Plusieurs bassins peinent à répondre aux besoins des Marocains en eau potable

par Zoubida Senoussi – fr.hespress.com – 06/03/2022

Un rapport du Ministère de l’Equipement et de l’Eau indique que le stock d’eau actuellement disponible dans les barrages permettra de sécuriser les besoins en eau potable de toutes les grandes villes alimentées par les barrages dans des conditions normales, à l’exception de celles de la Moulouya, Oum Er Rbia et de Tensift, ainsi que Ziz-Ghris, qui devrait connaître quelques difficultés d’approvisionnement compte tenu de la faiblesse actuelle du stock d’eau dans les barrages de ces bassins.

Dans ce contexte, Ali Shroud, un expert en climat, a déclaré que chacun des bassins mentionnés dans le rapport nécessite une étude de sa situation géographique, de sa géologie et de sa topographie, car Tensift est situé au nord-ouest du Royaume, tandis que la Moulouya passe du centre du pays entre le Moyen Atlas et le Haut Atlas jusqu’à la mer Méditerranée.

Concernant Oum Er Rbia, cette dernière prend sa source dans les régions de Khénifra dans le Moyen Atlas et jouxte le Haut Atlas et atteint l’océan Atlantique dans la région d’Azemmour, puis Ker Ziz Gris, qui vient de la région du Haut Atlas et alimente la région désertique.

Contacté par Hespress FR, l’expert en climat a fourni des détails sur chaque bassin séparément, notant que le bassin de Tensift prend sa source dans le Haut Atlas et se dirige au nord-ouest du Royaume vers l’océan Atlantique, indiquant que ce bassin « prend sa source d’un grand sommet et la plus grande chaîne de montagne qui alimente la brosse à eau.

« Le problème, c’est qu’elle est venue au nord de la chaîne de montagnes, qui est une zone qui connaît un temps sec à semi-sec. La quantité d’eau disponible est faible d’une part, et elle varie selon les saisons et les années », a-t-il déclaré, soulignant que « tout bassin  doit être traité comme un organisme vivant, et il doit être alimenté en eau pour que la boue ne s’échappe pas vers le barrage associé ».

Quant au bassin d’Oum Er Rbia, Shroud a expliqué qu’il provient des sources à Khenifra dans le Moyen Atlas et longe dans une direction est-ouest jusqu’à l’océan Atlantique, précisément dans la région d’Azemmour, expliquant qu’il est également alimenté par les eaux provenant du Haut Atlas.

Shroud a souligné que ce bassin « est adjacent à la plaine du Tadla, irriguant les plaines du Tadla et le sud de Khouribga, jusqu’aux régions d’Abda et de Doukkala, qui bénéficient de son niveau. Ainsi, il a une valeur importante et se déverse dans de grands barrages, ainsi que couvre de vastes zones agricoles ».

En ce qui concerne le bassin de la Moulouya, le climatologue a indiqué qu’il « a une caractéristique différente. Il est divisé en trois régions de la haute Moulouya, où sa source se situe entre la Méditerranée et le Grand Atlantique. Il passe dans une direction est-ouest pour atteindre le centre Moulouya et tourne dans une direction sud-nord pour rejoindre la mer Méditerranée ».

Le même porte-parole a expliqué que ce bassin « à sa source il y a beaucoup d’eau et un climat humide et pluvieux, atteignant la région centrale. Le climat change pour devenir semi-aride, et atteint les régions de Saidia. C’est ce qu’on appelle la Petite Moulouya, connue pour son climat tempéré ».

En ce qui concerne le bassin de Ziz-Ghris, il a dit qu’il y a une zone sèche qui connaît la montée en température, et passe par des zones sèches et même la qualité du sol change sur son chemin, donc le niveau de l’eau diminue, expliquant que ces bassins nécessitent « un gros investissement pour préserver cette eau grâce à des barrages afin qu’elle ne soit pas perdue dans les zones où le sol consomme de l’eau « .

Shroud a déclaré que « nous ne pouvons pas faire d’investissements sans études pour découvrir les mérites. Elle est liée aux espaces naturels, et pour chaque gisement géologique naturel, des équilibres géodynamiques doivent être étudiés pour nous permettre dans la gestion rationnelle et bonne des ressources en eau », appelant à la nécessité de « saisir l’opportunité d’enlever la boue dans les barrages et les reboisements à leurs hauteurs pour réduire l’érosion ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.