Atelier pour élaborer l’inventaire des savoir-faire des métiers de l’artisanat menacés de disparition

mapfes.ma.fr – 04/02/2022

Fès – Un atelier de concertation pour élaborer l’inventaire des savoirs et savoir-faire liés aux métiers de l’artisanat menacés de disparition s’est ouvert, jeudi à Fès, avec la participation des responsables régionaux et provinciaux chargés de l’artisanat, des experts et des professionnels.

Initié par le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire et l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), cet atelier, le troisième du genre, intervient en application de la convention de coopération conclue entre les deux parties pour l’élaboration et la mise en place d’un système des Trésors Humains Vivants (THV) au Maroc et la sauvegarde des compétences et du savoir-faire des artisans.

Dans une déclaration à « M24 », la chaine d’information en continu de la MAP, Sanae El Allam, responsable-adjointe du secteur de la culture au sein du bureau de l’UNESCO pour le Maghreb a indiqué que cette rencontre fait suite à celles de Tétouan et d’Agadir, ajoutant que l’objectif est d’établir un système des Trésors Humains Vivants au Maroc, objet de la convention signée entre l’UNESCO et le département de tutelle en 2017.

Cette rencontre avec les directeurs régionaux et provinciaux de l’artisanat est à même de contribuer à l’identification de ces savoirs et expertises menacés de disparition et la mise en place des mécanismes susceptibles de sauvegarder ce patrimoine immatériel, a expliqué Mme El Allam, ajoutant que le Maroc est le premier pays maghrébin à mettre en place un système THV.

A l’échelle de Fès, cette approche a été appliquée au métier du Brocard avec la signature d’une convention de partenariat entre l’UNESCO et le seul maître artisan détenteur des secrets de ce métier, a-t-elle fait savoir, ajoutant que huit stagiaires bénéficient d’une formation et de partage du savoir-faire, entretenu actuellement par ce seul artisan à Fès et au niveau national.

Le président de la Chambre régionale de l’Artisanat de Fès-Meknès, Abdelmalek El Bouteyyine a, pour sa part, souligné que cette rencontre de consultation cible notamment les directeurs provinciaux et régionaux de l’artisanat et porte sur l’identification des métiers de l’artisanat menacés de disparition, relevant que 42 métiers ont été répertoriés dont 17 sont pratiqués au niveau de la région Fès-Meknès.

M. Bouteyyine s’est félicité des résultats réalisés en matière de préservation du savoir-faire relatif au Brocard avec la formation des jeunes qui vont assurer la relève avec l’aide du seul maître artisan spécialisé dans ce métier.

De son côte, le directeur régional de l’Artisanat à Fès-Meknès, Abderrahim Belkhyat, a indiqué que le ministère de tutelle à mis en place une stratégie nationale pour faire revivre les métiers d’artisanat menacés de disparition, faisant savoir qu’en 2019, quarante-deux métiers ont été identifiés dont 32 ont été protégés.

Cet atelier de deux jours se veut l’occasion de débattre de l’approche à adopter en matière d’inventaire de ces métiers et compétences et d’identification des détenteurs de ce patrimoine culturel de l’artisanat comme garants de sa transmission intergénérationnelle.

La rencontre, encadrée par des experts de l’UNESCO spécialisés en la matière, constitue aussi une opportunité pour poursuivre et approfondir la discussion pour rassembler les données nécessaires au lancement de cette opération.

Au Maroc, l’artisanat constitue un patrimoine national, incarnant des références culturelles et identitaires séculaires. Il se distingue encore comme un bien immatériel exceptionnel, résistant aux aléas de l’industrialisation et de l’économie de masse. L’artisanat à fort contenu culturel, caractérise encore de larges territoires urbains et ruraux du royaume, où le génie créateur des artisans et des maitre artisans marocains continuent patiemment et courageusement à pratiquer des métiers traditionnels et à transmettre leurs savoir-faire inégalés.

Une réflexion sur “Atelier pour élaborer l’inventaire des savoir-faire des métiers de l’artisanat menacés de disparition

  1. Bonjour MICHEL, Je rebondie sur ton article, c’est vrai j’ai connu des artisans Bijoutier s doués et désespérés de ne pas avoir d’apprentis. Il faut applaudir l’action faite au Kasbah-Sousd à Agadir qui est en pleine période de travaux et transformations créations de salles de formations, d’expositions, musée à l’initiative des artisans formateurs déjà en place ainsi d’ autres amoureux de cet endroit. Un restaurant en plein aménagement avec Abdou, guide bien connu, érudit qui a beaucoup d’humour (on peut recommander la cuisine de son épouse, thé café rafraîchissement s a toutes heures. Avec les amies du théâtre nous allons régulièrement boire un thé, et nous échangeons en partageant ce moment conviviale avec ces artisans, accueillants très sympa. Je voulais partager ça et il faut encourager, car ils ont un courage inouï. Ils n’ont pas attendu les aides etc, certains vivotent mais ils CRÉENT, changent les modèles, changent aménagent leurs espaces BRAVO A EUX.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.