Pétrole: une société qatarie autorisée à explorer au large de Tarfaya, l’Espagne s’inquiète

h24info.ma – 20/11/2021

Saad Sherida al Kaabi, ministre de l’Energie du Qatar et PDG de Qatar Petroleum.

Le Maroc a donné son feu vert à la société Qatar Petroleum International Upstream L.L.C pour démarrer l’exploration pétrolière dans ses eaux du Sud, près des Canaries. 

L’information a été publiée dans le bulletin officiel du 21 octobre 2021 et relevée par la presse espagnole. Le Maroc a renouvelé le permis de Qatar Petroleum International Upstream L.L.C, pour explorer ses eaux dans les provinces du Sud, non loin des îles espagnoles Fuerteventura et Lanzarote.

Selon le site d’information El Español, la compagnie pétrolière italienne Eni, qui détenait 75 % du permis via sa filiale Eni Maroc, a cédé 30 % de sa participation à Qatar Petroleum en 2019. Qatar Petroleum et Eni sont devenus donc associés pour explorer la côte atlantique au large de la zone de Tarfaya Offshore Shallow.

Dans le bulletin officiel, plusieurs arrêtés de l’ancien ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement Aziz Rabbah sont cités. Ils accordent le « passage à la première période complémentaire du permis de recherche d’hydrocarbures ». Les limites du permis précité sont également définies dans le document.

La zone en question est située en face de Sidi Ifni, Tan Tan et Tarfaya. Mais aux Canaries, ce renouvellement accordée à la compagnie qatarie est suivi avec une « extrême inquiétude », souligne El Español. « Ce sont les prospects qui sont situés plus près de Lanzarote et de Fuerteventura. Dans le cas où ils trouveraient du pétrole ou du gaz et commenceraient à forer, le danger serait fondamentalement environnemental en cas d’accident », estiment notamment des sources de la Coalition canarienne, parti nationaliste espagnol, citées par le journal.

Début 2020, deux lois ont été adoptées par le Parlement, puis publiées dans le bulletin officiel, délimitant notamment les eaux territoriales marocaines. Il s’agit de la loi n° 37.17 modifiant et complétant le dahir portant loi n° 1.73.211 du 2 mars 1973 fixant la limite des eaux territoriales et la loi n° 38.17 modifiant et complétant la loi n° 1.81 instituant une zone économique exclusive de 200 miles marins.

« Ces lois visent à réactualiser l’arsenal juridique national », en phase avec « la souveraineté totale du royaume sur ses frontières effectives, terrestres et maritimes », avait alors déclaré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.