Archives d’Auteur

Michel Terrier

Un ancien d'Agadir revenu au pays.

Souss-Massa : la coopération entre la CCIS et le CRI déploie ses ailes

par Youssef – lesiteinfo.com – 10/06/2021

En vertu d’un accord de partenariat paraphé, ce jeudi, entre la CCIS et le CRI du Souss-Massa, la région sera dotée la mise en place d’un observatoire de l’économie régionale en plus de la création d’une cartographie commerciale et le lancement d’un système d’information géographique.

La coopération entre la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services (CCIS) de la région Souss-Massa et le Centre Régional d’Investissement (CRI) déploie ses ailes. Aux termes d’un accord de partenariat paraphé, ce jeudi, par Karim Achengli, Président de la CCIS, et Marouane Abdelati, Directeur Général du CRI de Souss-Massa, les deux organismes ont décidé de couronner leurs relations par un accord pérenne et formalisant leurs engagements en faveur du développement de l’Entrepreneuriat et de la promotion de l’investissement au niveau de la région Souss-Massa dans le cadre d’une convergence des actions. « La relation entre le CRI et la CCIS ne date pas d’aujourd’hui puisque le travail entre les deux partenaires est déjà entreprise. Cet accord couronne des années de coopération fructueuse avec cette institution afin mutualiser officiellement leurs efforts en matière du développement économique de la région » explique Marouane Abdelati, Directeur Général du CRI de Souss-Massa.  De son côté Karim Achengli, Président de la CCIS de la région Souss-Massa a souligné que « la CCIS de la région Souss-Massa a pris l’engagement, depuis plus de six années, de s’impliquer dans le sillage économique de la région et nouer ce partenariat avec le CRI.

Trois projets phares

Cet accord est basé sur des projets qui vont porter de la valeur ajoutée à l’acte d’investir et au tissu entrepreneurial dans le cadre de la synergie entre les deux institutions » souligne Karim Achengli, Président de la CCIS de la région Souss-Massa. Grâce à ce partenariat, la région sera dotée de trois projets phares. Il s’agit selon le DG du CRI « de la mise en place d’un observatoire de l’économie régionale qui permettra de cristalliser toutes les données économiques en plus de la création d’une cartographie commerciale et le lancement d’un système d’information géographique » ajoute-il. Ces trois projets combleront le déficit constaté en termes de données économiques, ce qui entrave le développement et le suivi de des différentes activités. « L’objectif aussi est doter la région de son propre cloud régional qui permettra de doter la région d’une base de données régionales avec un meilleur stockage des données » ajoute Karim Achengli. Les autres domaines de coopération, en vertu de cet accord, concerne, entre autres, la mutualisation des actions de marketing territorial, le développement de l’Investissement et l’amélioration du climat des affaires dans la Région en plus du développement de la coopération et le partenariat. A cela s’ajoute l’échange d’information et l’entraide en matière d’accueil et organisation des missions d’affaires et des B to B.

Le détail des engagements

En termes d’engagements, la CCIS-SM s’est engagée à co-organiser avec le CRI, des évènements dédiés à l’entrepreneuriat et à la promotion de l’investissement en plus de l’orientation des investisseurs vers le CRI pour accomplir les démarches nécessaires permettant la concrétisation de leurs projets. Il s’agit aussi de remonter au CRI les doléances, observations des ressortissants sur le circuit de création et d’investissement et mettre les informations recueillies auprès du CRI à la disposition des entreprises et ressortissants de la CCIS SM. Pour sa part, le CRI SM a pris l’engagement de mettre à la disposition de la CCIS-SM, de manière régulière, les informations relatives à la création d’entreprises et à la promotion de l’investissement lui permettant d’accomplir sa mission tout orientant les créateurs d’entreprise, les commerçants et les TPE en général vers les services d’appui et d’accompagnement de la CCIS SM. Par ailleurs, les membres du bureau de la chambre ont été pris part à cette signature. Pour Bachir Ahechmoud, deuxième vice-président de la CCIS, « Cette convention renforce le dynamisme de la CCIS qui est une force de proposition et un interlocuteur privilégié au niveau de la région des industriels, commerçants et prestataires de services» Bachir Ahechmoud, deuxième vice-président. De son côté, Mohamed El Moudene, Premier vice-président, a souligné que « la conclusion de ce partenariat favorise les synergies créés entre la CCIS et les différents acteurs régionaux y compris le CRI pour répondre aux attentes du tissu économique de la région ».

Deux nouvelles destinations soleil depuis l’aéroport de Charleroi

par Malik Hadrich – 7sur7.be – 10/06/2021

Les temps sont durs pour l’aéroport de Charleroi. Ses activités tournent au ralenti à cause du coronavirus. Un plan stratégique a d’ailleurs été validé par le Conseil d’Administration (CA) jusqu’en 2025. Une recapitalisation de 40 millions d’euros est également dans les cartons. Malgré cette situation compliquée, les compagnies aériennes continuent de faire confiance à Brussels South Charleroi Airport (BSCA).

Photo News

Essaouira (Maroc) et Paphos (Chypre) sont les deux nouvelles destinations au départ de l’aéroport de Charleroi. Elles seront inaugurées lors de la saison hiver 2021-2022. C’est la compagnie aérienne Ryanair qui assurera le transport. À raison de deux vols hebdomadaires: les jeudis et dimanches pour Essaouira ainsi que les mardis et samedis pour Paphos. Les villes seront reliées à Charleroi par les Boeing 737-800 de la compagnie, d’une capacité de 189 sièges.

Essaouira

L’aéroport international de Essaouira-Mogador sera desservi au départ de BSCA à partir du 31 octobre 2021 selon l’horaire suivant:

• Charleroi (06 heures 35) – Essaouira (10 heures 15)
• Essaouira (10 heures 40) – Charleroi (14 heures 20)

Essaouira est une ville portuaire et touristique située sur la côte Atlantique du Maroc. En bord de mer, sa médina est protégée par des remparts du XVIIIe siècle et ses fortifications offrent une vue magnifique sur l’océan.

Paphos

L’aéroport international de Paphos sera desservi au départ de BSCA à partir du 02 novembre 2021 selon l’horaire suivant:

> Mardi

• Charleroi (06 heures 45) – Paphos (11 heures 55)
• Paphos (12 heures 20) – Charleroi (15 heures 30)

> Samedi

• Charleroi (06 heures 40) – Paphos (11 heures 50)
• Paphos (12 heures 15) – Charleroi (15 heures 25)

Paphos est une ville située sur la côte sud-ouest de l’île méditerranéenne de Chypre. Habitée depuis le Néolithique, elle possède plusieurs sites liés au culte de la déesse Aphrodite, dont la mythologie fixe le lieu de naissance dans le vieux Paphos. Le nouveau Paphos est la ville moderne qui englobe le port, ainsi que les ruines antiques de tombeaux, de forteresses, de théâtres et de villas présentes dans le parc archéologique.

Offre complétée

Voilà de quoi réjouir le Chief Executive Officer (CEO) de BSCA, Philippe Verdonck: “Nous sommes ravis de voir que deux nouvelles destinations s’ajoutent aux nombreuses lignes proposées par Ryanair. Avec Essaouira et Paphos, nous complétons notre offre vers le Maroc et Chypre pour les passagers de Brussels South Charleroi Airport”.

En ce qui concerne le Maroc, Agadir, Al Hoceima, Casablanca, Fès, Marrakech, Nador, Oujda, Rabat et Tanger faisaient déjà partie du catalogue de l’aéroport carolo.

Par contre, c’est la première fois qu’un avion décollera de Charleroi pour atterrir à Chypre.

Maroc : des avocats s’accaparent des terres soulalyates

bladi.net – 10/06/2021

Maroc : des avocats s’accaparent des terres soulalyates

Des avocats marocains sont impliqués dans la vente illégale des terres soulalyates (collectives). Saisi, le ministre de la Justice s’est dit préoccupé et évoque l’ouverture d’une enquête.

Le phénomène de la vente illicite des terres soulalyates devient récurrent au royaume. Face à ce fléau favorisé par les contrats d’avocats, le ministère de la Justice a indiqué dans une note en date du 4 juin, avoir été prévenu par plusieurs « départements gouvernementaux ». Suite aux plaintes de « citoyens » frustrés, des investigations ont été menées, et prouvent que « le phénomène commence à revêtir une grande gravité, et à susciter une inquiétude croissante », a indiqué Mohamed Benabdelkder.

Cette pratique consiste en la cession illégale par des membres des communautés, des terrains soulalyates « dont ils avaient la jouissance, au profit de personnes étrangères à la collectivité ». Ce qui ne respecte pas la loi 62.17 relative à la tutelle administrative sur les collectivités soulaliyate, rapporte Medias24. « En examinant les pièces utilisées, le ministère a constaté que dans de nombreux cas, les opérations sont actées par des avocats agréés près la Cour de cassation dans le cadre de l’article 4 du code des droits réels ».

Au Sud du pays, ce fléau prend de l’ampleur dans les milieux juridiques et est même qualifié d’ « effroyable incendie » par le bâtonnier d’Agadir-Laâyoune-Guelmim, soulignant que même des arrestations ont été menées. Depuis 2011, « tous les actes relatifs au transfert de propriété ou à la création des autres droits réels ou leur cession, modification ou suppression doivent-sous peine de nullité-être établis par acte officiel ou par acte à date certaine établi par un avocat agréé près la Cour d’appel sauf disposition légale contraire ». Pour le respect de la loi régissant les biens des communautés soulalyate, une procédure particulière a été mise en place. Et son non-respect peut être passible d’un emprisonnement de 1 à 5 ans ou plus.

Covid-19/Maroc: 376 nouvelles infections dont 24 cas sévères annoncés ce jeudi

lematin.ma – 10/06/2021

Covid-19/Maroc: 376 nouvelles infections dont 24 cas sévères annoncés ce jeudi

Le ministère de la Santé a annoncé ce jeudi 376 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées au cours des dernières 24 heures. Ce bilan porte à 522.765 le nombre total des cas d’infection enregistrés dans le Royaume depuis l’apparition du premier cas en mars 2020, soit un taux d’incidence cumulée de 1436,9 pour 100.000 habitants (1 pour 100.000 habitants durant les dernières 24 heures).

Le département a également fait savoir que, depuis le lancement de la campagne nationale le 29 janvier dernier, la première dose du vaccin a été administrée à 9.359.017 personnes alors que 6.878.656 citoyens ont reçu la 2e dose.

Dans le classement par régions en nombre d’infections enregistrées au cours des dernières 24 heures, Casablanca-Settat occupe la tête du Top 5 avec 200 cas, suivie de Rabat-Salé-Kénitra avec 65 nouveaux cas. Marrakech-Safi et Souss-Massa occupent la 3et la 4e position ex-aequo avec 26 nouveaux cas alors que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma ferme le Top 5 avec 19 nouvelles infections.

Dans le classement journalier par villes, le Top 5 est composé de Casablanca (146 cas), Marrakech (21 cas), Rabat (19 cas), Salé (19 cas) et Nouaceur (14 cas)

Le ministère a également dénombré 341 patients déclarés complètement rétablis au cours des dernières 24 heures, soit un taux de rémission de 97,6%. A ce titre, le nombre total des rémissions a atteint à ce jour 510.299 cas.

Dans le même intervalle, 2 personnes ont perdu la vie Casablanca des suites du Covid-19, ce qui porte le bilan total des décès à 9.192 cas, alors que le taux de létalité reste stabilisé à 1,8%.

Ces décès sont survenus à Skhitrat-Temara (1) et Tinghir (1).

Par ailleurs, le nombre des tests réalisés durant les dernières 24 heures a atteint 9.189 portant ainsi à 6.079.920 le total des tests effectués à ce jour dans le Royaume.

Pour sa part, le nombre des cas actifs s’établit aujourd’hui à 3.274 personnes, dont 211 cas sévères ou critiques (soit 24 cas recensés durant les dernières 24 heures), parmi lesquels 8 sont placés sous intubation.

Voici dans le détail la répartition géographique des 376 nouveaux cas par régions et provinces

  • 200 cas à Casablanca-Settat : 146 à Casablanca, 14 à Nouaceur, 13 à Mohammedia, 7 à Settat, 6 à Berrechid, 6 à Mediouna, 4 à El Jadida, 3 à Benslimane et 1 à Sidi Bennour.
  • 65 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 19 à Rabat, 19 à Salé, 12 à Skhirat-Témara, 11 à Kénitra, 3 à Sidi Kacem et 1 à Sidi Slimane.
  • 26 cas à Marrakech-Safi : 21 à Marrakech, 2 à Safi, 2 à Rhamna et 1 à Chichaoua.
  • 26 cas à Souss-Massa : 12 à Inzegane-Aït Melloul, 10 à Agadir-Ida Outanane, 1 à Tiznit, 1 à Taroudant, 1 à Tata et 1 à Chtouka-Aït Baha.
  • 19 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 13 à Tanger-Asilah, 3 à M’Diq-Fnideq, 1 à Tétouan, 1 à Ouezzane et 1 à Chefchaouen.
  • 10 cas à Drâa-Tafilalet : 5 à Errachidia, 4 à Zagora et 1 à Tinghir.
  • 7 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La Totalité à Oued Eddahab.
  • 6 cas dans L’Oriental : 3 à Driouch, 1 à Berkane, 1 à Guercif et 1 à Nador.
  • 6 cas à Fès-Meknès : 2 à Fès, 2 à Meknès, 1 à Taounate et 1 à Ifrane.
  • 6 cas à Beni Mellal-Khénifra : La totalité à Khouribga.
  • 4 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 2 à Laâyoune et 2 à Tarfaya.
  • 1 cas à Guelmim-Oued Noun : à Guelmim.

Ouverture frontières Maroc : TUI fly desservira 7 villes au départ de Lille

tourmag.com – 10/06/2021

TUI fly annonce la reprise des vols vers le Maroc dès le 16 juin au départ de l’aéroport de Lille. La compagnie desservira : Casablanca, Nador, Agadir, Marrakech, Oujda, Tanger et Fès. Le Maroc a en effet annoncé la réouverture de ses frontières à partir du 15 juin 2021.

Après que le ministère marocain des affaires étrangères a confirmé récemment que le Royaume du Maroc rouvrirait bien ses aéroports pour les déplacements internationaux à compter du 15 juin prochain, la compagnie TUI fly annonce qu’elle desservira au départ de Lille 7 villes au Maroc dont 2 nouvelles destinations touristiques : Tanger et Fès.

La compagnie TUI fly proposera en effet à compter du 16 juin, des vols directs vers :

– Casablanca, des vols les mercredis et samedis à partir du 16 juin
– Nador, des vols les jeudis à partir du 17 juin, avec un second vol hebdomadaire les mardis à compter du 20 juillet
– Agadir, vols les mercredis et les dimanches à partir du 20 juin
– Marrakech, vols les jeudis et les dimanches à partir du 20 juin
– Oujda, vols les jeudis à partir du 1er juillet, avec un second vol hebdomadaire les dimanches à partir du 11 juillet

Deux nouvelles lignes seront également inaugurées à l’occasion de la reprise des vols
– Tanger, vols les jeudis à partir du 17 juin
– Fès, vols les vendredis à partir du 18 juin

Agadir : L’ADA lance une initiative pour la promotion des produits du terroir

mapexpress.ma – 10/06/2021

Agadir: L’ADA lance une initiative pour la promotion des produits du terroir

L’Agence pour le Développement Agricole (ADA) a lancé jeudi à Agadir, une initiative visant la promotion de la commercialisation des produits du terroir.

Il s’agit de la mise en place d’un Kiosque au profit des coopératives, afin de les aider à commercialiser leurs produits du terroir, en cette période difficile de la Covid-19.

“Ce nouveau concept souhaite soutenir les coopératives agricoles qui ont été confrontées à de maintes difficultés commerciales dues à l’annulation des Foires et des Salons”, a indiqué Mahjouba Chkail, chef de division de la promotion des produits du terroir à l’ADA.

Le lancement de cette initiative coïncide avec le début de la saison estivale, ce qui assurera une meilleure commercialisation de ces produits, surtout que le kiosque se trouve à la corniche, un endroit très prisé, aussi bien par les habitants que les visiteurs d’Agadir, a relevé Mme Chkail dans une déclaration à la MAP.

D’une superficie de 45m3, ledit kiosque rassemble les produits de plus de 60 coopératives, à des prix très abordables, selon la responsable qui précise que ce projet sera généralisé dans d’autres villes du Royaume, et la prochaine destination sera Rabat.

Pour sa part, M. Abdelwahed (un client) s’est félicité de cette initiative qui permettra aux coopératives de commercialiser leurs produits et reprendre des couleurs avec une longue période de répit forcé.

Malgré la pandémie, l’ADA a multiplié ses efforts en renforçant la promotion des produits du terroir au niveau des grandes et des moyennes surfaces, en organisant le Concours Marocain des Produits du Terroir pour encourager les coopératives et en travaillant activement sur la mise en place prochaine d’un nouveau site web dédié exclusivement à la promotion électronique des produits du terroir.

Ce portail souhaite mettre en relation les producteurs de terroir et les consommateurs nationaux et internationaux, ce qui se répercutera d’une manière très positive sur les GIE (Groupements d’intérêts économiques) et les coopératives.

Nouveau pôle urbain d’Agadir : l’enquête publique lancée

par Yassine Saber – leseco.ma – 10/06/2021

L’enquête publique sera ouverte du 21 juin au 23 juillet 2021 à la commune urbaine d’Agadir. Elle couronne la réflexion déjà initiée depuis l’année 2018 dans le cadre du processus d’élaboration de ce plan.

Etalé sur une superficie de 1.200 hectares, le plan d’aménagement du nouveau pôle urbain d’Agadir qui couvre toute la zone jouxtant le grand stade d’Agadir a été soumis à la procédure de l’enquête publique par l’Agence urbaine d’Agadir (AUA).

Cette enquête publique sera ouverte, du 21 juin au 23 juillet 2021, à la commune urbaine d’Agadir. Cette procédure permettra à la population, de consulter, durant un mois, le dossier d’enquête et de recueillir les observations et oppositions du public dans le registre d’enquête durant les horaires officielles de travail. De ce fait, cette soumission vient couronner la réflexion initiée en 2018 dans le cadre du processus d’élaboration de ce plan.

Pour rappel, ce plan d’aménagement constitue une déclinaison des options du Master Plan concerté de la Cité de la santé, du sport et de l’urbanité précédemment établi par les services de l’Agence urbaine d’Agadir. Il vise à développer une zone urbaine accompagnant la nouvelle dynamique d’investissement, à travers la projection de secteurs pouvant accueillir de nouvelles activités en adéquation avec les vocations actuelles d’Agadir, et ayant la capacité suffisante pour rattraper le déficit en matière d’équipements dédiés aux projets publics et privés dans les domaines de sport, santé, formation, et recherche universitaire.

L’aire d’aménagement du nouveau pôle urbain
Dans ce sens, l’aire d’aménagement du nouveau pôle urbain d’Agadir revêt un positionnement stratégique au sein de l’armature urbaine de l’agglomération du Grand Agadir. D’une part, cette zone constitue une réserve foncière pour répondre aux enjeux de développement et aux besoins de la ville en matière d’équipements et d’infrastructures.

D’autre part, cette zone englobe déjà des infrastructures structurantes tel que le Grand stade d’Agadir, le Centre hospitalier universitaire, en cour de finalisation, et des écoles supérieurs telles que la Faculté de médecine et de pharmacie, l’École nationale des sciences appliquées (ENSA). À cela s’ajoute des projets relevant du secteur privé. Conçu sur la base d’une mixité fonctionnelle favorisant la multi-polarité, le nouveau pôle urbain est décliné dans le détail en trois pôles.

Trois pôles au programme
Il s’agit du pôle sport, d’environ 429 hectares, autour du grand stade d’Agadir, un pôle santé-formation d’environ 339 hectares aux alentours du CHU, et une zone d’urbanisation différée à proximité de la zone dédiée à la gare multimodale projetée par le Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Agadir (SDAU). Articulé autour de ces trois pôles, ce plan d’aménagement jouera donc un rôle déterminant pour le développement de cette zone, souvent convoitée par les projets d’investissement, et permettra ainsi d’orienter et de maîtriser son aménagement.

Par ailleurs, ce document s’inscrit dans le cadre d’une planification urbaine permettant de répondre aux nouveaux enjeux du développement urbain. Ceci se manifeste à travers des dispositions réglementaires renouvelées, flexibles, prônant la liberté d’expression architecturale, et adaptées aux activités projetées au niveau de cette nouvelle centralité urbaine à vocations métropolitaines.

Nouveau pôle urbain : les projets prennent forme
Outre le CHU et l’hôpital psychiatrique, on retrouve parmi les projets les plus avancés dans cette zone l’Agadir International Training Center, spécialisé dans le domaine de la sécurité au travail et l’industrie, qui en est au stade des finitions.

Figurent également dans cette zone la réalisation par le Groupe Akdital de son projet hospitalier à Agadir en plus de la réalisation de Kitea Géant, qui sera opérationnel d’ici avril 2022. Étalé sur une assiette foncière de cinq hectares dont 2.700 m2 sous forme de surface développée, l’enseigne d’ameublement a reçu son autorisation de construire (n°07/05/2020) le 15 décembre dernier.

Aujourd’hui, le projet en est au stade des travaux de terrassement. On y trouve aussi une Académie de formation dans les métiers de la santé, sur une superficie de 4.723 m², ainsi qu’un établissement d’enseignement privé et d’autres projets d’animation sportive. 

Certificats de vie, Pass sanitaire, Conditions d’accès en France

                                                                                                   

                                BULLETIN D’INFORMATION N°1


Chers Compatriotes, chers amis,

Nous avons l’honneur de vous communiquer les informations suivantes :

CERTIFICATS DE VIE 
Comme suite à la loi de simplification des procédures administratives, les autorités marocaines n’authentifient plus les certificats de vie. Dans l’attente de nouvelles dispositions actuellement étudiées par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, vous pouvez vous adresser au Consulat Général, en prenant rendez-vous avec le bureau des affaires sociales.

PASS VACCINAL CONTRE LA COVID
Le Maroc l’a instauré depuis le 7 juin. Vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien. (pour le titre de séjour, ne pas saisir le premier 0). Il vous permet de circuler dans tout le Royaume sans restrictions et après l’heure du couvre-feu.

CONDITIONS POUR ENTRER EN FRANCE

RAPPEL Aucun motif impérieux n’est exigé pour les ressortissants Français, leurs conjoints et leurs enfants.


  
                                                     Fidèlement Vôtres,

                        Catherine TRIBOUART et Jean-Claude ROZIER 

          Conseillers des Français de l’Etranger Agadir-Souss-Massa

Vacances au Maroc : les professionnels attendent impatiemment les MRE

bladi.net – 09/06/2021

Vacances au Maroc : les professionnels attendent impatiemment les MRE

Le tourisme national reprend progressivement au Maroc. Avec l’allègement des mesures restrictives, les Marocains n’hésitent pas à s’offrir quelques virées dans les villes du sud du royaume, au grand bonheur des opérateurs touristiques qui attendent impatiemment l’arrivée des MRE.

Les hôtels et auberges des villes d’Agadir, de Ouarzazate et de Marrakech ont reçu début juin, la visite de quelques touristes nationaux, en attendant la réouverture des frontières aériennes pour permettre l’arrivée des touristes étrangers. Mais déjà, les acteurs touristiques comptent sur l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour relancer leurs activités, rapporte Hespress. Les professionnels du secteur touristique des villes de Tinghir, Ouarzazate, Midelt et Merzouga misent aussi sur l’arrivée dès ce 15 juin, des MRE pour relancer le secteur, resté à l’agonie depuis l’année dernière.

Plusieurs acteurs touristiques ont exprimé sur les réseaux sociaux leur crainte quant à la mise en quarantaine de 10 jours imposée aux MRE en provenance d’Amérique latine et d’Asie, estimant que cette charge supplémentaire, qui vient s’ajouter au prix d’achat déjà élevé des billets d’avion, risque d’émousser l’envie de ces derniers de rentrer au Maroc.

Par ailleurs, certains opérateurs touristiques ont salué l’allègement des mesures restrictives, notamment la prorogation de la durée du couvre-feu jusqu’à 23 heures, la délivrance du pass vaccinal pour faciliter le déplacement des Marocains, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national.

Le Maroc a annoncé la reprise des vols de et vers le Maroc à partir du 15 juin, dans le respect du protocole sanitaire en vigueur, afin de limiter la propagation du coronavirus.

Le Maroc rouvre ses frontières aux voyageurs internationaux

moroccomail.fr – 09/06/2021

A partir du 15 juin 2021, les vols internationaux vers le Maroc reprendront et les voyageurs en provenance des principaux marchés sources touristiques auront accès au territoire marocain s’ils disposent d’un certificat de vaccination et/ou d’un test PCR négatif au moins 48 heures avant la date d’entrée sur le territoire marocain.

Les pays concernés sont tous les pays de l’Union européenne (à l’exception de la Lituanie), le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, la Russie, la Chine et tout pays membre de l’ONU qui ne figure pas sur la liste B du ministère marocain de la santé (liste B disponible sur demande).

L’Office national marocain du tourisme (ONTM) souhaite vivement que le pays figure sur la liste des voyages verts du Royaume-Uni, en raison des faibles taux de covidés et du succès du programme de vaccination qui a permis à plus de 9 millions de personnes de recevoir au moins un vaccin sur une population cible de 25 millions. Actuellement, le Maroc ne compte que 2500 cas actifs après l’extension des campagnes de vaccination dans le pays et le programme de vaccination est le meilleur d’Afrique.

Jamal Kilito, directeur de MNTO pour le Royaume-Uni et l’Irlande, a déclaré : « Alors que nous sortons de la pandémie, nous sommes impatients d’accueillir les voyageurs au Royaume du Maroc, où ils pourront vivre une expérience touristique exceptionnelle en toute sérénité. Avec des mesures de santé et de sécurité sûres en place, nous sommes convaincus que nous pouvons reconstruire notre industrie du tourisme et fournir aux voyageurs le chaleureux accueil marocain qu’ils ont toujours apprécié et nous encourageons autant de visiteurs que possible à redécouvrir cette magnifique destination cet été. »

Le Maroc offre authenticité et diversité, et donne aux voyageurs l’occasion de découvrir une culture chargée d’histoire. Outre les destinations populaires de Marrakech, Agadir et Fès, le pays offre aux visiteurs des expériences accessibles dans le désert, des randonnées dans les montagnes de l’Atlas, de nombreuses plages et des sports nautiques, ainsi que la détente et des paysages pittoresques, le tout sur fond des meilleures normes sanitaires.

Les températures attendues pour la journée du jeudi 10 juin 2021

fr.hespress.com – 10/06/2021

Les températures attendues pour la journée du jeudi 10 juin 2021

Ci-après les températures minimales et maximales attendues pour la journée du jeudi 10 juin 2021 telles qu’établies par la Direction générale de la Météorologie (DGM)

Min Max

– Oujda 18 33

– Bouarfa 21 34

– Al Hoceima 19 26

– Tétouan 19 27

– Sebta 18 26

– Mellilia 17 25

– Tanger 18 28

– Kénitra 16 32

– Rabat 17 29

– Casablanca 17 27

– El Jadida 18 28

– Settat 21 37

– Safi 19 28

– Khouribga 22 38

– Béni Mellal 23 40

– Marrakech 24 41

– Meknès 19 37

– Fès 20 38

– Ifrane 17 29

– Taounate 20 38

– Errachidia 24 38

– Ouarzazate 24 37

– Agadir 22 36

– Essaouira 22 30

– Laâyoune 22 36

– Smara 26 43

– Dakhla 19 25

– Aousserd 28 46

– Lagouira 24 35.

Pêche au poulpe : La saison estivale s’ouvre le 16 juin

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 09/06/2021

Pêche au poulpe : La saison estivale s’ouvre le 16 juin

La saison estivale de la pêche du poulpe sera ouverte le mercredi 16 juin prochain à 00h, a annoncé une décision du département de la Pêche maritime publié lundi. Dans les détails, et selon ladite décision, à partir du 16 juin, les barques et les navires de la pêche côtière et artisanale vont mettre le cap sur la zone maritime comprise entre Sid L’Ghazi (province de Boujdour) et Cap Blanc à l’extrême sud-ouest du Royaume. Ledit doucement paraphé par Zakia Driouich, secrétaire générale du ministère de la pêche maritime, revient également en détail sur les dates autorisées aux navires et chalutiers pour accéder à la zone concernée située au sud de Sid L’Ghazi, et qui vont faire le départ des ports d’Agadir, Tan-Tan et Laâyoune.

Par ailleurs, pour la réussite de cette campagne estivale, une série de mesures a déjà été instaurée pour assurer la durabilité de cette ressource, dont la création de commissions au niveau des différentes circonscriptions et comprennent le délégué de la pêche maritime, en tant que président, et deux membres désignés par la Chambre de la pêche maritime représentant la pêche artisanale et côtière, ainsi que le représentant de l’Office national des pêches (ONP) et d’autres représentations professionnelles le cas échéant. Parmi les missions de ces commissions, figure la rationalisation de l’activité de pêche pour éviter l’épuisement du quota des captures de poulpe fixé et ce, sur la base de la répartition fondée sur les résultats des données d’exploitation et l’effort de pêche au niveau de la circonscription.
Notons que selon les chiffres fournis par la délégation des pêches maritimes à Dakhla, les débarquements enregistrés lors de la dernière saison hivernale de la pêche au poulpe au niveau des quatre villages de pêche de Lassarga, Labouirda, Ntirifet et Imoutlane correspondent à 99,55% du quota global (6.760 t), fixé pour le segment de la pêche artisanale pour cette campagne.

S’agissant de la répartition de ce quota par site, la même source fait savoir que plus de 2.551 t de poulpes, soit une valeur de plus de 243,61 MDH, ont été débarqués au village de pêcheurs Lassarga, plus de 1.925 t à Ntirifet (plus 162,46 MDH), plus de 1.628 t à Lbouirda (plus de 142,40 MDH) et plus de 624 t à Imoutlane (plus de 51,38 MDH). Le prix moyen du kg de poulpe aux halles de poissons dans les quatre villages de pêche a été d’environ 89,14 DH, précise la même source. Quelque 3.083 barques de pêche artisanale opèrent au niveau des quatre villages de pêcheurs, dont 1.169 à Lassarga, 746 à Labouirda, 883 à Ntirift et 285 barques à Imoutlane.

Le quota global de poulpe pour la dernière saison hivernale, qui a duré du 1er janvier au 15 avril 2021, a été fixé à 26.000 tonnes, réparti sur les trois segments de pêche, à savoir 16.380 tonnes pour le segment hauturier, 2.860 t pour le segment côtier et 6.760 pour le segment artisanal à Dakhla.

Le Maroc autorise de nouveau les vols internationaux

Par Luc Citrinot – voyages-d-affaires.com – 09/06/2021

Le Maroc se prépare à autoriser de nouveau les vols internationaux depuis ses principaux aéroports. Il en sera de même pour les liaisons maritimes. La date est fixée au 15 juin et seront habilités à venir les ressortissants marocains ainsi que les étrangers avec un test PCR négatif ou vaccinés.

maroc-rabat-casbah-oudaias
Au confluent du fleuve Bouregreg et de l’Atlantique, la casbah des Oudaïas, cœur historique de Rabat.

Le Ministère des affaires étrangères marocain a confirmé que le Royaume du Maroc allait bien rouvrir ses aéroports et ses ports pour les déplacements internationaux à compter du 15 juin. La mesure a été décidée alors que l’épidémie de covid semble désormais sous contrôle. Le Maroc a également vacciné près de dix millions de ses ressortissants.

La communauté marocaine vivant à l’étranger pourra donc revenir dans le pays tout comme tous les voyageurs étrangers. Seules conditions: avoir été vacciné contre le Covid-19 ou présenter un test de dépistage négatif du coronavirus. L’ouverture du pays est seulement possible aux ressortissants étrangers figurant sur une liste A du ministère. Ce qui inclut notamment la France, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.

Transavia revient en force

Cependant, ne sont considérées comme valides à l’entrée dans le royaume chérifien les personnes vaccinées depuis quatre semaines et/ou munies d’un test PCR. Celui-ci doit avoir une validité de moins de 48 heures. Le ministère indique que tous les aéroports internationaux sont de nouveau ouverts aux vols en provenance de l’étranger. Pour le maritimeseules sont autorisées les lignes au départ des ports de Sète et de Gênes.

Au départ de France, les compagnies aériennes Air France, Royal Air Maroc, Easyjet, Air Arabia Maroc, Volotea, Ryanair et Transavia. Cette dernière vient de confirmer la reprise de ses vols à partir du 15 juin depuis cinq aéroports français.

Depuis Paris-Orly, Transavia se posera à Agadir, Casablanca, Marrakech, Oujda, Rabat et Tanger. De Lyon, elle desservira Agadir, Marrakech et Oujda; de Montpellier elle ira sur Marrakech et de Nantes sur Agadir, Casablanca et Marrakech. Enfin, Transavia proposera également un vol entre Bastia et Fès.

Agadir : le théâtre de verdure s’offre un lifting

par Yassine Saber – leseco.ma – 09/06/2021

Outre la mise en valeur de la façade du théâtre de verdure d’Agadir, les travaux consistent en la refonte des lots techniques et architecturaux.

À Agadir, sur l’avenue Mohammed V actuellement en cours d’aménagement, le théâtre de verdure fait peau neuve. Les travaux de réhabilitation de cette structure culturelle ont déjà été lancés, après l’adjudication de l’appel d’offres afférent à cette opération. Outre la mise en valeur de la façade qui sera mise en lumière, les travaux consistent en la refonte des lots techniques et architecturaux.

Dans le détail, il s’agit de la reprise de l’étanchéité de la toiture de cette structure culturelle et de son réseau électrique et d’extraction d’air et de climatisation. Il s’agit aussi de l’éclairage de la scène et la mise aux normes de la sécurité incendie via l’installation de la vidéosurveillance, et la mise à niveau de ses gradins à travers leur équipement, en plus des traitements des espaces verts.

Maître d’ouvrage du projet, la Société de développement local (SDL) Agadir Souss-Massa Aménagement a confié ces travaux de réhabilitation à l’entreprise 2GCTP.

Cette mise à niveau, faut-il le rappeler, s’inscrit dans le cadre de la promotion culturelle et la mise en valeur du patrimoine et des lieux de culte du programme de développement urbain (PDU) de la ville d’Agadir, étalé sur la période 2020-2024.

À proximité du Grand théâtre d’Agadir
Dans la même zone, le projet du Grand théâtre d’Agadir, d’une capacité de 1.000 places, sera réalisé sur un terrain domanial d’environ 2 hectares limitrophe du théâtre de verdure d’Agadir et du musée amazigh. C’est la société Al Omrane Agadir Souss-Massa qui a été chargée de réaliser ce projet culturel qui mobilisera un investissement de 80 MDH, dont 60 MDH seront alloués par le ministère de la Culture d’ici 2024.

De leur côté, le Conseil régional du Souss-Massa et la Commune urbaine d’Agadir ont mobilisé 10 MDH chacune pour le financement de ce projet qui s’inscrit également dans le cadre du PDU de la ville d’Agadir (2020-2024). Cette zone qui sera le cœur battant culturel de la ville verra aussi la réalisation du Musée du patrimoine amazigh sur 2.200 m² couvert.

L’ancien siège de BAM reconverti en musée
Par ailleurs, le projet de reconversion et de réhabilitation de l’ancien siège de Bank Al-Maghrib en musée a été également lancé. Construit en 1950, ce bâtiment conçu par l’architecte François Louis Lemarié (1902-1996) est resté quasiment intact lors du séisme du 29 février 1960 grâce à des fondations s’apparentant à des structures parasismiques.

Après avoir abrité les services de la banque centrale dans le passé, il fait l’objet d’une opération de réhabilitation selon sa typologie initiale, mais cette fois-ci avec une nouvelle vocation muséale. La conception de ce projet a été confiée à l’architecte Rachid Andaloussi, l’ingénierie culturelle au cabinet Bouillon de Culture, tandis que la scénographie est revenue au studio Adeline Rispal.

Le parcours de visite comportera plusieurs sections consacrées au choc du séisme, à la reconstruction et à l’urbanisme et l’architecture. Une salle polyvalente sera également créée pour les différents événements organisés par le musée et l’accès à la terrasse sera aménagé en café littéraire. Le ministère de l’Intérieur, à travers la Direction générale des collectivités territoriales (DGCT), a contribué au projet à hauteur de 25 MDH. Le Conseil régional Souss-Massa et Al Omrane Souss Massa participent, pour leur part, au projet respectivement à hauteur de 10 MDH et 5 MDH. La Commune urbaine a investi, quant à elle, 1,5 MDH. L’achèvement de ce chantier d’envergure est prévu pour début 2022. 

Destination Espagne: Les conditions pour y voyager à partir du Maroc

par Kenza Khatla – medias24.com – 08/06/2021

Le Maroc va entamer une ouverture progressive de ses frontières à partir du 15 juin 2021. L’Espagne a également annoncé un assouplissement des conditions d’entrée pour les voyageurs de l’Union Européenne et les ressortissants de pays tiers. Voici les conditions d’entrée en Espagne, à partir du Maroc.

L’Espagne a annoncé, lundi 7 juin 2021, l’assouplissement des conditions d’entrée pour les voyageurs en provenance de l’Union Européenne ou des pays tiers.

Au mardi 8 juin 2021, les conditions d’entrée en Espagne dépendent principalement de la situation sanitaire des pays de provenance, d’après un document du ministère espagnol de la santé.

Le Maroc ne figure pas dans la liste des pays considérés comme « à risque » par l’Espagne, publiée le 7 juin 2021 par celle-ci. Cette liste sera mise à jour chaque 7 jours, et sera publiée ICI. La mise à jour ne sera effective que 7 jours après sa publication, afin de permettre aux voyageurs, compagnies aériennes et maritimes et agences de voyages de s’adapter aux nouvelles mesures.

Pour quitter le Maroc vers l’Espagne, par voie aérienne, tous les passagers doivent remplir un formulaire de contrôle sanitaire avant leur départ, via l’application « SPTH » (Spain travel Health) ou via son site web. Ce document doit être rempli en français, anglais, espagnol ou allemand, et doit être finalisé 48 heures avant le vol. S’il n’est pas possible de le remplir dans l’une de ces quatre langues, ce document doit être accompagné d’une traduction en espagnol, réalisée par un organisme officiel.

Le document doit contenir les informations suivantes: le numéro d’un document d’identité (passeport, carte nationale d’identité, etc.), les informations sur le voyage (date d’arrivée, numéro de vol, compagnie, numéro de siège, etc.), les informations sur le séjour en Espagne, et une adresse e-mail. Les enfants de moins de 6 ans doivent également être munis d’un formulaire de contrôle sanitaire rempli.

Cliquez ici pour remplir le formulaire en Français.

Si tous les passagers appartiennent à la même famille, il est possible de remplir un seul formulaire pour tous les membres de la famille, en cliquant ICI. 

Après avoir rempli ce formulaire, le site « Spain Travel Health » ou l’application généreront un code QR individualisé (pour chaque voyageur/membre de la famille), qui peut être imprimé, ou téléchargé sur mobile. Il devra être présenté aux compagnies aériennes avant l’embarquement au Maroc, ainsi qu’aux contrôles sanitaires aux points d’entrée en Espagne. Il devra également être scanné à l’aide des appareils prévus à cet effet au niveau des aéroports espagnols.

Les passagers dont la destination finale est l’Espagne doivent subir un contrôle à leur arrivée. Celui-ci consiste en la mesure de la température (la température maximale ne doit pas dépasser 37,5 °C), un contrôle documentaire (du formulaire de contrôle sanitaire) et un contrôle visuel de leur état de santé. Les passagers qui arrivent en Espagne en transit vers un autre pays seront dispensés de ce contrôle lors du changement d’avion. Toutefois, si le transit implique le passage par des points de contrôle, ils doivent présenter leur QR Code, la carte d’embarquement ou le billet du vol suivant. Ces personnes ne peuvent en aucun cas quitter l’aéroport en attendant leur prochain vol.

Pour les voyageurs par voie maritime, le formulaire de contrôle sanitaire est différent. Il doit être rempli en cliquant ICI. A leur arrivée, ils devront également subir un contrôle (mesure de la température, contrôle documentaire et contrôle visuel de leur état de santé).

En cas de voyage par voie terrestre, aucun formulaire n’est exigé au mardi 8 juin, d’après le ministère espagnol de la santé.

Si un passager est suspecté d’être infecté au Covid-19 ou d’une autre pathologie pouvant présenter un risque pour la santé publique, lors du processus de contrôle sanitaire effectué à l’arrivée, une évaluation médicale sera réalisée. Un test de diagnostic peut également être effectué.

Notons que selon le ministère des Affaires étrangères, les Marocains vaccinés peuvent quitter le Maroc avec leur pass vaccinal. Selon la même source, les autorités marocaines considèrent les personnes comme vaccinées, 4 semaines après la 2e injection. 

Pour les personnes non vaccinéesune autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales est exigée.

Pour les étrangers résidant au Maroc et les étrangers de passage au Maroc, aucune autorisation exceptionnelle n’est exigée pour quitter le territoire national.

Réouverture des frontières: une responsable du MAE donne plus d’explications (VIDEO)

lesiteinfo.com – 08/06/2021

La Directrice de la diplomatie publique au sein du ministère des Affaires étrangères, de le Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a révélé que la reprise des vols des liaisons maritimes de et vers le Maroc, dès le 15 juin courant, est assujettie à plusieurs conditions. Ceci, sachant qu’il ne concernera que des cas exceptionnels puisque l’ouverture de l’espace aérien n’est pas encore complètement autorisée, vu l’état d’urgence sanitaire encore en vigueur.

Dans une déclaration à Radio 2M, Najlae Benmbarek a souligné que cette reprise progressive des vols et des liaisons maritimes a été permise grâce des indicateurs positifs en ce qui concerne la situation épidémiologique dans le Royaume. Indicateurs que confirment les résultats probants de la campagne nationale de vaccination contre la covid-19, a-t-elle assuré.

A une question concernant les compagnies aériennes autorisées à reprendre leurs activités de et vers le Maroc et s’il ne s’agira uniquement que de la RAM (Royal air Maroc) et d’Air Arabia, Najlae Beenmarek a répondu que « toutes les compagnies sont concernées et que les MRE ont le loisir d’opter pour la compagnie aérienne qu’ils désirent ».

Concernant l’obligation du PCR pour les Marocains désirant se rendre à l’étranger, ayant bénéficié de la vaccination et détenteurs du pass vaccinal, l’invitée de Radio 2M a insisté sur la nécessité absolue de se faire vacciner. Cependant le test de dépistage reste du ressort du pays hôte et dépend « si celui-ci figure ou non dans la liste A ».

De même que Najlae Benmbarek a tenu à souligner que les MRE et les touristes étrangers résidant dans des pays de la liste B, et désirant venir au Maroc, doivent être en possession d’une autorisation spéciale. Laquelle autorisation peut être obtenue auprès des ambassades et des consulats du Royaume à l’étranger. Ils doivent aussi présenter un certificat de PCR négatif de moins de 48 heures avant leur arrivée au Maroc. Un isolement sanitaire de 10 jours est aussi exigé et les frais de séjour dans des hôtels, dont le gouvernement fournira bientôt la liste, seront déboursés par les voyageurs, a conclu la responsable.

Maroc/Covid-19 : 6 nouveaux décès et 473 nouveaux cas d’infection en 24 heures

2m.ma – 08/06/2021

Maroc/Covid-19 : 6 nouveaux décès et 473 nouveaux cas d'infection en 24 heures

Six nouveaux décès et 473 nouveaux cas d’infection ont été recensés au Maroc en 24 heures jusqu’au mardi 8 juin 2021 à 16h, ce qui porte le bilan total des cas positifs à 522.003 depuis le premier cas signalé le 2 mars 2020, lit-on dans le Bulletin covid-19 quotidien du ministère de la Santé qui informe aussi que 9.341.497 personnes ont été vaccinées à ce jour (dose 1).

L’incidence cumulée est de 1434,9/100.000 habitants, et celle de 24h est de 1,3/100.000 habitants, selon le bulletin publié sur le site du Ministère.

Le nombre des nouveaux tests réalisés est 9.897, ajoute-t-on de même source, précisant que le nombre total des tests a atteint 6.060.835 depuis le début de la pandémie.

Les cas enregistrés en 24 heures ont concerné les régions suivantes : Casablanca-Settat (273),
Marrakech-Safi (34),
Rabat-Salé-Kénitra (69),
Tanger-Tétouan-Al Hoceima (27),
Souss-Massa (7),
Fès-Meknès (10),
Laâyoune-Sakia Hamra (11),
l’Oriental (17),
Guelmim-Oued Noun (2),
Daraa-Tafilalt (6),
Dakhla-Oued Eddahab (13) et 
Béni Mellal-Khénifra (4), 
précise le ministère.

Le nombre de morts s’établit à 9.187 depuis le premier décès enregistré le 10 mars dernier, est-il indiqué. Le taux de létalité s’établit à 1,8%.

Le Ministère a par ailleurs fait état de 383 nouvelles rémissions enregistrées en 24h. Le nombre total des personnes déclarées guéries s’établit désormais à 509.660 avec un taux de rémission de 97,6%.

214 cas admis dans les services de réanimation

De même, le nombre de cas actifs s’élève à 3.156 parmi lesquels 214 sont admis dans les unités de réanimation et de soins intensifs, dont 23 nouveaux cas de 24 heures.

Le nombre total des cas sous intubation s’établit à 8 et des cas sous ventilation non invasive à 90, a fait savoir le Ministère notant que le taux d’occupation des lits de réanimation Covid-19 s’établit à 6,7%.

Les prix de la pastèque plongent à 1 DH le kilogramme

par Abdelaziz Ghouibi – medias24.com – 08/06/2021

Les prix de la pastèque vendue au détail sur le marché local sont sur une tendance baissière forte depuis plus de deux semaines. Le prix négocié par la ménagère marocaine pour ce fruit varie désormais entre 1 et 1,50 DH/kg. Un niveau jugé trop bas par les professionnels, même si la période coïncide avec la pleine récolte dans quasiment toutes les régions de production. La même pastèque marocaine est cotée entre 1 et 1,10 euro le kilo sur le marché de Rungis, soit dix fois plus les prix pratiqués sur le marché local. 

Cela dit, même à l’export les prix sont en retrait par rapport à la dernière semaine. La tendance est visiblement généralisée à plusieurs origines, notamment Alméria (Espagne). «Cette semaine, les prix du melon et de la pastèque ont accusé une forte baisse», constate l’organisation agricole l’Asaja-Almeria qui précise que la chute a atteint plus de 30%. 

Comment en-est-on arrivé là ? Premièrement, il y a une baisse de la demande alimentée par une vague «d’information sur les résidus chimiques et l’utilisation de semences OGM»

Un constat que nuancent les professionnels. «Certes, ce fruit noir ou rayée a fait l’objet d’une campagne d’intox, souvent entretenue par la concurrence étrangère, mais toutes les assurances ont été fournies par les autorités de contrôle», tranche l’organisation des semenciers marocains.

Est-ce le détonateur qui déclenché la tendance baissière des prix de la pastèque ?  Ce qui est sûr c’est que le détournement du consommateur de ce fruit hautement rafraîchissant remonte au mois de mai dernier.

Il s’était porté en particulier sur la production de la région de Zagora, réputée pour sa précocité. Les premiers lots de la récolte ayant été négociés à 2 DH/Kg à la deuxième vente sur le marché de gros de Casablanca.

Aujourd’hui, la chute des prix devrait s’accentuer au fur et à mesure de l’avancée des récoltes, notamment dans les grandes régions de production.

Dans la zone sud (Souss-Draâ) la cueillette s’étale de la mi-mai jusqu’à fin juillet.

C’est la région où les superficies mais aussi les rendements enregistrent une croissance soutenue, malgré la rareté de la ressource hydrique. 

Dans l’Oriental, autre région de production de la pastèque, la récolte couvre la période mi-juillet-mi-septembre. Idem pour la région du Gharb.

Ainsi, l’entrée en production simultanée des différentes régions de production explique pour l’essentiel la chute des prix en cette période pré-estivale qui stimule en principe la consommation de la pastèque.  

A l’export, la dynamique n’est pas non plus reluisante, selon des professionnels. Pandémie du Coronavirus oblige, plusieurs marchés extérieurs, notamment européens, accordent la préférence aux produits locaux, en particulier ceux de proximité. C’est une tendance qui se généralise parmi les magasins de grande surface. Les produits en provenance de l’extérieur n’y trouvent place qu’en cas de forte baisse d’approvisionnement ou de pénurie annoncée.

L’eau le grand facteur limitant

La pastèque est considérée comme un fruit trop gourmand en eau.
Une étude de l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa-Draâ menée au niveau de la nappe phréatique de Faija, a révélé un déficit de 5 millions de m3 par an. L’étude a démontré également que l’irrigation de 200 ha de pastèques exige 10 millions de m3 d’eau, soit le volume pour couvrir les besoins de 1.000 ha de palmiers dattiers.  Une situation jugée inacceptable par plusieurs écologistes vu la rareté de la ressource. Cette situation de surexploitation des ressources hydriques à Zagora interpelle aujourd’hui la Stratégie d’aménagement et de développement des oasis.  Cette question a été déjà soulevée par le Conseil économique, social et environnemental  qui a constaté que « la gestion des ressources hydriques met en évidence l’absence de coordination entre le ministère chargé de l’Eau et le Conseil supérieur de l’eau et du climat.

Voyage insolite : nos 10 idées pour un séjour original

par NELLY BOURGET – ptitblog.net – 08/06/2021

Envie de changer vos habitudes ? Découvrez dans cet article notre sélection de 10 idées pour un voyage insolite.

1 – Un voyage insolite à bord d’un jet privé

https://pixabay.com/fr/photos/priv%C3%A9-avion-vol-voyage-aviation-3737528/

Et si votre séjour commençait dès l’embarquement ? Vivez une expérience hors du commun grâce à la location de jet privé pour vous rendre dans votre destination de vacances. Confort inimitable, flexibilité des horaires, services premium à bord… Profitez du luxe d’un jet privé pour vous offrir un voyage inoubliable.

2 – Une nuit d’évasion sur les toits de l’Europe

Source : Site internet de l’Hôtel Alta Peyra

Vous aimez les grands espaces ? Côtoyez les sommets de l’Europe en logeant à l’Hôtel 4 étoiles Alta Peyra à Saint Véran dans les Hautes Alpes. Situé à 2 060 mètres d’altitude, cet hôtel se trouve en plein cœur du parc naturel du Queyras. Très luxueux avec sa terrasse panoramique, son spa Nuxe et sa piscine chauffée, c’est l’endroit rêvé pour un voyage insolite en amoureux loin de l’agitation de la ville.

3 – Une cabane dans les arbres dans le Tarn et Garonne

Source : Site internet de Pella Roca

Si vous recherchez un voyage insolite en France, nos régions regorgent d’hébergements qui sortent de l’ordinaire. Dans le Quercy, Isabel et Maxime proposent aux voyageurs de loger dans une cabane dans les arbres grâce à leur concept Pella Roca. L’endroit idéal pour raviver son âme d’enfant le temps d’un week-end ! Dotées d’un sauna privatif et d’un jacuzzi écologique, ces cabanes ont tout le confort nécessaire pour un séjour d’exception.

4 – Un voyage insolite au Maroc à bord d’une montgolfière

Voyager en ballon vous a toujours fait rêver ? Réserver un voyage insolite au Maroc à bord d’une montgolfière est une expérience qui devrait vous plaire. Embarquez à Agadir et profitez d’une vue splendide sur tout le pays. Le voyage se fait en petits groupes pour garantir la meilleure sécurité possible pendant le vol. Évasion et dépaysement garantis pour petits et grands.

5 – Dormir dans une bulle en pleine nature

Pour une nuit romantique à la belle étoile, réservez une bulle ! Ces dômes transparents situés au cœur des grands espaces et à l’abri des regards sont de plus en plus en vogue pour les amateurs de voyage insolite en France. Profitez, par exemple, d’une vue à couper le souffle sur le Mont Blanc dans les bulles Nuit Nature à Combloux, un petit village situé à 15 minutes de Megève.

6 – Un voyage insolite dans un château

Source : Site internet du Château de Tennessus

Passionné de Moyen-Âge, vous cherchez un voyage insolite en France ? Vous serez ravi de passer une nuit dans le château de Tennessus à Amailloux (Poitou-Charentes). Pont-levis, ménestrels, décoration d’époque : tout y est pour un dépaysement totalement réussi. Pour des vacances insolites et ludiques en famille, vous pourrez profiter au château de nombreuses activités (tir à l’arc, visites guidées etc.).

7 – Dormir avec les loups : un voyage insolite et inoubliable

Source : Site internet du parc animalier des Pyrénées

Le parc animalier des Pyrénées propose des hébergements insolites pour observer ses petits protégés le temps d’une nuit ou d’un week-end. Confortablement installé dans l’un des chalets mis à disposition, vous pourrez observer les meutes de loups du parc en toute tranquillité. Une expérience qui ravira les esprits les plus aventuriers !

8 – Un voyage insolite à bord d’un train d’exception

Connaissez-vous le Venice Simplon Orient Express ? Ce train de légende relie les capitales les plus romantiques d’Europe. Un voyage insolite entre Venise et Londres à bord d’un train d’époque, qui vous fera remonter le temps avec ses somptueux décors et mobiliers. Le petit plus : profiter d’une cuisine raffinée qui évolue au fil des régions traversées.

9 – Voyager en van pour un road trip

Synonyme de liberté totale, le road trip est très en vogue aujourd’hui. De plus en plus d’entreprises de location de voitures proposent désormais des vans aménagés. Voyager en van permet de profiter d’une véritable connexion avec la nature. L’avantage de ce type de voyage est aussi de pouvoir se déplacer à sa guise, en fonction de ses envies mais aussi des éléments.

10 – Une nuit insolite à bord d’une roulotte

Et si vous vous mettiez dans la peau de Lucky Luke ou de Calamity Jane le temps d’un voyage insolite ? Passez la nuit à bord d’une roulotte aménagée dans une ambiance 100% western. Un hébergement de charme mis à disposition, la plupart du temps, par des particuliers qui proposent également le couvert.

MÉTÉO. IL FERA CHAUD, QUELQUES NUAGES PASSAGERS AU-DESSUS DU HAUT ATLAS, CE MERCREDI 9 JUIN 2021

fr.le360.ma – 09/06/2021

Marrakech - Menara - Météo
La Ménara, Marrakech. Ce vaste jardin planté d’oliviers fut aménagé sous la dynastie des Almohades (XIIe siècle -XIIIe siècle). Au cœur de ce jardin, un grand bassin au pied d’un pavillon sert à irriguer les cultures, avec un système hydraulique vieux de 700 ans. 
© Copyright : Vgenecr

Voici les prévisions météorologiques pour la journée du mercredi 9 juin 2021, établies par la Direction générale de la météorologie.

– Temps chaud à l’intérieur des terres au Sahara, dans le Souss et le Tafilalet et relativement chaud dans les plaines du Gharb.

– Des nuages à basse altitude s’accompagneront de formations brumeuses sur les côtes au nord ainsi que d’Agadir à Tarfaya.

– Ciel passagèrement nuageux au-dessus du Haut Atlas.

– Ailleurs au Maroc, il fera beau temps et le ciel sera clair à peu nuageux.

– Vent de secteur nord, modéré à assez fort dans le sud du Royaume, et faible à modéré dans le reste du pays.

– Mer belle à peu agitée en Méditerranée et dans le détroit, peu agitée entre Tanger et Rabat et agitée ailleurs.

– Voici les températures minimales et maximales prévues par la Direction générale de la météorologie pour la journée du mercredi 9 juin 2021.
 

Oujda : min (+19°C) ; max (+38°C)

Bouarfa : min (+24°C) ; max (+36°C)

Al Hoceïma : min (+19°C) ; max (+26°C)

Tétouan : min (+16°C) ; max (+28°C)

Sebta : min (+16°C) ; max (+26°C)

Mellilia : min (+17°C) ; max (+27°C)

Tanger : min (+20°C) ; max (+37°C)

Kénitra : min (+18°C) ; max (+28°C)

Rabat : min (+18°C) ; max (+31°C)

Casablanca : min (+18°C) ; max (+28°C)

El Jadida : min (+19°C) ; max (+29°C)

Settat : min (+22°C) ; max (+39°C)

Safi : min (+19°C) ; max (+38°C)

Khouribga : min (+22°C) ; max (+39°C)

Beni Mellal : min (+23°C) ; max (+40°C)

Marrakech : min (+25°C) ; max (+43°C)

Meknès : min (+22°C) ; max (+38°C)

Fès : min (+24°C) ; max (+39°C)

Ifrane : min (+16°C) ; max (+32°C)

Taounate : min (+25°C) ; max (+38°C)

Errachidia : min (+25°C) ; max (+38°C)

Ouarzazate : min (+23°C) ; max (+40°C)

Agadir : min (+18°C) ; max (+36°C)

Essaouira : min (+18°C) ; max (+36°C)

Laâyoune : min (+19°C) ; max (+38°C)

Smara : min (+24°C) ; max (+46°C)

Dakhla : min (+19°C) ; max (+31°C)

Aousserd : min (+31°C) ; max (+47°C)

Lagouira : min (+20°C) ; max (+28°C).

Très bien sur la Marina : Mamma Caterina !

Le 15 mai dernier, je vous présentais « La Bottega dei Sapori« , une supérette italienne à Agadir (https://wp.me/p6fgGS-dXl) gérée par Marika.
Savez-vous que c’est la même famille qui tient sur la Marina d’Agadir, le Restaurant Pizzeria Mamma Caterina, un très bon établissement avec un Chef italien qui prépare de la cuisine italienne, avec des produits italiens !

Nous y avons mangé plusieurs fois et c’était toujours excellent !

N’hésitez pas à y aller, vous risquez seulement de vous régaler !

Covid-19/Maroc : 104 nouvelles contaminations et 3 décès ce lundi

par Nabila Bakkass – lematin.ma – 07/06/2021

Covid-19/Maroc: 104 nouvelles contaminations et 3 décès ce lundi

Le ministère de la Santé a annoncé ce lundi 104 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées au cours des dernières 24 heures. Ce bilan porte à 521 530 le nombre total des cas d’infection enregistrés dans le Royaume depuis l’apparition du premier cas en mars 2020. Dans le même intervalle, 3 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19, ce qui porte le bilan total des décès à 9 181 cas. Le nombre de personnes déclarées guéries s’est, quant à lui, établi à 509 277, avec 194 nouvelles rémissions enregistrées durant les dernières 24 heures.

Le ministère a également fait savoir que, depuis le lancement de la campagne nationale le 29 janvier dernier, la première dose du vaccin a été administrée à 9 216 223 personnes tandis que 6 163 970 citoyens ont reçu la 2e dose.

Par ailleurs, le nombre des tests réalisés durant les dernières 24 heures a atteint 3 791 portant ainsi à 6 050 938 le total des tests effectués à ce jour dans le Royaume.

Voici dans le détail la répartition géographique des 104 nouveaux cas par régions et provinces :

  • 28 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 12 à Salé, 7 à Skhirat-Témara, 4 à Sidi Kacem, 4 à Rabat et 1 Kénitra.
  • 25 cas à Casablanca-Settat : 19 à Casablanca, 2 à Nouaceur, 2 à El Jadida, 1 à Settat et 1 Berrechid.
  • 15 cas à Souss-Massa : 10 à Agadir-Ida Outanane et 5 à Inzegane-Aït Melloul.
  • 11 cas à Marrakech-Safi : 10 à Marrakech et 1 à Al Haouz.
  • 8 cas à Fès-Meknès : 5 à Fès, 2 à Boulemane et 1 à Meknès.
  • 7 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La Totalité à Oued Eddahab.
  • 5 cas à l’Oriental : La totalité à Oujda-Angad
  • 2 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima : 1 à M’Diq-Fnideq et 1 à Tanger-Assilah
  • 1 cas à Laâyoune- Sakia El Hamra : Ce cas a été enregistré à Tarfaya.
  • 1 cas à Beni Mellal-Khénifra : Ce cas a été enregistré à Azilal.
  • 1 cas à Drâa- Tafilalet : Ce cas a été enregistré à Ouarzazate.

Ouverture frontières Maroc : Transavia confirme son programme de vols

tourmag.com – 07/06/2021

Des vols au départ de Paris, Lyon, Nantes, Montpellier et Bastia.

Transavia confirme son programme de vols au départ de Paris, Lyon, Nantes, Montpellier et Bastia vers le Maroc suite à l’annonce de la réouverture des frontières le 15 juin 2021.

Fort de la réouverture des frontières au Maroc le 15 juin,Transavia se tient prête à opérer son programme de vols - Photo Transavia

Alors que les autorités marocaines viennent d’annoncer la réouverture des frontières le 15 juin, Transavia confirme son programme de vols vers le Maroc (sous réserve de l’approbation des autorités locales).

Au départ de ses bases de Paris-Orly, Nantes-Atlantique, Lyon-Saint-Exupéry et Montpellier-Méditerranée, la filiale low-cost du groupe Air France permet de rallier les principales villes marocaines.

Transavia proposera 14 routes entre la France et le Maroc. Depuis Paris-Orly, la compagnie permet de relier Agadir, Casablanca, Oujda, Marrakech, Rabat et Tanger.

Sa clientèle lyonnaise peut, quant à elle, rejoindre Agadir, Oujda et Marrakech depuis l’aéroport de Lyon Saint- Exupéry. Les villes d’Agadir, Casablanca et Marrakech sont proposées au départ de Nantes.

Enfin, Transavia opère cet été des vols entre Montpellier et Marrakech et d’autres entre Bastia et Fès.

Faux dans les contrats d’avocats : Un « incendie effroyable » dans les régions du Sud

par Abdelali El Hourri – medias24.com – 07/06/2021

A Agadir, un affrontement judiciaire inédit oppose le barreau au ministère public. A l’origine, la décision imposant le visa préalable du bâtonnier sur les contrats rédigés par les avocats. Une démarche amorcée suite à la constatation de graves dérives à ce niveau. Logique en apparence, l’initiative est perçue comme « illégale » par le procureur général, qui en exige l’annulation.

Cette bataille se tient à la Cour d’appel d’Agadir. Une première audience a eu lieu le 2 juin, aboutissant sur un renvoi au 16 du même mois. Le recours du parquet est examiné en chambre de conseil. Son issue est attendue par les robes noires d’Agadir-Guelmim-Laâyoune, un des barreaux les plus importants du Royaume.

Modifié en 2013, le code des droits réels soumet les signatures d’avocats sur les contrats à la validation du greffe. Introduite dans le règlement intérieur de l’Ordre, une modification ajoute une autre condition : Avant l’homologation du greffier, l’acte doit passer par le visa du bâtonnier. Une soupape de vérification décriée par de nombreux observateurs, dont des « robes noires » issues du même barreau.

« Le bâtonnier n’a pas à se substituer au législateur. Le barreau n’a pas à nous imposer ce qui n’est pas prévu par la loi », lance un des avocats sollicités par Médias24.  Argument aux fondements du recours initié par le ministère public. Son représentant estime qu’étant une loi, le code des droits réels est hiérarchiquement supérieur au règlement intérieur de l’ordre des avocats. « Demain, si j’ai un acte à rédiger, je le ferai sans tenir compte de la décision du bâtonnier, mais en prenant les précautions nécessaires », ajoute notre interlocuteur sur un ton de défis.

Une proposition de loi bientôt déterrée ?

Une intervention législative, Malika Khalil a tenté de l’amorcer en 2019. Cette députée PAM, par ailleurs avocate au barreau d’Agadir, a déposé plusieurs propositions de lois en vue de soumettre les contrats d’avocats au contrôle du bâtonnier. Deux ans plus tard, le sujet redevient d’actualité. L’intéressée voudrait remettre ces textes sur la table. Elle annonce qu’ils seront « probablement programmés dans les prochaines semaines », nous dit-elle.

En attendant, Malika Khalil défend l’initiative de son bâtonnier. « La loi a reconnu de manière expresse le droit, pour les avocats, de rédiger des contrats. L’usage de ce droit a malheureusement connu des abus générant des poursuites contre des confrères. D’où la nécessité de contrôler davantage, et en amont, cette pratique. Il est préférable que ce contrôle émane d’un organe concerné par la profession, à savoir les services de l’Ordre », explique notre interlocutrice.

Pour la députée, l’approche répressive n’est pas suffisante. « On a récemment modifié le code pénal en aggravant les peines contre les faux en matière contractuelle. Cette démarche n’est pas tout à fait saine. Il faut agir sur les moyens de vérification, le seule validation du greffier ayant démontré ses limites ».

Une modification de la loi est-elle superflue ? C’est ce que pense d’autres observateurs. « Le barreau tend à agir sur des problématiques qui ont déjà des solutions légales. Pour les personnes lésées, la loi prévoit des possibilités de recours : Le premier, au civil, permet d’engager la responsabilité de l’avocat et de lui demander une réparation, sachant qu’il est assuré sur ce volet. Le deuxième, pénal, est envisageable en cas d’infraction telle que le faux, usage de faux, etc. Sans compter les poursuites disciplinaires enclenchées par le barreau », rappelle cet avocat, associé dans un grand cabinet d’affaires à Agadir.

« Effroyable incendie »

La décision du barreau divise. Le fond du problème, lui, est reconnu par tout le monde : Les abus existent et le phénomène est grave. Pour l’heure, nous n’avons pas pu en établir l’ampleur. Le bâtonnier Noureddine Khalil qualifie d’ « ’incendie effroyable » les « dérives » relevées par le barreau. Les « contrats rédigés par certains avocats sont devenus l’objet de toutes les discussions », lit-on dans une note parvenue à Médias24. Le bâtonnier justifie sa décision par « la nécessité d’agir « avant de perdre le contrôle de la situation ».

A Agadir, on se garde de trop s’épancher sur ces affaires. « Nous connaissons les noms et savons quand et comment cela a dérapé », confie laconiquement une avocate au barreau d’Agadir. En toile de fond, une relation « incestueuse entre les avocats et les écrivains publics ». Les premiers confient leurs cachets aux deuxièmes qui confectionnent des contrats. Les avocats ne font qu’apposer leur signature. La porte grande ouverte au faux et à la spoliation immobilière. On rapporte le cas d’un avocat ayant signé plus de 600 actes.

« Une cliente nous a sollicité sur un contrat rédigé par un avocat qu’elle n’a jamais rencontré, le document lui ayant été délivré par un écrivain public sous le coup d’une poursuite et en fuite à l’étranger », raconte une robe noire évoluant à Agadir.

Plusieurs avocats ont été arrêtés. Une source judiciaire nous interpelle sur les cas d’écrivains publics ayant « fait fortune » en usant du même procédé.

« Dans les régions du Sud, le phénomène est fortement concentré au niveau d’Inezgane où on retrouve beaucoup de terres agricoles, et où les titres de propriété sont rares. Autrement dit, beaucoup de risques. Il y a des gens qui veulent manger dans ce plat. A eux de prendre les précautions nécessaires », explique cet avocat, insistant sur les efforts d’investigation préalables à la conclusion du contrat. « La propriété est un droit constitutionnel, un droit de l’Homme. En tant qu’avocat, je dois être sûr que le vendeur est propriétaire, et que l’acheteur deviendra propriétaire ».

A l’université d’Ibn Zohr (Agadir), des chercheurs du laboratoire « Droit et société » ont mené une enquête épinglant les « lacunes » de « nombreux » contrats à date certaine. Médias24 reviendra ultérieurement sur le contenu de cette étude. On y détaille, en filigrane, ce qui ressemble parfois à une pratique organisée du faux, avec des modes opératoires qui diffèrent selon la nature de la transaction. Les auteurs alertent « le danger » qu’il y a à maintenir le statu quo, appelant par ailleurs à l’intervention du législateur.

Le sujet a un contexte : Trois ans après le coup de semonce royal, la spoliation immobilière demeure une réalité.  « Le phénomène a baissé de manière significative ces dernières années. Nous poursuivons les efforts pour l’annihiler de manière définitive », affirmait Mohammed Benabdelkader, intervenant il y a deux semaines devant le Parlement. Et d’annoncer le lancement d’une opération de recensement du foncier immatriculé mais délaissé (4.073 biens), cible privilégiée des prédateurs immobilier.

Agadir : les touristes russes sont de retour

Par Mohand Oubarka – le360.ma – 07/06/2021

Un groupe de 35 touristes russes est arrivé, dimanche 6 juin 2021, dans la capitale du Souss, après l’ouverture par la Russie de son espace aérien avec le Maroc, suite à l’amélioration de la situation épidémiologique dans le Royaume. Pour les opérateurs touristiques, cette arrivée est un réel motif d’espoir pour la suite de la saison estivale.

Dans le hall d’un établissement hôtelier à Agadir, l’ambiance est à la fête, ce dimanche 6 juin. Et pour cause, une délégation de touristes russes est arrivée sur les lieux, via un vol en provenance de Moscou.

Il va sans dire que pour les opérateurs touristiques de la capitale du Souss, ces séjours sont une véritable bouffée d’oxygène, après plusieurs mois de quasi-inactivité, due aux restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.

«La délégation, qui comprend 35 touristes russes, est la première du genre à Agadir, depuis la fermeture de l’espace aérien marocain à la plupart des vols internationaux», se réjouit Larbi Idboussaid, responsable d’un établissement hôtelier, dans une déclaration pour Le360. «Il était normal de leur réserver un accueil chaleureux», explique-t-il.

Le responsable ne manque pas de préciser que la direction de l’hôtel a mobilisé toutes ses capacités humaines et logistiques afin de recevoir les touristes russes dans les meilleures conditions. «Toutes les mesures de précaution recommandées par les pouvoirs publics pour éviter la propagation du Covid-19» ont été prises, assure notre interlocuteur, qui ne cache pas son optimisme pour la suite de la saison estivale.

«L’activité touristique devrait reprendre petit à petit à Agadir, après plus d’un an et demi de difficultés», souligne Larbi Idboussaid. Ce dernier précise que des lignes supplémentaires reliant la Russie au Maroc ouvriront prochainement. Ainsi, une ligne Moscou-Rabat sera lancée à partir du 10 juin prochain. Ces nouvelles liaisons contribueront à amener davantage de visiteurs en provenance de ce pays.

Du côté des touristes russes, la joie de se retrouver à Agadir, sous un soleil radieux, est palpable. «Nous avons été agréablement surpris par l’accueil chaleureux que l’on a eu en arrivant ici», témoigne Ana, une des touristes, pour Le360, et elle met en avant les mesures sanitaires prises par les autorités marocaines pour voyager en toute sécurité. «Je suis particulièrement contente d’être ici au Maroc, un pays où il fait beau et qui regorge de monuments historiques et de lieux touristiques à visiter et à découvrir», fait-elle savoir.

A l’instar de pays comme les Etats-Unis, le Canada, ou encore l’Arabie saoudite, la Russie ne figurait pas sur la liste des 54 pays à risque avec lesquels le Maroc avait suspendu ses liaisons aériennes.

Début à Agadir de l’exercice militaire « African Lion »

medias24.com – 08/06/2021

L’exercice combiné maroco-américain « African Lion 2021 » a été lancé lundi 7 juin. Il se poursuivra jusqu’au 18 juin 2021 dans les régions d’Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Mehbes, Tafraout, Ben Guérir et Kénitra.

Avec plus de 7.000 participants de neuf pays et de l’Otan, l’African Lion est le plus grand exercice du Commandement américain pour l’Afrique où la formation est axée sur l’amélioration de la préparation pour les forces américaines et des pays partenaires, indique un communiqué du Commandement américain pour l’Afrique (Africom).

African Lion 21 est un exercice multi-domaines, multi-composants et multinational, qui emploiera une gamme complète de capacités de mission dans le but de renforcer l’interopérabilité entre les pays partenaires et d’améliorer la capacité d’opérer dans le théâtre d’opérations africain, poursuit la même source.

Les activités d’African Lion sont réparties à travers le Maroc, de la base aérienne de Kénitra au nord à Tan-Tan et au complexe d’entraînement de Ben Guerir Labouhi plus au sud. Des activités se déroulent également au Sénégal et en Tunisie.

Un exercice d’entraînement aérien, coordonné par les forces aériennes américaines pour l’Europe et l’Afrique, mettra en vedette des manœuvres aériennes américaines et marocaines, notamment des bombardiers, des chasseurs et des ravitaillements en vol.

Les manœuvres navales comprennent un exercice de tirs navals et de multiples manœuvres en mer impliquant les marines américaine et marocaine et des capacités de réponse aux crises, explique le communiqué, notant que les aviateurs de l’US Air Force de la Garde nationale aérienne de l’Utah organiseront un événement d’assistance civique humanitaire au Maroc.

Ouverture des frontières

Encore quelques jours d’attente pour être fixés !

Les titres des journaux ne sont pas en parfait accord mais laissent prévoir une ouverture proche des frontières :

Covid-19 – Le Maroc va rouvrir ses frontières aux touristes le 15 juin

lindependant.fr – 07/06/2021

Le Maroc va rouvrir ses aéroports et ses ports pour les déplacements internationaux à compter du 15 juin.

Le Maroc va rouvrir ses aéroports et ses ports pour les déplacements internationaux à compter du 15 juin, aussi bien pour ses ressortissants que pour les ressortissants étrangers, a indiqué ce dimanche le ministère des Affaires étrangères.

Tous les voyageurs seront autorisés à entrer dans le pays s’ils ont été vaccinés contre le Covid-19 ou présentent un test de dépistage négatif du coronavirus, a précisé le ministère dans un communiqué.
Le Maroc a commencé le mois dernier à assouplir les restrictions imposées face à la crise sanitaire, en permettant notamment aux théâtres et cinémas de rouvrir.

Covid-19: Le Maroc franchit la cap de 9 millions de primo-vaccinés

lematin.ma – 06/06/2021

Covid-19: Le Maroc franchit la cap de 9 millions de primo-vaccinés

Le ministère de la Santé a annoncé ce dimanche 231 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées au cours des dernières 24 heures. Ce bilan porte à 521.426 le nombre total des cas d’infection enregistrés dans le Royaume depuis l’apparition du premier cas en mars 2020, soit un taux d’incidence cumulée de 1433,3 pour 100.000 habitants (0,6 pour 100.000 habitants durant les dernières 24 heures).

Le département a également fait savoir que, depuis le lancement de la campagne nationale le 29 janvier dernier, la première dose du vaccin a été administrée à 9.108.843 personnes alors que 5.898.644 citoyens ont reçu la 2e dose.

Dans le classement par régions en nombre d’infections enregistrées au cours des dernières 24 heures, Casablanca-Settat occupe la tête du Top 5 avec 103 cas, suivie de Marrakech-Safi avec 39 nouveaux cas. Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma occupent la 3et la 4e position avec respectivement 26 et 16 nouveaux cas alors que la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ferme le Top 5 avec 13 nouvelles infections.

Dans le classement journalier par villes, le Top 5 est composé de Casablanca (90 cas), Marrakech (34 cas), Rabat (9 cas), Skhirat-Temara (9 cas) et Tanger-Asilah (9 cas).

Le ministère a également dénombré 233 patients déclarés complètement rétablis au cours des dernières 24 heures, soit un taux de rémission de 97,6%. A ce titre, le nombre total des rémissions a atteint à ce jour 509.083 cas.

Dans le même intervalle, 5 personnes ont perdu la vie Casablanca des suites du Covid-19, ce qui porte le bilan total des décès à 9.178 cas, alors que le taux de létalité reste stabilisé à 1,8%.

Ces décès sont survenus dans les villes suivantes : Casablanca (2), Safi (1), Ouezzane (1) et M’Diq-Fnideq (1).

Par ailleurs, le nombre des tests réalisés durant les dernières 24 heures a atteint 6.680 portant ainsi à 6.047.147 le total des tests effectués à ce jour dans le Royaume.

Pour sa part, le nombre des cas actifs s’établit aujourd’hui à 3.165 personnes, dont 204 cas sévères ou critiques (soit 30 cas recensés durant les dernières 24 heures), parmi lesquels 8 sont placés sous intubation.

Voici dans le détail la répartition géographique des 231 nouveaux cas par régions et provinces

  • 103 cas à Casablanca-Settat : 90 à Casablanca, 5 Mohammedia, 4 à El Jadida, 2 à Nouaceur et 2 à Mediouna.
  • 39 cas à Marrakech-Safi : 34 à Marrakech et 5 Rhamna.
  • 26 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 9 à Rabat, 9 à Skhirat-Témara, 7 à Salé et 1 à Sidi kacem.
  • 16 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 9 à Tanger-Asilah, 4 à Tétouan et 1 à Chefchaouen.
  • 13 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 9 à Laâyoune et 4 à Tarfaya.
  • 12 cas à Souss-Massa : 9 à Agadir-Ida Outanane et 3 à Inzegane-Aït Melloul.
  • 7 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La totalité à Oued Eddahab.
  • 6 cas à Fès-Meknès : 4 à Fès, 1 à Taounate et 1 à Sefrou.
  • 4 cas dans L’Oriental : La totalité à Oujda-Angad.
  • 3 cas à Drâa-Tafilalet : 2 à Errachidia et 1 à Tinghir.
  • 2 cas à Beni Mellal-Khénifra : La totalité à Beni Mellal.

Tourisme national: «Ntla9aw fbladna», oui mais à quel prix ?

Par Faiza Rhoul – h24info.ma – 06/06/2021

Toujours frappé par la crise sanitaire, le secteur du tourisme, mise cette saison encore sur les touristes nationaux pour sauver les meubles, avec notamment la campagne «Ntla9awfbladna». Pourtant pour de nombreuses personnes, les séjours au Maroc riment souvent avec «déception», «cherté» et «arnaques». Témoignages.

La saison estivale pointe le bout du nez, et pour le moment l’ouverture des frontières demeure incertaine. Tout comme l’année dernière, de nombreux Marocains se préparent à passer leur été au royaume. Une chance diraient certains, au vu des plages, du beau temps et de la gastronomie marocaine à la renommée mondiale.

Pourtant, nombreux sont ceux qui gardent un goût amer de leurs séjours obligés passés dans le royaume. C’est le cas de Hajar, installée à Rabat et qui après la fermeture des frontières a dû renoncer à ses escapades habituelles en Asie. «Je cherchais toujours à passer mes vacances à l’étranger plutôt qu’ici», confie-t-elle.

Il y a quatre ans, elle opte pour un séjour d’une semaine à Dakhla dont elle garde un bon souvenir, mais qui lui aura coûté 14.000 DH. L’année suivante, elle opte pour un voyage organisé en Thaïlande, proposé à 16.000 DH par une agence de voyages française.

«Tant qu’à faire je préfère payer légèrement plus, mais au moins le dépaysement est garanti», confie Hajar, qui depuis a visité l’Indonésie et la Malaisie, avec des formules qui lui offraient «ce luxe d’adapter au millimètre son séjour, comme le choix d’un spa, d’une journée en bateau ou à la montagne».

En 2020, fermeture des frontières oblige, Hajar a dû se passer de ses escapades asiatiques pour se rabattre sur des vacances d’été au royaume. Avec le même budget annuel, elle s’est offert deux escapades, à Nador et à El Jadida. «J’ai déboursé un peu moins de 20.000 DH pour un cadre moyen, des chambres veilliottes et des services standards dans des hôtels dits de grand luxe», confie-t-elle. Le tout avec des prix entre 2.000 et 3.000 DH la nuit.

Des tarifs souvent scandaleux vu le service pas toujours à la hauteur. Et notre interlocutrice de se demander comment fait «un cadre moyen qui ne peut pas se permettre de rester 10 jours dans ces hôtels, encore moins en famille».

Des ses recherches pour planifier son voyage, Hajar a pu observer «qu’il n’y a pas de juste milieu et les destinations prisées au royaume sont hors de prix». «Avec le même budget, j’aurais pu aller en Asie ou en Europe, en profitant réellement de mes vacances, car au final je n’ai pas pu quitter l’hôtel, étant donné les rares activités proposées dans l’hôtel ou aux alentours»,  affirme-t-elle.

Déception sur déception

Ayoub et Kenza, un jeune couple fraichement marié a également dû renoncer à leur voyage à l’étranger après la fermeture des frontières. Ils sont passés par un grand site de réservation en ligne et ont opté pour Agadir. Leur mésaventure débute à l’arrivée lorsqu’il découvrent un hôtel «délabré et où aucune distanciation n’est respectée».

«Nous sommes arrivés vers 14h. D’entrée, on nous annonce que notre chambre ne sera libre que dans trois heures, mais qu’ils pouvaient nous en proposer une dans l’immédiat, qu’on a fini par accepter», nous expliquent-ils. «Avant de voir notre chambre, on nous a forcés à payer, mais par la suite, j’ai beaucoup regretté d’avoir accepté», confie Ayoub.

Le couple a été conduit par la suite, «dans une chambre aménagée à la cave», alors qu’ils avaient réservé une chambre avec vue sur piscine. «Pire encore, on nous a donné deux lits séparés d’une taille ridicule et lorsqu’on a exigé un lit décent, leur réponse a été de rapprocher les deux lits, une aberration !», affirme Ayoub.

«L’hôtel ne mérite aucune des quatre étoiles qu’on lui a attribuées», surenchérit Kenza. «Nous ne pouvions pas rester dans de telles conditions et j’ai donc demandé à être remboursé», poursuit Ayoub.

Remboursé en partie, le couple cherche alors un deuxième hôtel dans la ville. «Tous me disaient qu’ils ne disposaient que de ce qu’ils appellent des lits à l’italienne, c’est-à-dire deux lits simples qu’on peut rapprocher», explique Ayoub.

«On a fini par trouver un hôtel à 1.500 DH la nuit, un prix correct. Mais on a vite compris l’entourloupe. La chambre était juste au-dessus de leur boîte de nuit et donc impossible de fermer l’œil, bien qu’heureusement un couvre-feu était instauré à l’époque», poursuit le couple.

«La piscine n’est plus accessible à 18h et c’est au même moment que le boucan de la boîte de nuit commence. On sortait afin d’éviter tout ce bruit. Et bien que je sois de la région, on s’est vite ennuyés, car il n’y a pas grand-chose à faire en ville», confie Kenza.

«Notre expérience a été terrible vraiment. On regrette encore d’y être allés», disent-ils déçus.

Safia et Hachim, un couple cinquantenaire a attendu le mois de septembre pour s’offrir quelques vacances avec leurs deux enfants installés à l’étranger. Ces derniers ont profité de l’ouverture partielle des frontières pour rejoindre leurs parents, avec qui ils avaient pris pour habitude de passer leurs vacances en Europe.

La famille a loué sur le même site de réservation en ligne une villa pour six nuits. L’addition a été salée, confie Safia, mais «nous savions déjà que nous payerons beaucoup plus que ce nous avions l’habitude de payer pour un séjour dans le sud de l’Espagne ou au Portugal, même en plein mois d’août».

« Offre inadaptés aux besoins des Marocains »

A l’arrivée, pour une location d’une semaine, la famille a dû payer quelque 22.000 DH, «pour une villa très bien équipée et avec une belle piscine», nuance Hachim. Mais évidemment, il faut encore ajouter à cela, tous les repas et extras que nous avons dû dépenser pour ce séjour de moins d’une semaine, poursuit Safia.

«Ce voyage, nous auras au moins ouvert les yeux (…) et sincèrement si les frontières ouvrent cette année, nous irons sans la moindre hésitation à l’étranger», s’accordent-ils.

Ces quelques témoignages ne reflètent évidemment pas l’appréciation de tous les vacanciers nationaux. Et pourtant, le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a déjà pointé dans un rapport, tous ces reproches de nos touristes nationaux.

En effet, dans son rapport sur le secteur touristique publié l’an dernier, le CESE évoque d’abord une «une attractivité et compétitivité insuffisante», qui n’est pas «alignée à l’offre touristique internationale».

Le CESE notait également le «manque d’équipements en animation, notamment culturelle et sportive, dans la plupart des destinations et pour toute la chaîne de valeur». Ainsi qu’un «capital humain peu qualifié».

Le « Plan Biladi », qui avait pour ambition de proposer une «série de stations touristiques assortie de produits et de prix adaptés au profil des voyageurs nationaux», n’a pas abouti. «Le taux de concrétisation du plan Biladi se situe à moins de 30% et reste en deçà des espérances à cause de la proposition d’une panoplie de produits peu animés et inadaptés aux besoins des Marocains», soulignait le CESE.

L’aéroport de Genève va desservir trois villes au Maroc

bladi.net – 06/06/2021

L’aéroport de Genève va desservir trois villes au Maroc

Sous réserve de la levée des restrictions de voyage liées à la pandémie de Covid-19, l’aéroport de Genève va proposer des vols vers le Maroc. Ces liaisons aériennes s’inscrivent dans le cadre de son programme estival 2021.

L’aéroport de Genève a prévu 100 destinations qui seront opérées par une quarantaine de compagnies aériennes cet été, rapporte Air journal. Parmi elles, Casablanca, Marrakech et Agadir. Air Arabia proposera la ligne Casablanca-Genève, deux fois par semaine (jeudi et dimanche). [Royal Air Maroc (RAM) rouvrira la liaison Casablanca-Genève, à raison de six vols (tous les jours sauf le mardi). Les vols seront proposés en Boeing 737 (certaines fois en Dreamliner 787). Quant à la low cost EasyJet, elle assurera la liaison Genève-Marrakech à raison de quatre fois par semaine (mardi, jeudi, vendredi, samedi pour cet été), et les vols vers Agadir deux fois par semaine (mercredi et samedi).

À ce jour, le Maroc a suspendu les vols avec 54 pays dont la Suisse, afin de lutter contre les nouveaux variants du coronavirus. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) n’a pas mis à jour jusque-là son dernier Notam (message destiné aux navigants aériens) indiquant que le trafic aérien pourrait reprendre le 10 juin. Jeudi, les autorités marocaines ont prolongé l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet. Reste à savoir si la reprise du trafic aérien sera effective la semaine prochaine.

Covid-19 : vaccinés aux deux doses, allez chercher votre pass, vous en aurez besoin!

le360.ma – 05/06/2021

Pass vaccinal dès lundi 7 juin au Maroc

En application des recommandations du Comité scientifique, le gouvernement a mis en place un pass vaccinal que les personnes ayant reçu les deux doses de vaccin contre le Covid-19 peuvent télécharger, à partir du lundi 7 juin 2021, sur le site http://www.liqahcorona.ma.AA

Dans un communiqué, le gouvernement précise que ce pass vaccinal est un document officiel, sécurisé et reconnu par les autorités, qui permet à son détenteur, sans nul besoin de document supplémentaire, d’effectuer des déplacements sur l’ensemble du territoire national sans restriction, de circuler au-delà de 23h00 et de voyager à l’étranger.

De même, le pass vaccinal, doté d’un code QR permettant d’être authentifié via une application prévue à cet effet, peut être téléchargé sous format imprimable ou électronique pour être présenté sur smartphone via sur le site www.liqahcorona.ma.

Il peut également être retiré, sous format papier, auprès des autorités locales dont dépend le centre de vaccination de la personne concernée, précise le communiqué.

Sport : Le Hassania d’Agadir prépare son académie de football et son équipe féminine sénior

par Malika Alami – lavieeco.com – 06/06/2021

Football féminin

• UN TERRAIN DE 7 HA À PROXIMITÉ DU GRAND STADE D’AGADIR A ÉTÉ ATTRIBUÉ AU CLUB SOUSSI POUR L’AMÉNAGEMENT D’UNE ÉCOLE DE FORMATION AVEC DES CURSUS SPORT ÉTUDES.
• UNE INFRASTRUCTURE INDISPENSABLE POUR LA CONSTITUTION D’ÉQUIPES FÉMININES ET MASCULINES TALENTUEUSES.

Le football passionne les filles autant que les garçons au Maroc. Le Royaume, grande nation du football africain, enregistre de plus en plus de filles dans les différentes écoles dédiées à la formation de la gente féminine. Cette tendance touche aussi le Hassania d’Agadir. Le club compte déjà une équipe féminine junior constituée de trois catégories. Il s’agit des groupes moins de 13 ans, moins de 15 ans et moins de 17 ans, précise Habib Sidinou, président du Hassania. Ce sont ainsi au total 77 joueuses juniors qui évoluent depuis trois ans dans ces groupes, constituant une pépinière pour la future équipe sénior en cours de préparation. C’est que le club soussi veut aussi se positionner dans le football national au féminin. Un chantier prometteur en pleine évolution. Pour Agadir, l’objectif à moyen terme est d’avoir une équipe féminine première division et se positionner dans la Ligue nationale de football féminin. Cette entité, pour rappel, a été créée en 2019. A travers cette démarche, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) vise à construire un football national au féminin et conforter la discipline au Maroc.
Dans le Souss Massa, l’académie de football en projet est assurément une structure qui contribuera, une fois en activité, à la constitution d’équipes tant féminines que masculines fortes. Dans cette activité, si le talent est important, seul le travail, les entraînements paient, assure une footballeuse. Pour l’heure, un terrain de 7 ha, à proximité du stade Adrar a été attribué, indique M. Sidinou. Le dossier d’acquisition du foncier est en cours, les études d’aménagement ne devraient pas tarder à commencer. Il est question de lancer les travaux cette année pour un achèvement dans deux ans afin d’offrir un cadre de sport-études aux élèves inscrits. L’investissement dans ce projet est estimé pour l’instant à 50 millions de DH. En attendant, le club Hassania assume son passage au mode société anonyme. Le Hassania Agadir Football Club SA doit aujourd’hui conforter son assise en associant à son entité de nouveaux partenaires et investisseurs. Pour rappel, 34% des actions de l’entité sont détenus au nom de l’Association du Hassania. Les 66% qui restent sont ouverts aux investisseurs, qu’ils soient marocains ou étrangers, afin qu’ils injectent de l’argent dans la société et organiser le Hassania d’Agadir en vrai club professionnel. A noter que le Hassania dispose d’un allié fort à travers Afriquia, qui est son sponsor officiel et son partenaire privilégié.
Le club Hassania qui évolue en première division, est classé actuellement quatrième de la Botola pro avec 28 points.

Fruits rouges : une filière et un filon à exploiter

Par Ibtissam Benchanna – lavieeco.com – 05/06/2021

Fruits rouges

• ELLE A GÉNÉRÉ UN CHIFFRE D’AFFAIRES DE 3,8 MILLIARDS DE DH ET DISPOSE DE 18 UNITÉS DE CONDITIONNEMENT ET DE SURGÉLATION.
• LES STANDARDS DE QUALITÉ SONT ÉLEVÉS EN RAISON DES CAHIERS DES CHARGES IMPOSÉS PAR LES PAYS DESTINATAIRES DE LA PRODUCTION MAROCAINE.
• PARMI LES AXES DE DÉVELOPPEMENT, LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS À L’EXPORT.

La culture des fruits rouges a pris une grande importance au Maroc. Du coup, elle a également pris une dimension considérable. Le fraisier, le myrtillier et le framboisier sont parmi les spéculations les plus rentables et sont très demandées, que ce soit par les marchés européens que par d’autres pays en Asie. Cette filière est des plus performantes grâce, entre autres, à une consommation qui ne cesse d’augmenter en Europe, une production appréciable et une main-d’œuvre bon marché, comparativement à celle des autres pays, mais bien formée, permettant ainsi des coûts de production compétitifs. D’autant que les conditions climatiques et les sols restent favorables. A côté, les standards de qualité sont élevés et respectés. C’est normal, quand on sait que les marchés destinataires imposent un cahier des charges à respecter. Autrement, les exportateurs seront déclassés. Que ce soit donc du côté social, unité industrielle, conditions de travail…, les entreprises doivent disposer d’un certificat reconnu par les entités internationales pour pouvoir pénétrer les marchés étrangers. Sur le plan économique, la filière a généré un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de DH, des investissements en aval de 5,4 milliards de DH et en amont de 1,1 milliard de DH.
La culture des fruits rouges est concentrée sur 3 régions. La superficie moyenne des 3 dernières campagnes agricoles se répartit entre Rabat-Salé-Kénitra avec 4 320 ha, soit 51,4%, Souss-Massa avec 2130 ha (25,4%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 1 950 ha (23,2%). Par ailleurs, la filière dispose de 18 unités de conditionnement et de surgélation, distribuées à raison de 33% au Nord, 25% au Gharb Saïs, 20% au Souss Massa et 15% au centre.
En dépit de toutes ces évolutions remarquables la filière ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. A l’avenir, les axes de développement devraient s’articuler autour de la diversification des marchés à l’export, à l’organisation du marché local et à la création de variétés locales. A signaler que l’interprofession Interproberries a été créée en 2018 et a été reconnue en 2019. Elle englobe deux collèges : celui de la production, représenté par l’Association marocaine des producteurs de fruits rouges (AMPFR) et un autre de valorisation sous l’égide de l’Association marocaine des conditionneurs exportateurs des fruits rouges (AMCEFR).

Covid-19 : 426 nouveaux cas confirmés en 24h, 280 rémissions

par Mohamed Sellam – lematin.ma – 05/06/2021

Covid-19 : 426 nouveaux cas confirmés en 24h, 280 rémissions

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 426 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 521.195 le nombre total des cas de contamination. 

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 508.850 avec 280 nouvelles rémissions ce samedi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,6%. 4 nouveaux décès ont été enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 9.173 et le taux de létalité à 1,8%. 

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 3.172 personnes, dont 210 cas graves. Il a souligné en outre que 10.327 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 6.040.067 depuis le début de la pandémie, tandis que le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 9.108.843 pour la première dose et 5.898.644 pour la deuxième.

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 205 cas à Casablanca-Settat : 168 à Casablanca, 16 à Nouaceur, 1 à Settat, 9 à Mohammedia, 4 à Mediouna, 2 à Berrechid, 1 à Benslimane et 4 à El Jadida.
  • 66 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 16 à Kénitra, 15 à Skhirat-Temara, 14 à Salé, 9 à Rabat, 4 à Khémisset, 3 à Sidi Slimane et 5 à Sidi Kacem.
  • 38 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 20 à Tanger-Assilah, 11 à Mdiq-Fnideq, 5 à Tétouan et 2 à Al Hoceima.
  • 35 cas à Marrakech-Safi : 28 à Marrakech, 1 à Kelaat Sraghna, 2 à Rhamna, 2 à Al Haouz, 1 à Youssoufia et 1 à Chichaoua.
  • 22 cas à Souss-Massa : 8 à Agadir Ida-ou-tanane, 9 à Inezgane-Aït Melloul, 4 à Tiznit et 1 à Chtouka Aït Baha.
  • 13 cas à Fès-Meknès : 5 à Fès, 2 à Taounate, 1 à Taza, 2 à El Hajeb et 3 à Sefrou. 
  • 11 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 10 à Laâyoune et 1 à Tarfaya.
  • 10 cas dans la région de l’Oriental : 3 à Oujda-Angad, 1 à Guercif, 5 à Berkane et 1 à Jerada.
  • 9 cas à Drâa-Tafilalet : 4 à Errachidia, 1 à Midelt, 1 à Zagora et 3 à Ouarzazate.
  • 8 cas à Dakhla-Oued Eddahab à Oued Eddahab.
  • 6 cas à Béni Mellal-Khénifra : 3 à Béni Mellal, 1 à Khénifra et 2 à Fqih Bensalah.
  • 3 cas à Guelmim-Oued Noun : 2 à Guelmim et 1 à Assa-Zag.

L’exercice combiné « African Lion 2021 » démarre ce 7 juin

L'African Lion 2021 confirme la reconnaissance par les USA de la marocanité  du Sahara – Enjeux, au coeur de l'information mondiale

D ‘ après les nobles instructions de sa majesté le roi Mohammed VI, commandant en chef et chef d’état-major de guerre générale des forces armées royales, les entraînements marocains communs seront organisés du 7 au 18 juin 2021 Dans les régions d’Agadir, Tifnit, Tantan, Al-Mahbes, Tafraout, Ben Kénitra, avec la participation de milliers de militaires d’armées multinationales et un très grand nombre d’équipements terrestres, aériens et maritimes.

Un communiqué aux piliers de la guerre générale des forces armées royales a déclaré qu’en plus des États-Unis et du Royaume du Maroc, la dix-septième édition de cet exercice sera témoin de la participation de la Grande-Bretagne, du Brésil, du Canada, de la Tunisie, du Sénégal, des Pays-Bas et de l’Italie, ainsi que de l’alliance Atlantique et les observateurs militaires d’une trentaine de pays représentant l’Afrique, l’Europe et l’Amérique.

FAR : L'exercice Combiné Maroco-américain “African Lion 2021”, Démarre Ce 7  Juin

La source a ajouté que cet exercice, qui est considéré parmi les exercices les plus importants du monde, a plusieurs objectifs : renforcer les capacités de manœuvre des unités participantes ; renforcer la capacité de travail entre les participants à la planification et à l’exécution des opérations conjointes dans le cadre de l’Alliance ; et maîtriser les tactiques Techniques et procédures ; développement des compétences de la cyber défense ; formation de la composante aérienne aux opérations de combat, soutien et approvisionnement en carburant ; renforcement de la coopération en matière de sécurité maritime et d’entraînement maritime aux tactiques marines et à la guerre traditionnelle ; enfin, des activités humanitaires.

La même source a insisté sur le fait qu’en plus de la formation et de la simulation dans le domaine des activités de commandement et de formation aux opérations de lutte contre les organisations terroristes violentes, la version 17 du lion africain comprendra des exercices des forces terrestres, aériennes et maritimes En plus des exercices de purification biologique, radiologique, nucléaire et chimique.

D ‘ autre part, dans le cadre des activités humanitaires parallèles, un hôpital médical chirurgical sera déployé à Amlan (Tafraout), où des services médicaux et chirurgicaux seront fournis aux habitants de la région par des équipes médicales composées de médecins et d’infirmiers des forces armées Royales et l’armée américaine.

« NON aux déchets, OUI à la préservation de la biodiversité marine ! »

fr.unesco.org – 05/06/2021

L’UNESCO Maghreb et Surfrider Foundation Maroc 
sensibilisent les collégiens d’Agadir à la journée mondiale de la biodiversité sous le thème :
« Moins de déchets pour préserver la biodiversité marine !»

L’Organisation des Nations Unies a désigné le 5 juin comme Journée mondiale de l’environnement. Si la célébration de cette journée nous permet d’éclairer l’opinion publique et de souligner les responsabilités de chacun en ce qui concerne la protection et l’amélioration de l’environnement, cette année 2021 marque le début de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes. Le thème de cette Journée mondiale de l’environnement n’étant autre que « Réimaginer. Recréer. Restaurer » et que la protection de l’environnement est dépendante à celle de notre biodiversité, le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb a choisis de sensibiliser la jeunesse de la région Sous-Massa à l’importance de la préservation de la riche biodiversité de leur région en recréant une nouvelle utilité aux déchets collectés. 

À l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, célébrée le 22 mai de chaque année, et qui s’inscrit dans le 15ème objectif de développement durable, le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb en partenariat avec Surfrider Foundation Maroc et la Direction Provinciale de l’Education et la Formation Professionnelle d’Agadir Ida Outanane ont organisé du 18 au 21 mai 2021 trois ateliers de sensibilisation au profit des élèves du Lycée Collégial Abdellah Ibn Abbes à Tamraght sous la devise « Je suis un Héro du Souss, faites partie de la solution ».

Les élèves du Lycée Collégial Abdellah Ibn Abbes ont été sensibilisés à la pollution marine ainsi qu’à la nécessité de la préservation de la biodiversité dans la région Souss Massa, abritant la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie, reconnue en tant que telle en 1998 par l’UNESCO. Durant le premier atelier organisé le 18 mai, les élèves ont pu réfléchir aux éco-gestes nécessaires à la protection de l’océan et à la biodiversité dans la région. Cet atelier s’inscrit dans le cadre des recommandations du rapport de l’UNESCO « Apprendre pour notre planète. Un examen global de la manière dont les questions environnementales sont intégrées dans l’éducation »(Learn for our planet. a global review of how environmental issues are integrated in education). Ce rapport souligne l’urgence d’intégrer l’éducation au développement durable dans les programmes scolaires. L’UNESCO préconise également de faire de l’éducation environnementale une composante essentielle du programme scolaire dans tous les pays d’ici 2025. C’est dans cette vision que s’inscrit cet événement pilote organisé à Agadir. 

Afin d’allier théorie et pratique, une Initiative Océane a eu lieu le vendredi 21 mai sur la plage d’Imouran, commune rurale d’Aourir, consistant en une collecte de déchets qui a permis aux enfants de faire la distinction entre déchets organiques et non organiques, biodégradables et non biodégradables. Le processus de collecte des déchets les a non seulement fait prendre conscience de la pollution visuelle de ces plages, qui sont pourtant le cœur économique de la région (voir témoignage vidéo ci-dessus), mais leur a également permis de constater la diversité des déchets et surtout de réaliser leur durée de vie. Cette initiative océane est donc venue compléter l’atelier de sensibilisation et illustrer, de la manière la plus concrète possible, tous les éléments exposés lors de ce dernier.

Dans le but de faire imprégner le message « moins de déchets pour préserver la biodiversité marine », le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb a souhaité associer l’art à la théorie et à la pratique en sollicitant la créativité des enfants présents. Ainsi, les déchets collectés sur la plage d’Imouran ont servi à la création d’une œuvre d’art vivante, « La Vague », lors de l’atelier Récup’art animé par l’artiste marocaine Ghizlane Sahli. Cet atelier a non seulement éveillé la créativité des enfants mais a également permis de créer, avec leur aide, une œuvre vivante qu’ils pourront alimenter tout le long de l’année avec les déchets qu’ils auront collectés et ainsi servir de rappel.

Cet événement a fait de tous les enfants présents des héros de la région du Souss pendant trois ateliers et leur a fait découvrir comment faire partie de la solution et devenir des héros à part entière du Souss en respectant la riche biodiversité qui les entoure et en adoptant tous les éco-gestes présentés.  
Un héro du Souss respectueux de son environnement, car l’urgence environnementale n’est pas une question isolée comme le souligne notre Directrice Générale.

Pour plus d’informations contacter b.meski@unesco.org

Remerciements Français du Monde Agadir

Votre Conseillère et Français du Monde Agadir vous remercient
Elections Conseillers des Français de l'étranger - Agadir - Français du Monde
Cher.e.s concitoyen.ne.s,
Nous sommes heureux de vous annoncer que notre liste maintient son siège au sein du Conseil Consulaire local (les deux autres sièges seront tenus par la liste de l’UFE).

Les résultats électoraux de dimanche 30 mai 2021 révèlent cependant une très grande abstention.
La circonscription d’Agadir comptait 3358 inscrits sur la liste électorale, parmi ceux-ci, 787 ont voté, soit seulement 23,4 %.
La proportion du vote à l’urne est quasi équivalente de celle faite en ligne (386 à l’urne, 388 sur internet).
Le siège qui nous est attribué correspond à 221 voix, soit 28,5% des suffrages exprimés.

Nous remercions vivement tous ceux qui, parmi vous, ont fait confiance à notre liste, sans être adhérents à notre association.
Nous remercions aussi celles et ceux qui se sont rendus disponibles dimanche pour tenir les 3 bureaux de votes et participer au dépouillement. Car l’exercice démocratique ne se réduit pas à un vote, il nécessite aussi des actions plus contraignantes.

Notre candidate Martine Rebecchini ainsi que les membres de Français du Monde Agadir s’engagent à poursuivre le travail mené auprès de la communauté française locale. 
Ce travail est rendu possible grâce aux 10 élu.e.s de Français du Monde Maroc (sur 21 sièges) et leur.s militant.e.s.
A bientôt !
Le Bureau Français du Monde Agadir 

Ensemble, nous défendons vos intérêts !


Martine Rebecchini Conseillère des Français de l'étranger Agadir
Martine REBECCHINI Conseillère des Français de l’étranger Circonscription d’Agadir
Mobile : 06 61 38 95 99
Email : martine-jf@hotmail.fr
Groupe d’Agadir fdmagadir@gmail.com 


Français du monde – adfe, association reconnue d’utilité publique, rassemble depuis 1980 tous les Français qui, hors de France, partagent les idéaux et les valeurs de justice sociale, de pluralisme, de tolérance, de démocratie, de solidarité.

Adhérer en ligne

UFE : La Lettre du Président

Représentation d’AGADIR – Maroc
Permanences le:
lundi de 16 à 18h /
mercredi de 10 à 12h /
samedi de 10 à 12h.
Tél.: +212 (0)6 71 56 25 24.    

Agadir, 3 juin 2021                                  

Chers Adhérents, chers amis,

Ma dernière lettre date de décembre 2020. Depuis bien des choses ont fort heureusement changé mais, malgré tout, d’autres demeurent encore dans le flou, l’expectative, l’inconnu.

La gestion de la pandémie au Maroc a été exemplaire et tout particulièrement la campagne de vaccination dont les Autorités Marocaines nous ont fait généreusement bénéficier au même titre que leurs propres ressortissants. j’en ai, en son temps, remercié Monsieur le Wali en votre nom, et c’était bien la moindre des choses.

Aujourd’hui nous vivons ici de façon quasiment habituelle et nos sections fonctionnent presque normalement. Toutefois, elles demeurent amputées de bien de leurs événements traditionnels. Il en est de même pour notre Assemblée Générale annuelle reportée 2 fois… autant d’occasions de contacts et de convivialité qui nous font encore cruellement défaut.

Il y a quelques jours, les élections pour les Conseillers des Français de l’Etranger ont eu lieu, ici comme partout dans le monde. Votre participation, votre engagement et votre fidélité ont permis à la liste Union pour les Français de Souss-Massa », issue principalement de l’UFE d’Agadir et conduite par notre vice-Présidente Catherine TRIBOUART, de recueillir 58 % des suffrages exprimés et de glaner les deux premiers des 3 postes en jeu : Catherine a ainsi été élue en premier, et moi réélu en second. Je tiens à vous en remercier tout particulièrement et à vous dire que nous serons ainsi encore plus forts pour défendre vos intérêts, vos positions et vos demandes.

J’y vois aussi la place que notre Association a acquise de façon incontournable dans la communauté française d’Agadir.

Autre grande nouvelle :  la signature fin mars, avec l’Archevêché de Rabat, d’une convention d’occupation des locaux de Vera-Cruz nous permet de jouir désormais du premier étage du bâtiment. De grands travaux s’y terminent actuellement. Nous allons y installer la Bibliothèque Pour Tous et gagner une autre grande salle qui sera mise à la disposition des sections. Ces extensions nous offriront dès la rentrée de septembre beaucoup plus de souplesse et de confort pour toutes les activités qui se déroulent à Vera Cruz qui avait atteint un taux d’occupation limite. Une inauguration officielle est prévue à la rentrée.

Enfin, à l’heure où j’écris ces lignes, la grande inconnue est celle de l’ouverture imminente ou pas des transports internationaux, principalement entre le Maroc et la France. Cette réponse attendue en principe pour le 10 de ce mois va conditionner les comportements et les mouvements d’un grand nombre d’entre nous pour cet été 2021, alors que beaucoup se sont déjà vu confisquer leur été 2020.

Mais quelle qu’en soit la réponse des Autorités et nos décisions qui s’en suivront, nous espérons tous nous retrouver ici en septembre-octobre ; gageons que la situation sanitaire nous permettra enfin de nous réunir le 9 octobre pour tenir notre Assemblée Générale et profiter ce même jour de notre traditionnel cocktail de rentrée.

Plus que jamais, au nom de tous les membres du Bureau et de moi-même, je souhaite à l’ensemble de nos Adhérents de pouvoir profiter d’un bel été.                               
                                          Chaleureusement vôtre,

Jean-Claude Rozier 
Président UFE AGADIR

Ex Groupe Scolaire GAUGUIN (entrée sur parking, derrière l’IFA)
Boite Postale 20869 Poste Principale 80000 Agadir
info@ufe-agadir.com / www.ufe-agadir.com

Quarantaine obligatoire même pour les Marocains vaccinés au retour d’un voyage autorisé à l’étranger

 par ADAMA SYLLA – challenge.ma – 04/06/2021

Le Maroc impose-t-il une quarantaine aux Marocains vaccinés de retour de l’étranger après un voyage autorisé (motif impérieux) ?
La quarantaine est exigée lors de votre retour dans le pays.

Depuis le samedi 8 mai dernier, les passagers marocains disposant d’une déclaration sur l’honneur, d’un test PCR négatif de moins de 48 heures, d’une autorisation de sortie du territoire national marocain délivrée par le ministère de l’Intérieur (préfecture ou province) et d’un justificatif d’une réservation confirmée (quittance de paiement) dans l’un des 6 hôtels désignés par les autorités marocaines, peuvent rentrer au Maroc. Quid des passagers marocains déjà vaccinés contre la covid-19 ?

Selon une source aéroportuaire, que le passager marocain soit vacciné ou pas, il doit non seulement présenter tous ces documents à son arrivée au Maroc, mais il lui est aussi exigé d’observer une quarantaine de dix jours dans l’une des structures hôtelières désignées par les pouvoirs publics qui sont : hôtel Atlas (Nouaceur), hôtels Onomo (Boulevard Al Massira ou Nouaceur), hôtels Ibis (Casa port, boulevard Abdelmoumen), hôtel Delta Atlas (boulevard Mohammed V). Force est de préciser que les hôtels précités concernent les vols atterrissant à Casablanca.

Cependant, notre source tient à préciser que ces dispositions ne concernent pas les passagers marocains en provenance des pays avec lesquels le Maroc n’a pas suspendu les vols tels que le Sénégal, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Etats-Unis, Qatar, Dubaï, le Canada, Arabie saoudite,…

Seuls les passagers marocains en provenance des pays avec lesquels le Maroc avait décidé de suspendre les vols, et transitant par un des pays avec lesquels les vols ont été maintenus, sont concernés par ces dispositions, ajoute notre source qui estime le nombre de pays, dans ce cas, à une cinquantaine, dont la France, l’Espagne, l’Italie, la Turquie, l’Afrique du Sud.

A noter que la suspension des vols directs avec ces pays est officiellement maintenue, du moins jusqu’au 10 juin prochain.  Le dernier Notam (message destiné aux navigants aériens) de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait fixé le 10 juin comme date théorique pour la reprise du trafic aérien de passagers.   Après la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet par le gouvernement, nombreux sont ceux qui se demandent si la suspension du trafic aérien va être levée.

Si pour l’instant, la DGAC n’a pas encore communiqué sur la question, le Maroc pourrait rouvrir ses frontières et autoriser de nouveau les vols dès le vendredi 11 juin 2021. Sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, plusieurs compagnies aériennes dont Transavia et Royal Air Maroc ont répondu aux questions des voyageurs concernant la reprise des vols. La compagnie aérienne nationale a ainsi affirmé que « les vols à partir du 11 juin sont confirmés sous réserve de la réouverture de l’espace aérien ».

Qu’en est-il pour les étrangers résidant au Maroc ?

Covid-19: voici les conditions pour voyager en France cet été

h24info.ma – 04/06/2021

Le gouvernement français a annoncé sa stratégie de réouverture des frontières à compter du 9 juin. Voici les conditions pour voyager dans l’Hexagone qui concernent également les Marocains:

La France continue son plan de déconfinement initié le 3 mai dernier. Comme prévu, la troisième étape de ce plan implique notamment d’accorder à nouveau la possibilité aux touristes étrangers de venir dans l’Hexagone grâce à un pass sanitaire. Ce qui signifie que les Marocains souhaitant voyager en France devront nécessairement se faire vacciner.

À compter du 9 juin, les flux de voyageurs entre la France et les pays étrangers seront ainsi rouverts selon des modalités qui varient en fonction de la situation sanitaire des pays tiers et de la vaccination des voyageurs, lit-on dans le document publié par le gouvernement français à propos de sa stratégie de réouverture des frontières à compter du 9 juin.

Un code couleurs a été établi pour classifier les pays selon trois indicateurs: les pays où le virus ne circule pas activement, ni n’est recensé de variant préoccupant (vert), les pays où le virus circule activement dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants (orange), et les pays où le virus circule activement avec la présence de variants préoccupants (rouge).

Selon ces critères, le Maroc se situe dans la zone orange.

Concrètement, deux possibilités se présentent aux Marocains souhaitant se rendre en France :

  1. Ils sont vaccinés avec AstraZeneca (voyage prévu minimum 2 semaines après la 2e injection) et n’ont plus besoin de justifier d’un motif impérieux, seulement un test PCR négatif (<72 h) ou antigénique négatif (<48 h) suffit;
  2. Ils ne sont pas vaccinés et doivent justifier d’un motif impérieux, ainsi que présenter un test PCR ou antigénique négatifs à l’embarquement (test antigénique aléatoire à l’arrivée) et s’imposer un auto-isolement de 7 jours.

Concernant les personnes vaccinées avec Sinopharm, il faudra répondre aux mêmes critères que les personnes non vaccinées. En effet, les vaccins admis par la France sont ceux reconnus par l’Agence européenne du médicament (EMA), à savoir Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Covid-19 : 346 nouveaux cas confirmés en 24h, 360 rémissions

Par Mohamed Sellam – lematin.ma – 04/06/2021

Covid-19 : 346 nouveaux cas confirmés en 24h, 360 rémissions

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 346 nouveaux cas d’infection au Covid-19, ce qui porte à 520.769 le nombre total des cas de contamination. 

Quant au nombre de personnes déclarées guéries, celui-ci s’est élevé à 508.570 avec 360 nouvelles rémissions ce vendredi, indique la même source, notant que le taux de rémission a atteint 97,7%. 4 nouveaux décès ont été enregistrés durant ces dernières 24 heures. Le nombre de morts du nouveau coronavirus s’établit ainsi à 9.169 et le taux de létalité à 1,8%. 

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 3.030 personnes, dont 208 cas graves. Il a souligné en outre que 9.891 nouveaux tests ont été effectués, portant le nombre total à 6.030.140 depuis le début de la pandémie, tandis que le nombre de bénéficiaires de l’opération de vaccination a atteint 9.072.565 pour la première dose et 5.840.597 pour la deuxième.

Voici dans le détail la répartition géographique des nouveaux cas par régions et provinces :

  • 176 cas à Casablanca-Settat : 143 à Casablanca, 15 à Nouaceur, 1 à Settat, 6 à Mohammedia, 2 à Mediouna, 4 à Berrechid, 2 à Benslimane et 3 à El Jadida.
  • 33 cas à Souss-Massa : 16 à Agadir Ida-ou-tanane, 6 à Inezgane-Aït Melloul, 7 à Tata, 3 à Tiznit et 1 à Chtouka Aït Baha.
  • 32 cas à Marrakech-Safi : 27 à Marrakech, 2 à Kelaat Sraghna, 1 à Rhamna, 1 à Al Haouz et 1 à Safi.
  • 28 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 12 à Skhirat-Temara, 7 à Salé, 8 à Rabat et 1 à Sidi Kacem.
  • 27 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 16 à Tanger-Assilah, 2 à Mdiq-Fnideq, 3 à Ouazzane, 2 à Tétouan, 3 à Al Hoceima et 1 à Chefchaouen.
  • 10 cas à Dakhla-Oued Eddahab à Oued Eddahab.
  • 8 cas à Drâa-Tafilalet : 6 à Errachidia et 2 à Ouarzazate.
  • 8 cas à Guelmim-Oued Noun : 6 à Guelmim et 2 à Assa-Zag.
  • 8 cas à Fès-Meknès : 2 à Fès, 2 à Taounate, 2 à Taza et 2 à Sefrou. 
  • 7 cas dans la région de l’Oriental : 1 à Oujda-Angad, 3 à Guercif, 1 à Berkane, 1 à Jerada et 1 à Driouch.
  • 7 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 6 à Laâyoune et 1 à Tarfaya.
  • 2 cas à Béni Mellal-Khénifra : 1 à Béni Mellal et 1 à Fqih Bensalah.

Emplois industriels : Le Souss-Massa dépasse les objectifs

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 04/06/2021

Emplois industriels : Le Souss-Massa  dépasse les objectifs

Les engagements d’investissement relatifs aux emplois ont dépassé les 12,5 milliards de dirhams avec à la clé la création de plus de 33.500 emplois directs à terme, ce qui représente une hausse de 40% par rapport à l’objectif fixé initialement et qui porte sur 24.000 postes d’emploi.

Le Plan d’accélération industrielle en cours de déploiement actuellement dans le Souss-Massa dépasse largement les objectifs initialement fixés en matière d’emploi avec à la clé la création de 33.000 postes directs contre 24.000 prévus initialement.
Intervenant à l’occasion du roadshow «Régionales de l’investissement» qui a fait escale à Agadir mercredi à l’initiative du Groupe de la Banque Populaire, Brahim Hafidi, président du Conseil de la région, s’est félicité de l’état d’avancement très encourageant du PAI au niveau du Souss-Massa et qui contribue à la promotion des investissements et du climat des affaires au niveau régional.

D’après lui, les engagements d’investissement relatifs aux emplois ont dépassé les 12,5 milliards de dirhams avec à la clé la création de plus de 33.500 emplois directs à terme, ce qui représente une hausse de 40% par rapport à l’objectif fixé initialement et qui porte sur 24.000 postes d’emploi.
Lancé par SM le Roi Mohammed VI à partir d’Agadir en février 2018, le projet industriel du Souss-Massa amorce la déclinaison régionale de la stratégie industrielle nationale. A travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, cette déclinaison régionale vise un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région, et fait de cette région un pôle économique capable de créer de l’emploi, de valoriser ses richesses et de soutenir ses secteurs productifs pour assurer une croissance inclusive.
Ce plan régional s’inscrit aussi dans le cadre du Programme de développement régional (PDR) Souss-Massa validé par le Conseil régional Souss-Massa lors de la sa session ordinaire du mois de mars 2017.

En effet, le Plan industriel de Souss-Massa porte désormais sur la création de 33.000 nouveaux emplois, en partenariat avec des fédérations professionnelles. Pour ce faire, la démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa conforte les secteurs industriels existants, tout en développant de manière proactive et agissante de nouveaux créneaux. Et ce, en respect total des normes environnementales et de la vocation touristique de la région.
Dans le domaine de la production agro-industrielle, le Souss-Massa est désormais érigé en plateforme de transformation de produits agricoles destinés tant au niveau national qu’au continent africain. L’infrastructure du secteur de la construction navale engage au niveau national près de 5 milliards de dirhams d’investissement. Alors que le secteur de la chimie connaîtra, quant à lui, un accompagnement spécifique favorisant le développement des filières de la chimie organique et de la chimie verte.
Par ailleurs, de nouveaux écosystèmes sont développés, notamment dans des secteurs émergents leviers d’accélération industrielle, tels que la sous-traitance automobile, l’offshoring, le cuir, les matériaux de construction et la plasturgie.

Formation professionnelle : l’OFPPT et Universiapolis s’allient

par Sanae Raqui – leseco.ma – 01/06/2021

L’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail et l’Université internationale d’Agadir (Universiapolis) viennent de signer une convention-cadre de partenariat portant sur le développement de la formation professionnelle et la création de passerelles entre les deux structures.

L’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et Universiapolis, l’Université internationale d’Agadir, s’unissent pour le développement de la formation professionnelle dans la Région Souss-Massa. À cet effet, une convention a été signée par Loubna Tricha, directrice générale de l’OFPPT, et Aziz Bouslikhane, président fondateur d’Universiapolis, traduisant leur volonté «d’œuvrer conjointement pour développer la formation des jeunes et améliorer leur employabilité dans des secteurs de pointe». Il est à noter que cette initiative s’inscrit dans le cadre de la dynamique de restructuration globale de l’offre de formation de l’OFPPT. En s’associant à Universiapolis, l’Office entend valoriser ses programmes de formation dans des secteurs innovants et prometteurs, portant principalement sur le digital et l’industrie 4.0.

Accélérer le Digital Learning
En vertu de cette convention, et afin d’accompagner l’évolution des méthodes d’apprentissage numériques, l’OFPPT bénéficiera de l’appui d’Universiapolis dans la mise en place de sa stratégie d’intégration et d’accélération du Digital Learning, notamment à travers la création d’un Digital Learning Lab pour la digitalisation des contenus pédagogiques de l’Office et l’instauration d’approches d’apprentissage innovantes. Cela passera aussi par la diversification des canaux d’apprentissage et le développement des méthodes de conception des cours en ligne. Par ailleurs, l’OFPPT facilitera, à travers ce partenariat, l’accès de ses lauréats aux formations d’Universiapolis (diplôme, licence, bachelor et ingénieur), à travers un système de passerelles, qui permettra d’accéder à des niveaux de formation supérieurs, dans des domaines de spécialisation pointus et à fort potentiel. L’objectif est de placer ses stagiaires au cœur de cette dynamique. De plus, ce partenariat permettra aux lauréats distingués de l’OFPPT de bénéficier de bourses d’excellence pour poursuivre des formations de haut niveau.

Création de structures pédagogiques
Universiapolis mettra également en place des structures pédagogiques innovantes communes avec l’OFPPT (maison intelligente, hôtel pédagogique, centre de langues, ateliers de fabrication, Digital Factory, incubateur, espace entrepreneuriat…) au sein des Cités des métiers et des compétences. Ces dernières sont, faut-il le rappeler, la colonne vertébrale de la nouvelle feuille de route pour le développement de la formation professionnelle, présentée devant le roi le 4 avril 2019. L’OFPPT et Universiapolis travailleront conjointement sur l’échange d’expertise et des bonnes pratiques, en matière d’entrepreneuriat, ainsi que la mise en place de projets dédiés au développement de l’esprit entrepreneurial chez les jeunes», explique-t-on auprès des deux partenaires.

Certification des compétences
Toujours en matière de formation, Universiapolis garantira, à travers cet accord, l’appui au développement, au perfectionnement et à la certification des compétences des collaborateurs de l’OFPPT, en particulier les formateurs, pour favoriser une montée en compétences dans de nouveaux métiers liés notamment aux secteurs industriels et au digital. Conscient de son rôle en tant qu’acteur privilégié de la formation professionnelle en Afrique, l’OFPPT pourra, par le biais de ce partenariat, identifier et développer avec Universiapolis des projets de formation dans les métiers relevant de ses activités au niveau des pays africains partenaires. À noter que la cérémonie de signature de la convention s’est déroulée au sein de l’Université internationale d’Agadir, en présence d’Ahmed Hajji, wali de la Région Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane.

4 choses à connaître sur le futur Hyatt Regency Taghazout

femmesdumaroc.com – 04/06/2021

A quelques semaines de son inauguration, le tant attendu Hyatt Regency Taghazout met les dernières touches avant d’ouvrir ses portes pour accueillir ses premiers clients. Ce resort, qui viendra enrichir l’offre hôtelière de la zone de Taghazout Bay, promet un cadre exceptionnel et des expériences inédites.

Voici les 4 éléments que nous connaissons déjà du futur Hyatt Regency Taghazout Resort :

C’est le premier resort du groupe Hyatt au Maroc et second pied dans l’eau de la zone de Taghazout Bay. Il jouit d’une situation unique en front de mer, offrant un accès direct à la mythique plage du KM17 et proposant des chambres et des suites avec une vue dégagée sur l’Océan Atlantique.

Le resort est géré par une équipe expérimentée, avec une forte représentation des talents de la région, qui viennent, adultes, contribuer au rayonnement de Taghazout Bay après y avoir passé, enfants, leurs vacances d’été, sur l’emblématique plage du KM 17. C’est une des formes d’engagement du Hyatt Regency Taghazout en faveur du développement économique et social de cette zone.

Une architecture atypique inspirée des 4 composantes de la nature de Taghazout : le sable, la mer, le vent et les vagues, avec des étages qui se chevauchent pour dessiner l’image des couches de sables après un coup de vent, ou des vagues sur la surface de l’eau de mer, et des intérieurs ornés d’œuvres d’art et d’accessoires arabesques de couleurs minérales, dérivées du bleu et du brun doré. Le Hyatt Regency Taghazout a été conçu en harmonie avec son environnement, pour incarner la beauté de la région et ses richesses naturelle et culturelle.

Des expériences culinaires originales avec un fil conducteur : des ingrédients bio produits localement. Les restaurants et lounges du resort proposent des concepts culinaires différenciés aux univers et ambiances variés. Vous pourrez y savourer des plats classiques revisités ou d’autres complètement innovants, avec un seul point commun : valoriser le terroir marocain et faire appel à la production bio locale, pour proposer aux clients une cuisine fraiche et savoureuse et participer au développement de l’économie de la région.

Akhannouch limite l’intervention des intermédiaires en fruits et légumes

infomediaire.net – 04/06/2021

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi, sous la présidence du Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani, a adopté le projet de loi n°37.21 édictant des mesures spéciales relatives à la commercialisation directe des fruits et légumes dans le cadre de l’agrégation agricole.

Présenté par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, ce projet de loi vise à édicter des mesures spéciales relatives à la commercialisation directe des fruits et légumes dans le cadre de l’agrégation agricole.

Et de souligner que ce projet de loi permettra aux agriculteurs disposant d’unités de conditionnement des fruits et légumes de commercialiser leurs produits sans l’obligation de passer par les marchés de gros, ainsi que de limiter l’intervention des intermédiaires.

Il permettra également d’offrir au citoyen marocain des fruits et légumes qui sont conditionnés et commercialisés conformément aux normes de sécurité sanitaire et de qualité, comme c’est le cas pour les produits destinés à l’exportation.

Elections : Le roi ordonne aux médias publics de cesser la couverture des activités des ministres

yabiladi.com – 03/06/2021

A l’approche des élections, le roi Mohammed VI a ordonné aux médias publics de cesser de couvrir les activités des ministres. Une annonce faite par Saad-Eddine El Othmani, ce jeudi 3 juin dans une allocution prononcée à l’occasion de la réunion hebdomadaire de l’exécutif, indique la présidence du gouvernement dans un communiqué publié cet après-midi.

La décision vise à instaurer une «équité avec les autres partis qui ne sont pas représentés au gouvernement, à l’approche des élections», a expliqué El Othmani. Le chef du gouvernement a précisé que le souverain a également donné ses instructions aux ministres de s’acquitter de leurs missions jusqu’au terme de leurs mandats.

L’ordre royal répond en effet à des demandes exprimées, ces dernières semaines dernières, par certains groupes parlementaires de l’opposition comme de la majorité. A l’occasion de sessions des questions orales à la Chambre des représentants, des députés du PJD et du PAM ont ouvertement dénoncé les couvertures par les médias publics des tournées effectuées par le ministre de l’Agriculture et président du RNI, Aziz Akhannouch, dans des différentes régions du Maroc, les qualifiant de «campagnes électorales» précoces.

Covid-19/Maroc: 395 nouvelles contaminations et 5 décès ce jeudi

lematin.ma – 03/06/2021

Covid-19/Maroc: 395 nouvelles contaminations et 5 décès ce jeudi

Le ministère de la Santé a annoncé ce jeudi 395 nouvelles contaminations au Covid-19 recensées au cours des dernières 24 heures. Ce bilan porte à 520.423 le nombre total des cas d’infection enregistrés dans le Royaume depuis l’apparition du premier cas en mars 2020, soit un taux d’incidence cumulée de 1430,5 pour 100.000 habitants (1,1 pour 100.000 habitants durant les dernières 24 heures).

Le département a également fait savoir que, depuis le lancement de la campagne nationale le 29 janvier dernier, la première dose du vaccin a été administrée à 8.961.585 personnes alors que 5.781.207 citoyens ont reçu la 2e dose.

Dans le classement par régions en nombre d’infections enregistrées au cours des dernières 24 heures, Casablanca-Settat occupe la tête du Top 5 avec 210 cas, suivie de Marrakech-Safi avec 51 nouveaux cas. Souss-Massa et Rabat-Salé-Kénitra occupent la 3et la 4e position avec respectivement 40 et 34 nouveaux cas alors que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma ferme le Top 5 avec 21 nouvelles infections.

Dans le classement journalier par villes, le Top 5 est composé de Casablanca (177 cas), Marrakech (44 cas), Agadir-Ida Outanane (30 cas), Salé (15 cas) et Nouaceur (13 cas).

Le ministère a également dénombré 372 patients déclarés complètement rétablis au cours des dernières 24 heures, soit un taux de rémission de 97,7%. A ce titre, le nombre total des rémissions a atteint à ce jour 508.210 cas.

Dans le même intervalle, 5 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19, ce qui porte le bilan total des décès à 9.165 cas, alors que le taux de létalité reste stabilisé à 1,8%.

Ces décès sont survenus dans les villes suivantes : Casablanca (2), Safi (1), Ouezzane (1) et M’Diq-Fnideq (1).

Par ailleurs, le nombre des tests réalisés durant les dernières 24 heures a atteint 8.770 portant ainsi à 6.020.249 le total des tests effectués à ce jour dans le Royaume.

Pour sa part, le nombre des cas actifs s’établit aujourd’hui à 3.048 personnes, dont 204 cas sévères ou critiques (soit 27 cas recensés durant les dernières 24 heures), parmi lesquels 6 sont placés sous intubation.

Voici dans le détail la répartition géographique des 395 nouveaux cas par régions et provinces

  • 210 cas à Casablanca-Settat : 177 à Casablanca, 13 à Nouaceur, 13 à Mohammedia, 3 à Berrechid, 2 à Mediouna, 13 à Mohammedia, 1 à Settat et 1 à Benslimane.
  • 51 cas à Marrakech-Safi : 44 à Marrakech, 3 à El Kelâa Des Sraghna, 2 à Essaouira, 1 à Rhamna et 1 à Youssoufia.
  • 40 cas à Souss-Massa : 30 à Agadir-Ida Outanane, 7 à Inzegane-Aït Melloul, 2 à Chtouka-Aït Baha et 1 à Taroudant.
  • 34 cas à Rabat-Salé-Kénitra : 15 à Salé, 8 à Rabat, 7 à Skhirat-Témara et 4 à Kénitra.
  • 21 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : 9 à Tanger-Asilah, 4 à M’Diq-Fnideq, 4 à Tétouan, 2 à Ouezzane, 1 à Larache et 41 à Chefchaouen.
  • 9 cas à Laâyoune-Sakia El Hamra : 7 à Laâyoune et 2 à Tarfaya.
  • 8 cas à Dakhla-Oued Eddahab : La Totalité à Oued Eddahab.
  • 7 cas à Drâa-Tafilalet : 3 à Ouarzazate, 2 à Errachidia, 1 à Tinghir et 1 à Midelt.
  • 5 cas dans L’Oriental : La totalité à Driouch.
  • 5 cas à Guelmim-Oued Noun : 2 à Guelmim, 2 à Tan Tan et 1 à Assa Zag.
  • 3 cas à Fès-Meknès : 2 à Meknès et 1 à Fès.
  • 2 cas à Beni Mellal-Khénifra : 1 à Beni Mellal et 1 à Khouribga.
%d blogueurs aiment cette page :