio De Oliveira a appelé le monde à ne surtout pas succomber à la tentation de l’isolement, et encore moins à isoler le sien. Surtout que l’on aura encore besoin de lui. Depuis le début de la pandémie, le laboratoire Krisp qu’il dirige à Durban, a séquencé des milliers de génomes du Sars-Cov2. Les prouesses de son équipe lui ont valu des éloges mondiaux. Et il est fort probable que ses travaux éclaircissent les zones d’ombre qui persistent dans le cas du variant “Omicron”.
En attendant, la fermeture des frontières pourrait être une mesure décisive. A moins que le variant “Omicron” soit déjà en circulation au Maroc comme ailleurs sur la planète. Ce ne serait pas la première fois. Le variant britannique en est la preuve. Plusieurs cas ont été détectés au Maroc, quelques jours après que le Royaume ait pris la décision de fermer ses frontières. Et on soupçonne le variant “Omicron” de circuler sur le Vieux Continent, depuis que le club portugais de Belenenses a révélé que 14 joueurs, l’entraîneur et une partie du staff technique ont été testés positif au Covid-19, quelques jours seulement après le retour du défenseur sud-africain, Thibang Phete, qui s’était rendu dans son pays pour des matchs avec sa sélection.

Des vols spéciaux pour le retour en France des personnes bloquées au Maroc

leconomiste.com – 29/11/2021

Des vols spéciaux pour le retour en France des personnes bloquées au Maroc

La nouvelle fermeture des frontières en raison du variant du nouveau coronavirus Omicron a pris au dépourvu des milliers de voyageurs au Maroc. Ce lundi, l’ambassadrice de France au Maroc a annoncé que des vols spéciaux seront opérés pour le retour en France des personnes bloquées au Maroc.

« Des vols spéciaux sont mis en place pour les personnes n’ayant pas pu rentrer en France. Ils sont soumis à « autorisation » des autorités marocaines, a indiqué dans un tweet Hélène Le Gal, qui invite les personnes concernées à se rapprocher des compagnies Air France et Transavia.

Ambassade de France au Maroc :

Quelles sont les conditions de retour sur le territoire français depuis le Maroc ?

Les autorités marocaines ont décidé de suspendre, à partir du dimanche 28 novembre à 23h59, et jusqu’à nouvel ordre, les liaisons aériennes entre le Royaume et la France.

Au-delà de cette date, des vols commerciaux pourraient être autorisés, dans le sens Maroc-France uniquement, dans les mêmes conditions que lors de la dernière suspension (mars-juin 2021).

L’ambassade de France recommande aux voyageurs de se rapprocher de leur compagnie aérienne afin d’examiner les modalités de leur retour en France.

Les personnes qui empruntent ces vols restent soumises aux règles sanitaires d’entrée sur le territoire français.

Le message de l’ambassade d’Espagne au Maroc après la suspension des vols

lesiteinfo.com – 29/11/2021

L’ambassade d’Espagne au Maroc a fait une annonce à ses ressortissants, après que les autorités marocaines ont suspendu tous les vols à destination ou en provenance du Maroc en raison de l’apparition du nouveau variant « Omicron ».

Les ressortissants espagnols souhaitant retourner en Espagne doivent contacter leurs compagnies aériennes pour reprogrammer leurs vols, a ainsi déclaré l’ambassade.

Pour rappel, le Comité interministériel de suivi de la covid-19 a annoncé, dimanche 28 novembre courant, la suspension de tous les vols directs de passagers à destination du Royaume, pour une durée de deux semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59.

« En raison de la propagation rapide du nouveau variant du virus de la covid-19 – Omicron (B.1.1.529), notamment en Europe et en Afrique du Sud, et afin de préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte contre la pandémie et protéger la santé des citoyens il a été décidé de suspendre tous les vols directs de passagers à destination du Royaume du Maroc, pour une durée de deux semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59 », a précisé le Comité dans un communiqué.

Agadir : la SMIT mise 400 millions de dirhams sur la nouvelle zone touristique d’Aghroud

Par Jalal Baazi – le360.ma – 29/11/2021

Station Aghroud

Cette enveloppe servira entre autres à la réalisation des études d’aménagement urbanistique et de lotissements ainsi que pour le suivi des travaux y afférents au niveau de la zone d’Aghroud située au nord d’Agadir. Cet article est une revue de presse du quotidien Aujourd’hui Le Maroc.

Agadir renforce son attractivité touristique, rapporte Aujourd’hui Le Maroc dans son édition de ce mardi 30 novembre. Le journal indique ainsi que la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) vient d’allouer 400 millions de dirhams pour la réalisation des études d’aménagement urbanistique et de lotissements ainsi que pour le suivi des travaux y afférents au niveau de la zone d’Aghroud située au nord d’Agadir.

Pour consolider le positionnement de la ville d’Agadir et de la région de Souss-Massa et soutenir leur capacité d’accueil, la stratégie touristique nationale a misé sur le renforcement de l’offre de cette destination par la création de nouvelles zones touristiques balnéaires, dont la zone d’Aghroud qui s’étend sur une superficie de 594 ha. Sur ce point, le journal note que la SMIT vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des études d’aménagement urbanistique et de lotissement ainsi que le suivi des travaux y afférents au niveau de cette zone pour une estimation totale de 400 millions de dirhams.

Aujourd’hui Le Maroc souligne que l’ouverture des plis est prévue pour le18 janvier prochain, et que cette zone vient renforcer l’offre balnéaire de la destination Agadir en matière d’hébergement touristique et d’animation. Le journal précise aussi qu’elle devrait comprendre des hôtels de catégorie hôtels clubs, 4 étoiles, 5 étoiles et hôtels de luxe, ainsi que des unités touristiques de petites et moyennes tailles visant à promouvoir les TPME touristiques. « A cela s’ajoute la réalisation d’équipements d’animation et de loisirs à fort potentiel devant permettre l’amélioration de l’attractivité touristique du site d’Aghroud (corniche animée, cœur de vie de la zone, parcs thématiques, équipements d’animation, …) », souligne le quotidien. 

La zone d’Aghroud comprendra une composante hôtelière d’une capacité globale minimale de 12.000 lits. « Ladite composante sera concentrée principalement sur la première ligne du littoral (environ 5.000 lits) avec des unités hôtelières de haut standing (hôtels 4 et 5 étoiles ainsi que des hôtels clubs) et qui seront dotées de centres de bien-être modernes, attractifs pour les enseignes internationales », ajoute le quotidien.

Dans le détail, les hôtels seront différenciés par rapport à ceux des autres zones touristiques du littoral nord d’Agadir par leur architecture et leurs couleurs plus proches de la terre à l’image du village d’Aghroud. De même, pour augmenter leur attractivité touristique, les hôtels auront accès aux principaux équipements de loisirs et aux différents projets de développement touristique de la zone (commerces, services et restaurants du cœur de la zone).

« Dans la partie supérieure de la zone, des hébergements insolites et atypiques seront privilégiés, représentant une innovation en matière d’hébergement hôtelier car ils assurent à la fois une connexion tripartite avec le domaine marin (vue surplombant l’océan), le domaine montagneux et la verdure (arganeraie) », conclut Aujourd’hui Le Maroc. 

Omicron fait peur en Afrique !

par Frédéric Couteau – rfi.fr – 29/11/2021

Après le variant Delta, voici le variant Omicron, une autre lettre grecque pour désigner une nouvelle forme redoutable du coronavirus… apparu une nouvelle fois en Afrique du Sud.

Alors oui, « Omicron fait peur en Afrique ! », s’exclame WakatSéra. Peur sanitaire mais aussi peur économique… En effet, pointe le site burkinabé, « les pays africains se relèvent difficilement des dégâts économiques causés par les restrictions, comme la fermeture des frontières aériennes et terrestres, des marchés, des écoles, des lieux de culte, etc., et ils restent également ceux où les centres de santé manquent de tout. C’est connu et reconnu, les maladies sont au sud et les médicaments au nord. (…) En tout cas, la situation est inquiétante, poursuit WakatSéra, surtout que des experts en matière de lutte contre le Covid-19 estiment que les statistiques de tests sont non seulement tronquées, mais que les tests eux-mêmes ne couvrent qu’une portion dérisoire des populations à risques. »

Et WakatSéra de s’interroger : « quel sera le sort des pays africains aux frontières poreuses ? Les pays du continent, où par le jeu de la corruption, des voyageurs circulent dans tous les sens, presque sans contrôle, le seul sésame étant les espèces sonnantes et trébuchantes échangées subrepticement ou parfois au vu et au su de tous, entre voyageurs et agents en tenue ? Comment réagiront les économies africaines majoritairement informelles, animées par des commerçants qui vivent au jour le jour des fruits de leurs transactions ? »

« Vaccinez-nous tous ! »

Pour ce qui est des voyages transcontinentaux, « l’Afrique du Sud est de plus en plus isolée par le nouveau variant Omicron », pointe WalfQuotidien au Sénégal. « De nombreux pays ont suspendu leurs vols et ont interdit leur territoire aux Sud-Africains après l’identification de la nouvelle souche de Covid-19. »

D’où cet appel, quelque peu désespéré, du quotidien sud-africain Sunday Times  en direction des pays occidentaux : « plutôt que de nous faire endosser le manteau indésirable de parias : vaccinez-nous tous, ne nous enfermez plus ! »

Le Maroc s’enferme

Le Maroc, pour sa part, a décidé de fermer ses frontières à plusieurs pays, notamment avec l’Afrique du Sud, mais aussi avec la France qui connait un regain épidémique. Du coup, « tempête sur la saison touristique hivernale avec une pluie d’annulations », s’exclame le site d’information Yabiladi. « Dans la tourmente depuis un an et demi de crise sanitaire, les opérateurs touristiques au Maroc espéraient une petite reprise en période de fêtes de fin d’année. Mais après la suspension des voyages depuis et vers plusieurs pays, c’est le nouveau coup de massue… fatal pour certains. »

Yabiladi qui prend comme exemple notamment cette propriétaire de riad à Agadir : « toutes les réservations de décembre jusqu’à avril, dates auxquelles l’établissement affichait complet, toutes ces réservations ont été annulées », déplore-t-elle. La grande majorité de ses clients étant français. « Je suis obligée de licencier 6 personnes », poursuit-elle avant de regretter « les faibles mesures d’accompagnement prises par les autorités auprès des professionnels pour atténuer les conséquences économiques des restrictions. »

La médecine traditionnelle à la rescousse

Sur le plan sanitaire, à présent, l’Afrique manque encore de vaccins. Et nombreux sont ceux qui se tournent vers les médecines traditionnelles.  C’est ce que relève Le Point Afrique qui prend l’exemple du Ghana : un pays qui « a été touché de plein fouet par l’actuelle crise sanitaire. Face aux conséquences néfastes de la pandémie, les autorités ont entièrement intégré l’apport de la médecine traditionnelle à leur campagne, pointe le journal. Cette confiance renouvelée à la médecine traditionnelle a permis à ses acteurs de fabriquer plusieurs remèdes permettant de renforcer le système immunitaire. Ceci, dans le but de contribuer, à leur manière, à la lutte contre cette pandémie mondiale. »

En effet, pas de miracle : les médicaments traditionnels à base de plantes locales n’empêchent pas l’apparition de la maladie, mais ils peuvent renforcer les barrières naturelles du corps et éviter des contaminations. C’est déjà ça…

Bilan Covid : 53 nouveaux cas d’infection et un seul décès ce lundi au Maroc

lematin.ma – 29/11/2021

Bilan Covid : 53 nouveaux cas d'infection et un seul décès ce lundi au Maroc

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 53 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 949.785 le nombre total des cas de contamination. 10.542 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.477.455 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 19.89%.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 932.133 avec 148 nouvelles rémissions ce lundi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 98,1%.

Le ministère a également annoncé un seul nouveau décès enregistré durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.775 et le taux de létalité à 1,6%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 2.877 personnes (-96), dont 103 cas graves (+5). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 1,96%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.414.691 (+4.492) pour la première dose, 22.649.970 (+17.201) pour la deuxième et 1.654.400 pour la troisième (+12.654).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 19 cas à Casablanca-Settat : 15 à Casablanca, 3 à Nouaceur et 1 à El Jadida.
  • 14 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 10 à Rabat, 2 à Khémisset, 1 à Kénitra et 1 à Salé.
  • 6 cas à Marrakech-Safi : La totalité à Marrakech.
  • 4 cas dans l’Oriental : 2 à Oujda-Angad, 1 à Nador et 1 à Jerada.
  • 3 cas à Souss-Massa : 2 à Agadir-Ida-ou-Tanane et 1 à Tiznit.
  • 3 cas à Fès-Meknès : La totalité à Meknès.
  • 1 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : à Laâyoune.
  • 1 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : à Tanger-Assilah.
  • 1 cas à Béni Mellal-Khénifra.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Tinghir.

Aucun cas n’a été signalé dans les régions de Guelmim-Oued Noun et Dakhla-Oued Eddahab.

Tourisme : l’indemnité forfaitaire reconduite

par Yassine Saber – leseco.ma – 29/11/2021

Face à la fermeture des principaux marchés émetteurs du tourisme, principalement français, anglais et allemand, Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale, a remonté le moral des professionnels en annonçant, lors de la journée Souss-Massa Days, la réactivation des aides à caractère social, notamment l’indemnité forfaitaire suspendue depuis le 1er juin 2021.

À la veille de la tenue, vendredi dernier, de la 1re édition du Souss-Massa Days, organisée en partenariat avec l’ONMT, la décision de suspendre les vols réguliers avec la France, dès dimanche 28 novembre 2021 à 23h 59, est tombée comme un couperet sur les professionnels du tourisme marocain. De ce fait, et à l’exception des flux de touristes israéliens, trois marchés prioritaires pour la destination Maroc sont désormais fermés durant cette saison d’hiver, en raison de la 5e vague de pandémie touchant les pays concernés. Il s’agit de l’Allemagne et du Royaume-Uni, dont les vols sont suspendus depuis le 20 octobre ainsi que de la France. D’autres marchés ont subi le même sort, notamment ceux de la Russie et des Pays-Bas. Dans ce contexte inédit où les professionnels font grise mine, Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale, a tenté de leur remonter le moral. Elle a annoncé ainsi, lors de la séance d’ouverture de Souss-Massa Days, devant les opérateurs présents à cet évènement, que le gouvernement reconduira les aides sociales en faveur du secteur touristique, notamment l’indemnité forfaitaire, suspendue depuis le premier juin 2021.

Reconduction de l’indemnité forfaitaire
«Nous avons décidé de reconduire les aides à caractère social, notamment l’indemnité forfaitaire. Nous sommes aussi en discussion active avec le groupement des banques pour accompagner les entreprises en difficulté et nous sommes conscients que le tourisme ne retrouvera son plein essor qu’après la levée d’un maximum de restrictions, notamment celles liées aux voyages et aux déplacements des individus», a annoncé Fatim-Zahra Ammor qui a saisi cette occasion pour saluer la mobilisation des professionnels, malgré les conditions difficiles. Au cours de son intervention, la ministre a présenté, en outre, une rétrospective de la conjoncture touristique. «Le secteur a connu une année encourageante en 2019. Mais avec le déclenchement de la pandémie de Covid-19, l’activité a subi de plein fouet l’impact de la crise sanitaire, notamment durant les saisons 2020 et 2021, qui ont été très difficiles pour les travailleurs du secteur et leurs familles. Dans le cadre du contrat-programme 2020-2022 pour le tourisme, l’État a contribué à réduire les effets de la pandémie sur le tissu socioéconomique, tout en posant les premiers jalons de la relance», explique-t-elle. En ajoutant que «depuis le 15 juin 2021, une lueur d’espoir a commencé à se profiler grâce à la reprise progressive du transport aérien. Cette dynamique, combinée à l’allégement des mesures sanitaires, a rendu possible le rebond de l’activité touristique, notamment interne».

La profession réclame son «plan Marshal»
À l’instar du plan de reconquête et de transformation du tourisme lancé en France, la Confédération nationale du tourisme (CNT), par la voix de son président, Hamid Bentahar, a indiqué que «ce contexte de crise nécessite la mise en place urgente d’un «plan Marshal» en faveur du secteur touristique». «Ce plan doit être mis en œuvre avec une task force nationale et une coordination régionale pour protéger l’écosystème touristique et ses corps sains, avant cette crise de Covid-19», propose Bentahar, lors de l’ouverture du panel d’ouverture dédié à la reconstruction du tourisme post-Covid. Remerciant la ministre pour son annonce relative à la reconduction des aides sociales, le président de la CNT a souligné que «l’un des enseignements à tirer de cette crise est qu’elle va au-delà de l’écosystème traditionnel, en touchant d’autres segments, compte tenu de la transversalité du secteur touristique. Nous devons aussi sortir de la logique binaire de l’ouverture complète ou de la fermeture hermétique, en capitalisant sur la campagne réussie de vaccination au Maroc». Selon lui, «Le Maroc a enregistré des acquis en termes de vaccination de ses citoyens. Avec ce score, on peut changer de paradigme et sortir de cette logique de fermeture et de restrictions, qui freine continuellement le secteur touristique», ajoutant que «le tourisme reviendra plus fort avec une envie de voyage et l’émergence du concept de la revanche sur le voyage et le tourisme».

L’ONMT appelle à  réinventer l’offre
Pour sa part, Adel El Fakir, directeur général de l’ONMT, a expliqué que cette «première édition de Souss-Massa Days a mis en lumière le secteur touristique dans ces temps difficiles», ajoutant que «cette crise nous interpelle tous par rapport à la réinvention de l’offre de la destination, tout en gardant un certain optimisme par rapport à la reprise de l’activité touristique». Karim Achengli, président du Conseil de la Région Souss-Massa, a estimé, quant à lui, qu’il faut apporter des réponses immédiates à la crise actuelle et à la situation de souffrance de l’écosystème touristique. «L’importance de Souss Massa Days découle du contexte particulier dans lequel il s’est tenu. Un contexte post-Covid 19 où le secteur et ses acteurs subissent encore les effets de cette pandémie, avec des contraintes qu’il faut dépasser en totale synergie avec les professionnels, tout en améliorant la réponse du tourisme face à la crise», explique-t-il. De son côté, Rachid Dahmaz, président du Conseil régional du tourisme Agadir Souss-Massa a appelé «à la mise en place de solutions concrètes pour sortir le secteur et les professionnels de la crise actuelle». Pour ce dernier, « les opérateurs ont fait preuve de discipline et surtout de solidarité. Souss Massa Days constitue un signal positif et un message d’espoir pour que demain soit meilleur», conclut-il sur une note positive. Par ailleurs, le CRT d’Agadir Souss-Massa, à travers sa directrice Asmaa Oubou, a exposé les réalisations du CRT dans le cadre de son plan d’action «PAPA», décliné en quatre axes, à savoir la Promotion, l’Aérien, le Produit et l’Animation touristique. Le CRT a également présenté son plan d’action 2022 qui doit être validé avec les partenaires et acteurs locaux et régionaux, notamment le Conseil régional Souss-Massa, le Conseil communal d’Agadir ainsi qu’avec d’autres intervenants.

Aérien : Le Nord veut améliorer sa connectivité à l’intérieur du Maroc

par Najat Faïssal – aujourdhui.ma – 29/11/2021

Aérien : Le Nord veut améliorer sa connectivité  à l’intérieur du Maroc

Avec l’injection de nouveaux vols ou le maintien d’autres déjà existants

La ligne Tanger-Al Hoceima permet dans le cadre du renforcement de la connectivité aérienne interne d’assurer deux vols hebdomadaires entre les deux villes de Tanger et Tétouan, plus précisément lundi et mercredi de chaque semaine.

La région du Nord mise sur le développement de sa liaison aérienne pour pouvoir aider à la reprise du secteur touristique considéré le plus touché, depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Ainsi et après l’approbation de deux projets de conventions, portant sur l’amélioration de sa connectivité aérienne à l’intérieur du Maroc, lors de sa session extraordinaire tenue le 12 novembre, le Conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima vient d’annoncer qu’il vient de recevoir une réponse favorable concernant une demande adressée par Omar Moro, président du CR-TTA, à la Compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) pour la programmation de deux vols par semaine entre Tanger et Al Hoceima. Très attendue, la reprise des vols entre les deux villes intervient «dans le cadre de l’activation des articles de la convention de partenariat entre le conseil de la région et la RAM. La compagnie poursuit ses vols entre les deux villes de Tanger et d’Al Hoceima, à partir du 6 décembre», fait savoir un communiqué du CR-TTA.

Cette ligne permet dans le cadre du renforcement de la connectivité aérienne interne d’assurer, selon la même source, deux vols hebdomadaires entre les deux villes de Tanger et Tétouan, plus précisément lundi et mercredi de chaque semaine. Bénéficiant du soutien de la part du CR-TTA et ses partenaires concernés, «cette liaison aérienne contribuera à promouvoir le tourisme interne entre les deux villes et à faciliter le déplacement pour une large catégorie de personnes à des prix convenables», rapporte-t-on, faisant remarquer que les autres vols, desservant la région du Nord avec le soutien du Conseil de la région et les autres institutions partenaires, notamment entre Casablanca, Tétouan et Al Hoceima sont maintenus et ne subissent aucun changement quant à la date ou l’horaire du départ ou d’arrivée. Il est à préciser que la dernière session extraordinaire du CR-TTA a été marquée par l’approbation de deux conventions permettant de contribuer à l’amélioration de la connectivité aérienne de Tanger avec Nador d’une part et Agadir d’autre part.

Ces deux projets de conventions, liant le ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale à la wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, le ministère du transport et de la logistique, le Conseil régional et la compagnie aérienne Air Arabia, visent à contribuer à la promotion et à la commercialisation des lignes aériennes entre ces destinations bénéficiaires. Concernant la première convention portant sur l’amélioration de la liaison aérienne entre Tanger et Nador, le CR-TTA participe au financement de ce projet avec 3,75 millions de dirhams pour la programmation de quelque 208 vols par an, avec la moyenne de deux vols par semaine. Alors qu’il contribue dans le cadre de la seconde contribution concernant la connectivité aérienne entre Tanger et Agadir avec 6,75 millions de dirhams en vue d’aider à l’injection de quelque 312 vols par an avec en moyenne trois vols hebdomadaires.

Omicron menace, le Maroc se barricade à compter de ce lundi

afrik.com – 29/11/2021

Aéroport au Maroc

Le Maroc a pris la décision, à compter de ce lundi 29 novembre, à 23h59, de suspendre tous les vols de passagers à destination du royaume, pour une durée de deux semaines. Les autorités espèrent ainsi se prémunir du nouveau variant de Covid-19, Omicron.

Le nouveau variant de Coronavirus découvert en Afrique du Sud, baptisé Omicron par l’Organisation mondiale de la Santé, a d’ores et déjà changé les règles du jeu, notamment en matière de circulation des personnes. Au Maroc par exemple, la décision a été prise par les autorités sanitaires royales de verrouiller le pays afin d’éviter d’importer au royaume ce nouveau virus, dont la contagion est jugée plus rapide que ses prédécesseurs.

A peine révélé le 25 novembre dernier par des chercheurs sud-africains, Omicron a déjà franchi les frontières européennes, puisque le virus est signalé en Italie, en Allemagne et autre Belgique. Une situation qui a placé toute l’Europe en état d’alerte, pour ne pas dire en état de panique générale. Même si peu d’informations sont encore connues sur ce variant, la certitude est que sa propagation est rapide et elle muterait tel qu’un caméléon.

Fort de ce constat alarmant, le Comité interministériel de suivi du Covid-19 au Maroc a pris la décision de suspendre tous les vols de passagers à destination du royaume chérifien, « en raison de la propagation rapide du nouveau variant du virus de la Covid-19 – Omicron (B.1.1.529), notamment en Europe et en Afrique, et afin de préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte contre la pandémie ».

Dans son communiqué, le Comité de suivi a poursuivi que pour « protéger la santé des citoyens, il a été décidé de suspendre tous les vols directs de passagers à destination du Royaume du Maroc, pour une durée de 2 semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59 », ajoutant qu’une évaluation régulière de la situation sera faite pour, au besoin, apporter des correctifs.

Covid-19 : 84 nouveaux cas confirmés en 24H, aucun décès enregistré ce dimanche

lematin.ma – 28/11/2021

Covid-19 : 84 nouveaux cas confirmés en 24H, aucun décès enregistré ce dimanche

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a recensé durant les dernières 24 heures 84 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 949.732 le nombre total des cas de contamination. 12.577 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 9.466.913 depuis le début de la pandémie. Le taux de positivité passe à 0,66%.

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 931.985 avec 102 nouvelles rémissions ce dimanche, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 98,1%.

Le ministère a également annoncé qu’aucun nouveau décès n’a été enregistré durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 14.774 et le taux de létalité à 1,6%.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 2.973 personnes (-18), dont 102 cas graves (+2). Il a souligné en outre que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid est passé à 1,94%.

Le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 24.410.199 (+340) pour la première dose, 22.632.769 (+1.399) pour la deuxième et 1.641.746 pour la troisième (+577).

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 36 cas à Rabat-Salé-Kenitra : 15 à Salé, 9 à Rabat, 6 à Skhirate-Témara, 4 à Kénitra, 1 à Sidi Kacem et 1 à Khémisset.
  • 26 cas à Casablanca-Settat : 16 à Casablanca, 3 à Mohammedia, 1 à El Jadida, 3 à Berrechid, 1 à Mediouna et 2 à Nouaceur.
  • 7 cas à Marrakech-Safi : 5 à Marrakech, 1 à Safi et 1 à Essaouira.
  • 6 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 4 à Tétouan, 1 à Tanger-Assilah et 1 à Al Hoceima.
  • 3 cas dans l’Oriental : 1 à Nador et 2 à Berkane.
  • 2 cas à Souss-Massa : 1 à Agadir-Ida-ou-Tanane et 1 à Tiznit.
  • 2 cas à Fès-Meknès : 1 à Meknès et 1 à Taza.
  • 1 cas à Drâa-Tafilalet : à Errachidia.
  • 1 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : à Laâyoune.
  • 0 cas à Béni Mellal-Khénifra.
  • 0 cas à Guelmim-Oued Noun.
  • 0 cas à Dakhla-Oued Eddahab.

Agadir : voici l’état d’avancement des travaux de la future rocade Nord-Est

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 28/11/2021

Agadir - Rocade Nord-Est - Travaux

Lancés en janvier 2021, les travaux de la voie de contournement Nord-Est de la capitale du Souss, longue de 36,5 km, se poursuivent à une bonne cadence. La livraison de ce projet d’infrastructure de grande envergure est prévue pour mars 2023.

Le chantier de la rocade Nord-Est d’Agadir avance. Les travaux concernent actuellement deux sections, a constaté Le360, sur les lieux. La première, qui mobilise un investissement de 86 millions de dirhams, relie la route nationale RN10 à la RN11 sur un linéaire de 7,5 km, et affiche un taux d’avancement des travaux de 28%, a indiqué Abdellah Taouil, de la direction provinciale du ministère de l’Équipement, dans une déclaration pour Le360.

La deuxième section quant à elle, d’un coût de 187 millions de dirhams, relie la RN11 à Abraz, sur une longueur de 12,8 km. Son taux d’avancement est de 24%.

En ce qui concerne le troisième tronçon, d’une longueur de 8 km, le marché est en passe d’être lancé, pour un montant de 280 millions de dirhams, affirme notre interlocuteur. Un autre marché de 83 millions de dirhams sera lancé prochainement pour la réalisation d’un passage souterrain à l’intersection de la rocade Nord-Est et de la RN11.

Au final, indique ce responsable, la totalité des travaux de la rocade Nord-Est, qui nécessite un investissement global de 770 millions de dirhams, devra être achevée avant mars 2023, conformément aux engagements pris par les différentes parties prenantes (les ministères de l’Equipement, de l’Intérieur, de l’Industrie, ainsi que la région Souss-Massa et la ville d’Agadir) dans le cadre du Plan de développement urbain (PDU) d’Agadir pour la période 2020-2024, signé devant le Roi, en février 2020.

Le projet comprend également une dizaine d’ouvrages d’art de dernières générations qui seront installés tout le long de l’infrastructure, dont 4 trémies, 5 ponts, dont un sur l’oued Souss, ainsi que 3 échangeurs. La RN11 sera également renforcée.

La future rocade Nord-Est d’Agadir est considérée comme une infrastructure structurante pour la ville et sa région. Elle permettra d’améliorer le niveau de la sécurité routière en maîtrisant la circulation d’échanges périurbains sur un itinéraire adapté et réduira les nuisances générées par le trafic de transit, en lui donnant la possibilité d’éviter la traversée des zones urbaines.

Cette voie optimisera également le temps de parcours vers les infrastructures importantes du Grand Agadir entre l’aéroport Al Massira, le port d’Agadir, le grand stade d’Agadir, les zones logistiques d’Agadir et d’Ait Melloul, les parcs Haliopolis, ou encore l’agropole de la future zone franche, et le complexe universitaire de la ville.

Un dimanche merveilleux chez Manuela à « La Tour d’Or »

Un délicieux repas et un superbe spectacle musical de Bob et Iza pour hier : quelle belle journée !

Le menu :

Vraiment de quoi se régaler !

Et le spectacle : (Photos de M. Terrier, Vidéos de Lita)

La salle était pleine :

Une vidéo avec Aziz Lallouche :

Johnny, alias Fabrice Drivet était là, également :

Un court extrait de sa prestation !

Et, pour finir, une courte vidéo de Manuela qui se lâche sur la musique d' »Agadir Oufella » interprétée par Aziz !

Variant Omicron: Le Maroc décide de suspendre tous les vols directs à destination du Royaume

lematin.ma – 28/11/2021

Variant Omicron: Le Maroc décide de suspendre tous les vols directs à destination du Royaume

Suspension de tous les vols directs de passagers à destination du Royaume du Maroc, pour une durée de 2 semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59. C’est ce que vient d’annoncer le comité interministériel de suivi du Covid.

Le Comité interministériel de suivi du Covid a annoncé, dimanche, la suspension de tous les vols directs de passagers à destination du Royaume, pour une durée de deux semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59.
« En raison de la propagation rapide du nouveau variant du virus de la Covid-19 – Omicron (B.1.1.529), notamment en Europe et en Afrique, et afin de préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte contre la pandémie et protéger la santé des citoyens il a été décidé de suspendre tous les vols directs de passagers à destination du Royaume du Maroc, pour une durée de 2 semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59 », a précisé le Comité dans un communiqué.
Selon la même source, une évaluation de la situation sera entreprise régulièrement afin d’ajuster, au besoin, les mesures nécessaires.

Nouvelles conditions d’accès au Maroc : Liste C des pays interdits et test PCR pour les 6-11 ans

lematin.ma – 27/11/2021

Nouvelles conditions d'accès au Maroc : Liste C des pays interdits et test PCR pour les 6-11 ans

La nouvelle mise à jour datée du 26 novembre comprend une liste C qui comprend les 7 pays de provenance dont les ressortissants sont concernés par l’interdiction d’accès au Maroc. Cette même interdiction concerne également les passagers ayant transité par ces pays.
Les nouvelles conditions concernent également les enfants âgés de 6 à 11 qui devront effectuer un test PCR (moins de 48H) et ce quelle que soit leur provenance.

Le ministère de la Santé et de la prévention sociale vient de mettre à jour les dispositions sanitaires pour les voyages internationaux. 

Mesures communes

  • Fiche sanitaire du passager, à télécharger en ligne avant embarquement (distribuée aussi à bord de l’aéronef ou du navire), dûment renseignée, notamment l’adresse du passager et deux numéros de téléphone permettant de le localiser, en cas de besoin, pendant les 10 jours qui suivent son arrivée sur le territoire national ;
  • Double contrôle de la température, systématique à l’arrivée ;
  • Contrôle aléatoire par test antigénique rapide à l’arrivée ;
  • Respect des mesures en vigueur au Maroc : port du masque, distanciation physique et hygiène des mains.

2. Pays de la liste A

Un certificat attestant que la personne est complètement vaccinée contre le SARSCoV-2.

3. Pays de la liste B

Un certificat attestant que la personne est complètement vaccinée contre le SARSCoV-2 ;

ET

Le résultat négatif d’un test PCR de moins de 48 heures (délai entre prélèvement et embarquement).

4. Pays de la liste C

Interdiction d’accès au territoire national, pour les voyageurs en provenance de ces pays, directement ou même en transitant par un autre pays.

5. En cas de positivité du test antigénique rapide à l’arrivée

Les Marocains et les étrangers résidant au Maroc seront pris en charge par une structure sanitaire, avec confinement de 10 jours, selon le protocole en vigueur ;

Tout autre passager testé positif à l’arrivée ne sera pas autorisé à accéder au territoire national.

Le ministère précise également que :

o Les conditions d’accès ci-dessus sont appliquées à toute personne âgée de 12 ans et plus ;

o Les enfants âgés de 6 ans à 11 ans révolus doivent présenter une PCR négative, quel que soit le pays de provenance ;

o Les enfants âgés de moins de 6 ans sont exemptés de toute condition d’accès.

Articles similaires