Archives de ‘Spectacle’

Festival Bilmawn Bodmawn 2015 à Inezgane, Dcheira, Aït-Melloul

LE PROGRAMME DU CARNAVAL BILMAWN BODMAWN 2015

Le 09 octobre 2015 débutera la 4ème édition du Carnaval Bilmawn Bodmawn (Boujloud), rendez-vous incontournable des carnavals, conférences et des soirées artistiques.
Pour marquer cette 4ème édition du Carnaval Bilmawn Bodmawn, les organisateurs ont prévu un programme éclectique (à découvrir ci-dessous).

12096426_566791846832495_294783741350484149_n

« Bilmawn », « Boujelloud » ou encore « Hrrma » ou « Bou-lbtayen » sont des noms donnés à la même tradition selon les régions géographiques du Maroc. Il s’agit d’une mascarade populaire, organisée pendant la fête musulmane de l’aïd el kebir (tafaska en amazighe). Accompagnés d’une dizaine de personnes masquées, les « Bilmawns » se déguisent en peaux de chèvres et/ou de moutons et jouent des scènes théâtrales qui sèment la joie et la frayeur dans les ruelles et dans les places « asays »des villages.

33

Le Programme Bilmawn

CÉRÉMONIE D’OUVERTURE

Le 08 Octobre 2015 à 16:00, au complexe culturel – AIT MELLOUL.
* Allocutions d’ouverture.
* Exposition (Galerie, instruments de musique, Vieux oud)

UNE TABLE RONDE

Le 09 Octobre 2015 à 10:00 au théâtre municipal d’INEZGANE
(Les rituels de Bilmawn – طقوس بيلماون)

LA PREMIÈRE SOIRÉE ARTISTIQUE

Le 09 Octobre 2015 à 20:00 – Dcheira

DÉPART DU DÉFILÉ

Le 10 Octobre 2015 à 15:00.
Départ Théâtre municipal d’Inezgane vers le Bd Mohamed V à Dcheira

LA DEUXIÈME SOIRÉE ARTISTIQUE

Le 10 Octobre 2015 à 20:00 – Inezgane

LA DERNIÈRE SOIRÉE ARTISTIQUE

Le 11 Octobre 2015 – Ait Melloul

Remarque : Je n’ai pas pu trouver la localisation précise des soirées artistiques à Dcheira, Inezgane et Aït-Melloul

Vidéo-Théâtre : « MAZROUBE » ou la violence au quotidien à l’Institut français d’Agadir le 7 octobre à 19 H 30

Par Amira Géhanne Khalfallah – le360.ma – 06/10/2015

Après un passage très apprécié à Casablanca en décembre dernier, la Compagnie du jour revient au Maroc avec le spectacle «Mazroube» pour une tournée à Agadir, Essaouira et Tanger.

© Copyright : Brahim Taougar - Le360

© Copyright : Brahim Taougar – Le360

Après avoir consacré sa vie à l’écriture, pour la première fois, un auteur se retrouve en panne d’inspiration devant sa page blanche. La cause de son blocage est à rechercher dans ses souvenirs d’enfance… Mais certains lui échappent. Se replongeant dans les objets de son enfance, il se retrouve littéralement projeté dans le passé, face à une version adolescente et fugueuse de lui-même.
C’est avec ce « lui » adolescent plutôt haut en couleurs qu’il va affronter les fantômes de son passé, en quête du souvenir manquant qui seul pourra l’aider noircir sa page blanche…
Ce spectacle est avant tout une invitation à s’interroger sur le rapport qu’on entretient avec ces « petites » violences, si courantes qu’on en vient à oublier qu’elles sont à l’origine parfois d’un mal-être diffus.

Le spectacle tous publics (à partir de sept ans), qui  s’interroge sur la place faite à l’enfant dans les sociétés, a déplacé les foules et a donné lieu à de riches débats lors de son dernier passage au Maroc. « Avec ce texte, plutôt que de parler des grandes maltraitances qui, heureusement, ne concernent pas toute la population, je me suis intéressée aux petites maltraitances du quotidien, ou «douces violences», pratiquées le plus naturellement du monde, dans l’indifférence totale et, surtout, par tout le monde», explique l’auteure Emilie Malosse.

Pour se soigner de ces maux quotidiens, le Compagnie du jour propose donc du théâtre. Henri Thomas et Fanny Journaut y campent les rôles principaux. Le metteur en scène, Karim Troussi, a opté pour la marionnette pour aborder cette lourde thématique et la très belle info-scéno-plastique signée Christian Zagaria y apporte de la légèreté tout en la nourrissant.  L’univers sonore de la pièce est un mélange de gnaoua et de gospel. «Une musique comme une plainte et, en même temps, le moyen de transcender cette souffrance par l’expression», dit encore le metteur en scène.

« Mazroube » est de retour le 7 octobre à 19 H 30 à l’Institut français d’Agadir.

Sur invitation à retirer à l’IFA

 

INTERVIEW EXCLUSIVE À AGADIR ISABELLE ADJANI : “J’AI VOLÉ UNE PHOTO DANS UN PALACE”

JOSÉPHINE SIMON-MICHEL – parismatch.com – 06/10/2015

Sur la scène du concert pour la tolérance (de g. à dr): Jérome Anthony, Marvin Depres, Chimene Badi, Youssouphs, Shym, Brahim Zaïbrat, Julien Dion, Yamina Benguigui, Vianney, Black M, Isabelle Adjani, Amine, Aladin, Marina Kaye, Sophie Tapis, La Fouine. © Christophe AUBERT

Sur la scène du concert pour la tolérance (de g. à dr): Jérome Anthony, Marvin Depres, Chimene Badi, Youssouphs, Shym, Brahim Zaïbrat, Julien Dion, Yamina Benguigui, Vianney, Black M, Isabelle Adjani, Amine, Aladin, Marina Kaye, Sophie Tapis, La Fouine.
© Christophe AUBERT

Dimanche 4 octobre, Isabelle Adjani a créé la surprise lors du Concert pour la tolérance sur la plage d’Agadir. Venue accompagnée de sa meilleure amie Yamina Benguigui, l’actrice a profité de ce grand rendez-vous musical pour rencontrer tous les artistes. En toute simplicité, elle parle en exclusivité à Paris Match.

Paris Match. Que représente pour vous le Maroc ?
Isabelle Adjani. Le Maroc est un pays que je connais depuis mes 17 ans, bien avant de découvrir l’Algérie grâce aux origines kabyles de mon père.  J’ai beaucoup parcouru le Sud marocain. Ses paysages sont incroyables et j’aime tellement le désert. Étrangement, je me sens un peu marocaine. Pour le moi, le Maroc c’est karmique. J’aime bien penser ça…

Avez-vous une anecdote à raconter sur ce pays ?
Lors d’un séjour dans un palace marocain, j’ai été subjuguée par la photo d’une femme accrochée dans les couloirs: c’est incroyable, cette Marocaine est mon sosie ! Je ne me suis même pas posé de question. J’ai volé le portrait pour l’emporter dans ma valise. Aujourd’hui, cette photo est accrochée chez moi !

(c) Maxppp

(c) Maxppp

Vous assistez au concert pour la tolérance à Agadir. Qu’est ce que la tolérance selon vous ?
C’est la possibilité de lâcher prise sur tout: tout ce qui peut constituer l’antagonisme, l’incompréhension, l’hostilité, l’agressivité, et même la haine. Transmettre ce message à travers la musique est une si belle idée. Ce concert représente l’union de toutes les religions, assimilées aujourd’hui à la guerre, au conflit et à la destruction. La tolérance est un mot que l’on oublie trop aujourd’hui.

Qu’écoutez-vous dans votre smartphone ?
J’ai les mêmes goûts que mon fils. On adore The Avener et Marina Kaye. Cette jeune fille a une voix exceptionnelle. D’ailleurs, je suis très heureuse de pouvoir la rencontrer sur ce concert.

Bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent visiter Crocoparc Agadir

CROCOPARC a mis en place une navette depuis Agadir pour ceux qui désirent s’y rendre :

la navette corocoparc-01

Franc succès de la 10ème édition du Concert pour la Tolérance

medias24.com 05/10/2015

Photo media24.com

Photo media24.com

Saâd Lamjared et Asma Lmanwar ont animé les scènes de la dixième édition du concert pour la Tolérance, aux cotés de plusieurs célébrités internationales, dans une ambiance festive.

Saâd Lamjared

Saâd Lamjared – Photo medias24.com

Asma Lmanwar

Asma Lmanwar – Photo medias24.com

Une pléiade d’artistes marocains et étrangers ont pris part, dimanche 4 octobre sur la plage d’Agadir, à la dixième édition du Concert de la Tolérance, au grand plaisir des spectateurs venus de tout le Maroc, et de l’étranger, qui ont afflué par milliers pour suivre ce grand rendez-vous artistique annuel.

Le concert a été marqué, cette année, par un plateau très riche et une programmation musicale électrique. Des artistes de renommée internationale ont annimé les scènes de ce concert tel, La Fouine, Chimème Badi, Maître Gims, Soprano, la Troupe des 3 mousquetaires, Youssoupha, Kev Adams, Shy’m, Black M, Vianney, Marina Kay, ainsi que les deux vedettes de la chanson marocaine Saâd Lamjarred et Asma Lamnwar,Amine et bien d’autres.

Chimène Badi

Chimène Badi – Photo medias24.com

Maître Gims

Maître Gims – Photo medias24.com

Youssoupha

Youssoupha – Photo medias24.com

Shy'm

Shy’m – Photo medias24.com

Black M

Black M – Photo medias24.com

Vianney

Vianney – Photo media24.com

Marina Kaye

Marina Kaye – Photo media24.com

Zaz

Zaz


Différents répertoires interprétées en arabe, amazighe, français ou encore en anglais, ont été offerts par les artistes aux spectateurs qui le leur ont bien rendu. Ce concert agadiri a été suivi également , par plusieurs millions de téléspecateurs sur les chaines internationales qui ont transmis les différents spéctacles des différents artistes invités à cette dixième édition. Les shows étaient diffusés sur W9, et rediffusés sur 2M TV et toutes les chaines du groupe M6 ainsi que sur la chaine TV5 et des radios fraçaises tel, RFM, Virgin Radio… Cet événement de renommée internationale est un événement organisé par l’ Assocaition pour la Tolérance, une assocaition basée sur Agadir en collaboration avec d’autres partenaires, qui ont choisi de placer cette rencontre sous le thème « ensemble pour une fête de la tolérance »

Le Concert pour la Tolérance célèbre l’ouverture et l’hospitalité du Maroc

par Fedwa Misk – lavieeco.com – 03/10/2015

Le Concert pour la tolérance revient pour une dixième édition dans la ville d’Agadir ce dimanche 4 octobre.

Concert-Tolerance-(2015-10-02)

À l’heure où, partout ailleurs, vivre ensemble semble devenir problématique et où des valeurs telles que la tolérance et la fraternité se heurtent au mur de la différence, la baie d’Agadir ouvre grand ses bras au monde le temps d’un concert. Le rendez-vous a d’ailleurs été rebaptisé «Ensemble, le Concert pour la tolérance» ; une façon d’annihiler davantage les frontières et les dissimilitudes.

Programme éclectique

Comme chaque année, cette grande fête de la tolérance, de l’ouverture et du vivre-ensemble, organisée en collaboration avec des chaînes françaises, invite des artistes nationaux et internationaux connus et porteurs d’un message de paix.

Pour sa dixième édition, Le Concert pour la tolérance promet un plateau artistique aussi riche qu’éclectique. Encore une fois, Agadir recevra des artistes de renom, à commencer par les animateurs de la soirée qui ne sont autres que Kev Adams et Audrey Lamy. Côté artistes, Chimène Badi revient une autre fois à Agadir après sa participation à l’édition de 2011. Avec sa Bella qui fait tourner les têtes, Maître Gims se produira à Agadir, après avoir fait plusieurs grands festivals au Maroc. Zaz, auteure de beaux textes et chanteuse aux accents manouches, interprétera ses plus grands succès.

La route de Black M le conduira également sur la baie d’Agadir, où il retrouvera La Fouine et le talentueux Youssoupha qui vient à peine de faire le bonheur du public de L’Boulevard à Casablanca. L’auteur-compositeur Vianney viendra chanter sa Chanson d’hiver et La Malice sera au rendez-vous avec Shy’m, chanteuse et danseuse française dont les titres connaissent un grand succès.
Amine, pionnier du Raï’n’B, reviendra après une longue retraite, faire éclore la joie sur la scène du Concert pour la tolérance.
On y croisera également Saad Lamjarred dont la popularité croissante, auprès des jeunes et dans le monde arabe, en fait un ambassadeur sûr pour le Concert pour la tolérance. La star Asmaa Lamnawar viendra également se joindre aux stars conviées.

Marina Kaye sera la plus jeune artiste de l’édition. Cette auteure-compositrice et interprète de 17 ans, connue lors de l’émission La France a un incroyable talent, se produira pour la première fois au Maroc. «D’autres artistes seront également de la fête», promet le Concert pour la tolérance.

Dix ans de concert

En dix années d’existence, le Concert pour la tolérance a rendu hommage à l’hospitalité et à l’ouverture du Maroc grâce à un accueil de qualité des artistes français, marocains et internationaux. Les valeurs universelles de tolérance, de paix, de respect et de dialogue entre les cultures ont, chaque année, été célébrées à travers le concert et les colloques organisés en marge. Aujourd’hui, l’événement prend toute sa dimension à la lumière de l’actuelle détérioration de ces valeurs de par le monde. Il s’impose pour rappeler, tant aux Marocains qu’aux citoyens du monde, que le Maroc a toujours été et continue d’être une terre d’accueil et de diversité.
Le Concert pour la tolérance, rappelons-le, rassemble chaque année un large public local et international dans un cadre festif. L’année dernière, le concert a attiré plus de 220 000 spectateurs. Des millions d’autres ont pu suivre le concert grâce aux multiples diffusions télé.

Cette année, le Groupe M6 revient en tant que partenaire audiovisuel du Concert pour la tolérance. W9, chaîne orientée jeunesse, assurera la diffusion en prime time du spectacle. Le concert sera ensuite rediffusé sur toutes les chaîne du groupe M6. Il sera également diffusé dans son intégralité au Maroc sur 2M et dans le monde entier grâce à TV5 Monde.

Agadir vibre au rythme de la Tolérance

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 30/10/2015

La 10e édition du célèbre concert ce dimanche à 19h sur la plage
Chimène Badi, Maître Gims, Saâd Lamjarred, Kev Adams… les vedettes
Très attendu, le Concert pour la Tolérance attire à chaque édition des milliers de spectateurs qui viennent de partout pour vibrer au rythme de l’ouverture, du respect de l’autre et du dialogue entre les cultures

Très attendu, le Concert pour la Tolérance attire à chaque édition des milliers de spectateurs qui viennent de partout pour vibrer au rythme de l’ouverture, du respect de l’autre et du dialogue entre les cultures

Et de 10 pour le Concert pour la Tolérance. Très attendue, cette manifestation attire à chaque édition des milliers de spectateurs qui viennent des quatre coins du pays et aussi de l’étranger pour vibrer au rythme de l’ouverture, du respect de l’autre et du dialogue entre les cultures. Pour cette édition 2015, la grande soirée est prévue dimanche 4 octobre à 19h sur la plage d’Agadir. Les organisateurs tablent sur plus de 220.000 spectateurs. Pourquoi pas? Eclectique, le plateau d’artistes au programme peut en effet répondre à différents goûts. Ainsi, pour chanter la paix et se réunir autour de valeurs universelles, des stars issues de différents horizons vont se succéder sur scène. Maître Gims, Vianney, Chimène Badi, Marina Keye, Asmaa Lamnawer, Youssoupha, La Fouine, Amine, Saâd Lamjarred, La Troupe des trois mousquetaires et bien d’autres encore. La soirée sera animée par le duo d’humoristes et acteurs français Kev Adams et Audrey Lamy.
Il faut noter que cette grande manifestation musicale multi-culturelle, co-organisée par la France et le Maroc, est rebaptisée «Ensemble, le Concert pour la Tolérance». Cette année, le Groupe M6 revient en tant que grand partenaire audiovisuel. Et c’est W9, la chaîne orientée jeunesse du groupe, qui assurera la diffusion en prime time de la grande soirée. En mettant l’accent sur l’esprit d’ouverture, du vivre ensemble et de diversité culturelle qui a toujours caractérisé la manifestation. Par la suite, le concert sera rediffusé sur toutes les chaînes du groupe M6. Il sera de même diffusé dans son intégralité au Maroc sur 2M, et dans le monde entier grâce à TV5 Monde. Lors de la soirée, plus de 200 techniciens s’activeront en déployant leurs efforts pour faire fonctionner un dispositif digne des plus grands événements internationaux. «La production franco-marocaine mutualise les compétences, les moyens et les technologies de pointe au service de ce show unique», expliquent les organisateurs. Par ailleurs, lors du grand show, tout un dispositif sécuritaire est mis en place par les autorités locales. La priorité étant de gérer la foule avec le mot «Tolérance» pour devise. Il faut préciser dans ce sens que depuis 2006 qu’il est organisé à Agadir, le Concert pour la Tolérance s’est toujours passé dans de bonnes conditions nonobstant les foules immenses qu’il attire. Pour rappel, le Concert pour la Tolérance est un événement produit par Electron Libre Production. Il est co-organisé par l’Association pour la Tolérance, basée à Agadir et regroupant les représentants des partenaires officiels marocains de la manifestation. Notamment, 2M, Royal Air Maroc (RAM), l’Office national marocain du tourisme (ONMT), le Centre régional du tourisme (CRT) d’Agadir, ainsi que l’Association de l’industrie hôtelière d’Agadir (AIHA).

Agadir fête la 10 ème édition de Concert de la Tolérance

par Abdallah HALIMI – lemag.ma – 30/09/2015

Devenu un rendez-vous incontournable, la ville d’Agadir s’apprête a accueillir le 4 octobre une pléiade d’artistes de renommées nationales et internationales sur les sables de mer de la ville.

Tolérance

Sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le Concert pour la Tolérance tiendra sa dixième édition le dimanche 4 octobre prochain sur la plage de la capitale de Souss, Agadir. Le Concert est une occasion pour sensibiliser le public sur les valeurs de la fraternité, de respect de l’autre, de la diversité culturelle … à travers une seule langue : la musique.

Ce grand rendez-vous artistique sera suivi par plus de 200000 spectateurs sur place et des millions de spectateurs à travers le monde via les différentes chaînes nationales et internationales : la chaîne M6, TV2M, TV5 Monde.

Le programme prévoit un plateau riche et varié aussi bien du point de vue des styles que des générations. Ainsi le public sera au rendez-vous avec des célébrités et artistes nationaux et internationaux, telle que Maître Gims, Black M, Soprano, Marina Kay, Youssoufa, Asmae Lamnouar, la Troupe des Trois Mousquetaires, Saad Lamjarred, Vianney, Chimene Badi, Shy M …

Rappelant que ce grand rendez-vous artistique produit par Electron Libre Production et co-organisé avec l’Association pour la Tolérance Agadir et ses principaux partenaires : La commune d’Agadir, RTM, 2M, ONMT, CRT-Agadir.

Gabacho Maroconnection a fait un « tabac » hier soir à l’Institut français d’Agadir

Bien que ce groupe ait un emploi du temps très chargé, l’Institut français du Maroc a réussi à les programmer sur ses différentes scènes du Maroc..

Franck Patillot, nouveau directeur de l’IFA était fier de nous les présenter hier soir

IMG_0639

Une formation haute en couleurs composée d’instruments traditionnels marocains, percussions africaines et du Maghreb, chants, cuivres, n’goni, piano, basse, batterie.
Sur scène ce sont huit musiciens français, marocains et espagnols, menés par le chant et le guembri du maâlem Hamid Moumen, métissant des compositions s’inspirant de l’héritage gnaoua, de l’afro, de la tradition Berbère, du jazz et du flamenco… dans une transcendance des frontières, des styles, des différences.

GABACHO MAROCONNECTION s’est produit dans plus de 30 festivals en 2014 en France, Espagne et Italie, chaque concert de ce “World-music-band” se transformant en une véritable fête marocaine !

Les musiciens

HAMID MOUMEN (chant - gembri)

HAMID MOUMEN (chant – gembri)

JAOUAD JADLI (chant-percussion)

JAOUAD JADLI (chant-percussion)

FREDERIC FAURE (chant-percussion)

FREDERIC FAURE (chant-percussion)

VINCENT THOMAS (batterie)

VINCENT THOMAS (batterie)

Muñoz

WILLY MUÑOZ (piano)

ANTONIO LIZANA (saxophone-chant)

ANTONIO LIZANA (saxophone-chant)

CHARLEY ROSE (saxophone chant)

CHARLEY ROSE (saxophone chant)

ERIC OXANDABURU (basse)

ERIC OXANDABURU (basse)

Un autre musicien, (italien), est venu se joindre à eux (flûte traversière)

Un autre musicien, (italien), est venu se joindre à eux (flûte traversière)

Quelques autres photos de ce splendide concert :

IMG_0640 IMG_0642 IMG_0643 IMG_0645 IMG_0646 IMG_0649 IMG_0650 IMG_0652 IMG_0653 IMG_0654 IMG_0655 IMG_0661 IMG_0662 IMG_0666 IMG_0667 IMG_0677 IMG_0682 IMG_0684 IMG_0685 IMG_0691Le public a beaucoup apprécié leur prestation en venant participer et danser devant la scène :

IMG_0670 IMG_0680
Et tous espèrent avoir le plaisir les revoir bientôt à Agadir !
IMG_0692

Photos M. Terrier

Et, en prime, une petite vidéo pour avoir un peu l’ambiance et entendre ce qu’ils font (vidéo enregistrée dans un autre cadre)

Eish Safari 2015 choisit le Maroc pour son tournage

lnt.ma – 18/09/2015

eish-safari

Pour sa neuvième édition, Eish Safari, première émission de téléréalité pour enfants dans le monde arabe de la chaine MBC3 a choisi le Maroc comme lieu de tournage. L’un des objectifs principaux de l’émission est de mettre en valeur la richesse culturelle et touristique du royaume. La Confédération nationale de Tourisme a été partenaire et L’ONMT a soutenu cette initiative.

Après l’Afrique du sud, Thailande, l’Australie, la Malaisie, les états unis, la Turquie, les UAE, et la Jordanie, MBC 3 a choisi le Maroc pour le tournage de la neuvième édition de son émission phare, de renommée internationale, Eish Safari. Durant tout le mois d’Août, l’équipe de mbc3 accompagnée par celle de la société marocaine lastrada pro mandatée par la chaine pour le tournage au Maroc, ont posé valises à El Jadida qui a été élue comme lieu principal du tournage des séries d’aventures. Ce sont 12 enfants issus de 10 pays différents dont deux marocains, qui participent cette année. Outre le développement de l’esprit de défi, d’aventures, d’indépendance et de compétition positive, la révélation des compétences sportives et des talents des uns et des autres, le renforcement des possibilités de dialogue et d’échanges culturels entre les jeunes, Eish safari dont l’audience dépasse les 10 millions de téléspectateurs dans les pays arabes et du Moyen Orient, vise en particulier la mise en valeur des richesses de cultures, de paysages et des sites touristiques de la région sélectionnée. Ainsi, tout au long de la période du tournage, participants et équipe de tournage ont effectué des visites touristiques de huit villes marocaines à savoir, Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Safi, Essaouira, Meknès et Agadir. L’équipe de mbc3 et les enfants en compétition ont été surpris par la beauté des paysages et la richesse culturelle du pays. La confédération nationale du tourisme a mobilisé ses équipes dans les différentes villes et été le partenaire de Lastrada pro pour que le tournage se fasse dans les meilleures conditions.

Divers autres partenaires ont participé au succès de cette édition dont le groupe Palmeraie Resorts, Kenzi Menara Palace, Mazagan ou encore des institutions tels l’ONMT et le ministère de culture et des Habous. L’émission est programmée en 20 épisodes sur la chaine mbc3. La première a été diffusée le Dimanche 13 septembre à 16H heure locale.

RFM vous invite au Maroc pour assister au Concert pour la Tolérance !

rfm.fr

rfm_concert-tolerance-608

Jusqu’au 27 septembre, gagnez votre séjour pour 2 personnes au Maroc et partez à Agadir pour la 10ème édition du Concert pour la Tolérance le dimanche 4 octobre !

Le Concert pour la Tolérance, un événement en faveur de l’amitié et du dialogue entre les cultures donné sur la plage d’Agadir en partenariat avec  la Royal Air Maroc, l’Office national Marocain du Tourisme et le Sofitel Agadir Thalassa Sea and Spa.

Retrouvez sur scène Vianney, les Trois mousquetaires, Marina Kaye et bien d’autres pour un concert en faveur de l’amitié et du dialogue entre les cultures sur la plage d’Agadir !

Jusqu’au 27 septembre, RFM vous offre votre séjour pour 2 personnes à AGADIR comprenant : les vols A/R Paris-Agadir ainsi que 4 nuits en hôtel 5* en pension complète !

Pour participer à notre tirage au sort, remplissez le formulaire que vous trouverez sur le site de RFM : (cliquez sur le lien ci-dessous)
http://www.rfm.fr/webform/rfm-vous-invite-au-maroc-pour-assister-au-concert-pour-la-tolerance

Le « Concert pour la tolérance » fête ses dix ans en musique

elle.fr – 15/09/2015

Louane

Louane

Louane, Black M, Maître Gims, Kendji Girac, Christophe Willem, Marina Kaye, Zaz, Vianney… Cette année encore, le « Concert pour la tolérance » qui aura lieu le 3 octobre prochain sur la plage d’Agadir au Maroc réunira une pléiade d’artistes. L’émission, présentée par Kev Adams et Audrey Lamy, sera diffusée sur W9 et M6.

De la musique pour prôner la tolérance

Cette coproduction franco-marocaine, qui lutte en musique contre l’extrémisme, fête cette année ces dix ans. Créé en 2005, l’événement est soutenu par l’Office du tourisme marocain, la Royal Air Maroc et les hôteliers d’Agadir.

Le chanteur gadiri Mejja à l’affiche du Festival des musiques berbères et d’ailleurs

le360.ma – 14/09/2015

Le chanteur gadiri, Mejja, sera de la partie lors de la deuxième édition du Festival international des musiques berbères et d’ailleurs qui se tiendra à Paris les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015.

photo22

La deuxième édition du Festival international des musiques berbères et d’ailleurs (FIMBA) se tiendra à Paris, les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015.

Ce festival d’envergure organisé par le Groupe Berbère Radio Télévision, en partenariat avec la mairie de Paris, rassemble des artistes amazighs de toute l’Afrique du Nord, ainsi que des artistes francophones des différentes régions de France.

Il a pour valeur cardinale le partage et pour objectif de faire connaître et apprécier la musique amazighe au-delà des barrières culturelles et linguistiques.

Une pléiade d’interprètes de la chanson kabyle ainsi que le célèbre Idir seront présents à cette édition.

D’autres chanteurs de Guinée, de France et de Finlande seront également au rendez-vous.

Côté marocain, c’est Mejja qui sera au programme. Abdesslam Mejjaoui, alias Mejja, rappelle-t-on, est un natif d’Agadir qui a hérité l’amour de la musique de son père qui chantait l’amarg, ce mélange de poésie et de chant qu’affectionnent les rwaiss.

De formation académique, il s’est lancé, très tôt, dans une quête d’innovation mâtinée de tradition et de modernité, qui le conduit d’Agadir à Paris.

La Ville des Lumières lui ouvre les yeux sur la World musique. Il y crée plusieurs spectacles où il fusionne la musique amazighe avec différents styles africains et espagnols dont il admire la force de l’identité. Il expérimente aussi les rythmes gnaouis, mais c’est toutefois dans le blues qu’il se reconnaît. Il y trouve la même complainte des plaines désertiques que chantait sa mère, originaire d’Aï Baamrane, au Sahara.

Hier soir, première partie des « Noces de Figaro » à l’I. F. A.

Les Noces de Figaro est un opéra en 4 actes, sur un livret de Da Ponte, d’après la comédie de Beaumarchais. Cet opera fait partie des œuvres majeures du répertoire lyrique qui sont enregistrées en direct au Festival d’Aix.

Ce film projeté sur grand écran et en haute définition nous a été présenté d’une manière très intéressante par M. Franck Patillot, nouveau directeur de l’IFA remplaçant de M. Pascal Hajaali qui avait su se faire tant apprécier ici ; nul doute que M. Patillot en fera de même.

Franck Patillot, nouveau directeur de l'IFA

Franck Patillot, nouveau directeur de l’IFA. Photo M. Terrier

La durée de cette projection étant de plus de 3 heures, la projection se fera en 2 fois. Hier soir, les deux premiers actes ont été projetés, les deux derniers le seront très bientôt et vous serez prévenus sur ce blog de la projection de la seconde partie.

Revisité en 2012, et largement diffusé, il s’agit là d’une production du Festival d’Aix- en-Provence dirigée par Jérémie Rhorer et mise en scène par Richard Brunel.

LE NOZZE DI FIGARO  (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de lÕHarmonie, Choeur  Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d'Aix en Provence au theatre de l'Archeveche du 5 au 14 juillet 2012. Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio),  Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio). Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires. (photo by Pascal Victor/ArtComArt)

LE NOZZE DI FIGARO (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de lÕHarmonie, Choeur Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d’Aix en Provence au theatre de l’Archeveche du 5 au 14 juillet 2012.
Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio), Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio).
Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires.
(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

 

Les Noces de Figaro à L’Institut Français d’Agadir le 12 septembre 2015 à 20 H 30

LE NOZZE DI FIGARO (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de lÕHarmonie, Choeur Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d'Aix en Provence au theatre de l'Archeveche du 5 au 14 juillet 2012. Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio), Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio). Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires. (photo by Pascal Victor/ArtComArt)

LE NOZZE DI FIGARO (Les Noces de Figaro) de Wolfgang Amadeus Mozart, mise en scene Richard Brunel, direction musicale Jeremie Rhorer, orchestre Le Cercle de l’Harmonie, Choeur Les Arts Florissants, dans le cadre du Festival d’Aix en Provence au theatre de l’Archeveche du 5 au 14 juillet 2012.
Avec: Kyle Ketelsen (Figaro), Patricia Petibon (Susanna), Paulo Szot (Il Conte di Almaviva), Malin Bystrom (La Contessa di Almaviva), Kate Lindsey (Cherubino), Anna Maria Panzarella (Marcellina), Mario Luperi (Bartolo), John Graham-Hall (Basilio), Emanuele Giannino (Don Curzio), Mari Eriksmoen (Barbarina), Rene Schirrer (Antonio).
Les comediennes: Clothilde Aubert, Cecile Braud, Maianne Barthes, Marie Vires.
(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

OPÉRA – PROJECTION SUR GRAND ÉCRAN

LES NOCES DE FIGARO

Wolfgang Amadeus Mozart

Samedi 12 septembre à 20h30

À l’Institut français d’Agadir

Depuis 1948, le Festival d’Aix parcourt et relit inlassablement l’œuvre de Mozart, tandis que chaque année, le Festival est un rendez-vous prisé des amateurs d’opéras. Des œuvres majeures du répertoire lyrique y sont enregistrés en direct, et désormais diffusés dans le monde entier. Avec l’Institut français d’Agadir, découvrez ces chefs d’œuvres sur grand écran, et en haute définition.

Les Noces de Figaro est un opéra en 4 actes, sur un livret de Da Ponte, d’après la comédie de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro. Il reçoit, lors de sa création à Vienne, le 1er mai 1786, un succès mitigé, mais il triomphe à Prague peu après et devient extrêmement populaire. Les Noces de Figaro est le premier volet d’une fructueuse collaboration entre Mozart et Da ponte qui aboutira l’année suivante à la création de Don Giovanni, puis de Cosi fan Tutte en 1790.

Revisité en 2012, et largement diffusé, il s’agit là d’une production du Festival d’Aix- en-Provence dirigée par Jérémie Rhorer et mise en scène par Richard Brunel.


La projection sera précédée d’une présentation de l’opéra par M. Franck PATILLOT, nouveau directeur de l’IFA.

Entrée libre

Soirée de gourmandise et de mode hier soir à l’Xtrem Club d’Agadir

IMG_0568.JPGL’Xtrem Club (qui a remplacé le Dreams) accueillait hier Fabrice et Sandrine de l’Epicerie Illigh qui offraient une dégustation de charcuterie et de fromages et Lita qui présentait sa collection de mi-saison 2015-2016. Plus de 150 personnes s’étaient déplacées pour ces événements

IMG_0535.JPG IMG_0536.JPG

Rencontre avec les si gentils Mehdi et Camille du Riad de l’Olivier à Aqesri

IMG_0557.JPGL’excellent DJ a parfaitement su créer l’ambiance pour animer la soirée

IMG_0556.JPG

Les délicieuses charcuteries (très variées) et les fromages ont fait le régal de tous.

IMG_0539.JPG

IMG_0533.JPG IMG_0534.JPGQuelques photos de la présentation de la collection de Lita sur un thème oriental (vous pouvez en voir plus sur sa page Facebook en cliquant ICI )IMG_0565.JPG

IMG_0540.JPG IMG_0543.JPG IMG_0543.JPG07-09-2015 09-55-20 IMG_0544.jpg07-09-2015 09-55-02 IMG_0549.JPG IMG_0550.JPG IMG_0550.JPG07-09-2015 09-54-35 IMG_0552.JPG07-09-2015 09-54-16 IMG_0554.JPG IMG_0561.JPG07-09-2015 09-54-01 IMG_0563.JPG

Chanteurs gnaoua et DJs électro : le Festival d’Île-de-France vibre au rythme du Maroc

telerama.fr – Louis Victor – 04/09/2015

L'ensemble Dakka Roudania en mai dernier

L’ensemble Dakka Roudania en mai dernier

Dans les jardins de Villarceaux, musiques gnaouies, star du chaâbi et… rappeurs. La musique marocaine est l’invitée du Festival d’Ile-de-France.

Absence d’écriture, règne de l’oralité et prédominance du rythme sur l’harmonie. Ainsi définit-on prosaïquement l’ensemble des musiques du Maroc. Qu’il soutienne une improvisation poétique, une chanson villageoise légère, une danse de l’Atlas ou une transe gnaouie, le rythme offre à la musique marocaine un pouvoir de séduction incontestable et immédiat : impossible de rester insensible aux polyrythmies (afro-)maghrébines, parfois infiniment complexes et pourtant irrémédiablement dansantes.

Après New York en 2012, l’Afrique du Sud en 2013 et la Colombie en 2014, l’ambitieux Festival d’Ile-de-France s’intéresse au royaume chérifien, proposant une épopée musicale de Gibraltar au désert du Sahara, d’hier à aujourd’hui. « On ne voulait pas se concentrer uniquement sur les répertoires traditionnels, explique Olivier Delsalle, directeur artistique du festival. L’idée était d’offrir une image représentative de la scène actuelle. » Tout au long d’un après-midi dominical de concerts, au coeur du domaine de Villarceaux, le public pourra naviguer entre rap, électro, chaâbi, musiques gnaouie, amazigh (berbère) ou arabo-andalouse. Dès l’ouverture des portes, l’accueil sera assuré par Dakka Roudania, ensemble passionnant, interprète d’un style rare dont les racines sont implantées à Taroudant, ville d’artisans tanneurs : la dakka (« frappe »), exemple probant de la supériorité du rythme sur la mélodie.

La dakka des tanneurs

Taroudant, 17 mai 2015. Au coeur de la médina, dans la cour intérieure d’un riad verdoyant, treize musiciens accordent les peaux de chèvres de leurs petites percussions, taarija, au-dessus d’un feu de braise. Ils s’apprêtent à donner un concert dans un élégant apparat traditionnel. Le leader de Dakka Roudania, Smaïn, armé de son bendir (un large tambour qui se tient d’une main) emmène ses douze chanteurs et percussionnistes au coeur de compositions bâties sur de vastes crescendos et de longues accélérations enivrantes. De quoi se laisser aller à la transe. Sur chaque morceau, Smaïn chante une phrase et la troupe lui répond. Un procédé qui se retrouve dans de nombreuses musiques ethniques et dans le blues : le call and response. Jeu de questions-réponses, ici construit sur des poèmes arabes.

L'ensemble de musique berbère Inouraz aura pour invité, entre autres, Ali Chouad (ici à droite)

L’ensemble de musique berbère Inouraz aura pour invité, entre autres, Ali Chouad (ici à droite)

« Le profane et le sacré se retrouvent au centre de textes qui passent de louanges du Prophète à des thèmes tels que l’amour, la nature, l’histoire et la satire. C’est une musique de plus en plus fragile face à l’obscurantisme actuel », explique Brahim El Mazned, directeur du festival de Rabat, Visa for music, qui a pour but de mettre en avant la richesse des scènes d’Afrique et du Moyen-Orient. Le vendredi après-midi [jour saint, NDLR], les artisans du cuir se retrouvent dans des riads, cuisinent, boivent du thé et jouent la dakka, qui demeure un lien social important à Taroudant. D’autant que la pratique ne se professionnalise pas. »

La musique et les femmes

Autre point louable de la programmation à Villarceaux : la présence de femmes, dont la jeune chanteuse Zineb Afilal. Accompagnée par l’orchestre (masculin) de Tétouan, elle s’impose entre luths et violons et brille au coeur du répertoire andalou-marocain, l’équivalent de notre musique classique européenne. Précisons qu’au Maroc les femmes occupent un statut à part : sauf rares exceptions, on leur interdit de toucher aux instruments à cordes et à vent. Restent alors le chant, la danse et les percussions. Mais « celle qui chante en public demeure, pour beaucoup, une femme aux moeurs légères », rappelle le musicologue Ahmed Aydoun.

.
Fatima Tachtoukt, jeune Berbère rencontrée à Agadir, accompagne depuis quelque temps le groupe amazigh Inouraz. Elle vient d’une famille d’artistes où les épouses ne sont pas autorisées à chanter en public. « J’ai dû m’imposer et dire à mon père : j’ai d’ores et déjà signé un contrat, si je ne finis pas mon album, je vais en prison », confie-t-elle lors d’une répétition. Fatima est une raysât. L’équivalent féminin des rwayês, ces chanteurs « savants », poètes et improvisateurs, qui ont longtemps joué le rôle de chroniqueurs du quotidien ou d’historiens dans les villages de la région du Souss, au sud du pays. Entourée des maîtres Ali Faiq et Ali Chouhad, Fatima, en tant que femme, modernise l’image de cette pratique mais reste porteuse d’une tradition malmenée par Internet et par la disparition des fabricants de loutars et de rababs, instruments exclusivement utilisés par les rwâyes, mais grands absents des conservatoires.

Gnaoua et traditions

Lorsqu’il est question de tradition marocaine, difficile de ne pas évoquer la plus mystique des musiques, celles des Gnaoua, descendants d’esclaves d’Afrique subsaharienne, dont la culture infiniment riche remonte au XVIe siècle ? Exportée pour le meilleur et pour le pire sur tous les continents depuis quelques décennies, la musique gnaouie possède son propre festival à Essaouira, où les maâlems, maîtres chanteurs et joueurs de guembri, sont invités à ouvrir leur art aux autres répertoires, dont le jazz : une fusion qui a déjà fait ses preuves. Donc, tout naturellement accompagné du batteur Karim Ziad, l’éminent Hamid El Kasri viendra envoûter la foule francilienne avec ses incantations pentatoniques, comme il a su le faire jusqu’à 4 heures du matin sur une plage d’Essaouira le 16 mai dernier. En cette soirée printanière, un autre Gnaoui avait bénéficié des faveurs du public féminin : le jeune et dynamique Mehdi Nassouli, qui semble déterminé à décloisonner les genres avec un répertoire festif. Un exercice délicat. Car à l’image de toute autre scène émergente dans l’industrie musicale, le Maroc affronte un dilemme : comment faire cohabiter tradition et modernité ? Doit-on muséifier les styles au profit d’une dite authenticité ou les laisser suivre le cours de la globalisation ? Face à ces questions, une seule réponse : au coeur d’une tradition orale, la transmission, l’éducation et l’enregistrement des répertoires restent prioritaires. Vient ensuite l’émancipation. Un schéma viable que retranscrit la programmation du Festival d’Ile-de-France.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :