Festival de Fès SAVOIRS ANCESTRAUX : intervention de Salima Naji sur « Résiliences des Architectures oasiennes »

La programmation musicale du festival de Fès des Musiques sacrées du monde rassemblera, cette année, des artistes de plus d’une vingtaine de pays, réunis pour un passionnant et envoûtant dialogue interculturel et spirituel. Le 22 juin, la création d’ouverture «Les Savoirs ancestraux» donnera le ton du festival sur le site Bab Makina. «Cette création sublimera l’architecture et fera tourner les pages d’un livre musical en l’ornant tant de lettres calligraphiées que de motifs de broderies. Les transformations orchestrées par l’homme sur la matière seront, également, mises en lumière par certaines manifestations du génie humain, cristallisées dans l’acier, le verre, le bois ou la pierre. Ces savoirs techniques traditionnels seront confrontés à l’art de la parole et, notamment, à la poésie, pierre angulaire du chant, tissant ses mots comme les fils de soie s’étirent dans les ruelles de la médina de Fès», indique Alain Weber, directeur artistique du Festival.

Edgar Morin, Philosophe et sociologue, ouvrira le 23 un débat sur le thème ( « d’où viennent les savoirs ancestraux  » ) qui va se poursuivre quelques jours durant jusqu’aux soirées festives, le temps de revenir à Fès.

Salima Naji, architecte anthropologue, interviendra elle, le 24 juin à 10 heures sur un autre axe : « Modes et cadres de vie en société – Résiliences des architectures oasiennes – Penser l’adaptation au futur »

Plus de détails sur le Festival de Fes :
https://fesfestival.com/2018/fes-et-son-festival/

 

Publicités

Journée internationale du yoga pour des écoles d’Agadir

Image associée

Quelques photos de la journée internationale de yoga prises hier matin devant le club Med.

Photos Hélène Tassain-Périé

Qualité des eaux de baignade : 165 plages surveillées et 4.739 prélèvements effectués

par Laila Zerrour – aujourdhui.ma – 20/06/2018

Qualité des eaux de baignade : 165 plages surveillées et 4.739 prélèvements effectués

Les résultats du rapport seront présentés ce vendredi à Rabat

Le nombre de plages objet du programme national de surveillance évolue depuis plusieurs années. En l’espace de 18 ans, nous sommes passés de 50 plages en 2000 à 165 en 2018.

Le tant attendu rapport sur la qualité hygiénique des plages sera présenté le 22 juin à Rabat lors d’une conférence de presse organisée par le secrétariat d’Etat chargé du développement durable. En attendant les résultats de ce rapport, il faut savoir que cette année 165 plages ont été surveillées. Ainsi, le nombre de plages objet du programme national de surveillance évolue depuis plusieurs années. En l’espace de 18 ans, nous sommes passés de 50 plages en 2000 à 129 en 2010, 161 en 2017 puis 165 en 2018 (voir graphique ci-dessous). Pour ce qui est des stations de prélèvement et de surveillance, leur nombre s’est chiffré cette année à 442.

Il est aussi important de signaler qu’au niveau de ces stations, 4.739 prélèvements ont été effectués. Dans le détail, on notera que le plus grand nombre de plages surveillées se situe au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 60 plages et 158 stations de prélèvement. Au niveau de cette région, il a été procédé à 1.643 prélèvements. Viennent ensuite les régions de Casablanca -Settat (36 plages, 111 stations et 1221 prélèvements), Rabat-Salé-Kénitra (18 plages, 46 stations et 506 prélèvements), Souss-Massa (13 plages, 43 stations et 465 prélèvements), l’Oriental (11 plages, 26 stations et 286 prélèvements), Marrakech-Safi (10 plages, 30 stations et 330 prélèvements), Guelmim-Oued Noun (7 plages, 15 stations et 165 prélèvements ), Laâyoune-Sakia Al Hamra (6 plages, 9 stations et 79 prélèvements) et la région de Dakhla-Oued Eddahab (4 plages, 4 stations et 44 prélèvements). La liste des points de surveillance ainsi que les sites de surveillance sont choisis en fonction de l’importance de la fréquentation, de la nature des lieux (relief, forme du rivage, …) et des risques particuliers de pollution pouvant exister (rejet d’eaux usées, embouchures de rivières, ports, …).

Selon le secrétariat d’Etat chargé du développement durable, l’évaluation de la qualité des eaux de baignade du littoral marocain se fait chaque année du mois de mai jusqu’au mois de septembre avec une fréquence de prélèvement bimensuelle et porte sur l’analyse des paramètres microbiologiques applicables et mentionnés par la directive 76/160/CEE et transcrite par la norme marocaine de la qualité des eaux de baignade. La présence de ces germes dans l’eau témoigne de la contamination fécale des zones de baignade. Ils constituent ainsi un indicateur du niveau de pollution par des eaux usées et laissent suspecter par leur présence celles de germes pathogènes. Plus ils sont présents en quantité importante, plus le risque sanitaire augmente. Durant la saison balnéaire, chaque résultat est interprété par rapport à la norme marocaine NM 03.7.200.

Les informations relatives à la qualité des eaux de baignade des sites surveillés sont portées à la connaissance du public par l’affichage régulier (périodique), au niveau de chaque plage, d’un bulletin d’information.

Profil des plages

Les profils des plages consistent  à identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs. Dans le cas où un risque de pollution est identifié, ils visent à définir les mesures de  gestion à mettre en œuvre pour assurer la protection sanitaire  des citoyens  et des actions visant à supprimer ces sources de pollution. Il existe 3 types de profils :  Le profil de type 1 : Le risque de pollution de l’eau de baignade n’est pas avéré ;
le profil de type 2 : Le risque de contamination est avéré et les causes sont connues et le profil de type 3: Le risque de contamination est avéré et les causes sont insuffisamment connues. Jusqu’à fin 2016, 106 profils de plages ont été réalisés, soit 66,25% du total des plages marocaines. Les principales sources de pollution identifiées concernent les dysfonctionnements au niveau des réseaux d’assainissement (pompes, réseaux unitaires, raccordement illicite dans les réseaux pluviaux…) ;  les apports de pollution lors des orages en saison estivale  et les pollutions accidentelles.

La Région du Souss-Massa veut améliorer l’offre touristique d’Ida Outanane

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma – 20/06/2018

La Région du Souss-Massa veut améliorer l’offre touristique d’Ida Outanane

Bien que près de 45% de sa population vive en milieu rural, la région du Souss-Massa veut faire du tourisme rural un vecteur de son développement et le rendre accessible à la clientèle touristique nationale et internationale.

Le Conseil régional du Souss-Massa veut améliorer l’offre touristique dans le pays d’accueil touristique Ida Outanane (Pati) à travers la mise en œuvre du projet de la signalétique touristique et de l’aménagement des accès aux sites touristiques. Le conseil souhaite à travers ce projet qui s’inscrit dans le cadre de son Programme de développement régional (PDR) renforcer les axes prioritaires structurants qui visent la réhabilitation des circuits touristiques et mise en marché des routes touristiques existantes : route du miel, axe littoral (Aourir/Tamri/Imssouane), la route des crêtes (Tamri à Imouzzer), la route écotouristique de Mesguina, et l’accès au rucher d’Inzerki.

La mise en place de la signalétique touristique permettra d’organiser l’offre touristique du Pati et de rendre plus accessible aux visiteurs l’information sur les produits touristiques-services en harmonisant les panneaux routiers et touristiques. Elle permettra aux circuits touristiques de s’appuyer sur un thème suffisamment fort et riche afin de constituer un atout touristique majeur et un facteur d’attractivité des circuits de visite.

Ce projet vient aussi pour accompagner les communes et professionnels du tourisme dans la définition d’outils de signalétiques communs, définis collectivement et répondant à la fois à leurs préoccupations respectives, en adéquation avec les attentes des visiteurs sur le territoire.

Bien qu’elle possède des potentialités variées et diversifiées et que près de 45% de sa population vit en milieu rural, la région du Souss-Massa veut faire du tourisme rural un vecteur de son développement et le rendre accessible à la clientèle touristique nationale et internationale.

Le territoire pilote retenu dans ce projet est celui des Ida Outanane dans l’arrière-pays de la destination balnéaire d’Agadir. Ce projet pilote est réalisé dans la perspective de généraliser cette expérience à l’ensemble du territoire régional. Le Pat des Ida Outanane est l’une des déclinaisons de la stratégie nationale de développement du tourisme rural. L’intervention de l’État commence au début des années 2000 par l’implication de plusieurs administrations et services internes et externes de l’État et des collectivités locales. La signature pour la mise en place du pays d’accueil touristique d’Ida Outanane en 2005 a ouvert la voie à la réalisation de plusieurs actions qui ont été lancées en parallèle dans le territoire avec la création de l’Association du pays d’accueil touristique (Apat). En 2008, l’espace touristique des Ida Outanane commençait à prendre forme. Plusieurs nouveaux gîtes ont été édifiés dans le Pati et des sentiers pédestres ont été aménagés. L’un des freins majeurs à la pratique du tourisme en milieu rural dans ce territoire est actuellement l’absence quasi totale de signalétique touristique, ainsi que l’état de dégradation de certains accès aux sites touristiques. Pour encourager le tourisme individuel national ou international, il est donc indispensable d’aménager les accès de ces espaces de visite et de réaliser les travaux de réhabilitation et de réaménagement nécessaires pour les entrées : aires de repos, parkings, … et de mettre en place une excellente signalétique directionnelle pour que les visiteurs puissent accéder aux sites et lieux intéressants sans trop de difficultés.

Ce projet trouve son origine dans le cadre des orientations du programme de développement intégré du tourisme rural et de nature signées en 2014 dont l’une des quatre composantes consiste à conforter les circuits existants et d’en concevoir de nouveaux en vue de les valoriser à travers des aménagements légers, du balisage et de la signalétique touristique et aussi dans le cadre du plan d’action de communication et de promotion touristique du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir SM, du Réseau de développement du tourisme rural (RDTR) et de l’Apat.

Maroc : Les résultats du bac seront annoncés vendredi à partir de 10h

medias24.com – 21/06/2018

Les résultats du bac seront annoncés vendredi à partir de 10h
 

Les résultats de la session ordinaire des examens du baccalauréat (juin-2018) et la liste des candidats autorisés à passer la session de rattrapage seront annoncés, vendredi 22 juin à 10h sur internet et à 17h dans les établissements scolaires.

L’annonce des résultats sera faite via la plateforme de la messagerie des candidats scolarisés « Taalim.ma » à 10h, le site « Tarchihat » pour les candidats libres et le site web du ministère pour l’ensemble des candidats, ainsi que dans les établissements scolaires concernés à 17h, précise le ministère de l’Education nationale dans un communiqué.

Les candidats libres devront accéder, avant l’annonce des résultats au site Tarchihat par le biais du numéro de la carte d’identité nationale et le mot de passe qui leur a été fourni au moment de l’inscription préliminaire pour avoir leurs propres e-mails et mots de passe  afin d’accéder à la plateforme www.taalim.ma.

Iberostar Founty Beach d’Agadir fait peau neuve

medias24.com – 21/06/2018

Iberostar Founty Beach d'Agadir fait peau neuve
 

Après six mois de rénovation, l’Iberostar Founty Beach vient de rouvrir ses portes à Agadir.

« L’opération de rénovation complète et le réaménagement visent à offrir une expérience basée sur l’excellence, l’innovation et la durabilité », a déclaré à la MAP Oum Hani Saaf d’Iberstar Maroc, assurant que l’hôtel, en formule tout compris, réalise un taux de remplissage allant jusqu’à 90% avec une clientèle formée d’Européens mais aussi de plus en plus de nationaux en quête de vacances en famille.

En janvier dernier, Iberostar a annoncé un investissement additionnel de 800 millions d’euros en travaux d’ici à 2022.

Inauguré en 2003, l’Iberostar Founty Beach compte 470 chambres et suites ainsi que divers espaces de restauration, d’animation, de sport et de bien-être.

Le groupe Iberostar est aussi présent au Maroc grâce à deux autres établissements, l’Iberostar Saidia et l’Iberostar Club Palmeraie Marrakech. Le groupe compte 114 hôtels de 4 et 5 étoiles dans 17 pays de trois continents.

Aux hôtels s’ajoutent trois autres secteurs d’activité: le club de vacances (The Club), Voyages et réceptif, gérés par les entreprises Almundo.com et World to Meet (W2M) respectivement, et l’activité immobilière que développe Iberostate

Les Marocains en tête de la clientèle d’Agadir en mai 2018

medias24.com – 21/06/2018

Les Marocains en tête de la clientèle d'Agadir en mai 2018

Les Marocains arrivent en tête de la clientèle des différents établissements d’hébergement touristique à Agadir durant le mois de mai écoulé avec 18.514 touristes sur un total de 75.991.

Selon les données du Conseil régional du tourisme (CRT), ce chiffre est néanmoins en nette baisse de 26,56% par rapport à la même période de 2017 lorsque le nombre des nationaux a culminé à 25.210 touristes.

Globalement, le nombre de touristes ayant visité la capitale du Souss est en légère hausse de 1,14% par rapport à l’an passé (75.134 arrivées).

Le marché français arrive en seconde position avec 15.143 touristes contre 12.506 un an auparavant, en progression de 21,09%, suivi du marché allemand également en hausse de 15,18% avec 11.115 arrivées contre 9.650 en mai 2017.

Même tendance pour les touristes en provenance du Royaume-Uni qui ont augmenté de 9,33% passant de 7.161 à 7.829.

En termes de classement par unité d’hébergement, les hôtels 4 étoiles arrivent en première position avec un total de 18.901 touristes, suivis des villages touristiques avec 16.424 visiteurs et les hôtels 5 étoiles qui ont accueilli 14.753 touristes.

Par ailleurs, le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés de la capitale du Souss durant cette période a atteint 44.85% contre 46.06% pour la même période de 2017.