Location de voitures : Rien ne va plus pour ce secteur paralysé !

par Abdellah EL MOUTAWAKIL – lopinion.ma – 06/01/2022

Location de voitures : Rien ne va plus pour ce secteur paralysé !

Plus de 7.000 personnes exerçant dans les sociétés de location de véhicules ont perdu leur emploi au Maroc depuis le début du covid-19. Les professionnels du secteur sont désemparés et appellent à être inclus dans le contrat-programme conclu pour le secteur touristique.

Plus de 7.000 personnes exerçant dans les sociétés de location de véhicules ont perdu leur emploi au Maroc depuis le début du covid-19. Les professionnels du secteur sont désemparés et appellent à être inclus dans le contrat-programme conclu pour le secteur touristique.

Selon le président de la FLASCAM, au-delà de cette fermeture, une autre donne complique la tâche : les restrictions sur les festivités, notamment les cérémonies de mariage et autres déplacements de personnes en groupes, sont venues les priver du peu qu’ils espéraient gagner avec le marché intérieur.

Doléances

Lors de la rencontre avec la tutelle, il sera donc question de solliciter l’assistance du gouvernement sur plusieurs points. Le premier est de permettre aux opérateurs d’avoir de la visibilité sur les fermetures et réouvertures des frontières. Au vu de la recrudescence de la pandémie, notamment avec le variant Omicron, il parait très difficile d’avoir une réponse claire sur cette question.

« Nous demandons également à être intégrés immédiatement dans le contrat-programme signé avec les autres acteurs touristiques », réclame-t-on au sein de la FLASCAM. Pour eux, font-ils savoir, rien ne leur a été accordé dans le cadre des mesures de soutien mis en place par le Comité de veille économique (CVE) dès l’arrivée de la pandémie et son corollaire de crise économique sans précédent. La conception d’un nouveau cahier des charges figure également parmi les doléances des loueurs de voitures. « L’actuel cahier des charges date de 1997 et franchement, il n’est plus en phase avec l’évolution du Maroc d’aujourd’hui », déclare Tarik Dbilij.

Rééchelonner les crédits

Contrairement à bon nombre d’entreprises qui ont bénéficié des dispositifs « Damane Relance » et « Damane Oxygène », celles opérant dans la location automobile disent ne pas être favorisées par ce système. « Ce produit n’est pas adéquat avec notre secteur. Nous sommes en leasing et avons des affaires avec les établissements de crédit. Donc ce système n’est pas adapté pour nous », éclaire Tarik Dbilij, président de la FLASCAM. Pour cette dernière, c’est plutôt une garantie de la CCG qui est sollicitée, en plus d’un rééchelonnement des crédits bancaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.