L’Institut français lance sa saison culturelle France-Maroc 2017

yabiladi.com – 23/02/2017

L’Institut français au Maroc propose chaque année plusieurs événements culturels d’envergure. Pour 2017, le programme est riche et enchantera petits et grands.

 

L’Institut français au Maroc a organisé une conférence de presse à Casablanca le 23 février pour présenter la saison culturelle France-Maroc 2017. Dans les 12 villes du royaume où l’Institut est implanté, 25 événements majeurs vont avoir lieu.

Jean-Marc Berthon, directeur général de l’Institut français au Maroc a présidé l’événement. Il était accompagné des directeurs de plusieurs Instituts français, notamment celui de Meknès, Alain Millot, et d’El Jedida, Damien Heurtebise. Jean-Marc Berthon a d’abord salué les relations entre le Maroc et la France «qui ont des histoires entremêlées et des destins profondément liés». Les deux pays ont «une affinité culturelle incroyable», a-t-il ajouté, soutenant qu’«il faut faire de la culture un facteur de rapprochement».

«Réinventer la cité»

Une «affinité culturelle» qui se traduira à travers 200 jours de spectacles vivants et une soixantaine de conférences, résume Jean-Marc Berthon. Le thème choisi cette année : «Réinventer la cité». Le choix n’est pas anodin : «Lors de ces évènements, nous parlerons beaucoup de la ville. De nombreuses ‘agora’ auront lieu pour discuter et débattre. L’espace public sera ainsi investi», prévoit le responsable français.

Les spectacles vivants occuperont la plus grande partie de la saison culturelle. Des classiques seront au programme, tels «Le malade imaginaire» de Molière, mis en scène par Michel Didym à Casablanca, Marrakech, Rabat et Meknès entre les 16 et 25 mai. «Les cavaliers» de Joseph Kessel, mis en scène par Eric Bouvron, sera programmé à Tétouan, Fès, El Jadida, Essaouira et Agadir du 31 octobre au 10 novembre. Quant au spectacle «Djihad», du Belgo-marocain Ismail Saïdi, qui a triomphé en Belgique et est actuellement en tournée en France, sa représentation est prévue du 12 au 17 octobre à El Jadida, Rabat, Tanger et Fès.

Musicalement, le jazz est sous le feu des projecteurs puisque le talentueux Daniel Zimmermann Quartet effectuera une tournée dans les différents Instituts du Maroc en novembre. «Cette année sera marquée par la création du festival de Jazz d’Agadir», révèle Jean-Marc Berthon. De plus, la 3e édition de la nuit électronique à Casablanca aura lieu le 13 mai. Enfin, «Les Nuits du ramadan», qui en est à sa 11e édition, aura lieu du 2 au 6 juin. Le festival sera mobile dans ses lieux et ses dates. Le thème de cette année tournera autour de la question de l’exil, la migration et le métissage culturel.

Marrakech accueillera un nouveau musée

Dans le volet littéraire, Leila Slimani, prix Goncourt 2016, va revenir au Maroc pour deux événements. «Elle nous fait l’honneur de rencontrer son public», déclare le président général de l’Institut français, lors d’une rencontre à Rabat (6 juillet), Casablanca (7 juillet) et Tanger (8 juillet). La Franco-marocaine va également présider le jury de la 24e édition du prix Grand Atlas à Rabat en octobre.

Enfin, Jean-Marc Berthon a annoncé l’ouverture d’un nouveau musée à Marrakech, «Dar El Bacha». Le lieu sera inauguré avec l’exposition «Les Lieux Saints Partagés» à l’automne prochain. L’exposition a été présentée au Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille (Mucem). Elle est le fruit d’un partenariat entre la Fondation nationale des musées (FNM) du Maroc et le Mucem.

L’Institut français apporte son soutien à des événements d’envergure. Le plus marquant sera sans aucun doute l’exposition de Picasso au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, avec la coopération du musée Picasso à Paris et la FNM. L’exposition débutera le 18 avril et présentera «une centaine d’œuvres majeures» de l’artiste.

Dans le domaine de l’animation, l’événement phare est sans nul doute la 16e édition du Festival international d’animation de Meknès, avec la présence de Michel Ocelot, réalisateur de «Kirikou» et David Silverman, auteur de la série mythique «Les Simpson». Le FICAM aura lieu du 17 au 22 mars dans la ville impériale.

Maroc : Agadir abrite les “Journées agrumes” les 24 et 25 février

MAP – maghrebemergent.info – 24/02/2017

La ville d’Agadir abrite, les 24 et 25 février, les “Journées agrumes”, un événement ayant pour objectif de dresser un état des lieux du secteur de la production des agrumes au Maroc et établir un plan quinquennal de mise à niveau et de développement du secteur.

Photo Atlas Agrumes
Photo Atlas Agrumes

Les participants à ces journées ambitionnent de sortir avec des recommandations claires et un plan d’action portant sur la mise à niveau du secteur.

Agadir accueillera le siège de l’Association africaine de Jet-Ski

lemag.ma – 23/02/2017

.

La ville d’Agadir a été choisie pour accueillir le siège de l’Association africaine de Jet-Ski, nouvellement créée, dont la présidence a été confiée à Halim El Aidi qui coiffe l’association marocaine des professionnels de la discipline.

img_8821

Selon un communiqué parvenu à la MAP, la décision a été prise à l’issue d’une réunion tenue récemment à Bruxelles entre les représentants des Associations internationales de Jet-Ski (IJSBA) d’Europe et des Etats Unis.

La réunion a été consacrée à l’examen de l’état d’avancement du Championnat du monde endurance de jet ski qui se tiendra en novembre prochain dans la première station balnéaire nationale.

Cette nomination à la tête de l’instance africaine est «un grand honneur et une grande avancée dans le monde du jet ski sur le continent», a indiqué M. El Aidi dans ce communiqué.

La création de l’International Jet Sports Boating Association (IJSBA) Afrique se fixe pour ambitions de développer les échanges sportifs entre les différentes nations africaines dans la discipline du jet ski et de fédérer autour de ce sport.

«Nous espérons faire émerger des vocations et de grands champions internationaux», poursuit-il selon le communiqué.

D’après la même source, l’IJSBA Afrique encadrera la planification, l’organisation et le déroulement des compétitions à travers tout le continent, conformément aux règles et exigences des instances internationales.

Le Championnat du monde endurance de Jet-Ski d’Agadir (11-19 novembre) pourrait bien marquer le début de cette aventure, selon M. El Aidi qui compte sur une forte participation africaine à cet événement d’envergure.

Handball : Agadir accueille le championnat des des clubs vainqueurs de coupe en Afrique

aujourdhui.ma – 22/02/2017

Handball : Agadir accueille le championnat des des clubs vainqueurs de coupe en Afrique

La ville d’Agadir sera la capitale du Handball africain en avril prochain avec l’organisation de deux évènements sportifs phares : la Super Coupe et le championnat des clubs vainqueurs de coupe.

La Super Coupe d’Afrique de Handball est une compétition internationale des clubs du continent qui met aux prises les vainqueurs du Championnat d’Afrique des Clubs Champions et du Championnat d’Afrique des Clubs Vainqueurs de Coupe.

Par ailleurs, la capitale du Souss abritera la 33e édition du Championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe de handball.

Ces deux évènements se dérouleront à la salle Al-Inbiaat du 12 au 24 avril.

L’édition de l’année écoulée a été organisée, rappelle-t-on, à Laâyoune avec la participation de 20 clubs et de délégations africaines de 22 pays.

Le titre avait été remporté par l’équipe égyptienne du Zamalek (hommes) et par l’équipe angolaise de Primeiro de Agosto (dames).

La confédération africaine de handball a décidé d’attribuer également à la ville d’Agadir l’organisation du championnat d’Afrique des nations 2018, catégorie junior et cadet masculin.

La LGV Marrakech-Agadir se prépare

deplacementspros.com – 22/02/2017

Prévue dans le cadre de la politique des grands chantiers lancée par le régime en novembre 2015, la LGV Marrakech-Agadir entre dans le cadre de la coopération Maroc-Chine signée à Pékin en mai 2016. Les premières conclusions de l’étude pour cette LGV viennent d’être publiés pour définir le positionnement de la gare ferroviaire à Agadir et le tracé à travers la ville ainsi que le tracé en direction des provinces du Sud du Maroc.

o-tgv-maroc-facebook-e1436279272258

 Les voyageurs d’affaires sont susceptibles de prendre place à bord dans 5 ans, selon les prévisions marocaines.

Abdellatif Abid nommé Consul Général de Russie à Agadir

libe.ma – 23/02/2017

11235218-18683643

A l’occasion de la nomination d’Abdellatif Abid, consul général de Russie à Agadir, le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a offert en sa résidence un dîner auquel ont pris part l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie à Rabat,  Valery Vorobiev, ainsi que quelques dirigeants ittihadis.
Au cours de cette réception, les hôtes ont tenu, d’une part, à féliciter Abdellatif Abid qui se trouve être le troisième consul général de Russie sur le plan mondial, et à saluer, d’autre part, ses contributions à même de consolider les relations d’amitié et de coopération entre le Royaume du Maroc et la Fédération de Russie.
Ce dîner a été aussi l’occasion pour la direction ittihadie d’évoquer avec l’ambassadeur de Russie à Rabat les développements qu’ont connu les relations maroco-russes et qui n’ont de cesse de se consolider grâce à la dynamique insufflée par la visite de S.M le Roi Mohammed VI à Moscou en mars 2016.
C’était aussi l’occasion pour les deux parties de passer en revue les derniers développements politiques aux niveaux régional et international, ainsi que de débattre des moyens de renforcer les relations partisanes et parlementaires entre les deux pays.

Rectification demandée par F. Hajoui :

Si Abid a été nommé non pas consul honoraire mais Consul Général ! Honoraire il a été depuis des années! ! Merci de rectifier!

Voilà qui est fait ! (libe.ma n’a pas diffusé l’information exacte)

Agadir : La présence d’une délégation officielle israélienne braque le maire PJDiste

yabiladi.com – 22/02/2017

Dans le cadre de programmes financés par l’Union européenne, le Maroc est tenu d’abriter certaines réunions auxquelles prennent part des Israéliens. En l’espace d’une semaine, la participation de représentants d’Israël à deux événements organisés à Rabat et Agadir a été à l’origine d’une polémique avec des responsables marocains.

 

Agadir accueille, mardi 21 et mercredi 22 février, la septième réunion du Comité de pilotage du projet CES-MED. Un programme lancé en 2013 par l’Union européenne destiné à «promouvoir le développement des énergies durables dans les villes méditerranéennes». L’événement aurait pu passer inaperçu, si ce n’est la présence d’une délégation israélienne de représentants de trois communes dans une ville dirigée par un membre du Parti de la justice et du développement (PJD), Salah El Malouki.

Face à la montée des protestations émanant de plusieurs milieux anti-normalisation avec Israël, le maire islamiste s’est fendu d’un communiqué dans lequel il décline toute responsabilité sur la participation des Israéliens. D’abord, il affirme que la réunion a été programmée sous l’ancien conseil municipal, arguant ensuite que sa mairie n’a pas chapeauté cette rencontre. Une sortie peu convaincante.

Israël fait partie de la Méditerranée

Or, une visite sur le site du CES-MED apporte un autre son de cloche de celui du maire de la capitale du Souss. Il y est clairement mentionné une allocution de Salah El Malouki  (voir en annexe ci-dessous) et une autre de la directrice de l’Observation de la coopération et de la communication au ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement. Par ailleurs, Agadir bénéficie, au même titre que Benslimane et Oujda, du programme CES-MED en faveur de la promotion des énergies durables.

Cette fuite en avant n’est pas sans rappeler la réaction du ministère de l’Education nationale à la présence, la semaine dernière à Rabat, d’Israéliens qui ont pris part à une session du Processus de Turin sur le développement de l’enseignement en Méditerranée.

Ces deux sorties sont à l’opposé des engagements du Maroc auprès de son premier partenaire économique. Le projet CES-MED est une des déclinaisons de la Politique européenne de voisinage (PEV). Le royaume n’a pu intégrer la liste des bénéficiaires de la PEV qu’après de multiples rounds de discussions à Rabat et Bruxelles.

Accueillir des réunions sur la Méditerranée implique naturellement la présence de représentants d’Israël. C’est un fait que les officiels et les élus marocains doivent admettre, comme ils acceptent de siéger aux côtés de ces mêmes Israéliens à l’occasion de réunions organisées à l’étranger.

Annexe : Réunion du comité de pilotage du projet CES – MED

140217_ces-med-psc7-fr1 140217_ces-med-psc7-fr2

Dommage que les bonnes traditions gadiries d’accueil, de coexistence et tolérance ne soient apparemment plus à l’honneur !