Aquacultures : les entreprises du secteur réunies à Agadir

par Yassine Saber – leseco.ma – 14/02/2022

Plus de deux ans après la tenue, à Dakhla, de la première édition du Forum des entreprises aquacoles, l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) organise une deuxième rencontre à Agadir. 

S’il y a une région, après Dakhla-Oued Eddahab, dont l’offre aquacole est particulièrement significative au niveau national, c’est bien évidemment la Région du Souss-Massa. En témoigne le potentiel de production révélé par la stratégie conçue par l’ANDA, qui est de l’ordre de 81.000 tonnes/an sur une superficie de 4.110 ha dont 2.805 ha disponibles, permettant de créer des conditions propices à l’investissement dans la filière. Ce n’est donc pas un hasard qu’elle ait été choisie pour abriter, aujourd’hui, la deuxième édition du Forum des entreprises aquacoles, sous la présidence effective du ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Plus de deux ans après la première édition, qui s’est tenue à Dakhla en novembre 2019, l’ANDA a placé cette seconde rencontre des entreprises aquacoles sous le thème «L’aquaculture au Maroc, un levier du développement de clusters côtiers». Aujourd’hui, ce secteur recèle un potentiel significatif évalué à 380.000 tonnes/an de capacité confirmée à ce jour, tout au long du littoral marocain qui s’étend sur 3.500 km. Pour l’ANDA, cette nouvelle édition a pour objectif d’entretenir une dynamique auprès des différents acteurs du secteur et d’offrir une plateforme d’échanges visant à mettre en lumière les progrès constants que connaît l’aquaculture à l’échelle nationale. À noter que le secteur a su relever l’ensemble des défis auxquels il a été confronté, notamment concernant les aspects techniques et ceux ayant trait à la commercialisation et l’innovation ainsi qu’à la nécessaire cohabitation entre l’aquaculture et les autres activités.

168 projets ont démarré l’installation des fermes
Il faut rappeler que l’offre nationale en matière d’aquaculture devait aboutir au lancement de 256 projets aquacoles au niveau national. Dans ce cadre, la réalisation des Plans d’aménagement aquacole (PAA) est l’un des chantiers phares menés par l’ANDA en vue d’évaluer les potentialités du littoral sur toute son étendue et mettre à la disposition des investisseurs des espaces dédiés à l’investissement aquacole. En se référant au bilan des réalisations de l’ANDA au titre de l’exercice 2021, suite à son conseil d’administration de décembre 2021, l’équivalent de 259 conventions de créations et d’exploitations de fermes aquacoles ont ainsi été publiées au Bulletin Officiel au terme de l’année 2021. Parmi ces projets autorisés, 168 ont démarré l’installation de leurs fermes dans différentes régions du Royaume, pour une production à terme de plus de 80.000 tonnes/an et la création de 2.000 emplois. Outre ces projets en cours, l’ANDA a lancé, du 3 mars au 2 juin 2021, un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la réalisation de nouveaux projets d’aquaculture dans les Régions de Dakhla-Oued Eddahab, Guelmim-Oued Noun, Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental. À l’issue de cet AMI, plus de 100 projets de fermes aquacoles seront retenus pour une production cible de 100.000 tonnes/an.

116 projets aquacoles à caractère social
Il convient de préciser que l’ANDA assure aussi l’accompagnement administratif et technique de 116 projets aquacoles à caractère social. Ces derniers sont portés par des groupements de jeunes entrepreneurs et de coopératives de femmes et marins pêcheurs afin de les soutenir dans la concrétisation de leurs projets. Pour garantir l’inclusion de cette catégorie, le département de la Pêche maritime a mis en place un programme structurant qui vise l’appui financier de ces projets sociaux pour une enveloppe de 129 MDH. Outre l’appui technique, administratif et financier, un programme de formation théorique et pratique aux métiers de l’aquaculture est conçu au profit des jeunes entrepreneurs et des coopératives en partenariat avec le département de tutelle, sachant que l’ANDA a mis en place, à cet effet, trois fermes pédagogiques à Dakhla, Agadir et Ras Al Ma. De surcroît, le département de la Pêche maritime, l’ANDA, et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), avec le soutien des Royaumes de Norvège et des Pays Bas, ont lancé un projet d’appui au développement des métiers d’aquaculture au Maroc, pour un montant de 2,5 millions de dollars (voir leseco.ma). Ce projet prévoit l’installation d’une station de démonstration et de formation pour la pisciculture et la conchyliculture à Sidi Ifni. En matière de planification du littoral à des fins aquacoles, cinq plans d’aménagement régionaux sont réalisés à Guelmim-Oued-Noun, Laâyoune Sakia El Hamra, Casablanca-Settat, Marrakech-Safi et dans la lagune de Marchica. Ces plans d’aménagement ont fait ressortir un potentiel dépassant les 8.000 ha, lesquels s’ajoutent aux 5 plans aquacoles régionaux déjà lancés, à Dakhla Oued Eddahab, Guelmim Oued Noun, Souss-Massa, Tanger Tétouan-Al Hoceima et dans l’Oriental. Pour le plan d’action de l’Agence au titre de cette année 2022, il se décline en 20 projets structurants et 50 actions dédiées aux métiers de l’aquaculture, destinées à donner une forte impulsion au développement de cette activité.

Souss-Massa : 2.805 ha disponibles
Les espaces identifiés dans la Région Souss-Massa, pour l’activité de l’aquaculture, couvrent une superficie totale de 2.805 ha sur une offre totale de 4.110 ha, répartis sur 187 unités de production, et portant sur la réalisation de projets de fermes aquacoles relevant de la conchyliculture et l’algoculture. Ces projets porteront sur l’exploitation d’une superficie dépassant les 1.000 ha avec une production annuelle d’environ 62.000 tonnes, pour un investissement prévisionnel d’environ 400 MDH et la création de 673 emplois. Au total, quatre zones ont été identifiées pour l’aquaculture, notamment la zone d’Imsouane à Tamri qui englobe 37 unités de 15 ha chacune pour la conchyliculture. S’agissant de la zone de Cap Ghir à Tiguert, cet espace comprend 39 unités de production, de 15 ha chacune, réservées aussi à la conchyliculture. Pour sa part, la zone de Tifnit à Oued Assafa englobe 40 unités de production de 15 ha chacune, pour la conchyliculture et deux unités de production, de 15 ha chacune, également, pour l’algoculture. Par ailleurs, la zone allant d’Oued Massa à Sidi Boulfdail, comprend 69 unités de production, de 15 ha chacune, destinées à la conchyliculture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.