Smart Agriculture, une nouvelle technologie au profit de l’agriculture marocaine

infomaroc.net – 17/01/2022

Au Maroc, l’agriculture reste encore traditionnelle et timide face à l’adoption des technologies de l’IOT et du Big data. C’est dans ce contexte, qu’un nouvel acteur de taille mondial vient de s’implanter au Maroc, Il s’agit de la société SupPlant. 

SupPlant offre aux agriculteurs nationaux, une nouvelle technologie « Smart Agriculture » pour leur permettre d’améliorer leur production, tout en baissant leurs coûts. 

Poussée par le développement de l’IOT (Internet Of Things qui désigne l’écosystème des objets connectés), depuis quelques années, l’agriculture connaît elle aussi, sa véritable transformation digitale.

Des technologies basées sur l’échange de très gros volumes d’informations entre systèmes connectés en réseau et l’exécution d’opérations sans intervention humaine permettent aux agriculteurs d’améliorer de manière incontestable leur productivité via une agriculture de précision.

Au Maroc, l’agriculture reste encore très traditionnelle en dépit des efforts de certains grands groupes privés et des pouvoirs publics pour sa modernisation, notamment à travers l’amélioration des techniques agricoles et une meilleure gestion des ressources.

Affirmer que l’agriculture marocaine est encore très timide face à l’adoption des technologies de l’IOT et du Big data n’est donc pas un euphémisme, même si certaines entreprises commencent à s’y intéresser de très près.

C’est dans ce contexte, encore très marqué par des barrières psychologiques et culturelles difficiles à surmonter, qu’un nouvel acteur de taille mondial vient de s’implanter au Maroc, pour offrir aux agro-entreprises marocaines ces nouvelles technologies et les accompagner à accéder aux bénéfices de la « Smart Agriculture ».Il s’agit de la société Israélienne SupPlant, via son partenaire marocain Rahatech.

Déjà présente sur les 6 continents dans une dizaine de pays, SupPlant se propose de mettre à la disposition des exploitants agricoles marocains, les informations et données les plus puissantes à même de leur permettre d’améliorer leur production, tout en baissant leurs coûts, notamment ceux liés à la consommation en eau.

En changeant le concept de base des méthodes d’irrigation et en se basant sur les besoins réels et instantanés des plantes, il est prouvé que la technologie SupPlant permet d’économiser l’eau à l’échelle mondiale tout en améliorant la productivité et les rendements.

Alors que les pratiques courantes en matière d’irrigation consistent à créer des protocoles d’irrigation locaux dans le cadre de recherches universitaires pluriannuelles ou à s’appuyer sur des protocoles de la FAO datant des années 80, la technologie brevetée de SupPlant d’irrigation autonome permet de développer en 6 semaines seulement, un protocole d’irrigation parfaitement personnalisé.

Le système unique au monde développé par SupPlant et basé sur l’Intelligence Artificielle utilise un algorithme avancé qui analyse les données collectées en direct sur les plantes et les sols, les croisentavec les conditions et les prévisions météorologiques, et les traduit en recommandations d’irrigation et en informations directement exploitables par l’agriculteur.
Des capteurs d’une grande fiabilité et précision, conçus et développés par SupPlant, sont placés au niveau du fruit, de la feuille, de la tige, du tronc, ainsi que dans le sol à différentes profondeurs, pour collecter toutes les 10 minutes, les besoins réels en eau de la plante, en fonction de son état de croissance.

Grâce à sa technologie et à sa forte présence dans le monde, SupPlant dispose aujourd’hui d’une base de près de 3 milliards de données, collectées sur une superficie agricole de 24 000 hectares et plus de 30 cultures. Ces données, combinées avec celles collectées en temps réel sur les exploitations agricoles, sont introduites dans l’algorithme de SupPlant sous la supervision d’une équipe d’ingénieurs agronomes.

Après traitement et analyse des données collectées, il est mis à la disposition des agriculteurs des informations et des recommandations d’irrigation de haute précision, à savoir quand, combien et comment irriguer, ce qui permet de garantir des récoltes saines et robustes avec une utilisation optimale de l’eau.

L’algorithme de SupPlant utilise les données en temps réel et fournit un plan d’irrigation hebdomadaire sur mesure qui élimine les incertitudes au niveau de la gestion de l’eau. Cela permet aux producteurs de maximiser le taux de croissance, la taille des fruits et la qualité de la récolte.
En surveillant le taux de croissance réel de l’arbre et sa réaction à l’irrigation, SupPlant peut détermineravec exactitude le moment où les arbres ont besoin davantage d’eau et quand ils en ont assez, de sorte que les agriculteurs n’ont jamais besoin de gaspiller une seule goutte.
De plus en plus d’agriculteurs sont confrontés à des phénomènes météorologiques extrêmes dus au changement climatique.En maîtrisant l’élément le plus stratégique et le plus sensible de la chaîne de valeur, à savoir la donnée, SupPlant arrive à guider les producteurs pour mieux gérer les vagues de chaleur et les gelées et ainsi, minimiser les risques depertes importantes.

Conscients de la diversité des tailles des entreprises et exploitations agricoles, les ingénieurs de SupPlant ont développé des solutions adaptées aux besoins de chaque profil d’agriculteurs. Des solutions d’irrigation simple, sans le recours aux capteurs ont aussi été développées.

Aussi, et pour dépasser la barrière du coût d’investissement à l’installation et au démarrage, le modèle commercial développé par SupPlant consiste en un abonnement de 200 $ par hectare et par an, pour bénéficier sans aucun apport initial en Capex d’une technologie de pointe, garante d’un résultat en termes de rendement de croissance et d’économie en ressources hydriques.

Les premiers contacts établis avec certains exploitants agricoles sont très prometteurs et des tests sur plusieurs dizaines d’hectares sont prêts à être lancés, notamment dans les régions d’Errachidia, d’Agadir, de Nador et de Moulay Bouselham sur les cultures de palmiers dattiers, d’avocatiers, de mandariniers et d’oliviers.

Des contacts ont été établis par ailleurs avec la Direction de l’irrigation et l’Agence de développement agricole, pour la recherche de pistes de coopération devant bénéficier en premier lieu aux agriculteurs nationaux mais aussi aux pouvoirs publics au vu de l’impact de ces technologies sur les économies des ressources en eau dans les zones sous stress.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.