Souss Massa : Une région qui peine à décoller (2)

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com – 08/01/2016

Une instance régulatrice qui regrouperait toutes les expertises en faveur des PME à travers le pays
Dans le Souss, un guichet unique pour la croissance de l’entreprise, une question de survie
«L’enjeu est de concentrer les outils dédiés à la TPE/PME et de les faire converger vers une stratégie économique commune et ce, par la mise en place d’une institution légitime qui fonctionnerait en tant que mentor», suggère Yassine Rhanmouni, député à la Chambre des conseillers, groupe CGEM (Ph. YR)

«L’enjeu est de concentrer les outils dédiés à la TPE/PME et de les faire converger vers une stratégie économique commune et ce, par la mise en place d’une institution légitime qui fonctionnerait en tant que mentor», suggère Yassine Rhanmouni, député à la Chambre des conseillers, groupe CGEM (Ph. YR)

– L’Economiste: Malgré tous ses atouts, la région Souss Massa n’arrive pas à décoller…
–  Yassine Rhanmouni:
Je pense que la stratégie posée au niveau de la région a atteint ses limites. Nous restons dans les grands axes. A savoir, le tourisme vert, golfique, les niches touristiques comme le surf, la pêche, etc. Or, aujourd’hui, la région a besoin d’être propulsée économiquement, c’est une question de survie, car on ne peut plus aller plus loin dans la crise. Il faut donc prendre des décisions audacieuses. En tant que conseiller parlementaire élu au sein de la Confédération générale des entreprises du Maroc pour défendre les entreprises du Sud, mon rôle est de participer à cette accélération de l’essor régional. En amont, nous devons tirer la sonnette d’alarme et veiller à ce que les lois fonctionnent. Sachant que nous avons une veille législative qui se fait au niveau de la deuxième Chambre et qui permet de voir si cette législation économique est en adéquation avec les besoins et les spécificités de la région.
– Dans le domaine de l’entrepreneuriat, quelles décisions changeraient la donne?
– Il s’agit d’abord de revoir notre stratégie de développement de la PME. En fait, les efforts sont dispersés et les interlocuteurs multiples. L’enjeu est de concentrer les outils dédiés à la TPE/PME et de les faire converger vers une stratégie économique commune et ce, par la mise en place d’une institution légitime qui fonctionnerait en tant que mentor pour accompagner les PME/TPE, les aider à décrocher les marchés publics et à générer des emplois. Le tissu économique régional est composé à 96% de PME/TPE, soit une dizaine de milliers d’entreprises. Si chacune d’elle est encouragée à créer 2 à 3 postes, nous en serons à 20.000 emplois générés. Le relais pour le développement et l’emploi reste l’entreprise qui a besoin de financement, de formation, d’accompagnement. Et elle a surtout besoin que son statut d’acteur économique incontournable soit reconnu. C’est pourquoi nous devons nous inspirer de l’expérience américaine appelée le «Small Business Act», où une agence fédérale a été mise en place depuis 1953 pour accompagner la croissance et regrouper l’ensemble des outils économiques nécessaires à l’épanouissement de l’entreprise. C’est de cela que nous avons besoin aujourd’hui, d’un engagement et d’une stratégie pour soutenir les petites et moyennes entreprises qui sont le moteur de l’économie et le symbole de la réussite.
– Comment fonctionnerait cette nouvelle structure inspirée de l’expérience américaine?
–  Cette instance régulatrice sera à l’écoute des doléances des entreprises et les accompagnera sur le volet technique. Via cette structure, l’action des pouvoirs publics agira en faveur de la petite et moyenne entreprise en tant qu’élément dynamisant de l’économie. Cette agence accompagnera les entreprises dans leurs difficultés quotidiennes, administratives, juridiques, financières, fiscales… Elle devrait être le recours unique et privilégié de l’entreprise dans ses difficultés avec son environnement. Une telle agence qui regrouperait toutes les expertises en faveur de la PME et de la TPE serait en mesure d’évaluer et de pointer du doigt tous les goulots d’étranglement qui entravent le fonctionnement et l’efficacité de l’entreprise dans son marché. Et qui l’empêcherait de jouer son rôle de créateur de richesses. En cela, son intervention serait saine et régulatrice, voire protectrice.
– C’est un projet ambitieux…
– Bien sûr, ceci ne se fera pas du jour au lendemain, ni d’un coup de baguette magique, il se fera suite à une vraie volonté politique portée par le gouvernement, émanant d’une prise de conscience du statut et du rôle économique de la PME. C’est ainsi que la donne changera. Il faudra œuvrer, tous ensemble dans notre région et avec notre intelligence collective, à porter cette idée aux plus hautes instances nationales afin de l’étudier et voir comment la traduire en actions sur le terrain. C’est un projet qui nous tient à cœur dans notre groupe parlementaire à la CGEM.

Portrait

Yassine Rhanmouni est député à la Chambre des conseillers, groupe CGEM. Ex-président à la CGEM Souss-Massa Drâa, il a œuvré durant 3 ans avec l’ensemble des partenaires à la promotion de la région au niveau des Iles Canaries, de l’Afrique et de l’Europe. En tant que conseiller parlementaire représentant des entreprises du Sud, le challenge aujourd’hui pour cet homme d’affaires est de travailler à l’accompagnement de la région dans ses défis décisionnels inscrits dans la régionalisation avancée. Le développement de la PME et la TPE est une de ses priorités absolues.

2 réflexions sur “Souss Massa : Une région qui peine à décoller (2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.